Kiwix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kiwix
Logo
Logo

Image illustrative de l'article Kiwix

Première version 2006
Dernière version 2014 (0.9)
Écrit en C++, XUL, XBL, JavaScript
Environnement Linux, Microsoft Windows, Mac OS, Android
Environnements Multiplate-forme
Langue Multilingue
Licence GPL v3
Site web http://www.kiwix.org

Kiwix est un logiciel libre permettant de consulter des contenus issus du Web hors-ligne. Il permet notamment de rendre accessible le contenu de Wikipédia, petites illustrations comprises, en permanence aux personnes ou institutions n'ayant pas d'accès à Internet, que ce soit à titre permanent ou temporaire (déplacements ferroviaires, aériens, ou dans des zones non couvertes, par exemple), conservé sur une simple carte SDHC.

À la date du , le logiciel comporte un indice de satisfaction de 97 %[1] sur le site SourceForge.net.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Kiwix affiche un article Wikipédia sur l'écran d'un XO-1

Le logiciel est disponible pour GNU/Linux, MacOSX, Android, iOS[2] et Microsoft Windows. Il comporte une fenêtre pour afficher et parcourir les articles, ainsi qu'une barre de recherche. Kiwix permet aussi d'exporter les articles Wikipédia au format PDF.

Pour stocker de façon optimale les contenus Wikipédia, Kiwix utilise le format ouvert ZIM[3]. Le contenu francophone de septembre 2012 occupe ainsi 14,2 Go et tient donc sur une carte SDHC ordinaire. Le contenu anglais propose aussi une variante édulcorée, destinée aux enfants. Cette variante est notamment utilisée dans le cadre du projet OLPC.

Kiwix est basé sur Xulrunner, développé par la Fondation Mozilla et sur l'outil d'indexation Xapian.

Il existe une version serveur HTTP appelé kiwix-serve[4]. Cette possibilité est particulièrement intéressante pour les centres de documentation et de multimédia des établissements scolaires du tiers monde, qui ont presque toutes un petit réseau local, même si toutes ne sont pas connectées à l'Internet, ou pas dans des conditions partageables.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

  • Interface simple, disponible dans plus de 80 langues dont le français.
  • Gestionnaire intégré de contenus
  • Moteur de recherche dans le texte insensible à la casse comme aux caractères accentués
  • Système de suggestions pour la recherche
  • Gestionnaire d'onglets
  • Export des articles en PDF et HTML
  • Gestionnaire intégré de notes et de signets
  • Mode serveur HTTP
  • Lecture des fichiers ZIM
  • Capable d'indexer les fichiers ZIM pour la recherche dans le texte

Encombrement[modifier | modifier le code]

Image de la Framkey
Wikipédia - Framakey - Kiwix

La place occupée en mémoire (typiquement carte SDHC ou SDXC, mais cela peut être aussi une clé USB externe, un disque externe ou interne ou un serveur local) pour la Wikipédia francophone avec illustrations était de 17 Go à l'été 2013, où les SDHC limitées à 32 Go étaient courantes. Elle est de 23 Go à l'été 2014, où les SDXC 64 Go commencent à les remplacer. Les micro-SDHC ou micro-SDXC sont également utilisables dans le cas d'usage avec une tablette ou un téléphone mobile disposant d'un emplacement de ce type.

Exemple de téléchargement de fichiers .ZIM par Kiwix, avec un accent mis sur les fichiers de très grande taille et sur les téléchargements multiples

D'autres contenus que des Wikipédias sont également disponibles et indiqués sur le site de Kiwix. Les disques actuels (2015) de 2 To permettent à un particulier d'en stocker la plupart, Kiwix gérant les très longs téléchargements de plusieurs bibliothèques .zim étalés sur plusieurs jours ou semaines, avec interruptions et reprises possibles. La copie d'écran ci-contre donne une idée des ordres de grandeur de certains temps de téléchargement.

Projets utilisant Kiwix[modifier | modifier le code]

L'équipe de développement de Kiwix ne mène pas de projets pour diffuser Kiwix. Wikimédia France, Wikimedia Suisse et d'autres organisations tierces incluent le logiciel Kiwix dans leurs projets de dissémination du savoir libre. Ces projets donnent accès non seulement à l'encyclopédie, mais aussi à d'autres ressources numériques tels que le projet Gutenberg, des vidéos de la Khan Academy ou des conférences TED.

Kiwix et la base Wikimédia en français sont contenus dans la clé-USB Framakey-Wikipédia. Ce support contient également une sélection de logiciels libres dits « portables ». Ce disque amovible est développé, édité et vendu grâce à l'association de Wikimédia France et de Framasoft. Tout de ce disque étant libre, il est possible de télécharger gratuitement le contenu de cette clé sur le site officiel de Framasoft[5].

Image d'un Pug
Plug computer Wifi avec Kiwix et Wikipédia

Ce logiciel est également utilisé dans le cadre du projet Afripédia, soutenu par Wikimédia France. Ce projet s'est donné pour mission de mettre en place des ordinateurs Plug équipés de bornes wifi et d'une copie locale de Wikipédia dans certains campus universitaires d'Afrique dont la liaison internet dispose d'un débit insuffisant pour permettre de consulter Wikipédia en ligne.

Wikimedia CH a mené un projet pilote permettant aux prisonnier de la prison de Gorgier (Neuchâtel)[6] d'utiliser Kiwix pour accéder au contenu de Wikipédia. L'expérience a été généralisé dans de nombreuses prisons suisses.

Logiciels similaires[modifier | modifier le code]

Il existe d’autres applications qui, comme Kiwix, permettent de lire des contenus Wikimédias hors-ligne. Certains sont libres, d'autres pas. Ces alternatives ont parfois des avantages, comme être utilisables sous d'autres systèmes d'exploitation (iOS pour iPad, etc.), d’être plus souvent mises à jour ou encore d'être beaucoup plus légers. En revanche, à la différence de Kiwix, ils ne permettent pas tous de disposer de la totalité des images de petite taille des articles Wikipédia (drapeaux, petites cartes, portraits...).

Annexe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :