Université Côte d'Azur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université Côte d’Azur
Logo université côte azur.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Président
Localisation
Localisation
Pays
Divers
Membre de
Site web

L'Université Côte d'Azur est une université française expérimentale créée par décret n°2019-785 du 25 juillet 2019[1].

Université Côte d'Azur assure l'ensemble des activités de l'ancienne université de Nice et de l'ancienne communauté d'universités et établissements Université Côte d'Azur. Elle partage et coordonne certaines compétences avec l'Observatoire de la Côte d'Azur, la Villa Arson, le Centre international de recherche musicale, l'Institut de formation en masso-kinésithérapie et l'Ecole régionale d'acteurs de Cannes et Marseille, dans les conditions prévues par ses statuts.

En 2019, elle se substitue à la ComUE (communauté d'universités et établissements) créée le 1er mars 2015[2] et dont Jean-Marc Gambaudo[3] a assuré la Présidence[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle : débuts de l'enseignement supérieur à Nice[modifier | modifier le code]

L'enseignement supérieur apparaît à Nice au XVIIe siècle. Un collège de jurisconsultes, le Collegium jurisconsultorum niciensium, est créé en 1639 par les ducs de Savoie[5]. Une école de médecine est également fondée à cette époque[5].

La vocation universitaire de la ville s’affirme ensuite au début du XXe siècle, grâce aux efforts d’universitaires comme Louis Trotabas ou Maurice Mignon qui créent, en 1933, le Centre universitaire méditerranéen (CUM), avec l’aide des collectivités locales et notamment de la mairie de Nice, dirigée par Jean Médecin[5]. Son premier administrateur est Paul Valéry[5]. Un Institut d'études juridiques en 1938, un Institut d'études littéraires en 1941 et un Institut d'études scientifiques en 1945 sont ensuite fondés[5]. Une faculté de droit et de sciences économiques, rattachée à l’université d'Aix-Marseille, est implantée en 1962[5].

1965 : constitution de l'université de Nice[modifier | modifier le code]

L'université de Nice est constituée en 1965. Elle est alors composée par les facultés de lettres, de sciences, et de droit et sciences économiques[5]. En 1968, ces trois facultés sont implantées sur leurs campus actuels[5]. C'est en 1989 que l'université prend le nom d'université de Nice Sophia Antipolis, en référence au technopôle voisin[5]. Le siège de l'université est établi, depuis 1965, dans le parc et le château de Valrose[5].

L’université est autonome depuis le 1er janvier 2010[6]. En janvier 2016, l'université obtient le label "initiative d'excellence" (IDEX) via le projet d'association Université Côte d'Azur JEDI (Joint, Excellent & Dynamic Initiative)[7].

En 2017, sa présidente Frédérique Vidal est nommée ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

2019 : création de l'université Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En 2019, l'université de Nice Sophia Antipolis fusionne avec la ComUE Université Côte d'Azur (communauté d'universités et établissements) créée le 1er mars 2015[2] et disparaît au sein de la nouvelle université.

Le 9 janvier 2020, Jeanick Brisswalter[8] a été élu Président de l'Université Côte d'Azur. Celle-ci compte près de 30 000 étudiants en formation initiale et continue dont 20 % d'étudiants étrangers, et huit Ecoles Universitaires et de Recherche (EUR). Ses campus universitaires se répartissent dans plusieurs villes de la Côte d'Azur (Nice, Cannes, Grasse, Menton) ainsi que sur la technopole de Sophia Antipolis. Elle fait partie de la région académique[9] Provence-Alpes-Côte d'Azur qui comprend les académies d'Aix-Marseille et de Nice[10].

Composantes[modifier | modifier le code]

Établissements-composantes[modifier | modifier le code]

À la date de sa création, les établissements-composantes de l'université Côte d’Azur qui conservent leur personnalité morale sont :

  • l’Observatoire de la Côte d'Azur (OCA), établissement public national d'enseignement supérieur et de la recherche à caractère administratif (EPA) ;
  • la Villa Arson établissement public administratif sous tutelle du Ministère de la Culture ;
  • le Centre International de Recherche Musicale (CIRM) ;
  • l'Institut de formation en masso-kinésithérapie de Nice (IFMKN) ;
  • l'Ecole régionale d'acteurs de Cannes et Marseille (ERACM).

Composantes universitaires[modifier | modifier le code]

L'université Côte d'Azur est structurée conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités en France. Pluridisciplinaire, elle dispose de neuf unités de formation et de recherche (UFR), trois instituts, deux écoles, ainsi que onze services communs. Elle regroupe environ 1 300 enseignants, enseignants-chercheurs et moniteurs.

