Parc zoologique de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zoo de Lille

Image illustrative de l'article Parc zoologique de Lille
Image illustrative de l'article Parc zoologique de Lille
L'ancienne entrée du zoo

Date d'ouverture 1950
Situation Lille, (Nord), Hauts-de-France
Superficie 3,5 ha
Latitude
Longitude
50° 38′ 17″ nord, 3° 02′ 49″ est
Nombre d'animaux environ 450 (en 2 016)[1]
Nombre d'espèces 110
Accréditations AFDPZ, EAZA, WAZA
À voir pandas roux, rhinocéros blancs, renard polaire, gibbons à mains blanches, talapoins, zèbre de burchell
Site web http://www.lille.fr/Zoo-de-Lille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc zoologique de Lille

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Parc zoologique de Lille

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Parc zoologique de Lille

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Parc zoologique de Lille

Le Parc zoologique de Lille, aussi appelé localement parc zoologique du Bois de Boulogne, est un parc zoologique français situé dans la région des Hauts-de-France, dans le quartier Vauban Esquermes de la ville de Lille, au pied de la citadelle. Ouvert en 1950, et propriété de la Ville de Lille, il présente aujourd'hui quelque 450 animaux de 110 espèces différentes[2] sur 3,5 hectares.

Membre permanent de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA), il s'engage dans la conservation ex situ en participant à des programmes européens pour les espèces menacées (EEP). Il est également membre de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA).

La gratuité de l'entrée, en vigueur jusqu'en 2016, a contribué à en faire l'un des sites touristiques qui reçoit le plus de visiteurs en province et l'un des cinq parcs zoologiques les plus visités de France. Il est le premier site touristique de la région avec près d'un million de visiteurs par an. Il possède un budget annuel d'1,7 million d'euros et devient payant à partir de 2017 pour les non-lillois.

Il est organisé en 6 zones thématiques intitulées : Autour du monde, Voyage exotique, Terres d'Afrique, Excursion sud-américaine, D'île en île et Sous les tropiques (une grande volière à immersion de 750 m² pour 10 m de hauteur).

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de sa création en 1950, le zoo de Lille n'est que l'un des espaces d'un parc de loisirs pour enfants. Il ne comprend alors que quelques enclos abritant des animaux de ferme et, à partir de 1953, deux rangées de volières. Il comprend également des collections de gibier (à poil et à plume), de canards, poules et coqs, pigeons, faisans, paons et autres, logés dans les fossés de la Citadelle et aux alentours. Des ours (grizzly) sont également présentés au public, même si leur présence est très décriée. À cette époque, le parc zoologique est entretenu par le service municipal des jardins et accueille essentiellement des animaux confisqués par les douanes, ou des animaux exotiques abandonnés par leurs propriétaires.

Au début des années 1960, il s'étend pour couvrir une surface d’un hectare et accueille ses premiers singes. Une maison tropicale est construite dans les années qui suivent et le zoo abrite plus de 350 animaux dès la fin des années 1960. Il devient dès lors très fréquenté par de nombreuses familles des classes populaires, et constitue plus largement l'un des lieux de promenade dominicale préféré des Lillois.

Dans les années 1980, la collection du zoo d'Englos rejoint celle de Lille. Un vaste programme d'extension et de rénovation est entrepris par la ville au début des années 1990. Le zoo couvre alors 3,5 hectares et quitte la zone de loisirs pour former une entité indépendante.

En 2000, le zoo se situait en 9e place des sites culturels et récréatifs français avec un total de 1,4 million de visiteurs dans l'année, et en 4e position des parcs de loisirs derrière le Parc Disneyland, le Futuroscope et le Parc Astérix[3].

La ville de Lille a adopté en 2010 un projet d'extension et de réaménagement du parc zoologique, dont la superficie devrait être portée à huit hectares. Les travaux devaient à l'origine être finis pour 2013[4] mais le projet est reporté au prochain mandat municipal, après 2014[5]. C'est finalement un projet a minima qui voit le jour, sans extension ni refonte globale. Début 2015 les travaux commencent et s'achèvent quatre mois et demi plus tard[6],[7]. Un nouveau système d'assainissement des eaux usées et de récupération d'eau de pluie, ainsi qu'un important travail paysager ont ainsi été permis[8].

