MK2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mk2.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (août 2014).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

MK2
Création (42 ans)
Fondateurs Marin Karmitz
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan Une autre idée du cinéma
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Marin Karmitz
Activité Cinéma (production et distribution) & Médias
Site web [1]
Chiffre d’affaires 55 millions d'euros (2013) [1]

MK2 est une société de production et distribution de films et d’exploitation de salles de cinémas, fondée en 1974 par Marin Karmitz, aujourd’hui dirigée par ses fils Nathanaël Karmitz et Elisha Karmitz[2]. Le réseau de cinémas mk2 est présent à Paris depuis 1974, avec 10 cinémas et 65 écrans et dans le Sud de l’Espagne depuis 2014, après le rachat du réseau Cinesur (9 cinémas)[3]. mk2 exploite un catalogue de 600 films[4], parmi lesquels des œuvres produites, co-produites ou distribuées de réalisateurs tels que Charlie Chaplin[5], Claude Chabrol[6], François Truffaut[7], Krzysztof Kieslowski[8], Abbas Kiarostami[9], ou encore Xavier Dolan[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Marin Karmitz crée sa propre maison de production MK2, d'abord exclusivement consacrée aux courts-métrages (notamment ses réalisations dont Camarades en 1969). Ses productions rencontrant des problèmes de diffusion, il décide de devenir lui-même exploitant.
La première salle ouvre en 1974 : c'est le 14 juillet Bastille près de la place de la Bastille. Cette enseigne initiale sert de marque pour les salles dont les ouvertures suivent : le 14 juillet Parnasse (reprise de l'ex-Studio Parnasse), le 14 juillet Odéon, le 14 juillet Nation et le 14 juillet Beaugrenelle.

MK2 a contribué à former de grands professionnels du métier, comme Jean Labadie qui partira fonder BAC Films au milieu des années 80, Michel Saint-Jean (parti créer Diaphana) ou encore Laurent Carignon qui fut de longues années (avant un décès brutal) directeur de salles de MK2 puis programmateur de tout le réseau de salles 14 Juillet" ancienne enseigne de la branche "MK2 vision".


MK2 (8061225699)

MK2 ensuite implante peu à peu des cinémas dans des quartiers de la capitale défavorisés notamment sur le plan culturel : il y programme des films d'auteurs, des films en version originale, des événements et débats autour des films, librairie juxtaposée, etc. Au sud du bassin de la Villette, avec les deux cinémas jumeaux, le MK2 Quai de Seine (1996) et MK2 Quai de Loire (octobre 2005) : ils ont pris place dans deux anciens entrepôts (construits à partir de poteaux et charpentes métalliques d’Eiffel pour l’Exposition universelle de 1878), de part et d'autre du bassin. Pour aller de l'un à l'autre, la navette « Zéro de conduite » peut contenir 25 passagers et 2 membres de l’équipage (gratuit sur présentation du ticket de cinéma).

D'abord spécialisé dans l'exploitation cinématographique, MK2 s'est diversifié dans les années 1980 dans la distribution et dans la production de films, puis dans la production de documentaires pour la télévision.

En 1998, Marin Karmitz opère une unification de l'identité des activités de son groupe et, le 29 avril, change l'appellation des salles de 14 juillet en MK2[11].

En octobre 2005, Marin Karmitz, cède sa place de directeur général du groupe à son fils Nathanaël Karmitz. La famille Karmitz dispose de 98 % du capital[12].

Le groupe édite aussi le magazine mensuel Trois Couleurs qui est disponible gratuitement dans toutes les salles du groupe et dans 250 lieux de culture et de consommation à Paris.

En 2008, Emmanuel Proust éditions est racheté par Heupé SARL détenue à 51 % par Emmanuel Proust et à 49 % par le groupe MK2.

Production[modifier | modifier le code]

Parmi les films produits par MK2, on peut citer : Au revoir les enfants de Louis Malle, Yol de Yilmaz Güney, Une affaire de femmes et la Cérémonie de Claude Chabrol, I Want to Go Home d'Alain Resnais, Trois Couleurs : Bleu, Trois Couleurs : Blanc et Trois Couleurs : Rouge de Krzysztof Kieślowski, Chocolat de Claire Denis, Mysterious Skin de Gregg Araki, Carmin profond d'Arturo Ripstein, Gabbeh de Mohsen Makhmalbaf, Last Days de Gus Van Sant, Baxter de Jérôme Boivin, L'Heure d'été d'Olivier Assayas, Laurence Anyways de Xavier Dolan.

Distribution[modifier | modifier le code]

MK2 Diffusion, créé en 1974, assure la commercialisation en France du catalogue MK2, qui compte plus de 500 films de 30 nationalités différentes.

Le groupe se spécialise dans des films d'auteur ou de type « art et essai », et la découverte de cinématographies ou d'auteurs étrangers.

MK2 Diffusion distribue en salles les films produits ou acquis par le groupe, avec une moyenne de 8 à 12 films par an.

2007 : Paranoid Park de Gus Van Sant, A casa nostra de Francesca Comencini, 24 Mesures de Jalil Lespert, Made in Jamaica de Jérôme Laperrousaz

2008 : Be Happy de Mike Leigh, Fly me to the Moon de Ben Stassen, L'Heure d'été d’Olivier Assayas, Hunger de Steve McQueen, Rumba de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy

2009 : La Véritable Histoire du chat botté de Jérôme Deschamps, Macha Makeïeff et Pascal Hérold, Fish Tank de Andrea Arnold, L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot de Serge Bromberg et Ruxandra Médréa, La Merditude des choses de Felix Van Groeningen

2010 : Copie conforme de Abbas Kiarostami, When You're Strange de Tom DiCillo, Carlos de Olivier Assayas, Les Amours imaginaires de Xavier Dolan, Vénus noire de Abdellatif Kechiche

2011 : Beginners de Mike Mills, La fée de Abel et Gordon et Bruno Romy, Metropolis de Fritz Lang, Shame de Steve McQueen

Le groupe distribue dans le monde entier les films de réalisateurs français aussi célèbres que Jean-Luc Godard, Alain Resnais, Jacques Doillon, Olivier Assayas, Abdellatif Kechiche, ainsi que de réalisateurs étrangers reconnus comme Krzysztof Kieslowski, Abbas Kiarostami, Gus Van Sant, Michael Haneke, Walter Salles et dispose d’un catalogue de plus de 500 titres internationaux, vendus aux distributeurs et chaînes de télévisions du monde entier, et qui compte les films de Chaplin, Truffaut, Chabrol

Exploitation[modifier | modifier le code]

MK2 Hautefeuille

Fin 2005, MK2 est le troisième réseau à Paris (2 millions d'habitants), avec 11 complexes cinématographiques proposant 65 écrans et, en 2009, le premier réseau à Paris à signer l'équipement de l'ensemble de ses salles en cinéma numérique[13]. Le circuit accueille environ 5 millions de spectateurs par an[14]. Ces implantations disposent également, à l'enseigne du groupe, de trois restaurants, quatre cafés, deux librairies, deux boutiques de DVD et une boutique d'objets de cinéma.

Implantations : MK2 Bastille (4 salles), MK2 Beaubourg (6 salles), MK2 Beaugrenelle (jusqu'en 2007), MK2 Bibliothèque (20 salles), MK2 Gambetta (6 salles), MK2 Hautefeuille (4 salles), MK2 Nation (4 salles), MK2 Odéon (5 salles), MK2 Parnasse (3 salles), MK2 Quai de Loire (6 salles), MK2 Quai de Seine (6 salles), MK2 Grand Palais (1 salle).

À la suite d'un conflit d'intérêts au sein de l'alliance passée entre le réseau MK2 et le groupe Europalaces (notamment le succès de Pathé à l'appel d'offre pour remplacer le MK2 Beaugrenelle), la direction des cinémas MK2 rompt l'accord commercial selon lequel les détenteurs de la carte Le Pass peuvent accéder à tous ses cinémas. Ainsi, depuis le 5 septembre 2007, les salles MK2 sont accessibles aux abonnés de la carte UGC Illimité tandis que la carte Le Pass n'est plus acceptée dans les salles MK2 depuis le 1er novembre 2007[15].

MK2 envisagerait de s'instaler à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) en 2018[16],[17],[18]. Et à Montréal[19].

Opérations spéciales[modifier | modifier le code]

[À développer]

Cinéma Paradiso[modifier | modifier le code]

Du 10 au 21 juin 2013, MK2 a organisé l'événement Cinema Paradiso dans la Nef du Grand Palais qui permettait aux spectateurs de visionner des films sous forme de Drive-in (partenariat avec Fiat) [20].

Palmarès des films produits ou coproduits par mk2[21][modifier | modifier le code]

Festival de Cannes[modifier | modifier le code]

Palmes d'or

Grand Prix

Prix de la mise en scène

Prix du meilleur scénario

Prix d'interprétation

Caméra d'or

Prix du 60ème Festival de Cannes

Prix de la critique internationale FIPRESCI

Grand Prix de la Commission technique

  • 1993, Mazeppa, de Bartabas

Mostra de Venise[modifier | modifier le code]

Lion d'or

Grand Prix du Jury

Prix du meilleur scénario

Prix d'interprétation

Prix de la photographie

Médaille d'or de la Présidence du Sénat

Prix d'or du Parlement Italien

Berlinale[modifier | modifier le code]

Ours d'Argent

Prix Spécial du Jury

Prix du Panorama

César du cinéma[modifier | modifier le code]

Meilleur film

Meilleur réalisateur

Meilleur scénario original

Meilleure première oeuvre

Meilleure actrice

Meilleur actrice dans un second rôle

Meilleur acteur dans un second rôle

Meilleur espoir féminin

Meilleure photo

1987, Au revoir les enfants, de Louis Malle

Meilleur montage

Meilleure musique

1994, Trois couleurs : Rouge, de Krzysztof Kieslowski

Meilleur son

Meilleurs décors

1987, Au revoir les enfants, de Louis Malle

Golden Globes[modifier | modifier le code]

Meilleur film étranger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La nouvelle vague de MK2, Challenges, le 6 avril 2014
  2. Laurent Carpentier, « MK2 : les fils Karmitz changent le décor », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. Alain Beuve-Méry, « MK2 rachète le réseau de cinémas espagnols Cinesur », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. « Présentation de mk2 films », sur mk2pro.com,‎ (consulté le 19 juillet 2016)
  5. (fr) « MK2 acquiert les droits des films de Chaplin » (consulté le 19 juillet 2016)
  6. « Marin Karmitz: MK2, 40 ans, "s'est bâti autour d'une certaine idée du cinéma" » (consulté le 19 juillet 2016)
  7. « La société MK2 acquiert le catalogue des films de Truffaut », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 19 juillet 2016)
  8. CinEmotions, « La Double vie de Véronique : Marin Karmitz à propos de Krzysztof Kieslowski » (consulté le 19 juillet 2016)
  9. Une Autre idée du cinéma, mk2 40 ans après, Paris, mk2 agency, , 242 p. (ISBN 2351360206, lire en ligne), p.138-139
  10. Une Autre idée du cinéma, mk2 40 ans après, Paris, mk2 agency, , 242 p. (ISBN 2351360206, lire en ligne), p.231
  11. « 14 juillet disparaît, MK2 apparaît », sur allocine.fr,‎
  12. « Nathanaël Karmitz succède à son père à la tête de MK2 », sur lemonde.fr,‎
  13. Cf. La diffusion numérique du cinéma en salles en France.
  14. « Les salles de cinema MK2 », sur mk2.com (consulté le 8 janvier 2010)
  15. Controverse sur le cinéma à volonté, Marion Kerboeuf, Libération, supplément cinéma page VIII,
  16. http://www.lnc.nc/actu/bient%C3%B4t-sur-vos-%C3%A9crans-un-multiplexe-%C3%A0-dumb%C3%A9a
  17. http://www.lnc.nc/photo/le-terrain-est-encore-vierge-en-face-du-lyc%C3%A9e-du-grand-noum%C3%A9a-mais-le-permis-devrait-%C3%AAtre-d%C3%A9po
  18. http://noumeapost.com/2016/01/29/actu14-cinemas-2-restaurants-enorme-multiplex-a-dumbea-en-2018aircalin-decide-de-poursuivre-ses-vols-vers-port-vilavoitures-incendiees-a-tuband/
  19. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/cinema-le-francais-mk2-envisage-de-s-implanter-a-montreal-15-03-2016-5629815.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F
  20. Cinema Paradiso
  21. Une Autre idée du cinéma, mk2 40 ans après, Paris, mk2 agency, , 242 p. (ISBN 2351360206, lire en ligne), pp.210-231

Bibliographie[modifier | modifier le code]