Menetou-Salon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Menetou-Salon
Menetou-Salon
Vue générale de Menetou-Salon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Terres du Haut Berry
Maire
Mandat
Pierre Fouchet
2020-2026
Code postal 18510
Code commune 18145
Démographie
Gentilé Monestrosaloniens
Population
municipale
1 609 hab. (2018 en diminution de 2,66 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 58″ nord, 2° 29′ 14″ est
Altitude Min. 174 m
Max. 312 m
Superficie 37,66 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Martin-d'Auxigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Menetou-Salon
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Menetou-Salon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menetou-Salon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menetou-Salon

Menetou-Salon [mɛnətu] est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Saint-Martin-d'Auxigny, même après le redécoupage des cantons en 2015[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est à 10 kilomètres de la route départementale 940 en venant de Bourges.

L'autoroute A71 (axe Paris – Clermont-Ferrand) est à 30 km par le contournement ouest de Bourges.

Les routes départementales desservant Menetou-Salon sont :

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Bourges est à 18 km par la route de Fussy.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Menetou-Salon est desservie par la ligne 105 des transports du département du Cher (Henrichemont – Bourges)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Menetou-Salon est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (28,3 %), forêts (28,1 %), prairies (25 %), cultures permanentes (8 %), zones agricoles hétérogènes (6,6 %), zones urbanisées (3,6 %), eaux continentales[Note 3] (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le toponyme actuel est désigné au XIe siècle par monasterium sarlonis (« petit monastère de Sarlon ») aussi dénommé monastellum salonis. Ce nom fait expressément allusion à la fondation près du château seigneurial, vers 1075, du prieuré Saint-Martin par Sarlon, seigneur de Ménetou et Quantilly membre d'une famille noble influente auprès du vicomte de Bourges.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Après la conquête de la Gaule par les légions de Jules César, Avaric — cité des Bituriges — est reconstruite et devient Avaricum. Pour alimenter en eau les fontaines monumentales et les thermes de la nouvelle cité, un des aqueducs est construit depuis la fontaine Saint-Jacques située sur le territoire actuel de Menetou-Salon.

À la Motte-Robert, un ferrier arasé, daté de cette époque, a été mis en évidence sur une surface de près d’un hectare.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1097, le seigneur de Ménetou, Sarlon le Riche, ayant décidé d’accompagner à la Première croisade le vicomte de Bourges, Eudes Arpin/Odo Arpin de Bourges (dernier vicomte de Bourges, celui-là même qui céda la vicomté de Bourges au roi Philippe pour se croiser vers 1100), donne l’église Saint-Pierre de Ménetou, avec ses revenus, à l’abbaye Saint-Sulpice-lez-Bourges de l'ordre de Saint-Benoît (Monumentum : abbaye Saint-Sulpice, BnF : abbaye Saint-Sulpice de Bourges).

En 1190, Hugues de Vesvre, seigneur de Menetou, donne des terres à l’abbaye Notre-Dame de Loroy toute proche (actuellement sur la commune de Méry-ès-Bois) fondée depuis peu (1125) par le seigneur de Sully, la Chapelle et les Aix.

En 1259, Hervé III, seigneur de Vierzon, donne la seigneurie de Menetou-Salon (héritée des Mehun, dont descendait les Vierzon ; Menetou faisait partie d'un ensemble de fiefs dans la mouvance de Mehun) à sa sœur ou nièce Marie de Vierzon à l’occasion du mariage de cette dernière avec Jean Ier de Sancerre. Robert de Sancerre († entre 1271 et 1301), fils (ou plutôt frère ?) cadet de ce dernier, obtient la seigneurie de Menetou-Salon (cf. l'article Sancerre).

En 1384, Arnould de Bonnay, marié à Isabeau de Sancerre dame de Menetou (probablement † vers 1389/1396 ; elle n'est pas Isabelle/Isabeau, fille de Louis II de Sancerre, mais une parente éloignée, de la branche cadette des Sancerre de Menetou et Soesmes), seigneur de Quantilly, peut se prévaloir par son mariage du titre de seigneur de Menetou.

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Vers 1450, Jacques Cœur achète les terres et le château de Menetou. Dans les années qui suivent, le Grand argentier tombe en disgrâce et ses biens sont saisis par le roi Charles VII. Ce dernier cède pour 8 000 écus d’or cette seigneurie à sa favorite du moment, Antoinette de Maignelais, devenue dame de Villequier par son mariage avec André de Villequier.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1513, Artus de Villequier vend (pour 20 500 livres) la terre de Ménetou à dame Jeanne de Malet-Graville, veuve en 1511 du maréchal Charles d’Amboise et † en 1546 sans postérité survivante.

