Antoinette de Maignelais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoinette de Maignelais
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre tombale - Musée d'Art et d'Histoire Cholet

Nom de naissance Antoinette de Maignelais
Naissance Vers 1434
Inconnu
Décès
Cholet
Conjoint
André de Villequier
Descendants
Artus de Villequier (1451-1452)
Antoine de Villequier (1452-1495)
Jeanne de Maignelais (1455-?)
François Ier d'Avaugour (1462-1510)
Antoine de Maignelais (1463-1481),
Françoise de Maignelais(1470-1500)

Antoinette de Maignelais (ou de Magnelais) née vers 1434 et morte en 1474, vicomtesse de la Guerche est une noble française, maîtresse du roi de France Charles VII, puis du duc de Bretagne François II.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Antoinette de Maignelais est née dans la région de Loches. Elle est la fille de Jean II de Maignelais, capitaine picard, et de Marie de Jouy. Cousine d'Agnès Sorel, celle-ci l'introduit à la cour de Charles VII [1].

A la cour du roi de France Charles VII[modifier | modifier le code]

A la cour de Charles VII, elle est la nourrice des trois filles qu'Agnès Sorel a eues avec le roi. En 1450, à la mort d’Agnès Sorel, Antoinette de Maignelais devient la favorite du roi Charles VII. Les relations entre le roi Charles VII et le dauphin sont extrêmement tendues. Antoinette de Maignelais, favorite à la cour, est aux services du dauphin qui détestait son père Charles VII. Elle l'informe de tous les actes du roi[2].

Elle épouse le seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte, André de Villequier. Celui-ci acquiert le 19 octobre 1450, le domaine de la Guerche. Le 22 octobre, Charles VII donne à André de Villequier les îles d’Oléron, de Marennes, la tour de Brou[3].

Il meurt le 15 juin 1454[4], presque aussitôt après avoir fait un testament en faveur de son épouse[2]. Pour elle, le roi fait reconstruire le château de la Guerche.

Elle entretient un escadron volant afin de distraire le roi, escadron composé de jeunes filles dont Blanche de Rebreuve[4].

A la cour de duc de Bretagne François II[modifier | modifier le code]

En 1461, elle devient la favorite du duc de Bretagne François II, avec qui elle a trois enfants : François d'Avaugour (1462-1510), Antoine et Françoise. François II l'installe au Château des ducs à Nantes[2]. Charles VII décède en 1461. Louis XI devient roi à 38 ans. Antoinette de Maignelais installée à la cour du duc de Bretagne reste cependant dévouée à Louis XI. Elle entretient une correspondance avec lui pour l'informer des intentions de François II à son insu[2].

En 1460, elle achète les châtellenies de Cholet et du Loroux-Bottereau avec l'argent que lui prête le duc de Bretagne[2]. En contrepartie, Antoinette de Maignelais en fait donation à François, le fils qu'elle a avec le duc de Bretagne. Elle se réserve l'usufruit des terres de Cholet et du Loroux-Bottereau. Par ailleurs, le duc ouvre des crédits illimités à Antoinette de Maignelais. En 1468, la duchesse Marguerite de Bretagne reçoit 7000 livres, Antoinette de Maignelais 18391 livres[2].

Esthète et mécène, Antoinette de Maignelais entreprend de transformer la forteresse médiévale en demeure de plaisance[5]. Cholet devient un pôle d'attraction et un pôle économique florissant. La ville attire seigneurs et dames des environs[6].

En 1463, les relations entre le duché de Bretagne et le royaume se détériorent. François II refuse l'hommage lige à Louis XI.

François II lève une armée. Pour cela, il envoie à la monnaie sa vaisselle et ses bijoux. Antoinette de Maignelais en fait autant. Quand Antoinette de Maignelais apprend l'échec de Louis XI à la bataille de Montlhéry, elle fait illuminer la ville et le château de Cholet. En représaille, Louis XI confisque tout les biens acquis par la famille Maignelais[6].

Le 16 juillet 1468, l'armée de Louis XI prend la forteresse de Champtocé et tient le siège à Ancenis. François II a besoin d'argent. Antoinette de Magnelais prête au duc un collier de 18000 écus, cadeau de François II, pour aider l'armée du duc. Antoinette de Magnelais prend le parti de la Bretagne.

Le 25 septembre 1469, la duchesse Marguerite de Bretagne meurt sans laisser de descendance mâle au duché de Bretagne. En 1483, Antoinette donne naissance à une fille nommée Françoise qui sera élevée avec Anne de Bretagne[6]. Mais le duché ne pouvait rester sans héritier. François II épouse Marguerite de Foix, fille du comte Gaston de Foix, le 26 juin 1471. Antoinette de Maignelais meurt le 5 novembre 1475. Elle est inhumée dans la chapelle des Cordeliers de Cholet[6].

