Histoire de Wikipédia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wikipédia a été lancée officiellement le [1] pour soutenir Nupedia, un projet semblable mais écrit uniquement par des experts. Wikipédia a grandi très rapidement au point de remplacer Nupedia, puis par la suite de devenir un projet mondial très important. Cette encyclopédie compte actuellement des millions de pages et d’articles rédigés par des centaines de milliers de bénévoles dans plus de trois cents langues.

Avec l’avènement du Web, plusieurs projets d’encyclopédies en ligne ont été lancés, dont certains étaient entièrement libres[2]. En 1999, Richard Stallman, le père du mouvement du libre et des logiciels libres, avait exposé l’utilité d’une encyclopédie universelle et libre et d’une ressource d’apprentissage. Il a décrit la naissance de Wikipédia comme une nouvelle excitante et sa Free Software Foundation encourage les gens à visiter et à contribuer au site. Robert McHenry, un rédacteur américain, a également comparé Wikipédia du point de vue conceptuel avec Interpedia, un projet similaire plus ancien n’ayant jamais vu le jour.

Richard Stallman donnant une conférence sur le thème Copyright and Community lors de la Wikimania de 2005 à Francfort.

Installation de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Jimmy Wales fondateur de Nupedia, menant à Wikipédia
Larry Sanger, initialement rédacteur en chef de Nupedia

Choix d'un wiki[modifier | modifier le code]

Wikipédia fut d'abord créée comme un projet secondaire alimentant Nupedia, maintenant disparue, fondé par Jimmy Wales, qui en était l'actionnaire majoritaire[3],[4] afin de produire une encyclopédie libre. Nupedia avait des procédures de révision élaborées (elle était placée sous le contrôle d'un comité scientifique), et exigeait la participation de contributeurs hautement qualifiés. En 2000, année de lancement du projet, la rédaction d'articles était particulièrement lente, malgré l'existence d'une liste de discussion des éditeurs intéressés, et un rédacteur en chef à plein temps, Larry Sanger.

Au cours de la première année de Nupedia, Wales et Sanger ont discuté de divers moyens pour compléter Nupedia avec un projet plus ouvert et complémentaire. Wales raconte que Jeremy Rosenfled, un salarié de Bomis, lui avait présenté le concept du wiki. Indépendamment, Ben Kovitz, un développeur, habitué du wiki de Ward Cunningham (WikiWikiWeb) a présenté l'idée d'un wiki à Sanger, au cours d'un dîner le . Sanger pensait qu'un wiki serait une bonne plate-forme, et a proposé sur la liste de diffusion de Nupedia, dans un message intitulé « Let's make a wiki » (Faisons un wiki), qu'un UseModWiki (version 0.9.0) serait installé, afin d'alimenter Nupedia :

« Non, ce n'est pas une proposition indécente. C'est une idée pour ajouter une petite capacité supplémentaire à Nupedia. Jimmy Wales pense que de nombreuses personnes pourraient trouver l'idée sujette à caution, mais je ne le pense pas. (…) L'utilisation d'un wiki par Nupedia est le format ULTIME, « ouvert » et simple pour développer du contenu. Nous nous sommes occasionnellement regroupés autour d'idées pour des projets plus simples, plus ouverts, pour soit remplacer soit suppléer Nupedia. Il me semble que les wikis peuvent être déployés pratiquement instantanément, n'ont besoin que de très peu de maintenance, et en général sont très peu risqués. Ils sont aussi une source de contenu potentiellement importante. Donc il n'y a que de petits inconvénients, aussi loin que je peux en voir[5]. »

Wales installa ce wiki et le mit en ligne le [6]. À partir de ce moment, Larry Sanger travailla conjointement à l'encyclopédie Nupédia et à l'encyclopédie Wikipédia. Il participa particulièrement à la formulation de la majorité des politiques originelles.

Origines du concept[modifier | modifier le code]

Il y a une différence de vue entre Wales et Sanger quant aux rôles précis et aux titres qu'ils employaient dans les premières étapes de Wikipédia. Sanger se qualifiait lui-même de cofondateur, de même que Wales, au moins jusqu'en 2001[7].

Wales a plus tard remis en cause cela, en affirmant « il travaillait pour moi […] je ne suis pas d'accord pour le qualifier de cofondateur, mais il aime ce titre »[8],[9]. Rien ne faisait état d'une telle remise en cause avant 2004.

Sanger concède que c'est Wales tout seul qui a conçu une encyclopédie à laquelle des amateurs pourraient contribuer. « Pour être clair, l'idée d'une encyclopédie en source ouverte, collaborative, ouverte aux contributions des gens ordinaires, était entièrement celle de Jimmy, pas la mienne » (emphase dans le texte original)[10]. Cependant, Sanger maintient que c'est lui qui a amené le concept à Wales et a suggéré qu'il soit appliqué à Nupedia, ce que Wales n'aurait accepté qu'après une étape de scepticisme. Wales déclarait lui que c'est Jeremy Rosenfeld qui lui a le premier suggéré cette idée, bien qu'il ait déclaré plus tôt, en , que « Larry a eu l'idée d'utiliser un logiciel Wiki »[11],[12]. Sanger maintient également qu'il « est arrivé avec le nom de Wikipedia, un nom ridicule pour ce qui était au début un projet très ridicule »[13],[14]. De plus, Sanger a fait la plus grande part du travail de rédaction des règles et a consacré ses efforts à construire une communauté, ce pour quoi il a été rémunéré par Bomis jusqu'en 2002[15].

Aujourd'hui, Wales insiste sur cette relation d'employeur à employé, et le fait qu'il était alors l'autorité ultime, pour faire de lui le seul fondateur, tandis que Sanger se fonde sur les contributions qu'il a faites sur Wikipédia, et sur des coupures de presse de 2002 à 2004, qui les présentaient de façon routinière comme cofondateurs[16],[17].

Premiers pas[modifier | modifier le code]

Le logo de Wikipédia utilisé jusqu'à fin 2001

Il y eut une réticence considérable de la part des contributeurs et relecteurs de Nupedia à l'idée d'associer Nupedia avec un site Internet sous la forme d'un wiki. Sanger suggéra de donner au nouveau projet son propre nom, et Wikipedia fut bientôt lancé avec son propre domaine wikipedia.com le .

