.org

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

.org est un domaine de premier niveau générique non-restreint d'Internet. Il est l’abréviation du mot anglais organization (« organisation »).

Ce domaine est destiné aux organisations à but non commercial, mais il est ouvert à tous sans restrictions depuis . Il est traditionnellement utilisé par les écoles, les projets Open source, et les communautés, et maintenant par des entités à but lucratif.

Le nombre de noms de domaine en .org est passé de quelques-uns à plus d'un million dans les années , à plus de 10 millions en , et se maintient entre 10 et 11 millions depuis.

En , Public Interest Registry (PIR), l'organisation qui gère le .org, annonce qu'elle est vendue à la société-écran Ethos Capital pour plus d'un milliard de dollars ; une transaction suspendue face aux inquiétudes qu'elle suscite. Le , l'ICANN annonce que la vente est rejetée[1].

Historique du .org[modifier | modifier le code]

Le domaine .org fait partie des premiers domaines de premier niveau créés en janvier . Le premier site à être enregistré sous ce domaine est celui de Mitre Corporation le [2].

Ce domaine est géré depuis le par Public Interest Registry qui a succédé à Verisign. La société Afilias continue d'assumer la gestion technique du registre .org, en vertu d'un contrat avec Public Interest Registry[3].

Projet de vente[modifier | modifier le code]

Le , Internet Society, alors propriétaire historique de Public Interest Registry, annonce vouloir vendre cette dernière à la société Ethos Capital pour la somme de 1,135 milliards de dollars[4]. L'opération, qui nécessite l'approbation de l'ICANN ferait passer la gestion du .org à une entreprise privée à but lucratif. Elle est accueillie avec méfiance et de vives protestations venues d'organisations, de particuliers ou encore d'élus dont Elizabeth Warren[5].

Les opposants à la vente craignent que le tarif du domaine (déplafonné par l'ICANN) subisse une augmentation pouvant mettre en péril les finances des associations qui utilisent le .org ainsi que la liberté d'expression puisque Ethos Capital pourrait unilatéralement suspendre un nom de domaine ne respectant pas ses « pratiques et conduites commerciales acceptables » ou accusé par un gouvernement autoritaire d'enfreindre une loi (les états ciblant régulièrement les organisations non gouvernementales pour « activités illégales »). Alors qu'une pétition contre la vente du domaine est mise en ligne, un groupe de pionniers de l'Internet, dont Esther Dyson, créent pour l'occasion une coopérative, la « Cooperative Corporation of .ORG » qui pourrait prendre en charge la gestion du domaine[5].

Dans ce contexte, l'ICANN décide de suspendre la transaction jusqu'au alors que Xavier Becerra, procureur général de Californie, lance une enquête demandant à l'organisation de répondre à plus d'une trentaine de questions relatives à l'affaire[6],[7]. Finalement, l'ICANN annonce le que la cession est rejetée. La récupération du domaine par une entité à but lucratif ne servant pas les intérêts de la communauté .org[8].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les enregistrements de sous-domaines sont traités par des organismes d'enregistrement accrédités dans le monde entier dénommés registraires de nom de domaine ou registrars. Tout le monde peut enregistrer un domaine de deuxième niveau au sein de l'organisation, sans restrictions. Ainsi, des sous-domaines sont également utilisés par des sites commerciaux, tels que craiglist.org.

Selon le rapport du tableau de bord de l'ICANN, la clientèle du .org est diverse : les institutions culturelles, les associations, les équipes sportives, les organisations religieuses et civiques, les projets de logiciels open source, les écoles, les initiatives environnementales, les organisations sociales et fraternelles, les organismes de santé, les services juridiques, ainsi que les clubs et les groupes de bénévoles communautaires. Dans certains cas, des sous-domaines ont été créés pour la gestion des crises.

Il y a près de quatre millions de sites enregistrés en .org en et près de neuf millions cinq ans plus tard[9]. En enregistrant le dix millionième site le , le .org est le septième domaine de premier niveau à atteindre ce cap[10]. À la fin 2019, PIR enregistre 10,5 millions de site sous son domaine[11], faisant du .org le troisième domaine de premier niveau le plus utilisé dans le monde derrière .net et .com[12].

En , selon le classement Tranco des 1 million principaux domaines mondiaux[13][source détournée], les domaines sous .org représentaient environ 6 % des 1 000 premiers et 7 % des 100 000 et 1 million de domaines les plus importants, dont notamment celui de wikipedia.org.[réf. nécessaire]

Bien que les organisations du monde entier puissent enregistrer des sous-domaines, de nombreux pays, tels que l'Australie (.au), le Canada (.ca), le Japon (.jp), l'Argentine (.ar), la Bolivie (.bo), l'Uruguay (.uy), la Turquie (.tr), La Somalie (.so), la Sierra Leone (.sl), la Russie (.ru), le Bangladesh (.bd), l'Inde (.in) et le Royaume-Uni (.uk) ont créé un domaine de deuxième niveau avec un objectif similaire. Ces domaines de second niveau sont généralement nommés en .org ou or. comme par exemple : adelaideaccueil.org.au[14].

