Gare de Capdenac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Capdenac
Image illustrative de l’article Gare de Capdenac
La gare, vue des remparts de Capdenac.
Localisation
Pays France
Commune Capdenac-Gare
Adresse Rue Sévènes
12700 Capdenac-Gare
Coordonnées géographiques 44° 34′ 41″ nord, 2° 04′ 41″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87613109
Services Intercités de nuit
TER Occitanie
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac
Capdenac à Rodez
Cahors à Capdenac
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 1 latéral et 2 central
Transit annuel 74 734 voyageurs (2017)
Altitude 178 m
Historique
Mise en service
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Capdenac
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Capdenac
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
(Voir situation sur carte : Aveyron)
Capdenac

La gare de Capdenac est une gare ferroviaire française de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, située sur le territoire de la commune de Capdenac-Gare, dans le département de l'Aveyron, à proximité de Capdenac, dans le département du Lot, en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1858, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de grandes lignes Intercités de nuit et des trains régionaux TER Occitanie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 178 mètres d'altitude, la gare de Capdenac est située au point kilométrique (PK) 243,245 de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, entre les gares ouvertes de Figeac et de Salles-Courbatiès. Elle est séparée de cette dernière par la gare fermée de Naussac[1].

Gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne de Capdenac à Rodez, la prochaine gare ouverte étant Viviez - Decazeville, précédée par celles fermées de Vernet, Saint-Martin-de-Bouillac et Penchot. Enfin, elle est également l'aboutissement, au PK 730,433, de la ligne de Cahors à Capdenac non exploitée, dont la gare précédente est La Madeleine-sur-Lot.

Historique[modifier | modifier le code]

La station de Capdenac est mise en service le 30 août 1858 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation le chemin de fer de Montauban à Capdenac qu'elle a reprise, encore en travaux, le 11 avril 1857 lors du démantèlement de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. La station est édifiée sur la rive gauche du Lot[2].

Situé à proximité de Decazeville le site devient au XIXe siècle la plus importante gare de triage d'Aveyron et du sud Massif central avec un nœud ferroviaire constituant une étoile à cinq branches. La gare devient ainsi plaque tournante ferroviaire du bassin houiller et sidérurgique de Decazeville et Aubin. Autour de cette gare va naître progressivement la ville de Capdenac-Gare, officiellement devenue commune en 1891.

En 2017, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 74 734 voyageurs[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Intérieur du bâtiment voyageurs.

Gare[4] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport.

Desserte[modifier | modifier le code]

Capdenac est desservie par un train Intercités de nuit qui circule entre Paris-Austerlitz et Rodez ou Albi-Ville et par des trains TER Occitanie circulant entre Brive-la-Gaillarde et Rodez[5] ainsi qu'entre Capdenac et Toulouse-Matabiau[6].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking sont aménagés[4].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[7] (train massif uniquement).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (718/2) Figeac - Villefranche-de-Rouergue », p. 76.
  2. François Palau et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Paris, Palau, , 223 p. (ISBN 978-2-9509421-2-8 et 2-9509421-2-1), « 3.23 Montauban- le Lot (Capdenac) : 30 août 1858 », p. 44-45.
  3. « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 14 septembre 2019)
  4. a et b Site SNCF TER Midi-Pyrénées, Informations pratiques sur les gares : Gare de Capdenac lire (consulté le 5 octobre 2011).
  5. [PDF] « Fiche horaire Lio TER » n°7, valable du 4 juillet au 12 décembre 2020, sur www.ter.sncf.com/occitanie (consulté le 21 novembre 2020).
  6. [PDF] « Fiche horaire Lio TER » n°3, valable du 4 juillet au 12 décembre 2020, sur www.ter.sncf.com/occitanie (consulté le 21 novembre 2020).
  7. Site fret SNCF : la gare de Capdenac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Albi-Ville
ou Rodez
Viviez - Decazeville Intercités de nuit Figeac Paris-Austerlitz
Rodez Viviez - Decazeville TER Occitanie Figeac Brive-la-Gaillarde
Toulouse-Matabiau Salles-Courbatiès TER Occitanie Figeac
ou Terminus
Figeac
ou Terminus