La bande passante et le serveur (basé à San Diego) utilisés pour ces projets étaient des dons de Bomis. La plupart des employés actuels et passés de Bomis ont contribué à l'encyclopédie, notamment Tim Shell, cofondateur et actuel PDG de Bomis, et le programmeur Jason Richey.

La première édition de Wikipédia, comme elle apparaît aujourd'hui avec l'habillage Nostalgia.

Les premières éditions réalisées sur Wikipédia ont été vraisemblablement réalisées par Jimmy Wales, afin de tester le wiki. Cependant, l'article le plus ancien encore aujourd'hui accessible est l'article UuU, créé le à 21:08 UTC[18].

Le projet accueille de nombreux nouveaux participants après avoir été mentionné trois fois sur le site Slashdot, avec deux mentions mineures en [19],[20]. Il a ensuite bénéficié d'une couverture importante par le site communautaire, technologique et culturel Kuro5hin, le [21]. Entre ces quelques rapides pics, son audience progressa régulièrement grâce à d'autres sources, notamment Google, qui envoyait, à lui seul, plusieurs centaines de nouveaux visiteurs vers le site de Wikipédia. La première couverture de Wikipédia par un média de masse fut dans le New York Times, le [22].

Une copie d'écran de la page d'accueil, le
Le logo utilisé depuis la fin 2001 jusqu'en 2003

Le projet dépasse les 1 000 articles le , et les 10 000 articles autour du . Dans sa première année d'existence, plus de 20 000 entrées encyclopédiques furent créées, soit un taux de plus de 1 500 articles par mois. Le , le projet atteint les 40 000 articles. Le taux de croissance a plus ou moins régulièrement augmenté depuis la création de Wikipédia, excepté durant des coupures liées à des problèmes logiciels ou matériels.

Déploiement international[modifier | modifier le code]

Très tôt, Wikipédia a commencé à s'étendre au niveau international. Le premier nom de domaine réservé pour une version non anglophone fut deutsche.wikipedia.com (le )[23] suivie quelques minutes plus tard par une version catalane[24], qui furent pendant 2 mois les seules avec des articles non-anglophones[25].

La première référence à une Wikipédia en langue française date du [26]. Elle fut suivie en de l'implémentation d'une vague de versions en chinois, néerlandais, espéranto, hébreu, italien, japonais, portugais, russe, espagnol et suédois. Ils furent ensuite rejoints par des versions en arabe[27] et hongrois[28],[29].

En septembre, un pas supplémentaire fut franchi avec le déploiement de versions en afrikaans, norvégien, et serbe[30],[31].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le projet s'est développé rapidement à plusieurs niveaux : les wikis ont vu leur nombre d'articles fortement augmenter, de nouveaux wikis ont été installés, et de nouveaux projets ont été fondés dans d'autres domaines (actualités, citations, sources de références…). La fondation Wikimédia, de droit américain, a été créée afin de financer le projet, depuis le retrait progressif de Bomis du projet, et d'en assurer la sécurité juridique.

Croissance continue[modifier | modifier le code]

2002[modifier | modifier le code]

Taille de Wikipédia, jusqu'en .
Taux de croissance de Wikipédia, jusqu'en .
Taux d'audience de Wikipédia en août et .

Jusqu'en , Sanger était employé par Bomis comme rédacteur en chef de Nupedia, ainsi qu'organisateur de Wikipédia. Le budget de Bomis réservé à sa rétribution fut supprimé, et Sanger démissionna en [32].

En , la « phase II » du logiciel wiki utilisé par Wikipédia fut présentée, remplaçant UseModWiki. Écrit spécifiquement pour le projet par Magnus Manske, il comprend un moteur wiki en PHP. En , la plupart des participants de Wikipédia en espagnol se séparent pour créer Enciclopedia Libre Universal en Español. Le projet anglophone est occasionnellement visité par des vandales, qui suppriment des articles valides ou envoient des contenus inappropriés. Alors que de tels vandalismes sont généralement rapidement annulés, la page principale du projet fut, pendant un temps, sujette à des vandalismes répétés. Cela amena à la protection de la page, de telle sorte qu'elle ne puisse être modifiée que par des administrateurs. En , une mise à jour majeure du logiciel exploité par Wikipédia fut installée ; nommée « phase III », elle remplaça la précédente « phase II », et devint MediaWiki. Elle fut écrite par Lee Daniel Crocker en réponse aux attentes croissantes du projet. En , peu après que Jimmy Wales eut annoncé qu'il ne mettrait jamais en place de publicités sur Wikipédia, l'URL de Wikipédia passa de wikipedia.com à wikipedia.org.

En , le premier projet sœur, Wiktionnaire, fut créé, ayant pour objectif de produire un dictionnaire et un thésaurus des mots dans toutes les langues. Il utilise le même logiciel que Wikipédia.

2003[modifier | modifier le code]

En , le support des formules mathématiques en TeX fut ajouté. Le code fut fourni par Tomasz Wegrzanowski. Le , la version anglophone connut une audience particulièrement élevée après avoir passé le cap des 100 000 articles. Deux jours plus tard, la version germanophone passe le cap des 10 000 articles. Le , la fondation Wikimedia fut créée pour financer ses propres projets et l'acquisition ou l'engagement de ressources, pour satisfaire à ses propres besoins. Le même jour, Wikiquote, recueil libre de citations est déployé. Un mois plus tard, Wikibooks est lancé.

Autour du , le logo de Wikipédia est installé. Le concept du logo fut sélectionné par une procédure de vote[33], qui fut suivie d'une procédure de sélection pour sélectionner la meilleure variante. La sélection finale fut créée par David Friedland, basée sur une idée de Paul Stansifer. Le , la première réunion « réelle » de Wikipédia se déroule à Munich. Le , Nupedia fut définitivement fermée (mais elle reste encore accessible et des messages récents y figurent) : elle ne dispose alors que de 24 articles publiés et 74 y sont en cours de rédaction[34]. Après le , les administrateurs de Wikipédia peuvent changer le texte de certaines parties de l'interface de MediaWiki.

