Ligne de Lens à Don - Sainghin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Lens à Don - Sainghin
Image illustrative de l’article Ligne de Lens à Don - Sainghin
La ligne à l'entrée de la gare de Loison,
avec un TER 2N NG .
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Lens, Sallaumines, Loison-sous-Lens, Meurchin, Pont-à-Vendin, Bauvin, Sainghin-en-Weppes
Historique
Mise en service 1879 – 1882
Électrification 1958 – 1959
Concessionnaires Lille-Va. (1874 – 1883)
Nord (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF Réseau (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 286 000
Longueur 16 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire SNCF Réseau
Exploitant(s) SNCF & divers nouveaux entrants
Trafic Transport express régional - Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Lens à Don - Sainghin est une ligne de chemin de fer du réseau ferré national français. Longue de 16 kilomètres elle est constituée d'une double voie à écartement normal et électrifiées. Située sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais, elle relie les gares de Lens et de Don - Sainghin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Section de Bauvin-Provin à Don[modifier | modifier le code]

La section de Bauvin - Provin à Don est à l'origine une portion de la « ligne de Don à Hénin-Liétard[1] ». La partie de cette ligne située dans le département du Nord est concédée, au titre de l'intérêt local, par la convention du 25 septembre 1873[2] à la « Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes et ses Extension », qui devient également concessionnaire de la partie située dans département du Pas-de-Calais le 16 octobre 1873[3].

La motivation de la compagnie pour cette concession est de « mettre en valeur les sites miniers de Courrières et de Carvin » en créant un raccordement entre la ligne de Lens à Ostricourt, qui passe par la gare d'Hénin-Liétard, et la ligne de Lille à Béthune, qui dessert la gare de Don[4]. La ligne de Don à Hénin-Liétard est déclarée d'utilité publique le 13 janvier 1874 par deux décrets, l'un pour la partie dans le département du Nord[5] et l'autre pour celle située dans le Pas-de-Calais[6]. La compagnie passe un traité, le 31 décembre 1875 avec la Compagnie des chemins de fer du Nord (Nord), pour lui confier l'exploitation de cette ligne[2].

La mise en service de la ligne, et donc de la section de Bauvin - Provin à Don - Sainghin, est effectuée par la compagnie du Nord le [2].

Section de Lens à Bauvin-Provin[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 1878, la Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes et ses Extensions signe un acte d'abandon à l'État de son réseau[7].

La Compagnie des chemins de fer du Nord se voit concéder le une ligne reliant Lens à Armentières[8].[Information douteuse] [?] La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le [9],[10].

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en no1, une ligne « d'Armentières à Lens, par Don »[11].

Ouverte en 1879 de Bauvin - Provin à Don - Sainghin par la Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes et ses Extensions, puis en 1882 jusqu'à Lens par la Compagnie des chemins de fer du Nord, la ligne de Bauvin - Provin à Don - Sainghin est reprise définitivement par la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette même convention prévoit la cession par l'État de la ligne de « Lens à Armentières », dont la ligne de Lens à Don constitue une partie. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant qui reclasse la section de Bauvin - Provin à Don - Sainghin dans le réseau d'intérêt général[7].

Au début du XXe siècle, sept trains par jour relient Lens à Don - Sainghin, plus sept autres via la ligne d'Hénin-Beaumont à Bauvin - Provin ; ils sont tractés par des machines de plusieurs séries du dépôt de Lens, comme les 230, 220T, 222T, 032T, 040, 140 et 150, ainsi parfois que des 220 « Outrance » sur les trains omnibus. En 1936, un train relie Lens à Don - Sainghin et trois relient Lens à Armentières. Pour quelques trains de marchandises lourds, une locomotive doit être engagée en pousse attelée de Pont-à-Vendin à Lens afin de gravir la rampe de 7‰, lorsque la rame atteint 1 150 tonnes avec les 140 4.000, futures 140 A dites « les bœufs »[8].

