Yagg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de Yagg

Adresse yagg.com
Type de site Presse écrite Réseau social IPG
Langue français
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Christophe Martet
Rédacteur en chef Judith Silberfeld
Créé par Christophe Martet, Xavier Héraud, Judith Silberfeld et Yannick Barbe
Lancement 2008
État actuel inactif

Yagg est un site de presse d'actualité sur les genres et notamment sur les questions relatives aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Le site a été lancé le par quatre anciens journalistes de Têtu[1] : Christophe Martet, Xavier Héraud, Judith Silberfeld et Yannick Barbe. Il est édité par la SAS LGNET qui est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (SPIIL) et du Syndicat national des entreprises gaies (SNEG).

Rôle[modifier | modifier le code]

Yagg couvre l'information quotidiennement dans de nombreux domaines, principalement : France, monde, cultures, loisirs, sport et santé. Il accueille aussi les blogs des internautes[2] et un réseau social, La Communauté, ce qui permet une meilleur appropriation du média par les lecteurs[3].

Yagg trouve sa place dans la communauté LGBT et devient un acteur incontournable par son nombre d'article (15 000 en 2015) et son réseau social (25 000 lecteurs quotidiens en 2015)[4]. Mais comme d'autres média, il n'arrive pas à pérenniser son modèle économique[5], soit pour des raisons venant de ses investisseurs ou du fait que ses lecteurs n'éprouvent pas le besoin de financer des médias qu'ils imaginent ne pas voir disparaître[6],[7]. Yagg comme d'autres média a été le reflet et la vitrine d'une communauté et a permis de faire émerger les thématiques[7].

Une lente fin pour des raisons économiques[modifier | modifier le code]

En 2013, lorsque Jean-Jacques Augier achète le magazine Têtu, les deux sites internets se rapprochent et fusionnent. Cette entente dure plus d'un an[4].

En février 2015, une campagne de financement est lancée sur Ulule en vue de financer, via des abonnements, l'activité de Yagg, en proie à des problèmes de trésorerie[8]. C'est à ce moment qu'il passe d'un modèle entièrement gratuit à un abonnement payant pour une parties des articles[9].

Yagg est placé en redressement judiciaire le [10],[11], puis ferme définitivement le [12], après 8 ans d'existence. Il y avait alors cinq salariés. Il ferme un an après Têtu, ce qui est perçu une double perte dans la presse LGBT[13].

En 2018, une ancienne journaliste de Yagg, Maëlle Le Corre, participe à la création d'un nouveau média LGBT, Komitid[14],[15].

Étude[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaëtan Duchateau et Florent Guerlain, Dernier inventaire avant le mariage pour tous, Stock, (ISBN 978-2-234-07456-9, lire en ligne).
  2. David Chevalier, « #Yagg annonce sa fermeture mais espérons que ce n'est qu'un “au revoir” à la têtu », sur actu.inverti.fr, .
  3. Hugo Lindenberg, « Où en est Têtu ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Yannick Barbe, « Yagg, le média d'info sur le web », sur Gayviking, .
  5. Corentin Durand, « Le média LGBT Yagg.com est en difficulté », sur Numerama, .
  6. Clotilde Gaillard, « Yagg, Têtu… Les médias LGBT en grande difficulté », L'Express,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Florian Bardou, « La presse communautaire est-elle encore indispensable aux LGBT ? », sur Slate, .
  8. « TÊTU, Yagg : les médias LGBT en danger ! », sur AJL, .
  9. Christophe Martet, « Yagg sauvé par les Yaggeuses et les Yaggeurs ? », sur Club de Mediapart, .
  10. Florian Bardou, « Le média LGBT Yagg.com placé en redressement judiciaire », Libération,‎ (lire en ligne).
  11. « La presse gay en coma avancé », sur Ojim.fr, .
  12. Adrien Naselli, « Yagg disparaît après huit ans d'information LGBT », Têtu,‎ (lire en ligne).
  13. Florian Bardou, « Y a-t-il une malédiction sur la presse homo française ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  14. Marie Kirschen, « Lancement de Komitid, un site pour “montrer toutes les facettes de la communauté LGBT+” », sur BuzzFeed, .
  15. Émilie Laystary, « Komitid, Koï et autres médias spécialisés : il est urgent de donner la voix aux communautés », Mashable avec France 24,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]