Polytech Nice Sophia[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, il existe au sein de l'université une école d'ingénieurs, Polytech Nice-Sophia, ainsi que l'Institut universitaire de technologie de Nice.

Faculté des sciences[modifier | modifier le code]

La faculté de lettres.

Les formations en sciences sont principalement assurées par sept départements de formation au sein de l'UFR Sciences, dénommée « faculté des sciences ». On trouve les départements de chimie, d'électronique, d'informatique, de mathématiques, de physique, de sciences de la vie, et de « Terre, environnement, espace »[11]. Cette UFR accueille en 2010, 3 815 étudiants soit 14,6 % de l'effectif total.

Faculté de médecine[modifier | modifier le code]

La formation en médecine est assurée par la faculté de médecine qui compte 3 182 étudiants en 2010.

Faculté de chirurgie dentaire[modifier | modifier le code]

Il existe aussi une UFR d'odontologie, dénommée « faculté de chirurgie dentaire », composée de neuf départements de formation et sous-sections.

Faculté des lettres, arts et sciences humaines[modifier | modifier le code]

Les formations en lettres et sciences humaines sont assurées par les départements de formation de l'UFR Lettres, arts et sciences humaines (LASH), dénommée « faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines »[12]. Celle-ci accueille en 2010, 5 709 étudiants soit 21,8 % de l'effectif total. Dans le domaine des arts, lettres et langues, treize départements existent : langues étrangères appliquées, langue d'Oc, italien, russe, allemand, arabe, anglais, chinois, espagnol, grec moderne, hébreu, portugais, et français langue étrangère et seconde[13]. Il existe également un Institut universitaire des langues chargé d'organiser les enseignements en langues pour les étudiants spécialistes d'autres disciplines[14]. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, on trouve les départements d'histoire, de philosophie, de psychologie, de sociologie-ethnologie, d'informatique, et un département interdisciplinaire « Études culturelles : dynamiques des sociétés contemporaines ». Le domaine des lettres est composé de trois départements : lettres classiques, lettres modernes, et sciences du langage. Enfin, les arts regroupent les départements de danse, de musique, de théâtre. Il existe également un département de la communication. Les formations en géographie dépendent de la faculté « Espaces et cultures » et de son département de « Géographie, aménagement et environnement durables »[15]. Il n'y a pas de département d'histoire de l'art.

Faculté de droit et de science politique[modifier | modifier le code]

Les formations en droit et en science politique sont assurées par les deux départements de la faculté de droit et de science politique. Cette faculté compte 3 405 étudiants en 2010 soit 13 % de l'effectif global. Il existe également l'Institut du droit de la paix et du développement. Les formations en sciences économiques et en gestion ont lieu à l'Institut supérieur d'économie et de management qui accueille en 2010, 2 333 étudiants (8,9 %). Créé à la rentrée 2010, ce pôle est le fruit d'une idée de l'université pour valoriser sa position nationale dans la formation des étudiants en économie et management. Par ailleurs, il existe aussi l'Institut d'administration des entreprises de Nice qui fait office d'« école de commerce » de l'université, présent sur le même site.

Faculté des sciences du sport[modifier | modifier le code]

Les formations en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) sont assurées par la « faculté des sciences du sport » depuis 1978[16]. À la rentrée 2010, 869 étudiants y sont inscrits.

Enfin, la formation des enseignants et futurs enseignants est assurée par l'École supérieure du professorat et de l'éducation Célestin Freinet, dans lequel sont inscrites 733 personnes en 2010.

Établissements associés[modifier | modifier le code]

Sont établissements associés d'Université Côte d'Azur :

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

L'université compte cinq écoles doctorales :

  • Sciences fondamentales et appliquées.
  • Sciences et technologies de l'information et de la communication.
  • Sciences de la vie et de la santé.
  • Lettres, sciences humaines et sociales.
  • Droit, économie, sciences politiques et gestion

En 2009, 213 thèses ont été soutenues.

