Lsjbot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lsjbot

Description de cette image, également commentée ci-après
Exemple d'article créé automatiquement par Lsjbot, ici sur l'espèce Spilochroa guttata (sv), sur la Wikipédia en suédois.
Informations
Développé par Sverker Johansson
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en .NET Framework et C#Voir et modifier les données sur Wikidata
Langues Suédois, cebuano, waray-waray et néerlandaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Type Bot informatique
Site web Lsjbot sur wikipedia.sv

Lsjbot est un programme de création automatique d'articles, développé par Sverker Johansson, utilisé sur Wikipédia. Grâce à la création de ce programme, Johansson est considéré par le Wall Street Journal comme « l'auteur le plus prolifique sur la célèbre encyclopédie collaborative en ligne »[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le robot Lsjbot est lancé en 2012 par un contributeur suédois du nom de Sverker Johansson[1]. Le , la version suédoise de Wikipédia devient la huitième version du site à atteindre la barre du million d'articles. Le millionième article est créé par Lsjbot qui atteint à cette date un total de 454 000 articles, soit près de la moitié de la version suédoise de l'encyclopédie[3],[4]. Selon sa page suédoise, le robot s'applique particulièrement à créer les pages de toutes les créatures vivantes. Ses résultats suscitent des critiques qui reprochent aux ébauches créées de manquer de contenu et d'une touche humaine[5],[6],[2].

Le bot attire l'attention médiatique internationale en juillet 2014, à son apparition dans un article du Wall Street Journal : à cette date, le robot est responsable de la création de 2,7 millions d'articles, un tiers de la version suédoise de l'encyclopédie et deux tiers de la version en cebuano (langue maternelle de l'épouse de Sverker Johansson). Il peut produire 10 000 articles par jour[2]. L'article de presse est largement repris dans d'autres publications[7],[8],[9]. Le Sydney Morning Herald compare le robot à Phil Parker, auteur de 85 000 livres, achevés chacun en moins d'une heure par un ordinateur[10]. Plus généralement, Lsjbot est cité pour illustrer la place prise sur Internet par les textes « non-humains »[11],[12].

Un des objectifs poursuivis par Johansson avec ce bot est de corriger le déséquilibre d'informations présentes sur internet[13]:

Males get more coverage than females on Wikipedia; a village in Europe will get more coverage than a major city in China.

« Il y a davantage de contenu sur Wikipédia sur les hommes que sur les femmes; un village en Europe aura plus d'informations dans son article qu'une grande ville en Chine. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sébastian Seibt, « Le roi de Wikipédia ? Un petit programme suédois », sur France 24, (consulté le 31 juillet 2014).
  2. a b et c (en) Ellen Emmerentze Jervell, « For This Author, 10,000 Wikipedia Articles Is a Good Day's Work » [« Pour cet auteur 10 000 articles créés dans Wikipédia est une bonne journée de travail »], The Wall Street Journal, (consulté le 5 juillet 2018).
  3. (it) Elmar Burchia, « Se l'articolo di Wikipedia è scritto da un robot », Corriere della Sera, (consulté le 12 février 2016).
  4. (en) Lennart Gulbrandsson, « Swedish Wikipedia surpasses 1 million articles with aid of article creation bot », sur Wikimedia Community Blog, (consulté le 31 juillet 2014).
  5. (de) Mirjam Hauck, « Bots schreiben auf Wikipedia », Süddeutsche Zeitung, (consulté le 12 février 2016).
  6. (es) I. G. P., « ¿Sabías que hay robots que escriben en la Wikipedia? », ABC, (consulté le 12 février 2016).
  7. (en) Simon Tomlinson, « Is this the world's most prolific writer? Meet the Swedish physicist who has written 8.5% of everything on Wikipedia », Daily Mail, (consulté le 31 juillet 2014).
  8. (en) Douglas Main, « This robot has written more Wikipedia articles than anyone alive », sur Business Insider, (consulté le 31 juillet 2014).
  9. (en) « Swedish Wiki vet sets new content record », sur The Local, (consulté le 31 juillet 2014).
  10. (en) Eryk Bagshaw, « This is how Sverker Johansson wrote 8.5 per cent of everything published on Wikipedia », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 31 juillet 2014).
  11. (en) Menno lanting, Oil Tankers and Speedboats: Agility at Work in the 21st Century, Atlas Contact, (ISBN 978-90-470-0909-2 et 978-90-470-0910-8, lire en ligne), p. 44.
  12. Pelle Snickars, « more music is better music », dans (en) Patrik Wikström (dir.) et Robert DeFillippi (dir.), Business Innovation and Disruption in the Music Industry, Edward Elgar Publishing, (ISBN 978-1-78347-814-9 et 978-1-78347-815-6, DOI 10.4337/9781783478156, lire en ligne), p. 201.
  13. (en) « The world's most prolific writer », sur N by Norwegian (consulté le 7 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]