En 2017, l'entrée devient payante (4 € pour les adultes et 2 € pour les mineurs, avec des tarifs spéciaux familles et abonnements, gratuit pour les - 5 ans) pour les personnes n'habitant pas à Lille ou dans les communes associées, Hellemmes et Lomme (celles-ci doivent demander un pass zoo). Parmi les nouveautés annoncées par la municipalité figurent une grande volière à immersion (ce qui signifie que l'on peut entrer et marcher à l'intérieur au milieu des animaux sans clôtures) de 750 m² pour 10 m de hauteur, une refonte de l'entrée, de plusieurs enclos et de la maison tropicale ; et l'arrivée de nouvelles espèces portant ainsi leur nombre à 110[9]. Plus d'activités et d'animations sont également prévues.

Installations et faune hébergée[modifier | modifier le code]

Le zoo de Lille comporte à partir de 2017 six espaces distincts :

Le zoo abrite au total 110 espèces.

Conservation[modifier | modifier le code]

Membre de l’EAZA, le zoo de Lille est associé à plusieurs programmes d'élevage encadrés par cette association. Parmi les espèces qui bénéficient d'un programme européen pour les espèces menacées (EEP), il participe aux programmes qui concernent le chat pêcheur, le lori lent pygmée, le ouistiti de Geoffroy, le panda roux, le petit chevrotain malais, le rhinocéros blanc, le saki à face blanche, le tamarin empereur, le tapir terrestre, le maki vari noir et blanc et le maki vari roux.

Plusieurs espèces du zoo font par ailleurs l'objet d'un ESB (studbook européen) : le binturong, le boa des arbres de Madagascar, le gibbon à mains blanches, le kinkajou, le maki catta, la mangouste jaune, le siamang et le tamarin labié.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 1961, il a reçu 150 000 visiteurs.

En 2001, il a reçu 1 512 000 visiteurs.

En 2006, il a reçu 1 055 573 visiteurs[10],[11].

En 2007, il a reçu 1 016 258 visiteurs[10],[11].

En 2008, il a reçu 1 009 187 visiteurs[10],[11].

En 2009, il a reçu 926 513 visiteurs[10],[11].

En 2010, il a reçu 846 583 visiteurs[10],[11].

En 2011, il a reçu 1 019 385 visiteurs[12],[13].

En 2012, il a reçu 863 203 visiteurs[12],[13].

En 2013, il a reçu 871 690 visiteurs[12],[13].

En 2014, il a reçu 955 094 visiteurs[12],[13].

En 2015, il a reçu 831 300 visiteurs[12],[13].

En 2016, il a reçu 881 000 visiteurs[14].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Dans le film français intitulé Entre ses mains sorti en 2005, le personnage interprété par Benoît Poelvoorde est vétérinaire au zoo de Lille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Institution (Zoo de Lille), Animal Statistics », sur zims.isis.org (consulté le 11 juillet 2016).
  2. « voix du nord zoo »,
  3. Mémento du tourisme, secrétariat d'État au Tourisme, 2001.
  4. « Reportage dans les coulisses du zoo de Lille », Zoom Sur Lille, (consulté le 24 avril 2010)
  5. « Après 2014, c'est promis », Nord éclair, (consulté le 11 avril 2012)
  6. « Lille: Trois raisons pour aller visiter le zoo nouvelle formule », sur 20minutes.fr (consulté le 26 janvier 2016)
  7. La Voix du Nord, « Lille : après plusieurs mois de travaux, un zoo rénové rouvre ses portes ce samedi matin », sur La Voix du Nord (consulté le 26 janvier 2016)
  8. La Voix du Nord, « Lille : le zoo s’offre une cure de jouvence », sur La Voix du Nord (consulté le 26 janvier 2016)
  9. « Le zoo devient payant pour les non-Lillois », sur lavoixdunord.fr,
  10. a, b, c, d et e Direction générale des entreprises, « Mémento du tourisme - Édition 2011 », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 25 mai 2017), p. 137
  11. a, b, c, d et e Direction générale des entreprises, « Chiffres clés du tourisme 2011 », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 25 mai 2017)
  12. a, b, c, d et e Direction générale des entreprises, « Mémento du tourisme - Édition 2016 », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 25 mai 2017), p. 133
  13. a, b, c, d et e Direction générale des entreprises, « Chiffres clés du tourisme 2016 », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 25 mai 2017)
  14. La Voix du Nord, « Des couacs pour le passage du zoo en payant », sur www.lavoixdunord.fr (consulté le 27 mai 2017)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]