Gare de Noisy-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noisy-le-Sec
Image illustrative de l'article Gare de Noisy-le-Sec
Voies et quais de la gare (2011).
Localisation
Pays France
Commune Noisy-le-Sec
Coordonnées géographiques 48° 53′ 48″ Nord, 2° 27′ 35″ Est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
RATP ((T)(1))
Services (RER)(E) (T)(1)
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Est à Strasbourg-Ville[1]
Paris-Est à Mulhouse-Ville
Grande ceinture de Paris
Voies 8 + voies de service
Quais (RER)(E) : 8 voies encadrant
4 quais centraux
(T)(1) : 2 quais latéraux
encadrant 2 voies
Transit annuel 13 359 600 voyageurs (2014)
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Altitude 58 m
Historique
Ouverture 5 juillet 1849
12 juillet 1999 ((RER)(E))
15 décembre 2003 ((T)(1))
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Noisy-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Noisy-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis

(Voir situation sur carte : Seine-Saint-Denis)
Noisy-le-Sec

La gare de Noisy-le-Sec est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Est à Strasbourg-Ville[1] et de Paris-Est à Mulhouse-Ville, située sur le territoire de la commune de Noisy-le-Sec, dans le département de la Seine-Saint-Denis, en région Île-de-France.

Elle est mise en service en 1849 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg.

Un important dépôt et un triage y ont longtemps fonctionné, faisant de Noisy-le-Sec un nœud ferroviaire majeur.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 58 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Noisy-le-Sec est située au point kilométrique (PK) 8,910 du tronc commun des lignes de Paris-Est à Mulhouse-Ville et de Paris-Est à Strasbourg-Ville[1], entre les gares de Pantin et de Bondy[2],[3], en direction de Strasbourg, et de Rosny-Bois-Perrier, en direction de Mulhouse.

Elle est également située au PK 60,932 de la ligne de la grande ceinture de Paris, entre les gares de Bobigny et de Rosny-Bois-Perrier[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de Noisy-le-Sec est créée lors de la construction, sous la responsabilité de l'ingénieur Sermet, de la section de Paris à Meaux, première section de la ligne de Paris à Strasbourg concédée en 1845 à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg[5]. L'inauguration « sans faste » de la section a lieu le  ; le train inaugural, tracté par la locomotive « La Ville de Meaux » s'arrête à Noisy-le-Sec pour permettre aux invités de découvrir « l'élégante station provisoire construite en bois ». La station est officiellement mise en service le par la compagnie, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section entre les gares de Paris (embarcadère rue Neuve de Chabrol près de celui du Nord) et Meaux[6]. Le service régulier comporte trois trains dans chaque sens en semaine et un quatrième et ajouté le soir pendant les dimanches et fêtes[7].

Cette arrivée du rail est favorable à la commune et à ses maraichers qui utilisent le train pour le transport de leurs produits sur les marchés de la capitale. Mais la compagnie ferme la station le pour la déplacer d'environ 700 mètres à Bondy. Cette décision provoque l'unité de la population pour la réouverture de la station de Noisy. Alors que la commune ne compte que 2 000 habitants, une pétition reçoit le soutien de 12 000 usagers venant de Noisy, Bondy, Livry, Vaujours, Sevran et Villepinte. La mutation de la Compagnie de Paris à Strasbourg en Compagnie des chemins de fer de l'Est le et le fait que cette évolution lui permet d'obtenir la concession de la ligne de Paris à Mulhouse, dont la finalisation du tracé lui donne pour origine un embranchement près de la gare de Noisy, permet la réouverture de la gare de Noisy au cours de l'année 1854[8].

La première section de la nouvelle ligne, qui se détache à Noisy de la ligne de Paris à Strasbourg, vers Nogent-sur-Marne est inaugurée le . Le service régulier est assuré entre Paris et Nogent via les stations de Pantin, Noisy-le-Sec (devenue une gare d'embranchement) et Rosny-sous-Bois. Il représente une desserte supplémentaire de huit trains aller et retour en semaine et quinze les dimanches et fêtes[9].

De nouvelles voies de garage et de triage sont établies sur une longueur de 4 260 mètres en 1885[10].

En février 1897, le conseil municipal renouvelle le vœu « que M. le ministre des Travaux publics mette d'urgence la Compagnie de l'Est en demeure de construire à Noisy-le-Sec une nouvelle gare, dont les locaux plus spacieux seront de nature à donner satisfaction aux voyageurs ». Selon le conseil, il y a eu une importante augmentation de la fréquentation du service des voyageurs alors qu'il n'existe toujours qu'une salle d'attente commune aux deuxième et troisième classes. En outre, ce petit local est ouvert à tous vents et la compagnie a mis des moyens importants dans la gare des marchandises, dans la construction d'ateliers de réparations et de remises pour les machines sans jamais améliorer les installations du service des voyageurs[11]. Après le renouvellement de ce vœu et un refus de la compagnie, celle-ci modifie sa réponse en 1899. Dans un courrier au Préfet de la Seine, du , le ministre des Travaux publics indique avoir été informé que la Compagnie a mis à l'étude, depuis quelque temps, un projet d'établissement de nouvelles voies de circulation dans la banlieue de Paris, ce qui pourra entraîner des modifications des installations actuelles de la gare. Ceci explique qu'elle ne peut y engager actuellement d'importants travaux. Elle admet toutefois que les salles d'attente du bâtiment sont devenues insuffisantes et qu'il est indispensable de les agrandir sans attendre le résultat des études en cours. Elle propose d'édifier une nouvelle salle d'attente provisoire dont elle doit adresser prochainement le projet[12].

Elle fut agrandie en 1910.