2004[modifier | modifier le code]

En , Wikipédia dépasse les 200 000 articles en langue anglaise, et atteint 450 000 articles, toutes langues confondues. Le mois suivant, ce dernier compteur dépasse les 500 000 articles. Le , le serveur fut déplacé de San Diego (Californie) à Tampa en Floride[35]. Le , une mise à jour de MediaWiki est déployée sur tous les projets. Le lendemain, le , les premières catégories apparaissent. Le , la Chine bloque l'accès à la Wikipédia chinoise. Quelques jours plus tard, toutes les versions de Wikipédia étaient inaccessibles depuis la Chine. Ce blocage fut levé le . Le , le wiki anglophone atteint les 300 000 articles.

2005[modifier | modifier le code]

En 2005, le rôle de Larry Sanger, en tant que cofondateur du projet Wikipédia, est remis en cause par Jimmy Wales, en particulier par de nombreuses retouches que ce dernier apporta à l'article le concernant sur Wikipédia[36]. Fin 2005, cette discussion fait l'objet de nombreux articles et à la publication d'images humoristiques dans la presse anglophone[37].

Le modèle de rédaction de Wikipédia, ouvert et vérifié par des pairs, fait par ailleurs l'objet de plusieurs critiques. En , l'universitaire Eric Goldman prédit ainsi que Wikipédia aura disparu dans les cinq années suivantes à cause de son modèle. Selon lui, « Les communautés, en particulier celles en ligne, sont confrontées à des problèmes d'échelle. Lorsqu'une communauté se développe, les interactions personnelles ne suffisent plus pour prendre des décisions ». Toujours en 2005, il fait le pari avec Mike Godwin, autre blogueur sur le droit américain, que « Wikipédia sera inévitablement dominée par les joueurs en ligne et les spécialistes du marketing au point de perdre toute crédibilité »[38].

En , le magazine scientifique Nature publie les résultats d'une étude comparative de la qualité des articles de Wikipédia et de l'Encyclopædia Britannica dans le domaine scientifique. Contre toute attente, le journal conclut que les articles scientifiques de Wikipédia présentent un niveau de précision et de qualité semblable à celle de l’encyclopédie payante[39].

Au niveau des outils, le moteur de Wikipédia est complété par la création d'un système de semi-protection, qui permet d'interdire la modification d'une page à tout contributeur qui compte 4 jours ou moins de présence sur Wikipédia.

2006[modifier | modifier le code]

En 2006, Wikipédia est confrontée au lancement de plusieurs encyclopédies concurrentes.

En février, Eugene Izhikevich, spécialiste en neurosciences, lance Scholarpedia, une encyclopédie faisant appel à des experts qui guident le public dans l'écriture des articles. En septembre, Larry Sanger, qui a co-fondé Wikipédia mais qui a depuis pris ses distances avec le projet, lance Citizendium, une encyclopédie rédigée en collaboration par des amateurs et des experts. Néanmoins ces deux projets ne rencontrent pas le succès escompté et ne parviennent par la suite à grandir de façon aussi significative que Wikipédia[40].

Pour l’écrivain Richard Cooke, cet échec s’explique par le choix de ces projets de faire appel à des experts pour rédiger les articles. En effet, une majorité d’experts refuse de rédiger des articles pour une encyclopédie en ligne s'ils ne sont pas rémunérés, ce qui limite le nombre et la fréquence de publication des articles. D’autre part, ces encyclopédies ne disposent pas d’une communauté de rédacteurs suffisamment grande et diversifiée, contrairement à Wikipédia, ce qui ne leur permet pas de traiter l’ensemble des sujets importants[41].

En octobre, la Française Florence Devouard est nommée présidente de la Fondation Wikimedia au niveau mondial.

2007[modifier | modifier le code]

Wikipédia dans toutes les langues contient 1,74 milliard de mots dans 7,5 millions d'articles dans environ 250 langues. Le nom de domaine Wikipedia.org se classe 10e site le plus fréquenté sur Internet. L'affaire Essjay éclate, du nom d'un important contributeur à l'encyclopédie, administrateur sur Wikipédia en anglais et employé de Wikia qui avait menti sur ses qualifications universitaires.

En , le moteur de recherche américain Google annonce le lancement d'une encyclopédie collaborative appelée Knol (raccourci de knowledge). À l'image de Wikipédia, Knol est éditée par les internautes qui peuvent modifier les articles, ajouter du contenu, et poster des commentaires. Cette annonce suscite des inquiétudes au sein de la Wikimedia Foundation. Florence Devouard, vice-présidente de Wikimédia France, indique ainsi craindre que Google fasse « remonter » les articles Knol dans les résultats de son moteur de recherche, au détriment des articles Wikipédia[42]. « Aujourd'hui, 50% de notre trafic vient de Google. Si nous avons moins de visibilité, nous risquons de voir nos rares sources de financement (les dons) disparaître. » déclare-t-elle[43].

2008[modifier | modifier le code]

Plusieurs WikiProjets dans différents domaines continuent de croître. En avril le 10 millionième article sur Wikipédia est publié (un article sur Wikipédia en hongrois). Quelques mois plus tard, Wikipédia en anglais dépasse les 2,5 millions d'articles.

2009[modifier | modifier le code]

Le , l'article consacré à Michael Jackson connaît une forte hausse de sa fréquentation.

En 2009, Wikipédia connaît une crise de croissance, marquée par une baisse significative du nombre de contributeurs. Même si le nombre d'éditeurs était déjà en baisse en 2007 et 2008, la baisse est particulièrement importante en 2009. Sur les trois premiers mois de l'année, la version anglaise de Wikipédia a ainsi perdu 49 000 contributeurs, soit dix fois plus qu'en 2008 sur la même période. Sue Gardner, directrice générale de la fondation Wikimedia, explique ce constat par le fait que Wikipédia est alors arrivée à maturité. S'il est toujours possible d'écrire de nouveaux articles, le périmètre s'est fortement réduit, les principaux thèmes ayant déjà été traités. Une autre explication avancée par le Wall Street Journal est la complexité des règles qui sont apparues au fur et à mesure, d'où un sentiment d'hostilité à l'égard des nouveaux contributeurs[44]. « Si la communauté est devenue plus hostile envers les nouveaux, c'est un problème qui peut être corrigé », indique cependant Jimmy Wales, co-fondateur de l'encyclopédie [45].

Malgré cette baisse, l'audience globale sur Wikipédia continue de progresser à un rythme soutenu. En 2009, 399 millions de visiteurs ont consulté l'encyclopédie, soit une hausse de 22% par rapport à 2008, pour un total 13,7 milliards de pages consultées sur l'année (+ 20 %), sans compter les visites sur téléphone mobile[46].

