Biais de genre sur Wikipédia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diagramme des genres déclarés par la communauté wikipédienne. (Données tirées d’une étude menée par la Wikimedia Foundation en 2011.)

Le biais de genre ou sexisme sur Wikipédia est un biais lié à la représentation des genres dans le contenu et parmi les contributeurs de l'encyclopédie en ligne Wikipédia. Les explications fournies ci-dessous concernent particulièrement la version en langue anglaise. Le nombre de femmes éditant Wikipédia est environ dix fois inférieur à celui des hommes, la nature et la quantité du contenu reflètent vraisemblablement ce biais. La Wikimedia Foundation, qui héberge et soutient Wikipédia, reconnaît ce biais de genre et prend des mesures pour augmenter le nombre d'éditrices de Wikipédia, ainsi que le nombre d'articles relatifs aux femmes.

Enquêtes et études[modifier | modifier le code]

Quelques études ont indiqué que seulement 8,5 à 16 % des éditeurs de Wikipédia sont des femmes[1],[2],[3]. Par conséquent, Wikipédia est critiquée par certains universitaires et journalistes comme ayant principalement des contributeurs masculins[4],[5] et pour avoir moins d'articles, et moins développés, concernant des sujets importants pour les femmes. The New York Times a fait remarquer que le taux de participation des femmes sur Wikipédia pouvait être comparé à d'autres forums publics[6]. En 2009, une enquête de la Wikimedia Foundation a révélé que 6 % des éditeurs qui ont fait plus de 500 modifications étaient des femmes ; les contributeurs hommes ayant en moyenne réalisé deux fois plus de modifications[7].

En 2010, l'université des Nations unies et la UNU-MERIT présentent conjointement un aperçu des résultats d'une enquête mondiale sur Wikipédia[8]. Le , un article du New York Times estime à moins de 13 % le nombre de participantes à Wikipédia. Sue Gardner, alors directrice exécutive de la fondation, déclare que la diversité augmenterait en faisant une encyclopédie « aussi bonne qu'elle pourrait l'être. »[4],[3]

En février 2011, le New York Times publie une série d'éditoriaux sur le sujet, regroupés sous le titre Where Are the Women in Wikipedia? [« Où sont les femmes sur Wikipédia ? »][9]. Susan C. Herring (en), professeur des sciences de l'information et de linguistique, dit qu'elle n'a pas été surprise par l'écart de genre des contributeurs de Wikipédia. Elle dit que la page de discussion d'un article de Wikipédia, endroit où le contenu de chaque article est discuté, est peu attrayante pour beaucoup de femmes, « sinon carrément intimidante[10] ». Joseph M. Reagle, universitaire américain, réagit de façon similaire, en disant que la combinaison d'une « culture d'élitisme hacker » combinée à l'effet disproportionné de conflits entre membres (une minorité) sur l'atmosphère de la communauté, peut être désagréable. Il écrit « the ideology and rhetoric of freedom and openness can then be used (a) to suppress concerns about inappropriate or offensive speech as "censorship" and (b) to rationalize low female participation as simply a matter of their personal preference and choice ».

Justine Cassell (en), spécialiste des relations homme-machine, déclare que bien que les femmes soient aussi bien informées que les hommes et aussi capables de défendre leur point de vue, il est toujours en vigueur dans la société américaine que le débat, le conflit et la défense de sa propre opinion sont souvent perçues comme des caractéristiques masculines, et que l'emploi par des femmes de ce genre d'expression peut être perçu négativement[11].

En 2011, la revue International Journal of Communication (en) publie une étude réalisée par Reagle et Lauren Rhue (en), qui examine la couverture, la représentation des genres et la longueur de l'article de milliers de sujets biographiques en langue anglaise sur Wikipédia, ainsi que sur l'Encyclopædia Britannica. Ils concluent que Wikipedia fournit une meilleure couverture et des articles plus longs en général, que Wikipedia dispose généralement de plus d'articles sur les femmes que Britannica. En revanche, Britannica est plus équilibrée. Pour les deux ouvrages de référence, la longueur de l'article ne diffère pas systématiquement par rapport au genre[12].

En avril 2011, la Wikimedia Foundation mène une première enquête semi-annuelle de Wikipédia. Elle suggère que 9 % des éditeurs de Wikipédia sont des femmes. Elle indique également que, « contrairement à la perception de certains, [les] données montrent que très peu de femmes éditrices se sentent harcelées et très peu se sentent dans un environnement sexualisé[13]. » Cependant, en octobre 2011, un article présenté lors du International Symposium on Wikis and Open Collaboration suggère que Wikipédia peut avoir « une culture qui ne favorise pas la participation des femmes[14]. »

Une étude publiée en 2014 révèle qu'il y existe aussi un « déficit de compétences Internet » à l'égard des éditeurs de Wikipedia. Les auteurs constatent que les contributeurs de Wikipédia les plus courants étaient des hommes, hautement qualifiés, et qu'il n'y avait cependant pas d'écart entre les genres parmi les éditeurs peu qualifiés. Ils concluent que le « déficit de compétences » augmente l'écart entre les genres parmi les éditeurs[15].

De 2010 à 2014, les femmes représentaient 61 % des participants des cours collégiaux organisés par le programme de la Wiki Education Foundation. Leurs contributions se sont déplacées de la culture populaire et des sciences et techniques (STEM) vers les sciences humaines et sociales[16].

Causes[modifier | modifier le code]

L'ancienne directrice de la Wikimedia Foundation Sue Gardner a donné neuf raisons sur ce nombre réduit de femmes dans la communauté wikipédienne (Why Women Don't Edit Wikipedia)[17].

En 2011, l'ancienne directrice de la Wikimedia Foundation, Sue Gardner a donné neuf raisons sur ce nombre réduit de femmes dans la communauté wikipédienne (Why Women Don't Edit Wikipedia)[17] :

  1. Un manque de convivialité dans l'interface historique d'édition (wikicode) ;
  2. Un manque de temps libre ;
  3. Un manque de confiance en soi ;
  4. Une aversion pour le conflit et à une réticence à participer aux guerres d'édition ;
  5. La conviction que leurs contributions seront annulées ou supprimées ;
  6. Certaines trouvent l'atmosphère globale misogyne ;
  7. La culture wikipédienne a un caractère sexué qui les rebute ;
  8. Être désignées par des marqueurs genrés masculins est rebutant pour les femmes dont la langue maternelle a le genre grammatical adéquat ;
  9. D'autres sites permettent de développer plus des liens sociaux et ont un ton plus bienveillant.

En juillet 2014, la National Science Foundation a annoncé qu'elle allait dépenser 200 000 $ pour étudier les biais systémiques de genre sur Wikipédia. L'étude sera menée par Julia Adams et Hannah Brueckner[18].

Une des préoccupations majeures est que les articles créés par des éditrices sont davantage proposés à la suppression[19],[20],[21].

Anasuya Sengupta et Siko Bouterse, réfutent l’argument régressif qui affirme que l’interface de modification de Wikipédia est plus difficile à utiliser pour les femmes que pour les hommes. Tout le monde peut modifier le contenu de Wikipédia, mais il n'est pas sûre que tout le monde y trouve un cadre agréable pour contribuer[22].

Réaction[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, la Wikimedia Foundation déclare officiellement, lorsque Sue Gardner était directrice exécutive, que les biais de genre existent au sein du projet. Elle a fait quelques tentatives pour y remédier, mais Sue Gardner a exprimé sa frustration concernant le degré de réussite. Elle a également noté que « dans le temps de loisirs très limité dont les femmes disposent, elles ont tendance à être plus impliquées dans les activités sociales que dans l'édition de Wikipedia. Les femmes voient une technologie plus comme un outil à utiliser pour accomplir des tâches, plutôt que quelque chose d'amusant en soi[23],[24]. » En 2011, la Fondation se fixe l'objectif d'atteindre 25 % de contributrices en 2015. En août 2013, Sue Gardner dit : « Je n'arrive pas à résoudre le problème. Nous n'y arrivons pas. La Wikimedia Foundation n'a pas pu le résoudre. La solution ne viendra pas de la Wikimedia Foundation[23]. »

