Florence Devouard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Devoir.
Florence Devouard
Anthere-IMG 3617.jpg
Florence Devouard à la convention Wikimedia 2016.
Fonctions
Conseillère municipale
Malintrat
-
Présidente
Fondation Wikimedia
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Florence Jacqueline Sylvie NibartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Ingénieure agronome, wikimédienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Conseil d’administration de la Wikimedia Foundation (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction

Florence Devouard, née Nibart le à Versailles, est une ingénieure agronome française, devenue dirigeante associative.

Vice-présidente de Wikimédia France de 2004 à 2008, elle préside la Wikimedia Foundation de 2006 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Versailles en [1], Florence Jacqueline Sylvie Nibart[2] grandit à Grenoble, étudie à Nancy et réside à Anvers en Belgique et à Tempe en Arizona[3],[4]. Elle s'installe ensuite à Malintrat — dont elle est conseillère municipale de 2008[5] à 2013 — puis à Marseille[réf. nécessaire].

Elle est mariée et mère de trois enfants[3],[6].

Formation[modifier | modifier le code]

Elle est ingénieure en agronomie[7] et industries agroalimentaires de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires (ENSAIA) et diplômée d'études approfondies en génétique et biotechnologies de l'Institut national polytechnique de Lorraine (INPL)[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle travaille un temps dans la recherche publique, notamment à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), où elle s'occupe de dépollution des sols[1]. Elle travaille ensuite à la conception d'outils d'aide à la décision pour l'agriculture durable.[réf. nécessaire]

En , elle s'installe comme consultante indépendante, proposant conseil, formation ou séminaires sur les « pratiques collaboratives en ligne ». Constatant que « les wikis permettent de casser les silos dans les entreprises », elle a lancé un wiki sur des initiatives innovantes reproductibles au niveau mondial[8].

Florence travaille également régulièrement comme collaboratrice scientifique à l’université SUSPI (University of Applied Sciences and Arts of Italian Switzerland), dans le cadre de projets de recherche appliquée dans le secteur de l'éducation [9] ou de l'art [10].

Wikimedia Foundation[modifier | modifier le code]

S'engageant en dans Wikipédia, elle s'implique fortement dans sa structuration et dans la création de la Wikimedia Foundation. Elle en est élue membre du conseil d'administration et est vice-présidente du premier bureau à partir de juin 2004. En octobre 2006, elle devient présidente de la Wikimedia Foundation[11], en remplacement de son fondateur Jimmy Wales, désormais président d'honneur. Sous sa présidence, en 2007, l'encyclopédie rentre dans le top 10 des sites français[6].

En , elle annonce qu'elle n'est pas candidate au renouvellement de son siège de membre du conseil d'administration de Wikimedia Foundation, prévu lors du scrutin du mois de juin[12]. Le , le nouveau conseil d'administration élit Michael Snow[13].

Wikimédia France[modifier | modifier le code]

Elle est membre fondateur de l'association Wikimédia France, en 2004, et membre de son conseil d'administration, jusqu'en 2012.

Fossé des genres et représentation africaine sur Wikipédia[modifier | modifier le code]

Florence Dévouard participe à des initiatives concernant la place des femmes et le fossé des genres sur Wikipédia[14] et elle s'investit également pour une meilleure inclusion de l'Afrique dans les projets du mouvement Wikimedia[15].

Fossé des genres[modifier | modifier le code]

En elle est invitée à donner une conférence sur le fossé des genres à l'Université de Genève[16],[17].

En 2018 elle co-organise le lancement du projet des sans pagEs Méditerranée[18].

Le , elle est invitée par la HEG pour faire une présentation sur les Fake news[19].

Place de l'Afrique sur Wikipédia et dans le mouvement[modifier | modifier le code]

Florence Devouard crée Wiki Loves Women[20], Wiki Loves Africa[21], ainsi que Wikifundi[22], trois projets destinés à augmenter la part des contenus africains sur Wikipédia, ainsi qu'à promouvoir la participation des contributeurs et des contributrices africaines[15].

Wiki Loves Women[modifier | modifier le code]

En 2016, elle lance avec Isla Haddow-Flood le projet Wiki Loves Women[23],[24], financé par l'Institut Goethe[25] à hauteur de 120 000 euros[26]. Le projet vise à développer la communauté en Côte d'Ivoire, au Cameroun, Ghana, et Nigeria pour produire des contenus sur les femmes africaines sur les projets wikimédia. En 2018, le projet s'étend à la Tanzanie et à l'Ouganda, grâce au support de la Wikimedia Foundation[27].

WikiFundi[modifier | modifier le code]

Florence Devouard est à l'origine de la plateforme logicielle WikiFundi, qui vise à permettre la contribution hors ligne sur Wikipedia[28],[29]. Devouard utilise ensuite WikiFundi dans le cadre de projets éducatifs, tels que WikiAfrica Schools ou le WikiChallenge Ecoles d'Afrique[30].

