Vympel R-37

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vympel R-37
(OTAN : AA-X-13 / AA-13 Arrow)
Image illustrative de l’article Vympel R-37
Maquette du R-37 au salon international aérospatial de Moscou de 2013.
Présentation
Type de missile missile air-air
à très longue portée
Constructeur Drapeau de la Russie Vympel
Caractéristiques
Moteur moteur fusée à combustible solide
Masse au lancement 600 kg (1 320 lbs)
Longueur 4,20 m
Diamètre 38 cm
Envergure 70 cm
Vitesse Mach 6
Portée de 150 à 398 km[1]
Charge utile 60 kg HE
explosif + fragmentation
Guidage inertiel + mises à jour de mi-parcours
+ radar semi-actif puis actif
(phase terminale)
Détonation impact + proximité
Plateforme de lancement MiG-31BM, puis chasseurs ultérieurs

Le R-37, nom de code OTAN : AA-X-13 / AA-13 « Arrow »[1], est un missile air-air russe fabriqué par la firme Vympel, ayant une portée extrêmement importante.

Développement[modifier | modifier le code]

Conçu dans le but d'attaquer de grosses cibles « faciles » (comprendre : « peu maniables »), en particulier les avions AWACS et C4ISR[1], ce missile fut développé au-début des années 1980 et testé en vol pour la première fois en 1989.

Il avait également été appelé K-37, Izdeliye-610 et RVV-BD (Raketa Vozdoukh Vozdoukh - Bolchoï Dalnosti : missile air-air - longue portée)[2]. L'OTAN l'avait surnommé un temps « Andi ».

Les tests du R-37 continuèrent pendant les années 1990[3] et, en 1994, un missile d'essais parvint à toucher une cible qui lui était distante de 162 nautiques (300 km)[1],[3].

Cependant, en raison de coupes budgétaires, le programme fut cloué au sol à-partir de 1998. Il semblerait pourtant qu'il ait redémarré en 2006, faisant désormais partie du programme de mise à niveau du MiG-31, le MiG-31BM, qui se verra équipé d'un nouveau radar à balayage électronique et d'une capacité d'attaque air-sol[2],[3],[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Présentation du R-37 en salon international aérospatial de Moscou de 2015.

L'Arrow a été conçu pour pouvoir détruire des cibles d'importance stratégique capitale (AWACS, ravitailleurs, transports lourds, postes de commandement aéroportés...)[1],[3], en permettant à l'avion tireur de rester à l'abri des habituels avions de patrouille et défense qui escortent généralement ce type de cibles.

Il a été développé à partir du Vympel R-33, qui était destiné à l'emploi sur les premières versions du MiG-31[2], et était prévu d'être équipé d'une variante du radar actif Agat 9B-1388, pour assurer son guidage. L'Agat 9B-1388 RS[3], capable de détecter une cible de 5 m2 à 21 nautiques (environ 40 km), semblerait cependant avoir été remplacé par une version améliorée du modèle ARGS-PD[5], sur les exemplaires fabriqués jusqu'à aujourd'hui.

Le fuselage du missile est équipé de petits stabilisateurs en son centre, lui procurant une bonne portance et une grande stabilité en vol, tandis-que ses gouvernes repliables lui procurent la capacité à être emporté de manière semi-conforme[Note 1] par des chasseurs n'ayant pas la taille du MiG-31.

D'après le think-tank indépendant australien Air Power Australia, la capacité de distance d'engagement du missile dépendrait fortement de son profil de vol, variant de 80 nautiques (150 km) pour un tir direct, à 215 nautiques (398 km) dans une configuration de vol de croisière[3],[5]. Au-cours du vol, en configuration de vol de croisière, la centrale de navigation inertielle du missile reçoit régulièrement des mises à jour concernant la position de la cible[3], le radar n'étant activé que sur la fin du parcours. La distance de 162 nautiques parcourue en 1994 constitue un record pour un missile « BVR »[Note 2].

Du fait de sa portée élevée et de l'emploi d'un système de navigation inertielle, on peut considérer le R-37 comme étant un missile de croisière, selon l'emploi qui en est fait.

