Gare d'Armentières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armentières
Image illustrative de l’article Gare d'Armentières
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Armentières
Adresse Place de la Gare
59280 Armentières
Coordonnées géographiques 50° 40′ 50″ nord, 2° 52′ 39″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Hauts-de-France
Caractéristiques
Ligne(s) ferroviaires :
Lille aux Fontinettes
Wavrin à Armentières
Armentières à Arques
Armentières à Houplines (HS)

de tramway :
Armentières à Halluin (HS)

Voies 4 (+ voies de service)
Quais 3 (dont deux centraux)
Altitude 20 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Armentières

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Armentières

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Armentières

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
Armentières

La gare d'Armentières est une gare ferroviaire française de la ligne de Lille aux Fontinettes, située sur le territoire de la commune d'Armentières, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1849, par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 20 mètres d'altitude, la gare de bifurcation d'Armentières est située au point kilométrique (PK) 20,120 de la ligne de Lille aux Fontinettes entre les gares ouvertes de Pérenchies et de Nieppe. Elle est l'origine de la ligne d'Armentières à Arques et de la ligne d'Armentières à Houplines. Elle est l'aboutissement de la ligne de Wavrin à Armentières.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, dans les années 1930.

La station d'Armentières est mise en service le 1er septembre 1848 par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre la section de Lille à Saint-Pierre-lès-Calais de son chemin de fer de Lille à Calais. Le bâtiment voyageurs définitif est achevé en 1861[1].

Le tableau du classement par produit des gares du département du Nord pour l'année 1862, réalisé par Eugène de Fourcy ingénieur en chef du contrôle, place la station d'Armentières au 18e rang, et au 39e pour l'ensemble du réseau du Nord, avec un total de 257 987,26 fr[2]. Dans le détail cela représente : 85 579,57 fr pour un total de 76 397 voyageurs transportés, la recette marchandises étant de 7 838,39 fr (grande vitesse) et 164 569,30 fr (petite vitesse)[2].

En 1885, une clôture est posée pour séparer les voies de garage des voies de service et un abri est édifié pour protéger les archives et colis en souffrance[3].

Entre le et , la gare sert également de terminus à la ligne de tramway à écartement métrique d'Armentières à Halluin de la Société des chemins de fer économiques du Nord (CEN)[4].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare de la SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport[5].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Armentières est la 2e gare TER en nombre de voyageurs au sein de la métropole lilloise, après celle de Lille-Flandres[6].

Desserte[modifier | modifier le code]

Armentières est desservie par des trains TER Hauts-de-France, qui effectuent des missions entre les gares de Lille-Flandres et de Dunkerque, ou d'Hazebrouck[5].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking sont aménagés aux abords de la gare[5].

Elle est desservie par des autobus du réseau Transpole (lignes : 79, 80, 81, 82 et Citadine d'Armentières) et par les autocars du réseau Arc-en-Ciel (lignes : 108, 109, 111, 113 et 236).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Devaux père et fils, « Chemins de fer : service et situation en 1861 », dans Annuaire statistique du département du Nord, Lille, 1863 p. 337 intégral
  2. a et b Site gallica.bnf.fr « 7 Exploitation commerciale », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1863, p. 176 intégral (consulté le 27 janvier 2012).
  3. Site gallica.bnf.fr « Chemins de fer, service du contrôle de l'exploitation des chemins de fer d'intérêt général, rapport de l'ingénieur en chef : 1° Travaux terminés », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1885/08, p. 378 intégral (consulté le 16 janvier 2012).
  4. « Liste des chemins de fer secondaires : NORD (59) », sur le site de la FACS (consulté le 26 septembre 2018).
  5. a b et c Site SNCF TER Hauts-de-France, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare d'Armentières (consulté le ).
  6. « Le quartier de la gare », sur armentieres.fr (consulté le 26 septembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Lille-Flandres Lille-Flandres
ou Pérenchies
TER Hauts-de-France Bailleul
ou Hazebrouck
Dunkerque
Lille-Flandres Lille-Flandres
ou Pérenchies
TER Hauts-de-France Nieppe
ou Bailleul
Hazebrouck
Lille-Flandres Pérenchies TER Hauts-de-France Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Hauts-de-France Nieppe
ou Steenwerck
Hazebrouck