Le , à la suite de la mort de Michael Jackson, près d'un million de visiteurs viennent consulter sa biographie sur Wikipédia, le tout en à peine une heure, ce qui constitue le plus grand nombre de visiteurs pour un article Wikipédia durant ce laps de temps.

À la fin du mois d', le nombre d'articles sur Wikipédia dépasse les 14 millions, toutes versions confondues[47]. Le , la version Wikipédia en anglais franchit les 3 millions d'articles avec la biographie de l'actrice Beate Eriksen[48]. La version de Wikipédia en allemand dépasse, elle, le million d'articles le , devenant ainsi la deuxième édition à franchir à ce cap.

2010[modifier | modifier le code]

Le British Museum accueille le premier wikipédien en résidence en .

En , une étude de l'Université de Washington se penche sur l'utilisation de Wikipédia par le monde étudiant. Parmi le panel d'étudiants interrogés, une large majorité (75%) déclare se servir de l'encyclopédie pour des travaux de recherche. Parmi les avantages de l'encyclopédie, les étudiants notent son côté « pratique » et « intelligible ». Les étudiants en architecture et les futurs ingénieurs sont ceux qui utilisent le plus l'encyclopédie (75%). Wikipédia est également beaucoup utilisé par les étudiants en physique ou en mathématiques. En revanche, les étudiants en sciences sociales et en littérature l'utilisent peu[49].

Le , une nouvelle interface est déployée. Les nouvelles fonctionnalités comprennent de nouveaux outils de navigation, un assistant pour les liens et l'affichage du nouveau logo[50].

En , le British Museum entame une collaboration avec le vice-président de Wikimedia Australia Liam Wyatt[51]. Le musée lui propose de l’accueillir durant 5 semaines afin de travailler avec les collaborateurs du musée et d’identifier les opportunités de collaboration qui seraient bénéfiques aussi bien au musée qu’aux projets Wikimedia. Six projets en résultent, dont une visite guidée « privée », exclusivement réservée aux wikipédiens, une page pour les requêtes de photographies d'objet du musée, et des collaborations « one-on-one » entre les conservateurs du musée et les wikipédiens en quête d'informations ou de relecture par des professionnels[52]. Le concept du « wikipédien en résidence » est né. Par la suite, d’autres institutions comme le Château de Versailles, le Musée Picasso ou les US National Archives renouvellent l’expérience en accueillant des wikipédiens afin de valoriser leurs collections[53].

Après l'échec de son encyclopédie collaborative Knol, Google entame, en , un partenariat avec Wikipédia afin d'aider les internautes à traduire des articles dans les langues les moins bien représentées sur l'encyclopédie (indiennes, africaines et arabe). Google a mis à disposition son service Translator Toolkit, qui permet d'utiliser Google Translation pour établir une base, et a coordonné les équipes de volontaires pour achever la traduction. 100 articles importants ont ainsi été traduits dans la version hindi, ce qui a permis d'augmenter sa taille de 20 %. L'opération a été répétée dans 16 langues, pour un total de 16 millions de mots traduits [54].

Le , la version de Wikipédia en français franchit la barre symbolique du million d'articles, devenant ainsi la troisième version à franchir ce cap après les versions anglaise et allemande[55].

2011[modifier | modifier le code]

Un des nombreux gâteaux réalisés afin de célébrer les 10 ans de Wikipédia[56].

Le , de nombreuses célébrations sont organisées dans le monde entier par Wikipédia et ses utilisateurs afin de commémorer les 10 ans de l'encyclopédie[57]. Celle-ci compte alors 17,6 millions d'articles, dont plus d'un million en français, et des versions dans 270 langues[58]. Avec 400 millions de visiteurs chaque mois[59], l'encyclopédie fait également partie des 10 sites les plus visités du monde (huitième selon Alexa.com)[60].

En , une étude de l'UNU-MERIT dresse le portrait du contributeur type sur Wikipédia. Selon cette étude, l'encyclopédie compte alors 87% d'hommes et 13% de femmes. Selon la sociologue Jane Margolis, cette disparité ne serait que le reflet du monde réel et notamment du monde de l'informatique qui est essentiellement un milieu d'hommes. Le confondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, est cependant plus nuancé. Pour ce dernier, l'objectif doit être surtout d'améliorer l'interface afin que Wikipédia soit plus facilement accessible aux « non geeks »[61].

Durant l'année, la baisse du nombre de contributeurs sur Wikipédia se confirme. En juin, l’encyclopédie compte en effet 82 000 contributeurs réguliers alors que ce nombre oscillait autour de 90 000 entre 2007 et 2010. « Nous ne remplissons pas les rangs. Ce n’est pas une crise, mais je considère que c’est important » déclare Jimmy Wales. Pour le confondateur de Wikipédia, ce constat s’expliquerait par deux raisons. La première est que le contenu de l'encyclopédie serait alors arrivé à un niveau de saturation. La seconde est que le contributeur type, « un geek mâle de 26 ans», aurait vieilli et aurait désormais d’autres priorités liées à sa vie familiale[62]. Pour le professeur Andrew Lih, l’encyclopédie serait également devenue moins attractive du fait de l’apparition de nombreuses règles et statuts. Par ailleurs, les règles de « deletionism » (la suppression rapide d’articles jugés en dessous d’un certain standard) auraient tendance à refroidir les débutants[63].

Pour pallier ce problème, la Wikimedia Foundation se donne pour objectif de recruter 5 000 nouveaux contributeurs d’ici juin 2012. Une fonction « Wikilove » est mise en place sur la version anglophone afin de permettre aux lecteurs d’envoyer un cadeau virtuel aux auteurs d’un article qu’ils ont apprécié. Une réflexion est également menée par la fondation afin de simplifier l’édition d’articles et attirer de nouvelles catégories d’internautes[64].

Malgré cette baisse de contributeurs, l'encyclopédie continue de grandir. En 2011, il existe ainsi plus de 3,5 millions d’articles en anglais et plus d’un million en français. Elle est également représentée dans plus de 250 langues[61].

En , la Wikimedia Foundation annonce le lancement du projet Wikipedia Zero, une initiative visant à fournir un accès gratuit à Wikipédia aux populations des pays en développement, grâce à des partenariats avec des opérateurs de téléphonie mobile[65].