Lors de la Première Guerre mondiale, la gare devient la plus importante gare régulatrice de France pour le transport des troupes militaires, et, lors de la première bataille de la Marne, des taxis parisiens réquisitionnés prennent en charge les unités d'infanterie de la 7e division au fur et à mesure de leur débarquement des trains pour les transporter sur le front à Nanteuil-le-Haudouin.

La gare de Noisy-le-Sec dessert également la ligne de Grande Ceinture, sur laquelle un service de voyageurs fut assuré de 1875 à 1939. Elle conserve un rôle majeur pour le trafic du fret ferroviaire.

La gare de triage de Noisy-le-Sec fut bombardée dans la nuit 18 avril au 19 avril 1944 par des avions des forces alliées afin de désorganiser (pour un temps seulement) et surtout ralentir la logistique allemande, en prévisions de l'Opération Overlord, faisant de nombreux morts parmi la population noiséenne.

Les installations actuelles datent des reconstructions de l'après-guerre, avec des remaniements lors de sa transformation en gare RER. En effet, elle a été intégrée dans le RER le . Elle est depuis desservie par la ligne E du RER, servant de gare de bifurcation des branches E2 de Chelles - Gournay et E4 de Villiers-sur-Marne - Le Plessis-Trévise et Tournan.

Depuis 2003, la station offre une correspondance avec la ligne de tramway T1, dont elle est un terminus ; cette ligne se dirige vers la station de métro Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles, à la suite de son extension le .

En 2014 et en 2015, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 13 359 600 voyageurs[13]. En 2015, elle est la troisième gare la plus fréquentée de Seine-Saint-Denis derrière les gares de Saint-Denis et d'Aulnay-sous-Bois et la vingt-quatrième gare la plus fréquentée de France[14].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Noisy-le-Sec est desservie à raison (par sens) :

  • sur la branche de Chelles - Gournay, d'un train toutes les 15 minutes aux heures creuses et en soirée et de 4 à 8 trains par heure aux heures de pointe ;
  • sur la branche de Tournan, d'un train toutes les 30 minutes aux heures creuses et en soirée ;
  • sur la branche de Villiers-sur-Marne - Le Plessis-Trévise d'un train toutes 15 minutes aux heures creuses et aux heures de pointe et d'un train toutes les 30 minutes en soirée ;
  • en direction de Paris, Haussmann - Saint-Lazare, de 10 trains par heure aux heures creuses, de 8 à 12 trains par heure aux heures de pointe et de 8 trains par heure en soirée.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les lignes 105, 143 et 545 du réseau de bus RATP.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret y compris les wagons isolés[15].

Le dépôt[modifier | modifier le code]

Un important dépôt-atelier a été créé par la Compagnie de l'Est en 1908. Désaffecté dans les années 1980, il assure aujourd'hui dans des installations neuves la maintenance des rames RER de la ligne E (Z 22500), les rames Transilien de la ligne P (Z 2N) ainsi que les rames de la ligne T4 (U 25500 Avanto).

Le triage[modifier | modifier le code]

Au nord de la gare voyageurs, la gare de triage, reliée à la ligne de la Grande Ceinture, fait l'objet de travaux depuis 2012 pour accueillir le futur terminus du Tram Express Nord, ainsi que son atelier de maintenance devant être construit pour 2017.

Projets[modifier | modifier le code]

À l'horizon 2024[16], la gare devrait être le terminus oriental de la ligne de tramway T11 Express dont le terminus occidental prévu est la gare de Sartrouville.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Note : le nom officiel de la ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville sur le réseau ferré national est ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (n° 070000).
  2. Reinhard Douté, t1 2011, p. 29
  3. Reinhard Douté, t1 2011, p. 49
  4. Reinhard Douté, t2 2011, p. 214
  5. Palau, 2003, p. 173.
  6. Palau, 2003, p. 174.
  7. Palau, 2003, p. 175.
  8. Patrick Cognasson, 2006, p. 6
  9. Palau, 1998, p. 153.
  10. « Chemins de fer », Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris,‎ , p. 2022 (lire en ligne)
  11. « Reconstruction de la gare de Noisy-le-Sec », Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris,‎ , p. 636 (lire en ligne)
  12. « Communication de documents », Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris,‎ , p. 608 (lire en ligne)
  13. « Fréquentation en gares en 2014 – Noisy le Sec », sur SNCF Open Data,‎ traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 10 octobre 2016).
  14. « SNCF Open Data — Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 13 novembre 2016).
  15. Site Fret SNCF : la gare de Noisy-le-Sec
  16. Tangentielle Nord – Un grand projet de transport pour l'Île-de-France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 1 (1852-1857), Palau, , 215 p. (ISBN 2-950-942-11-3), « 2.9. Noisy le Sec-Nogent sur Marne », p. 153.
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Les 80 premières lignes 1828-1851, Palau, , 217 p. (ISBN 2-950-9421-0-5), « 3.35. Paris-Meaux (1er tronçon de Paris-Strasbourg », p. 172-175.
  • Patrick Cognasson (Rédaction), Voyage en autrefois : Une histoire du rail à Noisy-le-Sec (Plaquette), Noisy-le-Sec, , 22 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [001/1] Paris-Est - Longueville et [070/1] Paris-Est - Château-Thierry », p. 29 et 49.
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [990/2] Bobigny - Versailles (Grande ceinture) », p. 214.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Haussmann - Saint-Lazare
ou Magenta
Pantin (RER) (E) Bondy Chelles - Gournay
Haussmann - Saint-Lazare Pantin (RER) (E) Rosny-Bois-Perrier Villiers-sur-Marne
Haussmann - Saint-Lazare Pantin (RER) (E) Val de Fontenay Tournan