Carrière opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le R-37 est désormais produit, afin d'équiper les intercepteurs évolués MiG-31BM, ainsi que ses versions d'exportation[3],[5].

En revanche, même s'il fut envisagé un temps d'adapter le chasseur Su-27 Flanker à l'emport de cette arme, il semblerait que cette idée ait été abandonnée, aucune opération de ce genre n'ayant été recensée à l'heure actuelle[5].

Versions[modifier | modifier le code]

Vympel R37.svg
  • R-37 : Version de base, prévue pour les versions modernisées du MiG-31, les MiG-31 de la série « M »[2].
  • R-37M : Version équipée d'un accélérateur à poudre supplémentaire, lui procurant une portée de 300 à 400 km.
  • RVV-BD : Présentée pour la deuxième fois, au salon « MAKS 2013 » de Moscou, cette dernière version est prévue pour équiper d'autres avions, tels les Su-35 et potentiellement le Soukhoï T-50 PAK-FA[2].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateur présumé[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la Syrie Syrie : En 2007, des journaux russes annoncent que la Russie va exporter « cinq anciens MiG-31E » de ses stocks vers la Syrie[4],[5], équipés de R-37. Cette annonce aurait pu indiquer que l'avion d'exportation était bel et bien un MiG-31BM moderne, et que le missile anti-AWACS R-37 était donc bien en cours de production[5]. Cela a été démenti officiellement par Rosoboronexport en 2010 et, en 2014, aucune livraison n'a encore été enregistrée[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les missiles sont à demi noyés dans la forme du fuselage, ce qui améliore leur profil aérodynamique et réduit la traînée engendrée par des missiles totalement montés à l'extérieur. Une telle disposition est bien utile, pour des chasseurs rapides comme le MiG-31.
  2. BVR = Beyond Visual Range : au-delà de la portée visuelle. Se dit d'un missile qu'on tire sans avoir pu effectuer une identification visuelle de la cible. Du côté occidental, de nos jours, les règles d'engagement en combat aérien stipulent qu'il est impératif d'avoir pu identifier sa cible avant de l'engager, ce qui rend l'emploi de missiles à longue portée peu intéressant.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Dr. Carlo Kopp, « Missiles in the Asia Pacific - Vympel R-37 (AA-13 Arrow) », Defence Today, Strike Publications (Amberley, Queensland), (consulté le 23 septembre 2013), p. 67 sur Air Power Australia
  2. a, b, c, d et e (en) « MAKS 2013 : Vympel looks to integrate RVV-BD on several aircraft types », Jane's air-lauched weapons, sur Jane's 360, (consulté le 23 septembre 2013)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Dr. Carlo Kopp, « Hard-kill Counter-ISR programs : Air-launched counter-ISR weapons », Technical Report APA-TR-2007-0707, sur Air Power Australia, (consulté le 23 septembre 2013)
  4. a et b (en) Dr. Carlo Kopp, « Foxbat & Foxhound, the Cold War warriors : The MiG-31F/FE and MiG-31BM Multirole Foxhounds », sur Air Power Australia, (consulté le 23 septembre 2013)
  5. a, b, c, d, e et f (en) Dr. Carlo Kopp, « The Russian philosophy of BVR air-combat : Vympel R-37 / R-37M / RVV-BD / AA-13 Arrow », Technical Report APA-TR-2008-0301, sur Air Power Australia, (consulté le 23 septembre 2013)
  6. (en) « Syria's Russian weapon buys », sur Defense Industry Daily, (consulté le 29 août 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • AIM-54 Phoenix : (déclassé) Missile d'environ 190 km de portée, déclassé en-même temps que l'unique avion à l'emporter, le F-14 Tomcat.
  • Novator KS-172 : Son concurrent direct, qui lui a été préféré par l'Inde, mais qui est plus encombrant.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (ru) « P-37 », Авиационное вооружение, sur le site web de l'encyclopédie en ligne « Уголок неба » (coin de ciel),‎ (consulté le 24 septembre 2013)