En 1532 Claude d'Urfé, surintendant de la Maison du roi François II, épouse Jeanne de Balzac d’Entragues, dame de Menetou (nièce des précédents, car fille de Pierre d’Entragues et d’Anne de Graville, qui était la sœur de Jeanne Malet de Graville) et devient ainsi seigneur de Menetou-Salon.

En 1559, à la mort de Claude d’Urfé, son beau-frère Jean Pot seigneur de Rhodes en bas Berry (qui avait épousé en 1538 Georgette de Balsac, sœur de Jeanne et fille de Pierre de Balsac et Anne de Graville) achète à Jacques d’Urfé la châtellenie de Menetou-Salon.

En 1590, sont regroupées deux entités jusque-là distinctes : la seigneurie de la Chaintre (qui dépendait du seigneur de Mehun-sur-Yèvre — donc du roi — et qui était soumise à la taille) et la partie située autour du château de Menetou appelée le fief Pot (ou fief de Pot) qui dépendait de la principauté souveraine de Boisbelle, dont les habitants jouissaient de conditions très avantageuses en matière d’impôts et d’obligations militaires.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1619, à l’issue d’un procès sommaire devant la cour souveraine de Boisbelle, un mendiant, Gilbert Fourneau, est arrêté, convaincu de sorcellerie et condamné à mort. Après avoir fait amende honorable au porche de l’église Saint-Pierre de Ménetou, il est pendu puis brûlé sur place.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, les catholiques de Menetou-Salon disposent de trois lieux de culte : l'église paroissiale Saint-Pierre, le prieuré de Saint-Martin et la chapelle du château (la paroisse est rattachée à l'archiprêtrie de Bourges).

À l'occasion de plusieurs mariages, la terre de Menetou — qui était restée près de deux siècles propriété de la famille Pot (maintes fois ambassadeurs du roi de France) — va en peu de temps voir plusieurs maisons nobiliaires se succéder à sa tête. Ainsi :

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1801, sous le Consulat et Napoléon Bonaparte est instauré à Menetou-Salon un tribunal appelé « Justice de paix » pour régler les conflits de voisinage apparus sur les communes d'Allogny, de Fussy, de Menetou, de Pigny, de Quantilly, de Saint-Éloy-de-Gy, de Saint-Georges-sur-Moulon, de Saint-Palais, de Saint-Martin-d'Auxigny, de Vasselay et de Vignoux-sous-les-Aix.

En 1817, sous le règne de Louis XVIII et la Restauration française, le siège de la Justice de paix est transféré à Saint-Martin-d’Auxigny.

Vers 1824, un vaste incendie détruit 104 maisons à Menetou-Salon ; l’archevêque de Bourges, Mgr Guillaume-Aubin de Villèle, ordonne des quêtes dans son diocèse pour porter secours aux sinistrés.

Dans les années 1830, sous la Monarchie de Juillet et le roi Louis-Philippe Ier, la commune de Menetou-Salon est caractérisée par des activités de tissage de serge, d’huilerie de noix, de commerce de bois et bien sûr de production de vins (dont une partie alimente une distillerie) ; si l’on recherche des fabrications de taillandier ou un instrument aratoire, ils sont produits sur place (M. Talbot, par exemple, pour les outils agricoles vers 1860). Mais l'essor de ces activités est freiné par la vétusté et la lenteur des transports avec la seule traction à cheval : diligences, charrettes ; de plus, les routes sont peu praticables en certaines saisons et dans les lieux reculés.

En 1867, sous le Second Empire et l’Empereur Napoléon III, l’église de Menetou-Salon est reconstruite.

La deuxième partie du XIXe siècle voit partout en France l’essor du chemin de fer. L’objectif visé est que toutes les préfectures et les sous-préfectures soient rapidement reliées par le rail. Au début du siècle suivant, les trois quarts des cantons le seront également au moyen de chemins de fer départementaux ou de tramways (parfois à voie métrique, parfois à écartement plus faible encore : 80 cm et même 60 cm). Menetou-Salon va également être touché par ce bienfait voulu expressément par les autorités républicaines pour rallier les citoyens au nouveau régime politique. Dès 1860, le vin de Menetou commence à être vendu à Paris. Puis, dans les années 1880, est entreprise la construction de la ligne Bourges – Aubigny – Argent – Sully – Orléans ou Paris via Pithiviers (ligne exploitée jusqu’en 1938 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans) (ou « P.O » dans le langage quotidien) puis par la SNCF après 1938).