Sur Slate en 2011, Heather Mac Donald (en), désignée comme journaliste conservatrice[25], écrit que « le déséquilibre des genres sur Wikipedia est un faux problème auquel toute solution éventuelle serait inadaptée voire contreproductive. » La journaliste affirme que « l'explication la plus directe à propos des taux de participation variables selon que l’on parle de Wikipédia ou de la vie de tous les jours est la suivante: globalement, les hommes et les femmes ont des centres d’intérêts et des passe-temps différents[26]. »

En août 2014, le co-fondateur de Wikipédia Jimmy Wales annonce dans une interview de la BBC que la Wikimedia Foundation a l'intention de doubler les actions en lien avec le biais de genre dans Wikipédia. Jimmy Wales déclare que la Fondation serait ouverte à plus de sensibilisation et de changements[27].

Le , le Français Christophe Henner élu le 22 juin président de la Wikimedia Foundation déclare que réduire le gender gap en augmentant le nombre de contributrices est un des grands enjeux de la fondation[28].

En Amérique latine[modifier | modifier le code]

Anasuya Sengupta et Siko Bouterse, Wikimujeres et coordinatrices de la campagne mondiale Whose Knowledge ? soulignent le problème du manque de sources écrites, fiables, vérifiables et sans préjugés sexistes. Ce déficit de source minimise la part des femmes à l'histoire de l'humanité[22]. Selon Anasuya Sengupta et Siko Bouterse, le fonctionnement de Wikipédia - comme la majorité d’Internet - a été mis au point « par des hommes blancs de l’hémisphère nord, [ce qui exclut] les connaissances et les contributions de ceux qui ne sont pas blancs, mâles, hétéros, ou de l’hémisphère nord »[22].

Les sources orales et les autres formes de savoir qui sont plus difficiles à appréhender que l'écrit ne sont pas acceptées comme sources fiables pour écrire un article sur Wikipédia. Il est impossible d'écrire une biographie exhaustive d’une militante de l’hémisphère sud parce que les sources qui la concernent sont orales ou publiées uniquement dans une revue locale, parfois dans une langue minoritaire[22].

Actions pour augmenter le nombre de femmes éditrices[modifier | modifier le code]

Les participants à un edit-a-thon dans le domaine des arts, en 2013, à Washington.
Performance d'Angela Marzullo ***MAKITA*** Free Angela pendant la Wikiconvention francophone, Paris, août 2016.

Des edit-a-thons (réunions de contributeurs et contributrices) sont organisés pour augmenter la couverture des sujets féminins dans Wikipédia et encourager les femmes à éditer Wikipédia[29]. Ces événements sont pris en charge par la Wikimedia Foundation, qui fournit parfois des mentors et de la technologie pour aider à guider les éditeurs et les éditrices les plus novices. Certains edit-a-thons ont porté une attention particulière à des sujets tels que les femmes australiennes neuroscientifiques ou les femmes dans l'histoire juive[30].

En juillet 2013, l'ÉditeurVisuel (VisualEditor (en)) — un projet créé par la Wikimedia Foundation — permet de contribuer à Wikipédia avec une interface utilisateur WYSIWYG qui n'impose plus l'apprentissage du wikitexte. Il est censé combler en partie l'écart entre les genres[31],[32].

Systers (en), organisation qui soutient les femmes dans l'informatique, publie un article en 2015 poussant les femmes à élargir leurs efforts d'édition, et précise également que d'importantes mesures de sécurité devraient être prises[33].

Le projet Wikipédia Teahouse a été lancé dans le but de fournir un environnement convivial pour les nouveaux arrivants, avec l'objectif de favoriser la participation des femmes dans Wikipedia[34].

