Extrême-Orient russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Extrême-Orient russe (en russe : Дальний Восток России, Dalni Vostok Rossiï ou plus simplement Дальний Восток, Dalni Vostok) est la partie asiatique de la Russie située à l'est du fleuve Léna et forme l'un des huit districts fédéraux de Russie : le District fédéral extrême-oriental.

La région couvre 6 200 000 km2, ce qui représente 36 % du territoire de la Russie. Sa population est de 6,8 millions d'habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Extrême-Orient russe est situé à l'extrémité est du continent eurasiatique, sur les côtes de l'océan Pacifique et confine avec la Sibérie.

Le nord, séparé de l'Alaska par le détroit de Béring, est baigné par l'océan Arctique. À l'est, la région s'ouvre vers la mer d'Okhotsk. Au sud, elle est baignée par la mer du Japon.

Les géographes divisent l'Extrême-Orient russe en trois régions :

  • l'extrême nord-est ;
  • le pays du nord de l'océan Pacifique (régions de Primorié et de Priamourié) ;
  • le sud.

Le territoire de l'Extrême-Orient est parfois inclus dans la Sibérie et nommé « Sibérie orientale ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1909 l’Extrême-Orient russe fait partie administrativement de la Sibérie (Сибирские губернии и oбластии), elle même divisée en deux gouvernements-généraux : celui d’Irkoutsk et celui de l’Amour (oblasts de l’Amour, du Kamtchatka, de Primorié et de Sakhaline). Ce dernier gouvernement-général correspond à l’Extrême-Orient russe actuel.

De 1920 à 1922, la partie sud du territoire forma, avec l'actuel Kraï de Transbaïkalie, la République d'Extrême-Orient. Ensuite, entre 1922 et 1991, l'Extrême-Orient russe est incorporé dans l'URSS. Aujourd'hui, ce territoire fait partie de la Russie.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est continental caractérisé par des hivers froids et peu neigeux et des étés chauds et humides. En hiver, sous l'influence des vents d'ouest, le temps est froid, sec et clair. En été, l'air maritime venant de l'océan Pacifique apporte nuages et pluies, et un taux d'humidité élevé.

La température moyenne de l'année au sud est +6 °C, au nord, de −8 °C. La température moyenne de janvier varie entre −20 °C au sud et −32,6 °C au nord ; celle de juillet, plutôt uniforme sur tout le territoire, est de +18 °C à +21 °C.

Population[modifier | modifier le code]

La région est très peu peuplée (1,2 hab./km2), la population est concentrée surtout le long du Transsibérien, sur les berges de l'Amour et le long des côtes.

La composition de la population se répartit entre Russes, Ukrainiens, Biélorusses, Coréens et plusieurs minorités ethniques telles que :

La majeure partie de la population est citadine : 75,9 % ; la population rurale ne compte que 24,1 %[1].

Économie[modifier | modifier le code]

La répartition sectorielle du PRB (produit régional brut) de la province selon les données de 2010 :

L’agriculture, la gestion forestière et la pêche — 6,5 %

L’extraction des ressources minières — 24,7 %

Les industries de transformation — 5,6 %

La production et la distribution de l’énergie électrique, du gaz et de l’eau — 4,2 %

La construction — 12,2 %

Le commerce — 10,2 %

L’hôtellerie et la restauration — 0,8 %

Le transport et les communications — 13,4 %

L’éducation et la santé publique — 7,7 %

Les finances et les services — 7,3 %

L'administration nationale et la sécurité militaire — 7,4 %

L'économie de l'Extreme-Orient russe, isolé de la région occidentale par manque d'infrastructures de transport, est aujourd'hui en pleine croissance grâce aux grands projets d'investissements basés sur le partenariat entre les entreprises nationales et privées. A l'horizon 2025, les investissements devraient atteindre 10 billions de roubles (provenant à la fois du budget national et de fonds privés). Les principaux vecteurs du développement de l'Extrême-Orient russe débutent par la formation de la population résidente permanente, l’aplanissement des problèmes dans le fonctionnement, la modification de la structure économique, l’intégration dans le pourtour du Pacific. À ce jour, l'ensemble des circonscriptions de l'Extrême-Orient russe jouissent de subventions nationales. 

Extraction des ressources minières

827 gisements sont exploités sur le territoire. La majeure partie étant constituée par l'extraction  de diamants, d’or, d’argent, de métaux non ferreux tels que l’étain et le plomb, de matières premières chimiques et minières telles que le bore et la fluorine.

Gestion forestière

L'Extreme-Orient russe possède une réserve d'environ 20 milliards de mètres cubes de bois d’oeuvre, représentant un quart des réserves de la Russie.  Le traitement constitue environ 30 %. Douze grands projets de construction de nouvelles entreprises dans le secteur du traitement de bois sont en cours de la réalisation. Ils permetteront de créer plus de 5 milles nouveaux emplois. 

Investissements

En avril 2013 le premier ministre russe, Dimitry Medvedev, a signé un programme du développement socio-économique de l’Extreme-Orient russe et de la Transbaïkalie aboutissant en 2025. Durant cette période environ 10 billions de roubles provenant du budget national et de fonds privés seront investis.

Selon les projets, 980 milliards de roubles participeront à la reconstruction des voies Magistrale Baïkal-Amour et du Transsibérien ; 260 milliards proviennent des fonds budgétaires nationaux et le reste de divers investisseurs (principalement de la Compagnie des chemins de fer russes). L'objectif 2015 est d’accroître le flux de trafic par la BAM et le Transsibérien à 38 millions de tonnes par an de transit, et 54 millions pour 2020.

Dans le cadre du développement du réseau aérien régional, 101 milliards de roubles serviront à la rénovation des deux grands aéroports d'Oulan-Oudé et de Petropavlovsk-Kamtchatski et de 61 aérodromes dans les plus petites provinces extrêmes orientales. Il est budgété 60 milliards de roubles pour la construction d'autoroutes et encore 25 milliards de roubles dans le développement des voies de communications.

58 milliards de roubles seront investis dans le développement des réseaux de distribution et réseaux magistraux, au total il s’agit de dix sites. En parallèle, 33 milliards de roubles seront placés dans la construction de douze nouveaux sites énergétiques. La compagnie « RusGuidro » ayant reçu 50 milliards de roubles de soutient, engagera cette somme dans les industries hydro-électriques de la région.

Villes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]