Wiki Loves Africa[modifier | modifier le code]

Florence Devouard lance avec Isla Haddow-Flodd le concours photographique thématique annuel Wiki Loves Africa en 2014[31].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée chevalier de l'ordre national du Mérite[2] ; la médaille lui est remise le par Éric Besson, secrétaire d'État chargé de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques.

En , elle reçoit un Montgolfier, décerné par la Société d'encouragement pour l'industrie nationale dans la catégorie « communication et formation »[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Véronique Feuerstein, « Florence Devouard L'internet adict », Massif Central Entreprendre, no 25,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2019).
  2. a et b Décret du 16 mai 2008 portant promotion et nomination, sur Légifrance : « PROTOCOLE - Au grade de chevalier, « Mme Devouard (...) présidente d'une fondation mondiale ; 15 ans d'activités professionnelles ».
  3. a b et c (mul) Wikimedia Foundation, Conseil d'administration, Biographies, version du 20 décembre 2007 à 13:10.
  4. (en) Florence Devouard, « Small biography about Florence Devouard », sur site personnel (consulté le 16 août 2019).
  5. « Les résultats des élections municipales 2008 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 mai 2008)
  6. a et b Frédérique Roussel, « Culture intensive », Libération, 3 janvier 2007.
  7. Marc Foglia, Wikipedia, média de la connaissance démocratique? : quand le citoyen lambda devient encyclopédiste, FYP editions, , 224 p. (lire en ligne), p. 52-53.
  8. Édouard Laugier, « Wikipédia, la production collaborative gratuite à laquelle personne ne croyait », Le Nouvel Économiste, no 1559, 24 mars 2011, p. 31.
  9. Projet Wikipedia Primary School https://www.researchgate.net/project/Wikipedia-Primary-School
  10. (en) Culture and Safety in Africa
  11. « "Wikipedia quitte l'adolescence et se demande ce qu'elle apporte à l'humanité" », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2018)
  12. (en) « Candidacy to the board of WMF », sur Lists.Wikimedia.org
  13. (en) Caroline McCarthy, « Wikimedia Foundation edits its board of trustees », sur le site cnet.com, (consulté le 16 août 2019).
  14. « Atelier des médias - Les sans pagEs féminisent Wikipédia », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2018)
  15. a et b (en-GB) « About », Wiki In Africa,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018)
  16. « Wikipédia, qui parle de quoi? », sur mediaserver.unige.ch (consulté le 22 août 2018)
  17. Thierry Noisette, « Natacha, contributrice de Wikipédia : "Il y a moins d'articles sur les femmes !" », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018)
  18. « Marseille : les femmes de Wikipédia mises à l'honneur lors d'un débat sur l'équité numérique », LaProvence.com,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2018)
  19. HEG, « Florence Devouard - Wikipedia - Symposium Fake News : qui croire ? », (consulté le 22 août 2018)
  20. (en) « Wiki Loves Women », sur wikiloveswomen.org
  21. (en) « http://www.wikilovesafrica.org »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur wikilovesafrica.org
  22. (en) « About WikiFundi », sur wikifundi.org
  23. (en) « Katherine Maher discusses the importance of Wiki Loves Women », sur Vimeo (consulté le 23 août 2018)
  24. « Florence DEVOUARD's schedule for Le Grand Barouf Numérique 2018 », Le grand Barouf,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2018)
  25. (de) « Wiki Loves Women », sur goethe.de
  26. (en) « How Wiki Loves Women is Growing Wikipedia Coverage About Women in Africa », Shareable,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2018)
  27. (en) Isla, « Wiki Loves Women to launch in Tanzania and Uganda », sur wikiloveswomen.org, (consulté le 29 juillet 2019)
  28. (en) Don Watkins, « How WikiFundi is helping people in Africa contribute to Wikipedia », Opensource.com,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2018)
  29. (en) « http://macjordangh.com/blog/2017/05/01/wikifundi-launched-to-help-editors-contribute-to-wikipedia-offline/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur macjordangh.com,
  30. « WikiChallenge Ecoles d’Afrique, écrire sur l’Afrique sur Vikidia », sur wikifundi.org (consulté le 29 juillet 2019)
  31. (en) « http://thejeli.com/jeliya/wiki-loves-africa-diversifying-content-africa-online/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur thejeli.com
  32. SFR, « [Tendance] L'interview du mois - Florence Devouard : " Le numérique permet à chaque être humain d'accéder à la connaissance" | Altice France », sur www.sfr.com (consulté le 26 août 2018)
  33. http://www.industrienationale.fr/wp-content/uploads/2014/09/Les-lauréats-Montgolfier-jusquen-2018.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages et publications[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]