Au début de l'année 2015, une initiative visant à créer un espace réservé aux contributrices de Wikipedia a été fortement contestée par les wikipédiens[35].

En 2016, la Wikipédia francophone développe des actions et des projets visant à réduire le fossé de genres et sensibiliser à la question, comme :

Wall of fame des ateliers Biographies des femmes en Suisse.
Photo de vernissage final des ateliers Biographies de femmes en Suisse - juin 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew Lih, « Can Wikipedia Survive? », sur www.nytimes.com, Washington, (consulté le 21 juin 2015) : « ...the considerable and often-noted gender gap among Wikipedia editors; in 2011, less than 15 percent were women. »
  2. (en) Statistics based on Wikimedia Foundation Wikipedia editor surveys 2011 (Nov. 2010-April 2011) et November 2011 (avril-octobre 2011).
  3. a et b Benjamin Mako Hill, Aaron Shaw et Angel Sánchez, « The Wikipedia Gender Gap Revisited: Characterizing Survey Response Bias with Propensity Score Estimation », PLoS ONE, vol. 8, no 6,‎ , e65782 (DOI 10.1371/journal.pone.0065782, lire en ligne).
  4. a et b (en) Noam Cohen, « Define Gender Gap? Look Up Wikipedia's Contributor List », New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. Reagle, Joseph "Joseph Reagle on the gender gap in geek culture". 26 February 2013.
  6. "Wikipedia Ponders Its Gender-Skewed Contributions - NYTimes.com".
  7. « WP:Clubhouse? An Exploration of Wikipedia’s Gender Imbalance ».
  8. Glott, Ruediger; Schmidt, Philipp; Ghosh, Rishab (mars 2010).
  9. (en) « Where Are the Women in Wikipedia? », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  10. (en) Susan C. Herring, « Communication Styles Make a Difference », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Justine Cassell, « Editing Wars Behind the Scenes », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  12. Joseph Reagle et Lauren Rhue, « Gender Bias in Wikipedia and Britannica », International Journal of Communication, Joseph Reagle & Lauren Rhue, vol. 5,‎ , p. 1138–1158 (lire en ligne).
  13. "Wikipedia Editors Study: Results From The Editor Survey, April 2011" (PDF).
  14. Shyong K. Lam, Anuradha Uduwage, Zhenhua Dong, Shilad Sen, David R. Musicant, Loren Terveen et John Reidl (octobre 2011) « WP:Clubhouse? An Exploration of Wikipedia’s Gender Imbalance » dans WikiSym'11 , ACM. .
  15. Eszter Hargittai et Aaron Shaw, « Mind the skills gap: the role of Internet know-how and gender in differentiated contributions to Wikipedia », Information, Communication & Society,‎ , p. 1–19 (DOI 10.1080/1369118X.2014.957711).
  16. Bruce Maiman (23 septembre 2014)[réf. incomplète].
  17. a et b (en-US) « Nine Reasons Women Don’t Edit Wikipedia (in their own words) », Sue Gardner's Blog,‎ (lire en ligne)
  18. Harrington, Elizabeth (30 juillet 2014)[réf. incomplète].
  19. « Editors Are Trying To Fix Wikipedia's Gender And Racial Bias Problem ».
  20. « Project Aims to Raise Profile of Women Architects on Wikipedia ».
  21. »Does academia have a place on Wikipedia? ».
  22. a, b, c et d Flavia FASCENDINI, « Refaçonner Internet pour les femmes », Ritimo,‎ (lire en ligne).
  23. a et b (en) Keira Huang, « Wikipedia fails to bridge gender gap », South China Morning Post,‎ (lire en ligne)
  24. (en) « Wikistorming ».
  25. https://www.nytimes.com/2011/02/19/us/19beliefs.html
  26. Heather Mac Donald, « Wikipedia et les femmes ne font pas bon ménage », sur Slate, (consulté le 10 mars 2018).
