Gare d'Albert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Gare d'Albertville.

Albert
Image illustrative de l’article Gare d'Albert
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Albert
Adresse Place du Général de Gaulle
80300 Albert
Coordonnées géographiques 50° 00′ 20″ nord, 2° 38′ 40″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER
Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Nord à Lille
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 2 (dont 1 central)
Altitude 67 m
Historique
Mise en service
Architecte Gustave Umbdenstock

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Albert

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Albert

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Albert

La gare d'Albert est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Nord à Lille, située sur le territoire de la commune d'Albert, dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1846, par la Compagnie des chemins de fer du Nord.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 67 m d'altitude, la gare d'Albert est située au point kilométrique (PK) 155,296[1] de la ligne de Paris-Nord à Lille, entre les gares ouvertes de Buire-sur-l'Ancre et de Miraumont (s'intercale celle fermée de Beaucourt - Hamel). La gare dispose d'un quai latéral (jouxtant le bâtiment voyageurs), d'une longueur de 142 m, et d'un quai central de 264 m[2].

C'était une gare de correspondances avec les lignes à voie métrique d'Albert à Montdidier, d'Albert à Ham et d'Albert à Doullens des Chemins de fer départementaux de la Somme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue des installations ferroviaires et de la ville, avant la Première Guerre mondiale.
Ruines de la gare d'Albert, détruite pendant la Première Guerre mondiale
Les ruines de la première gare, à la fin de la Première Guerre mondiale.
La gare dans les années 1930.

La « station d'Albert », est officiellement mise en service le par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation sa ligne de Paris à Lille et Valenciennes. Elle est établie, entre les stations de Corbie et d'Achiet-le-Grand, à environ 178 kilomètres de Paris[3],[4],[5].

La première gare d'Albert a été détruite pendant la bataille de la Somme. Elle était conforme au modèle des gares de 2e catégorie de la Compagnie telles que celles de Breteuil-Embranchement, de Saint-Just-en-Chaussée ou de Clermont-de-l'Oise.

La gare actuelle est une gare de la reconstruction édifiée en 1920 par l'architecte Gustave Umbdenstock pour la Compagnie des Chemins de fer du Nord. Elle est de style flamand, comme les gares de Senlis et de Saint-Quentin. Depuis sa rénovation, un avion Potez est accroché dans le hall, en hommage au développement économique que l'aviation a apporté à la ville.

Il y avait autrefois une correspondance avec les lignes du Groupe d'Albert du réseau départemental de la Somme, concédé à la Société générale des chemins de fer économiques (SE). Ces lignes secondaires, qui étaient des voies ferrées d'intérêt local (VFIL) à voie métrique, desservaient : Doullens, Montdidier par Rosières, Ham par Péronne. Cette exploitation a cessé peu après la Seconde Guerre mondiale.

Tête de ligne du groupe d'Albert de la Société générale des chemins de fer économiques jusqu'aux années 1940, la gare a compris un dépôt et un triage dont on voit encore les emprises qui accueillaient des trains militaires et de fret agricoles venus ou allant vers la mer, le bassin minier ou le bassin parisien. Côté Arras, se trouve l'amorce de l'ancienne rampe des Chemins de fer d'Albert vers Doullens, remplacée jusqu'aux années 1960 par un embranchement industriel désaffecté.

Dans les années 1960, un grand poste d'aiguillage semi-automatisé est installé pour commander la section Corbie - Achiet. Le déclin commencé par la fermeture des lignes locales à la fin des années 1940 se poursuit avec la fermeture du dépôt vapeur au cours des années 1970 et la fin du triage des wagons militaires et de fret isolés au cours des années 1980-1990. Le faisceau de l'ancienne coopérative agricole et de son silo est alors déclassé, déferré et remplacé par une aire bétonnée plurifonctionnelle.

Train spécial du Pacific Vapeur Club à quai, en septembre 2013.