Services communs[modifier | modifier le code]

L'université dispose de douze services communs[17] :

  • le service commun de documentation (SCB/BU) a pour missions de faciliter l'accès à la documentation nécessaire à l'enseignement et à la recherche, de coordonner les politiques d'achats documentaires de l'université, et de former aux méthodologies documentaires ; il regroupe les sept bibliothèques universitaires (droit, lettres, médecine, sciences, EPU Sophia, Saint-Jean d'Angély et STAPS), la bibliothèque de mathématiques, celle de Passiflores et la bibliothèque commune MSH-BU ;
  • le service universitaire des activités physiques et sportives (SUAPS) a pour missions d'organiser des pratiques physiques et des animations sportives pour les étudiants et les personnels de l'université, d'accueillir et de valider l'inscription des étudiants et personnels de l'université, et de gérer les installations sportives universitaires (une piscine, trois gymnases, six salles spécialisées et onze courts de tennis) ;
  • le service commun du système d'information (DSI) est chargé des ressources informatiques ;
  • le service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) est chargé des visites médicales des étudiants et de l'organisation de missions de prévention envers les étudiants ;
  • le service d'orientation, d'observation et d'insertion professionnelle (SCOOIP) est chargé de l'orientation et de l'insertion professionnelle des étudiants ;
  • Accueil et service de l'université pour les relations avec les entreprises formation (ASURE Formation) est chargé de l'accueil, de l'information et du conseil pour les demandeurs individuels de formation ou de validation, jeunes ou adultes, salariés ou personnes en réorientation professionnelle ; il aide également au financement de projet individuel de formation ou d'accès à un diplôme, en corrélation avec une finalité professionnelle ;
  • le collège des études doctorales (CED) s'occupe des doctorants ;
  • l'institut culture science (ICS) Alhazen est chargé de la mise en place d'un enseignement culturel des sciences ;
  • l'institut universitaire des langues (IUL) organise des cours de langue vivante pour les étudiants spécialistes d'autres disciplines et des cours de langue, littérature et civilisation françaises pour les étrangers ;
  • le service environnement de développement durable (EDD) a pour but de développer et d'encourager des actions relevant de la thématique environnement et développement durable ;
  • l'institut des sciences humaines et sociales de Nice (ISHSN) a pour but de favoriser le développement de recherches communes multidisciplinaires en sciences humaines et sociales ;
  • l'institut Ulysse est une haute école internationale en tourisme, hôtellerie-restauration et gastronomie.

Recherche[modifier | modifier le code]

Des organismes nationaux de recherche contribuent à la construction de la stratégie de l'université Côte d'Azur, avec laquelle ils interagissent notamment dans les domaines de la recherche, de la formation, de l'innovation, des relations internationales et territoriales. Ces organismes de recherche sont :

L'IDEX « UCA Jedi »[modifier | modifier le code]

Sous la présidence de Frédérique Vidal[18], l'université a remporté en 2016 un financement IDEX[19] pour son projet baptisé « UCA Jedi »[20], soutenu par de nombreuses entreprises[21].La « Fondation de l'Université Côte d'Azur » est créée en 2017 pour récolter les dons qui permettront de financer des projets de recherche[22],[23].

3IA Côte d'Azur : Institut d'Intelligence Artificielle[modifier | modifier le code]

Situé sur le campus de la technopôle de Sophia Antipolis, non loin des sites de l'Inria et du CNRS, l'Institut d'Intelligence Artificielle a été labellisé 3IA le 24 avril 2019 par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation[24]. Il repose sur quatre axes scientifiques[25] : l'intelligence artificielle fondamentale (statistique, machine et deep learning) ; l'intelligence artificielle au service de la médecine computationnelle ; la biologie computationnelle et l'IA bio-inspirée ; l'IA et les territoires intelligents et sécurisés.

IMREDD : Institut Méditerranéen du Risque, de l'Environnement et du Développement Durable[modifier | modifier le code]

Edifié par l'architecte Marc Barani dans l'écoquartier Nice Méridia et inauguré le 14 février 2020[26], le bâtiment[27] de l'IMREDD donne l'exemple d'être bioclimatique. Cet Institut se veut un lieu de coopération entre l'université, les entreprises et le territoire sur les thèmes du développement durable et de la ville intelligente.

