Vignoux-sous-les-Aix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vignoux-sous-les-Aix
Vignoux-sous-les-Aix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Terres du Haut Berry
Maire
Mandat
Thierry Cosson
2020-2026
Code postal 18110
Code commune 18280
Démographie
Gentilé Vignogilois
Population
municipale
725 hab. (2018 en augmentation de 2,26 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 16″ nord, 2° 27′ 53″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 169 m
Superficie 14,94 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Martin-d'Auxigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Vignoux-sous-les-Aix
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Vignoux-sous-les-Aix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vignoux-sous-les-Aix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vignoux-sous-les-Aix

Vignoux-sous-les-Aix est une commune française située dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Vignogilois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vignoux-sous-les-Aix est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,6 %), prairies (7,7 %), forêts (6,8 %), cultures permanentes (4,8 %), zones urbanisées (4,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin vinea (« vignoble ») avec le gaulois ialo (« clairière, défrichement, champ »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  janvier 1835 Jean Join    
février 1835 1848 Jean Dadu    
1848 octobre 1859 François Prévost    
octobre 1859 janvier 1881 Jean Dadu dit Grelet    
1881   Pierre Mittairrand    
1886 1892 Jean Baptiste Milhiet    
1893 1897 Louis Mallet    
1897   Alexis Léger    
mars 2001 mars 2008 Bernard Léger    
mars 2008 mars 2011 Pierre Gaurin DVG  
avril 2011 juillet 2020 René Thomas[8]   Retraité des artisans, commerçants et chefs d'entreprise
juillet 2020 En cours Thierry Cosson[8],[9]   Profession intermédiaire administrative de la fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 725 habitants[Note 3], en augmentation de 2,26 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462274256321517503535563494
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
484521531508543520529493492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
474472458409395351323305288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
332255286418624657700707713
2013 2018 - - - - - - -
709725-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Loup. XIIe s. XVIe s. 1733.

Église en forme de fausse croix latine.

De l’église rebâtie au XIIe s., il subsiste le chevet à 3 pans ; tout le reste fut ou rebâti ou fortement restauré au XVIe s. et en 1723.

La petite cloche a été baptisée le 20 oct 1710.

La grosse cloche a été baptisée le . Que s'était-il passé?

Selon les registres de la paroisse de Pigny, l'église St Loup fut rebâtie et rouverte officiellement lors de la célébration d'une grande messe le cf la page du registre: http://www.archives18.fr/ark:/41383/s00512b7c01408ca/512b7c015b0a5.

En 1722 et 1723 beaucoup de baptêmes, mariages des habitants de Vignoux ont lieu à Pigny. Les inhumations étaient également faites dans le cimetière de Pigny. Que s'était passé? Un incendie?

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Mitterand (né vers 1586), plus lointain ancêtre agnatique de François Mitterrand, vivait à Vignoux-sous-les-Aix au XVIIe siècle.
  • L'affirmation ci-dessus, semble, après dépouillement intégral des registres d'état-civil de Vignoux-sous-les-Aix, être une affirmation très approximative basée sur des actes de mariages non filiatifs. La quantité de Mitterrand vivant à Vignoux et sur les paroisses avoisinantes au XVIe et XVIIe siècles ne permet pas, à ce jour, d'établir un lien formel entre les ancêtres de François Mitterrand (Mathurin Mitterrand x Marie Rouzeau rencontrés à Bourges) et les Mitterrand de Vignoux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020).
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.