La chapelle des Cordeliers est incendiée pendant les guerres de religion, en 1563. La pierre tombale est découverte en 1882 lors de travaux. Celle-ci est visible au musée d'Art et d'Histoire de Cholet, l'inscription est la suivante :

« Ci-Git noble et puissante Damoiselle Antoinette de Maignelais, en son vivant, Dame de Villequier et de Maignelais, Vicomtesse de la Guerche en Touraine et de St Sauveur le Vicomte, Dame de Monttrésor et de Menetou-Salon, des Iles de Marennes, d'Oléron et de cette ville de Cholet, qui trépassa le Ve jour de novembre de l'an MCCCLXX(V) »

Descendance et succession[modifier | modifier le code]

De son époux André de Villequier, elle eut Artus de Villequier (1451-1452) et Antoine de Villequier (1452-1495).

Du roi de France Charles VII, elle eut Jeanne de Maignelais (1455-?).

Du duc de Bretagne François II, elle eut2 :

  • François 1er d'Avaugour (1462, 10/03/1510), lieutenant général de Bretagne, comte de Vertus et de Goëlo, premier baron de Bretagne, baron d'Avaugour, seigneur de Clisson, Châtelaudren, Lanvollon et de Paimpol. Il épouse après 1491 Madeleine de Brosse postérité - 4 enfants, dont : François II d'Avaugour + avant 14/11/1548
  • Antoine (1463-1481) seigneur de Dolub, baron d' Avaugour, senor de Héde, de Clisson et du Chateau-Fromont
  • François (1465-1465)
  • François (1466-1466)
  • Françoise (1470-1500)

Les enfants du duc de Bretagne et d'Antoinette de Maignelais sont élevés à la cour de Bretagne[4].

Au décès d'Antoinette de Maignelais, Arthur de Villequier, l'aîné de ses enfants, conteste l'acte du 22 mai 1463. Il réclame la châtellenie de Cholet à son frère François, fils du duc de Bretagne. Louis XI règle le litige. Il confisque la terre de Cholet, qu'il donne à Tanneguy du Chastel[6], l'ennemi d'Antoinette de Maignelais. Arthur de Villequier se retire sur le domaine de La Guerche. La lignée des Villequier s'éteint au XVII siècle.

François reçoit le château de Clisson en apanage. En 1487, il trahit son père le duc de Bretagne et soutient le roi de France[6]. Sa sœur Françoise, élevée à la cour de Bretagne reste attachée à Anne de Bretagne.

Le personnage d'un tableau de la fin du XVIe siècle, conservé au château des Dames près de Mehun-sur-Yèvre, serait une représentation d'Antoinette de Maignelais[6].

Notoriété[modifier | modifier le code]

  • En octobre 2016, une seule rue en France porte son nom[7]. Par délibération du , la municipalité de Montreuil-en-Touraine donne le nom d'Antoinette de Maignelais, ancienne propriétaire du château, à l'ancienne voie Bois de la Garenne[8].
 Plaque de rue - Montreuil-en-Touraine
Plaque de rue - Montreuil-en-Touraine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dreux du Radier, Mémoires historiques, critiques et anecdotes des reines et régentes de France, vol. 3, , 408 p. (lire en ligne), p. 212
    Réédition en 6 volumes des 6 tomes parus de 1764 à 1777. « (...) Agnès Sorel étoit fille de Jean Soreau et de Catherine de Maignelais ; Catherine étoit sœur de Jean de Maignelais second du nom ; du mariage de ce Jean de Maignelais (qui étoit mort en 1462) avec Marie de Joui, naquit entre autres enfants Antoinette de Maignelais, laquelle étoit par conséquent cousine germaine, et non pas nièce, comme on l’a dit, d’Agnès Sorel. »
  2. a, b, c, d, e et f Emile Boutin, « Les griffes de Louis XI dans notre histoire régionale », sur Société des historiens du Pays de Retz (consulté le 5 octobre 2016)
  3. « Histoire de Charles VII - Vallet de Viriville », sur www.mediterranee-antique.fr (consulté le 8 octobre 2016)
  4. a, b et c Roger Picard, Femmes célèbres du Centre-Val de Loire, Amiens, Martelle, , 260 p. (lire en ligne)
  5. Geoffroy Ratouis, Cholet de A à Z, Alan Sutton, , 128 p. (ISBN 978-2813802538)
  6. a, b, c, d, e, f et g Pierre Richard, « Antoinette de Maignelais », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes, vol. Tome 131,‎
  7. http://adresse.data.gouv.fr
  8. Délibération du 27 octobre 2009, Conseil Municipal, Montreuil-en-Touraine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]