Après guerre, des locomotives 150 P et 141 R sont engagées afin de tracter les trains de charbon au plus fort tonnage. La ligne voyant circuler de nombreux trains lourds de marchandises, elle est électrifiée en courant 25 kV-50 Hz monophasé ; le premier tronçon est mis sous tension le 17 juin 1958 de Lens à Pont-à-Vendin, le second le 23 juillet 1959 jusqu'à Don - Sainghin. La traction est alors confiée aux locomotives électriques BB 12000, BB 16500 et surtout aux CC 14000 du dépôt de Lens[12]. Le service des voyageurs est suspendu le 28 septembre 1969[9].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne possède un profil en dos d'âne avec rampes contraires de 7‰. Elle quitte l'agglomération de Lens par Sallaumines où elle croise la voie des fosses 5 et 12 du groupe de Courrières. Elle atteint la gare de Pont-à-Vendin où un faisceau de formation réceptionne les envois de charbon de plusieurs puits des groupes de Lens, de Courrières et de Meurchin. Puis, après la gare de Bauvin - Provin, elle franchit une seconde fois la Haute-Deûle avant de rejoindre la ligne de Fives à Abbeville en gare de Don - Sainghin.

Numérotation[modifier | modifier le code]

Elle constitue la ligne no 286 000 dans la « numérotation officielle »[13] des lignes du réseau ferré national[14].

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Vitesses limites de la ligne en 2012 pour tous les types de trains (les trains de marchandises peuvent posséder des limites plus faibles)[15] :

De (PK) À (PK) Limite (km/h)
Lens BV Sallaumines PL 80
Sallaumines PL Don - Sainghin BV 100

Exploitation[modifier | modifier le code]

Après le rétablissement du service des voyageurs, la ligne est aujourd'hui utilisée pour la liaison no 23 du TER Nord-Pas-de-Calais : de Lille-Flandres à Lens via Don-Sainghin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renommée depuis Hénin-Beaumont.
  2. a b et c Conseil général du Nord, Rapports et délibérations, Lille, Conseil général du Nord, (ISSN 1262-6546, lire en ligne), « Ligne de Don à Hénin-Liétard », p. 279.
  3. Conseil général du Pas-de-Calais, Rapports et délibérations, Arras, Conseil général du Pas-de-Calais, (ISSN 1262-4934, lire en ligne), « Ligne de Don à Hénin-Liétard », p. 40.
  4. Banaudo, 1982, p. 173
  5. « N° 3307 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement de divers chemins de fer d'intérêt local dans le département du Nord : 13 janvier 1874 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 9, no 218,‎ , p. 118 - 138 (lire en ligne).
  6. « N° 3437 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement de divers chemins de fer d'intérêt local dans le département du Pas-de-Calais : 13 janvier 1874 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 9, no 226,‎ , p. 369 - 388 (lire en ligne).
  7. a et b « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  8. a et b José Banaudo, Trains oubliés, volume 4 : l’État, le Nord, les ceintures, p. 173
  9. a et b José Banaudo, Trains oubliés, volume 4 : l’État, le Nord, les ceintures, p. 201
  10. « N° 7889 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement des chemins de fer de Lens à Don et à Armentières et de Valencienne au Cateau : 7 avril 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 18, no 437,‎ , p. 461 - 462 (lire en ligne).
  11. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  12. José Banaudo, Trains oubliés, volume 4 : l’État, le Nord, les ceintures, p. 174
  13. Douté, 2011 : 1.3 Numérotation officielle des lignes du réseau, p. 4
  14. Douté, 2011, p. 108
  15. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 2214 Lens - Don-Sainghin, version du 11 octobre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Banaudo, Trains oubliés, vol. 4 : L'État - le Nord - les Ceintures, Menton, Éditions du Cabri, , 223 p. (ISBN 2-903310-24-6), La Compagnie du chemin de fer du Nord, « Le bassin minier du Nord », p. 173)-174.
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [286] Lens - Don Sainghin », p. 108.

Articles connexes[modifier | modifier le code]