En 1877, le prince Auguste d’Arenberg (1837-1924 ; fils de Pierre et petit-fils de Pauline-Louise de Brancas et Louis-Engelbert d'Arenberg), déjà conseiller général du canton de Saint-Martin-d’Auxigny, est élu député monarchiste du Cher, au suffrage universel masculin ; il occupera cette fonction — hormis une interruption entre 1881 et 1889 — jusqu'en 1902.

En 1878, sous la Troisième République, sont édifiées la mairie et les écoles primaires de la commune.

1881 est une année noire pour la viticulture du centre de la France. À son tour, en effet, le Cher (alors planté, selon L. Gallicher de la Société d'agriculture du Cher, de 12 964 hectares de vignes ainsi réparties : 54,5 % dans l'arrondissement de Bourges, 26,5 % dans l'arrondissement de Saint-Amand et 19 % dans l'arrondissement de Sancerre, produisant au total près de 400 000 hectolitres de vin) subit une grave crise économique agricole provoquée par la progression du phylloxéra ; mais les viticulteurs de Menetou-Salon font face collectivement au désastre en créant un Syndicat viticole en 1890 et en replantant de nouveaux cépages plus résistants.

Le château de Menetou-Salon est restauré et agrandi vers 1885 par le prince Auguste d’Arenberg, président de la Compagnie du canal de Suez, député du Cher.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, le chemin de fer se trouve rapidement concurrencé par la route, du fait des considérables progrès techniques intervenus : dans le réseau routier, en particulier avec le goudronnage généralisé, ainsi que sur les automobiles et les camions.

Le monument aux morts est érigé le en l’honneur des nombreux poilus de la commune de Menetou-Salon tués au cours de la Première Guerre mondiale.

Le , la gare de Menetou voit passer le « train fou » vidé de toute présence humaine par les maquisards et lancé par la Résistance intérieure française en direction du nœud ferroviaire de Bourges pour empêcher les armées du troisième Reich d’utiliser le rail et de s’opposer aux conséquences du débarquement de Normandie ou pour battre en retraite rapidement vers l’Allemagne. Contre toute attente, cette action spectaculaire de la « bataille du rail » ne fit aucun dégât.

Après la seconde Guerre mondiale et la reconstruction du pays, le rail connaît quelques années de répit mais les lignes d’intérêt local ou régional voient rapidement baisser leur trafic. Le remplacement des locomotives à charbon par des autorails ou des loco-tracteurs (à moteur à essence ou à moteur diésel) n’inversent pas la tendance.

En 1950, la gare de Menetou cesse d’accueillir les voyageurs et, vingt ans plus tard, les marchandises. Enfin, la ligne de chemin de fer desservant Menetou-Salon fait l’objet d’une mesure de « retranchement » et de « déclassement » (en ).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1922 ? M. Desbarres    
mars 2001 mars 2008 Bernard Remangeon    
mars 2008 En cours
(au 27 septembre 2014)
Pierre Fouchet[12],[13]   Ancien artisan, commerçant ou chef d'entreprise

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 1 609 habitants[Note 4], en diminution de 2,66 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0513 2773 6222 1782 4972 4782 4512 5182 571
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5842 6032 5462 5772 5522 5262 6202 5752 609
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4542 3902 3461 8251 7521 5731 5141 4561 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 3881 3091 3341 4771 6001 6611 6901 6651 627
2018 - - - - - - - -
1 609--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Indicateurs démographiques[modifier | modifier le code]

Pour les périodes 1990-1999 et 1999-2010[17] :

  • le taux annuel moyen de variation de la population était positif (+ 0,4 %) puis il devient quasi stable ;
  • le taux de natalité augmente légèrement, passant de 10,8  à 11,2  ;
  • le taux de mortalité diminue légèrement, passant de 15,1  à 14,9 .

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2010, Menetou-Salon comptait 814 hommes et 851 femmes. La pyramide des âges de la commune est représentée ci-dessous :

Pyramide des âges de Menetou-Salon (2010) en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou plus
1,9 
75 à 89 ans
13,5 
16,8 
60 à 74 ans
14,5 
22,4 
45 à 59 ans
22 
18,8 
30 à 44 ans
18,7 
16,2 
15 à 29 ans
12,1 
18,2 
0 à 14 ans
17,4 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Menetou-Salon — en AOC : Appellation d'origine contrôlée depuis 1959 — est cependant un vignoble très ancien si l’on croit les vieux écrits et documents concernant la seigneurie et châtellenie de Menetou-Salon.