Noms de domaine internationalisés[modifier | modifier le code]

Le registre de domaine .org permet l'enregistrement de certains noms de domaine internationalisés (IDN) en tant que domaines de deuxième niveau, depuis le milieu des années en allemand, chinois simplifié et traditionnel, danois, hongrois, islandais, letton, lituanien, polonais, suédois, en pour l'espagnol et au début des années en biélorusse, bosniaque, bulgare, coréen, macédonien, russe, serbe, ukrainien[15].

Sécurité des noms de domaine[modifier | modifier le code]

Suite à la proposition de PIR soumise auprès de l'ICANN deux ans plus tôt, .org devient en le premier domaine générique ouvert de premier niveau et le plus grand registre du monde ayant signé sa zone DNS avec les extensions de sécurité pour le système de nom de domaine (DNSSEC)[16],[17]. Toutefois, bien avant PIR, le registre suédois fût le premier entre tous à implanter ce protocole qui permet de vérifier l'authenticité d'origine et l'intégrité des données DNS par des clients DNS conformes (p. 11)[17].

Coût d'enregistrement[modifier | modifier le code]

Depuis , le PIR facture à ses registraires accrédités un prix plafonné de 9,05 USD par an pour chaque nom de domaine. Les registraires sont libres de fixer des frais aux utilisateurs finaux sans restrictions, bien que dans les faits, la concurrence entre eux a pour effet de limiter les tarifs.

En , l'ICANN organise un appel à commentaires au sujet de sa proposition de mettre fin au prix plafond des domaines .org (ainsi que .biz, .info et .asia).

Selon l'organisation, le but est de simplifier la gestion des registres en harmonisant les règles tarifaires par rapport aux domaines de premiers niveau plus récents. Pour les opposants à la libération du prix, le domaine .org est différent des autres car il existe depuis longtemps et pour de nombreuses organisations à but non lucratif, la pérennité d'un bas tarif est un aspect important pour elles[18].

En dépit des 3 252 commentaires opposés à la proposition et six en sa faveur, l'ICANN décide tout de même de supprimer le plafond tarifaire du domaine[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ICANN Board Withholds Consent for a Change of Control of the Public Interest Registry (PIR) » (consulté le 1er mai 2020).
  2. (en) « The first .org domain was registered 30 years ago today », sur VentureBeat, (consulté le 7 février 2020).
  3. (en) « The Technical Security and Stability of .ORG » (consulté le 28 janvier 2020).
  4. (en) Andrew Allemann, « Ethos paid $1.135 billion for .Org », sur domainnamewire.com, (consulté le 9 février 2020).
  5. a et b (en) Steve Lohr, « Inside the Billion-Dollar Battle Over .Org », sur The New York Times, (consulté le 7 février 2020).
  6. Stéphane le calme, « La vente du registre .ORG à Ehos Capital retardée par le procureur général de Californie », sur Developpez.com, (consulté le 7 février 2020).
  7. (en) Procureur général de Californie, « ca-ago-to-icann-board-23jan20-en », Lettre du procureur général de l'état de la Californie (CA-AGO) adressée à l'ICANN [PDF], sur ICANN, (consulté le 7 février 2020).
  8. Stéphane le calme, « L'ICANN décide de mettre un terme à la vente du registre .ORG à Ethos Capital après des mois de controverse », sur Developpez.com, (consulté le 3 mai 2020).
  9. (en) Michael Berkens, « .ORG Grows Over 10% To Over 8.8 Million Registrations », sur thedomains.com, (consulté le 27 janvier 2020).
  10. (en) David Goldstein, « ORG Seventh TLD To Pass Ten Millionth Registration Milestone », domainpulse.com, (consulté le 28 janvier 2020).
  11. Andrew Allemann, « The economics of .org domain names », sur domainnamewire.com, (consulté le 7 février 2020).
  12. (en) « 51+ Comprehensive TLD Statistics – New Domains & Trends in 2020 », sur hostingtribunal.com (consulté le 7 février 2020).
  13. (en) Victor Le Pochat, Tom Van Goethem, Samaneh Tajalizadehkhoob, Maciej Korczynski et Wouter Joosen, « Tranco: A Research-Oriented Top Sites Ranking Hardened Against Manipulation », dans Network and Distributed Systems Security (NDSS) Symposium 2019 (ISBN 1-891562-55-X, DOI 10.14722/ndss.2019.23386, lire en ligne)
  14. « Accueil francophone à Adélaïde », sur adelaideaccueil.org.au (consulté le 27 janvier 2020).
  15. (en) « Repository of IDN Practices », sur ICANN (consulté le 10 février 2020).
  16. (en) « .ORG and IDN DNSSEC Policy - .ORG », sur Public Interest Registry (consulté le 10 février 2020).
  17. a et b (en) « ORG DNSSEC ICANN Registry Service Request rev 080403 », Proposition de Public Interest Registry à l'ICANN pour implémenter DNSSEC [PDF], (consulté le 10 février 2020).
  18. a et b Stéphane le calme, « L'ICANN a décidé de supprimer les dispositions de plafonnement de prix dans les domaines en .org », sur Developpez.com, (consulté le 10 février 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]