  27. (en) « Wikipedia 'completely failed' to fix gender imbalance », interview à la BBC de Jimmy Wales, 8 août 2014 ; commençant à 45 secondes.
  28. « "Wikipedia quitte l'adolescence et se demande ce qu'elle apporte à l'humanité" », LExpansion.com,‎ (lire en ligne).
  29. Stoeffel (11 février 2014)[réf. incomplète].
  30. « The Wikipedia wars: does it matter if our biggest source of knowledge is written by men? », newstatesman.com.
  31. "Class war!
  32. « Kate Middleton's wedding gown and Wikipedia's gender gap ».
  33. Tripp, Dawn Leonard[réf. incomplète].
  34. « Tea & Sympathy: Crafting Positive New User Experiences on Wikipedia », sur washington.edu, Proc. CSCW ‘13, February 23–27, 2013, San Antonio, Texas, USA, .
  35. Paling, Emma, « How Wikipedia Is Hostile to Women », The Atlantic, 21 October 2015.
  36. a et b « Wikipédia: le grand rattrapage des femmes sans pages » (consulté le 6 septembre 2016).
  37. « Plus de 80 Romandes débarquent sur Wikipédia » (consulté le 6 septembre 2016).
  38. « Quand Wikipedia s'engage pour les femmes sans pages », (consulté le 6 septembre 2016).
  39. « Pas assez de femmes sur Wikipedia, mais ça va changer ! - Elle », (consulté le 6 septembre 2016).
  40. « La diversité à l’honneur pour la 1re édition de la WikiConvention (...) - Organisation internationale de la Francophonie », sur www.francophonie.org (consulté le 6 septembre 2016).
  41. Esther Paolini, « L'Université d'Angers se lance dans la féminisation de Wikipedia », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lectures supplémentaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Carmen Alcázar, « Editatonas: closing the gender gap in the Spanish Wikipedia », Digital Rights, no 30,‎ (lire en ligne).
  • Julie Bort, « A Growing Army Of Women Are Taking On Wikipedia's Sexism Problem », Business Insider,‎ (lire en ligne).
  • (en) Amanda Filipacchi, « Wikipedia's Sexism Toward Women Novelists », New York Times,‎ (lire en ligne).
  • Amanda Filipacchi, « Sexism on Wikipedia Is Not the Work of 'a Single Misguided Editor' », The Atlantic, Atlantic Monthly Group,‎ (lire en ligne)
  • James Gleick, « Wikipedia's Women Problem », New York Review of Books, NYREV,‎ (lire en ligne).
  • (en) Julia Kloppenburg, Ilona Buchem, Antje Ducki, Sarah Khayati et Nils Weichert, Charting Diversity: Working Together Towards Diversity in Wikipedia, Berlin, Wikimedia Deutschland, (ISBN 978-3-9816799-0-8, lire en ligne).
  • (en) Kate Knibbs, « Chipping away at Wikipedia's gender bias, one article at a time », The Daily Dot,‎ (lire en ligne).
  • (en) Andrew Leonard, « Wikipedia’s shame: Sexism isn't the problem at the online encyclopedia. The real corruption is the lust for revenge. », Salon Media Group,‎ (lire en ligne).
  • (en) Kevin Morris, « Does Wikipedia's sexism problem really prove that the system works? », The Daily Dot,‎ (lire en ligne)
  • Deanna Zandt, « Yes, Wikipedia is Sexist », Forbes,‎ (lire en ligne).
  • Zuleyka Zevallos, « Sexism on Wikipedia: Why the #YesAllWomen Edits Matter », sur othersociologist.com, Zuleyka Zevallos, (consulté le 9 août 2014).
  • (en) « Where Are the Women in Wikipedia? », New York Times,‎ (lire en ligne) - Introduction and links to eight opinions.
  • (en) Emma Paling, « How Wikipedia Is Hostile to Women », The Atlantic,‎ (lire en ligne[archive]).

Recherches et conseils[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]