2012[modifier | modifier le code]

Le , Wikipédia en anglais atteint les 4 millions d'articles avec « Izbat al-Burj »[66] traduit le lendemain en français : Izbet el Bourdj.

En France, à la fin de l’année 2012, Wikipédia apparaît comme le 7e site le plus visité avec 20 millions d’utilisateurs uniques par mois et 800 000 pages vues par heure. Il apparaît aussi comme le 1er site culturel. Le site français recense 1,1 million d’articles[40].

2014[modifier | modifier le code]

À la suite du crash du Vol 17 de la Malaysia Airlines le 17 juillet 2014, une guerre d'édition éclate sur l'article Wikipédia consacré à la catastrophe.

Le , un Boeing de la compagnie Malaysia Airlines s’écrase dans l'est de l'Ukraine, une région de conflit, après avoir été abattu par erreur par une batterie antiaérienne russe. Une guerre d’édition éclate alors sur l’article Wikipédia consacré à la catastrophe. Deux IP, dont une appartenant à VGTRK, un groupe audiovisuel détenu par l’Etat russe, essaient de modifier la page en indiquant que l’avion a été abattu par des soldats ukrainiens, contrairement aux résultats de l’enquête[67]. Dans le même temps, une guerre d’édition éclate sur la page Wikipédia de l’avion militaire Soukhoï Su-25. En effet, quatre jours après la catastrophe, le ministère russe de la Défense laisse entendre qu’un Su-25 de l’aviation ukrainienne aurait pu abattre l’avion, bien que celui-ci plafonne à 7 000 mètres d’altitude alors que l’altitude de croisière du Boeing 777 est de 10 000 mètres. Dans les jours qui suivent, les versions en anglais, en russe, en français et en allemand de l’article sur le Su-25 sont régulièrement vandalisées par des IP augmentant le plafond de vol de l’avion à 10 000 mètres[68].

2019[modifier | modifier le code]

À partir de 2019, le projet Noircir Wikipédia organise des ateliers d'édition sur la culture africaine.

Le , le projet Noircir Wikipédia, un collectif de wikipédiens souhaitant améliorer la visibilité des personnalités africaines et de la diaspora africaine sur Wikipédia, organise son premier atelier multilingue à Genève. Le but est de former de nouveaux contributeurs et d’améliorer les articles en lien avec l’Afrique. Au cours de ce premier atelier, près d’une cinquantaine d’articles sont améliorés. 4 nouveaux articles sont également créés, dont celui consacré à Amédée Pacôme Nkoulou, un cinéaste gabonais dont un des films a été présenté au Festival cinéma d’Afrique à Lausanne. Par la suite, d’autres ateliers sont organisés de manière mensuelle[69].

2020[modifier | modifier le code]

En , Wikipédia en anglais franchit les 6 millions d'articles avec Maria Elise Turner Lauder[70].

Le , le gouvernement turc décide de lever le blocage de Wikipédia. Cette décision fait suite au verdict de la cour constitutionnelle turque qui avait indiqué, en , que ce blocage était « une violation du droit à la liberté d’expression »[71]. À partir de , l’encyclopédie est donc de nouveau accessible en Turquie, après deux ans et demi de blocage[72].

En , le magazine The Atlantic publie une étude sur le profil de contributeurs anglophones de Wikipédia, à partir de données publiques de géolocalisation provenant de l'écosystème Wikimedia. Le journal constate que 75 % des contributions en anglais viennent de 5 pays : les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Inde, le Canada et l'Australie. À l'inverse, les populations des régions les plus pauvres, les moins éduquées et les moins connectées contribuent très peu à l'encyclopédie[73].

L'avenir de Wikipédia : enjeux et défis[modifier | modifier le code]

Croissance et diversité des contributeurs[modifier | modifier le code]

Pour Willie Robert, ancien membre de Wikimédia France, l’encyclopédie devra répondre à deux enjeux majeurs dans les années à venir : maintenir un haut niveau de participation de la part des contributeurs actuels et accroître la diversité de la communauté[74].

Concernant la participation, la Wikimedia Foundation travaille actuellement à améliorer l’interface afin que Wikipédia soit plus facile à utiliser, notamment sur mobile. Par ailleurs, des projets ont été lancés en collaboration avec les communautés et associations locales afin de favoriser l’accueil des nouveaux contributeurs et lutter contre les cas de harcèlement en ligne[74].

Concernant la diversité, différents projets ont été lancés afin de diversifier les profils des contributeurs. Le but est d’accroître notamment la participation des femmes, de développer les réseaux de contributeurs en Afrique, ou encore de faire participer plus de spécialistes académiques[74].

Ce problème de diversité se retrouve particulièrement dans la version francophone de Wikipédia, dont la communauté de contributeurs est constituée majoritairement de Français (79% des contributeurs francophones). Les Québécois, par exemple, ne représentent que 7% des contributeurs. Cette surreprésentation des contributeurs français a un impact sur la diversité des articles ainsi que sur la légitimité des sources. « Les Français ont longtemps refusé des sources comme Le Devoir et La Presse parce que, dans leur esprit, il ne s’agit pas de publications nationales au même titre que les médias parisiens. » explique ainsi Simon Villeneuve, contributeur québécois et professeur de sciences. Pour y remédier, des initiatives ont été lancées comme la création de partenariats entre Wikimédia Canada et des associations locales afin de rédiger des articles sur des personnalités québécoises[75].

Utilisation dans l’enseignement[modifier | modifier le code]

Bien qu’elle soit de plus en plus fiable, Wikipédia est encore confrontée à la réticence d’une partie du monde universitaire et de l’enseignement. Pour le professeur de sciences Simon Villeneuve, qui a intégré Wikipédia dans ses cours comme outil pédagogique, « il est notre devoir (en tant qu’enseignant) d’apprendre comment fonctionne cet outil d’éducation de masse afin, notamment, d’en comprendre les forces et les faiblesses, ainsi que ses limites ». Ce dernier utilise d’ailleurs Wikipédia afin d’initier ses étudiants à la recherche documentaire, à la vulgarisation et à l’évaluation de la qualité des sources[76].

Blocage de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Wikipédia fait l'objet de blocages de la part de plusieurs pays parmi ceux pratiquant une « censure systématique d’Internet » selon Reporters sans frontières.

