Hôpital pavillonnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un hôpital pavillonnaire est un type d'organisation fonctionnelle et spatiale des centres hospitaliers apparu au XVIIIe siècle, et qui s'est largement répandu au XIXe. Le principe était de répartir les différentes unités fonctionnelles ou les différents services hospitaliers dans plusieurs bâtiments appelés « pavillons ». Cette disposition qui favorise le renouvellement et la circulation de l'air permettait en outre d'isoler les secteurs et les pathologies, répondant ainsi aux préoccupations hygiénistes nées des progrès de la médecine.

L'un des premiers hôpitaux pavillonnaires d'Angleterre est le Royal Navy Hospital de Stonehouse, près de Plymouth, construit de 1758 à 1762[1]. En France, le premier est l'hôpital de la Marine de Rochefort, ouvert en 1788[2].

Ce schéma d'organisation se répand principalement au XIXe siècle — avec notamment la construction à Paris de l'hôpital Lariboisière, ouvert en 1854 —, trouvant son aboutissement à Lyon avec l'hôpital Édouard-Herriot, construit par Tony Garnier entre 1911 et 1933. Aux États-Unis, des hôpitaux pavillonnaires sont construits en grand nombre dès les années 1860[3].

À partir des années 1930, un nouveau modèle, l'hôpital-bloc, s'imposera.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Millfields Conservation Area Appraisal and management plan », sur plymouth.gov.uk, mars 2007, p. 9 (consulté le 30 janvier 2016).
  2. Hélène Récalde, « L'ancien hôpital de la Marine de Rochefort et son école de médecine navale », sur patrimoine-hospit.blogspot.fr, (consulté le 27 janvier 2016).
  3. (en) James Evelyn Pilcher, The surgeon generals of the army of the United States, Carlisle. Pa., The Association of military surgeons, 1905, p. 52.

Liens externes[modifier | modifier le code]