Saint-Martin-d'Auxigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Martin-d’Auxigny
Saint-Martin-d'Auxigny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Terres du Haut Berry
Maire
Mandat
Fabrice Chollet
2020-2026
Code postal 18110
Code commune 18223
Démographie
Population
municipale
2 415 hab. (2018 en augmentation de 5,32 % par rapport à 2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 16″ nord, 2° 25′ 03″ est
Altitude Min. 152 m
Max. 301 m
Superficie 24,08 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Martin-d'Auxigny
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny
Liens
Site web mairie-sma.over-blog.org

Saint-Martin-d'Auxigny est une commune française, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à la confluence des régions naturelles de la Sologne, de la Champagne berrichonne et du Pays-Fort. L'habitat est dispersé parmi de petits vallons très encaissés.

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-d'Auxigny est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (32,9 %), forêts (29,1 %), zones agricoles hétérogènes (13,8 %), terres arables (8,7 %), zones urbanisées (7,9 %), prairies (3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'ancien Auxigniacum, Auxigny, aurait été – au IXe siècle, au moment des invasions normandes – l'une des stations où se serait arrêté le corps de saint Martin.(d'où le toponyme : Sanctus Martinus de Axigniaco attesté en 1163).
  • Partie du domaine royal français, la localité vit, vers 1150, Louis VII construire le château de la Salle-le-Roi qui dominait le site de l'étang actuel. Renforcé par Philippe-Auguste et Louis XI, il devint une résidence de chasse pour les rois de France jusqu'à ce qu'il soit détruit en pendant les guerres de religion.
  • Des archers écossais – venus pendant la guerre de Cent Ans au milieu du XVe siècle – aider le roi Charles VII à bouter les Anglais hors du Royaume, effectuèrent le « défrichement du secteur », qui était situé dans une région alors fortement boisée (d'où son nom « la Forêt »). En effet, en reconnaissance de son appui militaire décisif, Jacques Stuart – roi d'Écosse – et sa lignée reçurent la terre d'Aubigny-sur-Nère et s'y installèrent durablement avec nombre de leurs compatriotes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Martin-d'Auxigny.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’azur aux trois truites d’or, au chef du même chargé de trois roses de gueules boutonnées aussi d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1955 1971 Louis Sochet   arboriculteur
1971 1980 Édouard Clavier   huissier
1980 1983 André Mabilat   arboriculteur
1983 2001 Alain Besson   professeur sciences physiques
2001 En cours Fabrice Chollet[8],[9]   Cadre de la fonction publique

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 2 415 habitants[Note 4], en augmentation de 5,32 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7351 6781 9371 9372 1612 2072 3182 3222 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6392 7172 9682 7442 5862 5022 5922 5642 584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5132 3662 2121 8531 8521 6751 6041 6471 504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 6251 6591 6351 7051 9092 0182 0762 0842 280
2017 2018 - - - - - - -
2 3972 415-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

La moitié des Martinois réside en centre-bourg ; le reste de la population est inégalement réparti entre les hameaux de la Rose et des Rousseaux mais aussi d'autres hameaux de taille plus modeste : Montboulin, les Arpents, les Cocus, les Chéneaux, les Chênes, les Décloux, les Roches...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église du village. Ancien porche conservé.
  • Le site de l'étang de la Salle-le-Roy avec ruine de la chapelle du château.
  • Le prieuré de Bléron : ce petit établissement monastique a accueilli une communauté de frères chartreux au Moyen Âge. Aujourd'hui deux bâtiments subsistent et sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques.
  • La pierre à la femme, menhir de l'époque mégalithique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020).
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020).
  10. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :