Jiří Menzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jiří Menzel
Description de cette image, également commentée ci-après
Jiří Menzel en 2007.
Naissance
Prague (Tchécoslovaquie)
Nationalité Drapeau Tchécoslovaque puis
Drapeau de République tchèque Tchèque
Décès (à 82 ans)
Prague (Tchéquie)
Profession Réalisateur,
metteur en scène,
acteur,
écrivain
Films notables Trains étroitement surveillés
Un été capricieux
Mon cher petit village

Jiří Menzel est un réalisateur de film, metteur en scène de théâtre, acteur et écrivain tchécoslovaque puis tchèque, né le à Prague et mort le [1] dans la même ville[2].

Il est une figure de la Nouvelle Vague tchécoslovaque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Son père, Jozef Menzel, est journaliste, traducteur et écrivain de livres pour enfants[3]. Jiří Menzel étudie le cinéma à l'Académie du film de Prague avec pour professeur Otakar Vávra et dont il sort diplômé en 1962[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jiří Menzel se rend célèbre dans les années 1960 en devenant un des représentants de la Nouvelle Vague tchèque en réalisant un des cinq courts métrages du film Les Petites Perles au fond de l'eau adaptant un recueil de nouvelles de Bohumil Hrabal, puis les films Trains étroitement surveillés, inspiré d'un autre texte de Bohumil Hrabal, qui reçoit l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1968 et Un été capricieux (adaptation d'un roman de Vladislav Vančura) qui remporte le Globe de cristal du meilleur film au Festival de Karlovy Vary en 1968.

Son film Alouettes, le fil à la patte, tourné en 1969, est interdit et ne sort qu'en 1990 : il fait partie de la sélection officielle à la Berlinale 1990 et il remporte l'Ours d'or. La censure le force alors à faire de la mise en scène de théâtre et il ne peut réaliser un nouveau film qu'en 1974[5].

En plus de son premier long métrage Trains étroitement surveillés , il adapte Bohumil Hrabal dans les films Alouettes, le fil à la patte, Une blonde émoustillante, Les Festivités du Perce-neige et Moi qui ai servi le roi d'Angleterre.

Outre Bohumil Hrabal, il adapte aussi Vladislav Vančura avec les films Un été capricieux et La Fin du bon vieux temps, Václav Havel avec L'Opéra du gueux, Vladimir Voïnovitch avec Les Aventures d'Ivan Tchonkine.

Son film Mon cher petit village est nommé aux Oscars en 1986.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1960 : Des maisons préfabriquées (Domy z panelu) (documentaire)
  • 1961 : Zurnal FAMU - První obcasník - segment Praxe
  • 1963 : Monsieur Fœrster est mort (Umřel nám pan Foerster)
  • 1965 : Koncert 65
  • 1965 : Les Petites Perles au fond de l'eau (Perličky na dnĕ) - segment La mort de M. Baltazar (Smrt pana Baltazara)
  • 1966 : Le crime à l'école des jeunes filles (Zločin v dívčí škole)
  • 1974 : Les métamorphoses du paysage (Promeny krajiny)
  • 1976 : La maison à l'orée du bois (Na samotě u lesa)
  • 2002 : Ten Minutes Older: The Cello (Dalšich deset minut II) - segment One Moment

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Malavida organise une rétrospective à l'honneur du réalisateur à partir du [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (cs) « V osmdesáti dvou letech zemřel režisér Jiří Menzel », sur Deník N, (consulté le 6 septembre 2020)
  2. (de) « Tschechischer Filmregisseur Oscar-Preisträger Jiri Menzel gestorben », AFP, sur T-Online.de,
  3. « Le cinéaste Jiri Menzel est mort », sur Le Monde, (consulté le 9 septembre 2020).
  4. « Mort du réalisateur tchèque oscarisé, Jiri Menzel à 82 ans », sur Le Figaro, (consulté le 7 septembre 2020) .
  5. « Mort du cinéaste Jiri Menzel, figure de la Nouvelle Vague tchécoslovaque », sur Libération, (consulté le 7 septembre 2020).
  6. « Jiří Menzel, la comédie est une arme », sur Malavida Films (consulté le 3 octobre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Véronique Giraud, « Jiri Menzel, cinéaste du Printemps de Prague (entretien avec Jiri Menzel) », revue Pour, FSU, Paris, n° 181, , p. 30, (ISSN 1246-077X)

Liens externes[modifier | modifier le code]