Trois couleurs : Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois couleurs : Blanc
Réalisation Krzysztof Kieślowski
Scénario Krzysztof Piesiewicz
Krzysztof Kieślowski
Acteurs principaux
Sociétés de production MK2
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Drame
Durée 100 minutes
Sortie 1994

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois couleurs : Blanc est un film franco-helvéto-polonais réalisé par Krzysztof Kieślowski, sorti en 1994.

C'est le deuxième volet de la trilogie Trois couleurs (Bleu/Blanc/Rouge) qui explore successivement les trois termes de la devise de la France : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, Dominique obtient le divorce d'avec son mari polonais immigré, Karol, pour mariage non consommé. Dans des conditions rocambolesques, celui-ci regagne la Pologne où, profitant d'un capitalisme débridé, il fait rapidement fortune. Toujours amoureux de Dominique, il se fait passer pour mort dans l'espoir de la revoir. Dans un étrange retour de flammes, Dominique finit en prison en Pologne.

Kieślowski s'intéresse au bouleversement économique qu'a connu la Pologne depuis la chute du Mur de Berlin ; il aborde ce thème à travers une histoire d'amour qui évoque les liens entre l'Est et l'Ouest.

« C'est une histoire sur la négation de l'égalité. Le concept d'égalité suggère que nous sommes tous égaux. Or je pense que ce n'est pas vrai. Personne ne veut vraiment être l'égal de son prochain. Chacun veut être plus égal. »

— Krzysztof Kieślowski[1]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Chaque plan du film recèle au moins un objet de couleur blanche, clin d’œil évident au titre de l’œuvre.
  • Juliette Binoche qui joue dans Trois couleurs : Bleu fait une brève apparition au début du film dans la scène du tribunal, scène qui se trouve également dans Bleu, mais vue du point de vue du personnage de Juliette Binoche. Ce sont ces deux très courtes séquences qui lient les deux films concrètement. Dans Bleu, Julie est à la recherche de Sandrine au tribunal et veut rentrer dans une salle pendant une audience, celle du divorce de Karol et Dominique de Blanc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Krzysztof Kieślowski, Le Cinéma et moi, éditions Noir sur Blanc, janvier 2006 (ISBN 2-88250-173-0), p. 254-255

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]