Chine[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le blocage de Wikipédia en Chine est une série de dénis d'accès assimilable par ses fonctionnalités à un filtrage d'Internet que des personnes de la République de Chine et les fournisseurs d'accès à Internet situés en Chine ont imposé contre zh.wikipedia.org, le Wikipédia en langue chinoise et de sa fondation parente, Wikimedia. Les personnes de Chine et les fournisseurs d'accès Internet ont adopté un accès censuré d'Internet en Chine aux sites Internet à caractère litigieux aux utilisateurs de Chine. Ni Taïwan, ni Hong Kong, ni Macao ne sont affectés par ces blocages.

Les sites de Wikimedia ont déjà été bloqués plusieurs fois sans aucun avertissement ni explication ultérieure. Ces dates incluent du au  ; du au  ; du au (déblocage partiel) / (déblocage complet)[77] ; depuis le [78] ; le , accessible, sauf Wikipédia en langue chinoise ; depuis le , accessible, sauf la langue chinoise qui reste bloquée[79]. Ces blocages affectent la Chine continentale, soit 46 % des wikipédiens sinophones.

La censure des wikipédias est différenciée. Les versions en langues étrangères sont facilement accessibles en utilisant les sites anonymiseurs. Seule la version (zh) en langue chinoise est véritablement bloquée ; pour y accéder il faut utiliser des sites relais qui chiffrent les messages en transit (https://, ces sites sont généralement à péage) ou des outils qui nécessitent l'installation d'un logiciel. Paradoxe : le blocage de la fonction de modification des wikipédias à partir des adresses IP d'anonymiseurs et mandataires ouverts rend plus difficile leur enrichissement depuis la Chine.

En , Baidu.com annonce l'ouverture de sa propre encyclopédie Wiki en Chine continentale sous le nom de Baidupedia (ou Baidu Baike en chinois). Cette encyclopédie devrait être plus acceptable pour la politique de censure chinoise. Le site Baidu.com faisant la promotion de sa Baidu Baike, cette encyclopédie wiki bénéficie d'un afflux de participants, tandis que de l'autre côté, l'ensemble des Wikipédias, dont Wikipédia en chinois, étaient bloqués, ne bénéficiaient plus (ou très peu) des internautes de Chine continentale.

Le , la BBC rapporta que Wikipédia en langue chinoise était de nouveau accessible en Chine ; elle ne l'avait pas été le jour précédent. Ce déblocage survint dans le contexte de l'arrivée de journalistes étrangers en Chine à l'occasion des Jeux olympiques de Pékin. À la suite des demandes du Comité international olympique, plusieurs sites web interdits étaient devenus accessibles, dont le site de la BBC en langue chinoise[80]. En , Wikipédia en langue chinoise et dans les autres langues restait accessible depuis la Chine continentale.

Depuis 2010, les fichiers de commons restent inaccessibles. En particulier, les illustrations des articles ne sont pas visibles.

En , Wikipédia, déjà bloquée en mandarin, est désormais inaccessible dans toutes les langues[81].

Iran[modifier | modifier le code]

La version anglaise de Wikipédia fut bloquée entre les et [82] sans qu'aucune raison ne soit fournie. La version kurde est quant à elle bloquée depuis plusieurs mois[Quand ?].

L'Iran a pour politique d'interdire les accès à haut débit et bloque aussi d'autres sites tels Amazon, YouTube et le New York Times[83].

Tunisie[modifier | modifier le code]

Entre les et , l'ensemble des projets de la Wikimedia fondation étaient bloqués.

Turquie[modifier | modifier le code]

Toutes les versions de Wikipédia sont bloquées depuis le dans le pays[84]. Le , la Cour constitutionnelle, la plus haute instance juridique en Turquie, a jugé que le blocage initié par le gouvernement constituait une « violation de la liberté d’expression »[85].

Fonds en provenance d'un pays[modifier | modifier le code]

En 2007, pour la première fois, l’encyclopédie Wikipédia reçoit des fonds de la part d’un gouvernement[86].

Publication sur d'autres médias[modifier | modifier le code]

La version allemande de l'encyclopédie a été la première à avoir publié une partie de son contenu sur un autre média que le Web. La première fois sous forme d'un CD en [87] puis des versions plus complètes sous forme de plusieurs CDs et DVDs en et . En , l'éditeur Zenodot Verlagsgesellschaft mbH publie un livre de 139 pages sur Wikipédia (son histoire et ses règles) accompagné d'un DVD contenant 300 000 articles et 100 000 images issus de la version allemande[88].

De plus, DirectMedia avait annoncé une édition papier de toute l'encyclopédie allemande en 100 volumes de 800 pages chacun. L'édition devait débuter en pour se terminer en 2010. En , l'éditeur annonça l'arrêt de ce projet[89].

La première version CD contenant une sélection d'articles de l'édition anglaise de Wikipédia a été publiée en par SOS Children sous le nom de 2006 Wikipedia CD Selection[90].

En , Wikipedia Version 0.5, un CD contenant une sélection de près de 2000 articles est édité par la Wikimedia Foundation et Linterweb. La sélection des articles s'est faite en fonction de la qualité des articles, et selon que leur présence sur le CD soit jugée importante. Cette version CD a servi de test afin de préparer une version DVD contenant beaucoup plus d'articles[91],[92]. La version CD peut être commandée en ligne, téléchargée ou consultée en ligne sur le site de ce projet : « Wikipedia on dvd »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )

Un projet libre a aussi commencé afin de rendre disponible l'encyclopédie sur les iPods. Le projet Encyclopedia a débuté en et est disponible pour les 4 premières générations d'iPods[93].

L'artiste Michael Mandiberg a créé en 2015 à New York une exposition intitulée From Aaaaa! to Zzzap! dans laquelle il présente le contenu de Wikipedia (en anglais) imprimés dans des volumes d'encyclopédie. Cela représente 7 600 volumes de 700 pages, dont seuls 106 ont été imprimés pour les besoins de l'exposition. La démarche de l'artiste est à la fois "une vision utilitaire de la plus grande accumulation de connaissances humaines" et "un geste poétique envers la futilité de l'échelle du Big Data"[94],[95].

Succès et controverses[modifier | modifier le code]

Le succès de Wikipédia sur le Web se traduit par le nombre croissant de liens hypertexte renvoyant à un article. Les interrogations par les moteurs de recherche font donc souvent apparaître un article de Wikipédia dans les premières réponses.