Ce vignoble renommé s’étend sur 465 hectares de collines. L’aire d’appellation couvre dix communes dont Menetou-Salon, Aubinges, Humbligny, Morogues, Parassy, Quantilly, Saint-Céols, Soulangis, Vignoux-sous-les-Aix.

Emploi et population active[modifier | modifier le code]

En 2010, parmi les 1 665 habitants que compte la commune, 1 015 sont âgés de 15 à 64 ans et 761 habitants (soit très approximativement les trois quarts) sont actifs (698, soit 68,8 %, ont un emploi[18]).

Au sens du recensement, la commune comptait 63 chômeurs (soit un taux de chômage de 8,3 %[18]).

Toujours en 2010, on comptait 397 emplois (dont 295 salariés) ; 703 actifs avaient un emploi résidant dans la zone[18].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Menetou-Salon.
Photographie de l'église de Menetou-Salon
L’église Saint-Pierre.
  • Château de Menetou-Salon : l'actuel château remonte au XIVe siècle — date de début du chantier — et voit des travaux jusqu’aux remaniements majeurs des années 1880. Le château est habité de nos jours par le propriétaire actuel, le 5e prince et duc d’Arenberg français[19].
Avant que Hugues de Cormaing ne cède en 1450 Menetou et Quantilly à Jacques Cœur, le château appartint à Sarlon le riche, contemporain de Henri Ier, puis à la Maison de Vèvre, de Vierzon et de Sancerre.
Le château primitif a appartenu en 1448 à Jacques Cœur — le grand Argentier de Charles VII de France — avant de lui être confisqué lors de sa disgrâce en 1455, pour être adjugé à Antoinette de Maigrelay, veuve d'André Villequier puis racheté par Jeanne de Graville. Le riche hôtel particulier de Bourges, le palais Jacques-Cœur, a inspiré au XIXe siècle l'architecte chargé des transformations. L'ancien château fut en effet agrandi et embelli, entre 1884 et 1890 par l'architecte parisien Ernest Sanson, le sculpteur Antoine Margotin et le menuisier-ébéniste Calmel, à la demande du prince Auguste Louis Albéric d'Arenberg et de la princesse son épouse. Ce représentant de l'aristocratie française remplit, sous la Troisième République, des fonctions éminentes dans de nombreux domaines, notamment comme député du Cher de 1877 à 1902. Ce château est de style néogothique. Il a été classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Le château de Menetou-Salon est une des étapes de la route Jacques Cœur.
  • Église Saint-Pierre : la paroisse de Menetou-Salon est, depuis le XIe siècle, sous le patronage de saint Pierre. L'édifice actuel date de 1867, mais il renferme des éléments plus anciens comme une grande statue classée de Vierge à l'Enfant en pierre du XVe siècle, l'époque du « roi de Bourges » Charles VII de France et de Jacques Cœur seigneur de Ménetou, ainsi qu'un retable en pierre du XVIIe siècle.
  • La mairie-école : elle est construite en pierre et briques et date de 1878.
  • Le monument aux morts : érigé en 1922 sur la place centrale, il fut commandé à François Popineau, professeur à l’école des beaux-arts de Bourges et auteur des deux monuments aux morts du chef-lieu du département. Les noms inscrits sur le monument sont ceux des victimes de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, et des guerres de décolonisation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées pref18_20140408
  2. Décret no 2014-206 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cher
  3. « La ligne 105 », sur www.lignes18.fr.
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020).
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a et b « Résultats du recensement de la population pour Menetou-Salon (thème Évolution et structure de la population) », sur insee.fr, (consulté le 21 septembre 2013).
  18. a b et c « Résultats du recensement de la population pour Menetou-Salon (thème Emploi et population active) », sur insee.fr, (consulté le 21 septembre 2013).
  19. Le Cher remarquable : 80 sites vus du ciel, (présentation en ligne), p. 42-43.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Chevreau et Jacques Troadec, Carte archéologique de la Gaule : 18 Cher,
  • N. Dieudonné-Glad, La métallurgie du fer autour d’Avaricum (Bourges) dans l’Antiquité, Revue archéologique du Centre de la France,
  • Gaspard Thaumas de la Thaumassière, Histoire de Berry,
  • Louis Hector Chaudru de Raynal, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu’en 1789,
  • Valérie Sadet, Les princes d’Arenberg et leur domaine de Menetou-Salon (1792-1914), Tours,
    mémoire d’Université
  • Daniel Bernard, Mémoires d’un terroir,
    Texte abondamment illustré.
  • Maurice Maillet, Les « chieuvres » du Berry
    Témoignages et photos sur les vieux trains du Cher.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :