Chocolat (film, 1988)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chocolat (homonymie).
Chocolat
Tableau d’un homme noir, torse nu, au dos et aux muscles noueux, assis et endormi appuyé contre quelque chose de blanc
Le Noir Scipio, Paul Cézanne vers 1868

Réalisation Claire Denis
Scénario Claire Denis, Jean-Pol Fargeau
Acteurs principaux
Sociétés de production MK2
la Sept
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 105 minutes
Sortie 1988

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chocolat est un film français réalisé par Claire Denis et sorti le en France. C'est le premier film de Claire Denis en tant que réalisatrice, après plusieurs années de collaboration comme première assistante de divers réalisateurs de premier plan (dont notamment Wim Wenders, Jim Jarmusch, Costa-Gavras). Elle fait montre dès son premier film de toute sa sensibilité et son regard sur les désirs et passions des hommes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

France retourne au Cameroun où elle a grandi lorsqu'elle était enfant et se remémore cette période vingt ans après. Son père, commandant d'un poste de gouverneur à Mindif, dans le nord du pays, tente tant bien que mal d'organiser la présence coloniale française. Sa jeune femme vit plus difficilement l'Afrique, notamment ses tâches de maîtresse de maison, bien qu'elle soit aidée par Protée, un « boy » instruit et intelligent qui souffre en silence de la situation de son peuple. France, leur fille de cinq ans, très proche de Protée, observe avec sensibilité le pays et les hommes qui changent : tensions et désirs dans une Afrique qui vit ses derniers moments de colonialisme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Cette première œuvre s'impose à Claire Denis lors d'un voyage au Sénégal lors duquel, malgré et en raison de son enfance passée en Afrique, elle ne se sent plus appartenir à ce continent dans le regard des habitants locaux. De retour à Marseille, troublée par cet état de fait, elle travaille sur le scénario de son premier film en collaboration avec l'écrivain Jean-Pol Fargeau, qui lui apporte le point de vue du dramaturge[1].

La réalisatrice a déclaré avoir reçu un salaire de 200 000 francs sur ce film sans négocier de pourcentage sur les recettes, considérant qu'un premier long métrage n'est pas là pour nécessairement rapporter de l'argent mais doit surtout permettre de réaliser un deuxième film assez vite[2].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Globalement le film obtient de bons résultats dans les agrégateurs de critiques cinématographiques anglophones, avec 70 % de jugements favorables, avec un score moyen de 7,010 sur la base de 10 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[3].

Sur l'ensemble de sa période d'exploitation en salles, le film a réalisé 793 738 entrées en France[4], ce qui constitue — de loin et après plus de 25 ans de carrière — le plus grand succès auprès du public de la réalisatrice.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Ce premier film de Claire Denis a été présenté en compétition officielle pour la Palme d'or lors du Festival de Cannes 1988. Il a été également nommé pour le César du meilleur premier film en 1989.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mal (2008), pp. 22-27.
  2. Laurent Rigoulet, « « Pourrons-nous continuer à faire du cinéma ? » A la question « comment vivez-vous », réponses de Cedric Khan, Claire Denis, Laurence Ferreira Barbosa », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Chocolat, sur le site Rotten Tomatoes.
  4. Chocolat, sur le site www.jpbox-office.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cédric Mal, Claire Denis, cinéaste à part, et entière..., éditions de Verneuil, (ISBN 978-2-906994-80-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]