En France[modifier | modifier le code]

Ce succès produit, en France, divers phénomènes dont voici des exemples :

Un militantisme anti-Wikipédia se développe. Un blog est consacré à la dénonciation[96] de la nocivité du site et de la mauvaise qualité humaine des participants. Le bruit est répandu que de nombreux mémoires universitaires ont été recalés pour avoir contenu des références à Wikipédia[réf. nécessaire]. Un livre écrit par cinq étudiants de Sciences Po sous la direction de leur enseignant Pierre Assouline critique les conséquences des principes éditoriaux de l'encyclopédie libre[97].

Une « intrusion artistique », sous la forme de citations de Roland Barthes ajoutées à des articles d'intérêt général (Adidas, chien, ennui, sinogramme, Tour Eiffel, etc., environ trente articles) a été effectuée par Nicolas Bigards, Agnès de Cayeux et Stéphanie Cleau[98],[99] à partir de . Les administrateurs ont mis fin à l'« expérience » en  ; les ajouts ont été retirés (mais non effacés ; les articles « enrichis » restent consultables à partir de l'historique), et les comptes utilisateurs des artistes bloqués.

Une action en justice a été intentée par trois Français contre la Wikimedia Foundation à la suite de l'insertion d'informations sur leur vie privée dans un article de Wikipédia en français. Les plaignants, qui arguaient que des millions de personnes avaient pu prendre connaissance de ces informations et demandaient une réparation pécuniaire, ont été déboutés. Une ordonnance du tribunal de grande instance de Paris du a assimilé Wikipédia à un hébergeur[100]. Les informations avaient été blanchies quelques jours après leur parution et ont été retirées des historiques[101].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « History of Wikipedia » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Timeline: Wikipedia's history and milestones », lire en ligne sur le site wired.co.uk
  2. Ainsi, en 1997, fut fondée au Québec la première encyclopédie en libre accès sur Internet, l'Encyclopédie de l'Agora, par Jacques Dufresne et Hélène Laberge.
  3. (en) Bias, sabotage haunt Wikipedia's free world, Boston Globe, 12 février 2006.
  4. (en) The Early History of Nupedia and Wikipedia: A Memoir - Slashdot, accédé le 20 juillet 2007
  5. No, this is not an indecent proposal. It's an idea to add a little feature to Nupedia. Jimmy Wales thinks that many people might find the idea objectionable, but I think not. (…) As to Nupedia's use of a wiki, this is the ULTIMATE "open" and simple format for developing content. We have occasionally bandied about ideas for simpler, more open projects to either replace or supplement Nupedia. It seems to me wikis can be implemented practically instantly, need very little maintenance, and in general are very low-risk. They're also a potentially great source for content. So there's little downside, as far as I can determine.
  6. (en) Larry Sanger, « Let's make a wiki », Nupedia mailing list,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Peter Meyers, « Fact-Driven? Collegial? This Site Wants You », New York Times,‎ (lire en ligne)
  8. He used to work for me […] I don't agree with calling him a co-founder, but he likes the title.
  9. (en) James Niccolai, « Wikipedia taking on the vandals in Germany », PC Advisor, 26 septembre 2006
  10. To be clear, the idea of an open source, collaborative encyclopedia, open to contribution by ordinary people, was entirely Jimmy's, not mine
  11. Larry had the idea to use Wiki software.
  12. (en) « Wikipedia-l: LinkBacks? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  13. He came up with the name 'Wikipedia', a silly name for what was at first a very silly project.
  14. (en) The Early History of Nupedia and Wikipedia: A Memoir - Slashdot
  15. (en) The Early History of Nupedia and Wikipedia: A Memoir Part 1 et Part 2, Slashdot
  16. (en) Brian Bergstein, « Sanger says he co-started Wikipedia », ABC News, Associated Press,‎ (lire en ligne)
  17. (en) "Wikipedia:Wikipedia's oldest articles", Wikipedia. Accédé le 20 juillet 2007.
  18. Nupedia and Project Gutenberg Directors Answer 5 mars 2001
  19. Everything2 Hits One Million Nodes 29 mars 2001
  20. (en) Britannica or Nupedia? The Future of Free Encyclopedias 25 juillet 2001
  21. "Fact driven? Collegial? This site wants you", New York Times, 20 septembre 2001
  22. (en) Alternative language wikipedias (message sur la liste de diffusion)
  23. (ca) Historique de la page d'accueil de la version catalane
  24. (en)Statistiques mensuelles multilingues
  25. Patrick Schmoll, Communautés Virtuelles : La Société Terminale 1, Néothèque, , 366 p.
  26. (ar) Page d'accueil archivée de la version arabe
  27. (en) Annonces de mai 2001
  28. (en) International_Wikipedia
  29. (en) Annonces de septembre 2001
  30. (en) Statistiques internationales de Wikipédia
  31. "My_resignation--Larry_Sanger",
  32. « International logo vote/Finalists », Meta-Wiki, Wikimedia (consulté le )
  33. Gilles Sahut, « Construire une encyclopédie avec un wiki ? Regards rétrospectifs sur la politique éditoriale de Wikipédia », I2D - Information, données & documents, vol. 53,‎ , p. 68-77 (lire en ligne, consulté le ). Via Cairn.info.
  34. « Server swapping soon » (consulté le )
  35. (en) W. Joseph Campbell, 1995 : The Year the Future Began, Univ of California Press, , 296 p. (ISBN 9780520273993, lire en ligne), « The Year of the Internet », p. 49
  36. http://graphics8.nytimes.com/images/2005/12/24/technology/24online.jpg
  37. « Wikipedia Will Fail Within 5 Years », sur Blog d'Eric Goldman,
  38. (en) Jim Giles, « Internet encyclopaedias go head to head », Nature, vol. 438, no 7070,‎ , p. 900–901 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/438900a, lire en ligne, consulté le )
  39. a et b Daniel Ichbiah, « Histoire de Wikipédia », extrait du livre Les Nouvelles Superpuissances (First, 2014)