En 1992, le TGV Nord entre Paris et Lille est mis en service. Tous les trains Grandes Lignes disparaissent peu à peu et ne marquent plus un arrêt déjà raréfié (suppression des trains Corail Amiens-Lille et Paris-Lille en 1996 et du train Lunéa Nice-Lille en 2004). La station est alors relativement abandonnée et sous-entretenue, la buvette et le buffet de la gare ferment.

Depuis, seuls les TER Rouen-Amiens-Lille y marquent l'arrêt et elle constitue le terminus des navettes omnibus Albert-Corbie-Amiens. Les voies principales 1 et 2 encadrent un quai central tandis que les voies 3 et 4 servent d'évitement vers le sud. La voie 3 utilisait le quai aujourd'hui disparu des chemins de fer locaux ; elle ne sert que d'évitement et de garage tandis que la voie 4 à quai peut également servir de terminus voyageurs pour les trains en cas de travaux ou en début/fin de service TER vers Amiens.

Depuis 2007, la gare reprend un peu d'activité. Des trains de travaux stationnent souvent sur les voies de garage pour réaliser un Renouvellement Voie Ballast (RVB) entre Corbie et Achiet. RFF, la SNCF et les conseils régionaux ont donc entrepris un vaste chantier de remise à niveau depuis 2005 portant sur le matériel neuf, la réfection des gares et points d'arrêts et la révision des voies, caténaires et signaux afin d'améliorer vitesse et régularité.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Potez 36 installé en hauteur dans le hall de la gare d'Albert.

Gare[6] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport.

Desserte[modifier | modifier le code]

Albert est desservie[6] par des trains TER Hauts-de-France, qui effectuent des missions entre les gares d'Amiens et d'Albert ou de Lille-Flandres. En 2009, la fréquentation de la gare était de 1800 voyageurs par jour[7].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[6].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au trafic du fret[8] : elle dispose d'une grue de levage de 10 tonnes, et est ouverte uniquement aux trains massifs.

La ligne Paris-Lille étant un important axe de transport de fret, la gare voit passer une centaine de trains par jour[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Nouvelle géographie ferroviaire de la France par Gérard Blier, Tome 2, planche 14.
  2. Site rff.fr, Document de référence du réseau : voir l'horaire de service de l'année en cours ou la suivante, Chapitre 3, Annexe 7.1 - Liste des quais (consulté le 17 août 2013).
  3. J.B. Richard (pseudo de Jean-Marie-Vincent Audin), Les Chemins de Fer par Richard : Chemin de fer du Nord. De Paris à la frontière de Belgique par Lille et Valenciennes ... Itinéraire, etc, Paris, L. Maison, éditeur, , 49 + annexes p. (lire en ligne), « Itinéraire », p. 31.
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France : Les 80 premières lignes, 1828-1851, F. et M. Palau (réimpr. 2003) (1re éd. 1995), 217 p. (ISBN 2-950-9421-0-5, notice BnF no FRBNF35772084), « 3.11 Paris à Lille et Valenciennes », p. 119.
  5. « Chemin de fer de Paris à la frontière de Belgique : par Amiens, Arras et Douai », dans Situation des travaux, imprimerie Royale, Administration Générale des Ponts et Chaussées et des Mines, 1847, p. 373 (consulté le 26 septembre 2016).
  6. a b et c Site SNCF TER Picardie, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare d'Albert lire (consulté le 10 janvier 2012).
  7. résumé de la ligne
  8. Site Fret SNCF
  9. Source : Jean Tricoire et Jean-Paul Geai, article « Le trafic fret » du dossier Les lignes de Paris à Lille, Bruxelles et Liège - Histoire et description de trois lignes emblématiques du Nord, Numéro spécial no 50 (2/2007) de la revue Le Train ( (ISSN 1267-5008))

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Rouen-Rive-Droite Corbie TER Hauts-de-France /
Normandie
Miraumont
ou Achiet
Lille-Flandres
Amiens Corbie TER Hauts-de-France Miraumont
ou Achiet
Lille-Flandres
Abbeville Buire-sur-l'Ancre TER Hauts-de-France Terminus Terminus
Amiens Corbie
ou Méricourt - Ribémont
ou Buire-sur-l'Ancre
TER Hauts-de-France Terminus Terminus