Incidents pendant l'occupation en 2018[modifier | modifier le code]

La mobilisation contre Parcoursup s’est durcie mi-avril 2018 après le refus par la présidence d'organiser un référendum sur les nouveaux diplômes payants[28]. Le nouveau président de l'Université Jean-Marc Gambaudo a proféré des menaces de mort à l'encontre d'un manifestant qui occupait la faculté de Nice le mercredi 16 mai. Jean-Marc Gambaudo a ensuite déclaré « regretter sans ambiguïté » ses propos[29],[30],[31]. L'étudiant concerné a été mis en examen pour violences en réunion et avec arme par destination, dégradations touchant un bien d’utilité publique et refus de donner le code de son téléphone, et placé sous contrôle judiciaire[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 2019-785 du 25 juillet 2019 portant création d'Université Côte d'Azur et approbation de ses statuts
  2. a et b « Rapports d’évaluation de la coordination territoriale portée par la Comue Université Côte d’Azur (UCA), de l’université de Nice Sophia Antipolis (UNS) et de l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) » [PDF], sur hceres.com,
  3. Business Immo, « [PORTRAIT] Jean-Marc Gambaudo, le (ré)conciliateur », sur Business Immo - Le site de l'immobilier d'entreprise, (consulté le 6 janvier 2020)
  4. « Jean-Marc Gambaudo : "L'Université Côte d'Azur doit encourager la biodiversité" », sur La Tribune (consulté le 7 janvier 2020)
  5. a b c d e f g h i et j Historique de l'université, site de l'université de Nice Sophia Antipolis
  6. [PDF] Lettre de réponse du président de l'université Nice Sophia Antipolis au rapport de l'Inspection Générale de l'Administration de l'Éducation nationale et de la Recherche, site officiel de l'université Nice Sophia Antipolis, . Consulté le 29 janvier 2009.
  7. ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr, « Initiatives d'excellence - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 21 juillet 2017)
  8. « Jeanick Brisswalter élu Président de l'Université Côte d'Azur », sur tribuca.net (consulté le 9 janvier 2020)
  9. Décret n° 2019-1200 du 20 novembre 2019 relatif à l'organisation des services déconcentrés des ministres chargés de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, (lire en ligne)
  10. « La région académique Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur Académie d'Aix-Marseille (consulté le 21 janvier 2020)
  11. [PDF] Statuts de l'UFR « Faculté des sciences », .
  12. UFR Lettres, arts et sciences humaines - Fonctionnement, site officiel de l'université de Nice Sophia Antipolis. Consulté le 8 avril 2011.
  13. Départements, UFR LASH, site officiel de l'université de Nice Sophia Antipolis. Consulté le 9 avril 2011.
  14. L'Institut universitaire des langues, site officiel de l'université de Nice Sophia Antipolis. Consulté le 9 avril 2011.
  15. Se former à Nice, site officiel de l'UFR Espaces et cultures. Consulté le 9 avril 2011.
  16. « UFR STAPS - Présentation », sur www.unice.fr, Université de Nice Sophia Antipolis (consulté le 19 août 2012)
  17. « Service Commun de Documentation (SCD/BU) », sur www.unice.fr, Université de Nice Sophia Antipolis (consulté le 19 août 2012)
  18. « Frédérique Vidal, la scientifique qui a dépoussiéré l'Université Nice Sophia-Antipolis », sur La Tribune (consulté le 6 janvier 2020)
  19. « Comment l'Université Côte d'Azur a remporté l'Idex », sur La Tribune (consulté le 7 janvier 2020)
  20. « Communiqué de presse - UCA Jedi : 58 millions d’euros sur 4 ans attendus pour l’enseignement supérieur et la recherche sur la Côte d’Azur » [PDF], sur UCA
  21. « Comment l'Université Côte d'Azur a remporté l'Idex », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  22. « Pourquoi l’Université Côte d’Azur lance sa fondation », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018)
  23. « Pourquoi l’Université Côte d’Azur lance sa fondation - Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche », Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018)
  24. « L'Institut Interdisciplinaire d’IA Nice Sophia-Antipolis sélectionné », sur Pôle SCS, (consulté le 17 février 2020)
  25. « Université Côte d’Azur sélectionnée pour recevoir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle », sur inphyni.cnrs.fr (consulté le 17 février 2020)
  26. « Nice inaugure l’IMREDD, navire amiral de la recherche sur le développement durable », sur tribuca.net (consulté le 21 février 2020)
  27. « PSS / IMREDD (Nice, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 21 février 2020)
  28. a et b « A l’université de Nice, une brusque montée des tensions », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  29. « VIDÉO. "Je te revois sur le campus seul, t'es mort !" Face à l'occupation étudiante, le président de l'université de Nice pète les plombs », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018)
  30. « "Je te revois sur le campus seul t'es mort", le président d'une fac de Nice s'emporte face à un bloqueur », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018)
  31. « Réforme de l’université : tensions entre la direction et les manifestants à la faculté de Nice », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires

Liens externes[modifier | modifier le code]