  40. (en) Richard Cooke, « Wikipedia Is the Last Best Place on the Internet », sur Wired, (consulté le )
  41. Camille Gévaudan, « Le KO de Knol, le «Wikipédia de Google» », sur Libération, (consulté le )
  42. Frédérique Roussel, « Florence Devouard : «Avec Knol, Google pense capter une partie du trafic de Wikipédia» », sur Libération, (consulté le )
  43. « Wikipédia a-t-il fini sa croissance ? », sur Le Monde, (consulté le )
  44. Benjamin Ferran, « Wikipédia en crise de croissance », sur Le Figaro, (consulté le )
  45. « Seize millions de dollars collectés pour Wikipédia », sur Le Monde, (consulté le )
  46. (en) « Wikipedia Statistics, Article count (official) », sur Wikimedia.org. (consulté le )
  47. (en) « Three million articles », sur Wikipedia Signpost, (consulté le )
  48. « Comment les étudiants utilisent-ils Wikipedia ? », sur Le Monde, (consulté le )
  49. « New features », sur Wikipedia, (consulté le )
  50. Wikimedia France, « Un wikipédien en résidence au British Museum », sur wikimedia.fr, (consulté le )
  51. Camille Gévaudan, « Les partenariats très GLAM de Wikimédia », sur Libération, (consulté le )
  52. Catherine Lalonde, « Une wikipédienne pionnière prône la diversification des voix », sur Le Devoir, (consulté le )
  53. « Google traduit Wikipédia dans les langues manquant d'articles », sur Next INpact, (consulté le )
  54. Julien Lausson, « L’encyclopédie Wikipédia dépasse le million d’articles », sur Numerama, (consulté le )
  55. (en) « Wikipedia 10 », sur Ten.wikipedia.org, (consulté le )
  56. (en) « Wikipedia 10 » (version du 31 décembre 2013 sur l'Internet Archive), sur Ten.wikipedia.org,
  57. Frédéric Dempuré, « Wikipédia fête ses dix ans », sur Les Echos, (consulté le )
  58. Adèle Smith, « Wales, le nouvel encyclopédiste », sur Le Figaro, (consulté le )
  59. Thierry Noisette, « Happy birthday Wikipédia », sur ZDnet, (consulté le )
  60. a et b « Où sont les femmes sur Wikipedia? », sur 20 minutes, (consulté le )
  61. « Wikipedia perd ses plumes », sur L'Obs, (consulté le )
  62. Jean-Samuel Beuscart, « Wikipedia peut-il survivre au déclin du nombre de contributeurs? », sur Libération, (consulté le )
  63. « Wikipedia recherche 5.000 nouveaux contributeurs », sur ZDNet, (consulté le )
  64. (en) Amit Kapoor, « Wikipedia seeks global operator partners to enable free access », sur Wikimedia blog, (consulté le )
  65. (en) « English language Wikipedia hits 4 million articles! », Wikimedia UK Blog, Wikimedia UK (consulté le ).
  66. Jérémie Maire, « Petite histoire des modifications aussi subreptices qu'intempestives de Wikipédia », Télérama,‎ (lire en ligne)
  67. Pierre Sautreuil, « Le crash du MH17 : Wikipédia face à la guerre de l'information », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  68. Victor Santos Rodriguez, « Pourquoi et comment « Noircir Wikipédia » », sur Jet d'encre, (consulté le )
  69. Yvonne Gangloff, « Plus de 6 millions d’articles en anglais sont disponibles sur Wikipédia », sur Siècle digital, (consulté le )
  70. Julien Lausson, « Le blocage de Wikipédia en Turquie prend fin », Numerama,‎ (lire en ligne)
  71. Bruno Ripoche, « Turquie. Wikipédia de retour après 991 jours de censure », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  72. (en) Michael Mendiberg, « Mapping Wikipedia », sur The Atlantic, (consulté le )
  73. a b et c « 3 questions à Willie Robert », sur Seriously.org, (consulté le )
  74. Julie Barlow, « Le champion québécois de Wikipédia », L'Actualité,‎ (lire en ligne)
  75. Mélanie Côté, « Wikipédia, l’éléphant dans la pièce », Le Quotidien (Saguenay),‎ (lire en ligne)
  76. Chinese Wikipedia now fully unblocked?, 10 novembre 2006.
  77. Understanding Wikipedia’s Re-Block, 17 novembre 2006.
  78. Constatation: accès ouvert du 1er avril 2008 au 8 mai 2008, en cours
  79. (en) "Beijing unblocks BBC Chinese site", BBC, July 31, 2008
  80. « En Chine, Wikipédia est bloquée dans toutes les langues », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  81. L'Iran bloque l'accès à Youtube.com sur son territoire - PC INpact
  82. Iran Focus (Français)-News - Droits de l'homme - Le renforcement de la censure en Iran touche les sites Internet
  83. Le Monde.fr avec AFP, « Ankara franchit une étape supplémentaire dans la censure et la répression », sur Le Monde.fr, (consulté le )
  84. « En Turquie, la plus haute cour juge illégal le blocage de Wikipédia », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  85. « German Wikipedia receives state funding », heise online, 26 juin 2007
  86. German « Wikipedia, Die freie Enzyklopädie » (consulté le )
  87. German « Neue Wikipedia-DVD im Handel und zum Download » (consulté le )
  88. German « Wikipedia wird noch nicht gedruckt » (consulté le )
  89. « SOS Children »
  90. (en) « Wikipedia 0.5 available on a CD-ROM » (version du 8 avril 2007 sur l'Internet Archive)
  91. Dutch « Wikipedia maakt cd voor internetlozen », tweakers.net, (consulté le )
  92. « Encyclopodia – the encyclopedia on your iPod », SourceForge.net (consulté le )
  93. « Imprimer tout Wikipédia ? Chiche ! » (consulté le )
  94. « From Aaaaa! to ZZZap! - Denny Gallery » (consulté le )
  95. [Over-blog; wikipedia-un-mythe]
  96. La Révolution Wikipédia, Mille et Une Nuits 2007. Article de Robert Solé dans le journal Le Monde daté du 3 novembre 2007
  97. B. le questionneur
  98. Playweb, site de la MC93 Bobigny.
  99. Article du journal Le Monde daté du 3 novembre 2007.
  100. Communiqué de Wikimédia France, 2 novembre 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Noëlle Doutreix, Wikipédia et l’actualité, qualité de l’information et normes collaboratives d’un média en ligne, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020.
  • Rémi Mathis, Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde, Paris, First, 2021 (ISBN 978-2-4120-6420-7).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]