Géographie du Moyen-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Géographie du Moyen-Orient
carte : Géographie du Moyen-Orient
Continent En majeure partie en Asie, extensions en Europe et en Afrique.
Région Asie de l'Ouest
Coordonnées 50°00'N 143°24'E
Superficie
Frontières 6 581 km
Altitude maximale Mont Damavand (5 604 m)
Altitude minimale Mer Morte (−417 m)
Plus long cours d’eau Euphrate
Plus importante étendue d’eau Lac d'Ourmia

La géographie du Moyen-Orient est à considérer selon la définition que l'on prend du Moyen-Orient, si l'on se réfère à la zone géographique comprise entre la rive orientale de la mer Méditerranée : le bassin Levantin, à l'ouest ; la ligne tracée par la frontière entre l'Iran d'une part et le Pakistan et l'Afghanistan d'autre part, à l'est ; la frontière turco-iranienne avec les pays du Caucase, celles turques avec la Bulgarie et la Grèce au nord-ouest et les frontières respectivement terrestre de l'Égypte et maritimes du Yémen et d'Oman au sud ; cet espace géographique regroupe en tout seize pays pour une superficie totale de 6 997 934 km2.

Topographie[modifier | modifier le code]

À cheval entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique, le Moyen-Orient est entouré par la mer Rouge, la mer Noire, la mer Méditerranée et l'océan Indien. Les quatre plus grands fleuves sont le Tigre et l'Euphrate qui parcourent la Turquie et l'Irak, le Chatt-el-Arab qui est à la frontière entre l'Iran et l'Irak et le Nil en Égypte.

On peut distinguer différentes entités géographiques : le plateau anatolien, formé par les monts Taurus et la chaîne pontique, le croissant fertile partant de la vallée du Nil, qui parcourt les régions de la Palestine et de la Syrie, arrosées par les précipitations méditerranéennes et qui se prolonge en Irak aux abords du Tigre et de l'Euphrate et la péninsule arabique, formée de déserts (le plus grand étant le désert d'Arabie) et de montagnes, qui se termine par le Yémen et Oman.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte de la plaque arabique
Monts Taurus
Bassin hydrologique du Sefid Roud
Vallée fertile en Irak

Le développement des massifs montagneux s'étendant de la partie européenne de la Turquie aux frontières de l'Iran est dû à l'orogenèse alpine qui a conduit à la création des chaînes de montagnes d'Anatolie (monts Taurus, chaîne pontique, etc.), du Caucase et les chaînes d'Iran (Zagros, Elbourz, etc.)[1]. Au cours de l'ère secondaire, le Thétys (un paléo-océan datant du Jurassique) se referme et les plaques africaine et eurasienne se rencontrent et forme un massif montagneux qui s’étend de l'Espagne jusqu’au Sud-est asiatique[1].

De la plaque africaine s'est détachée un certain nombre de plus petites plaques durant la majeure partie du Phanérozoïque (-542 millions d'années à nos jours) jusqu'à l'Éocène (-56 à - 34 millions d'années), date à laquelle le rift de la mer Rouge s'est formé et a créé la mer Rouge et le golfe d'Aden. Aujourd'hui, la plaque arabique couvre la totalité de la péninsule arabique, la Mésopotamie et le sud-est de l'Anatolie, elle est en contact avec les plaques anatolienne, africaine, somalienne, indienne et eurasienne. Ses frontières sont notamment marquées au niveau de la dorsale de la mer Rouge ; elle se déplace vers le nord-est à une vitesse de 4,65 centimètres par an.

Principales montagnes et chaînes de montagnes[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La question de l'eau au Moyen-Orient est devenue un enjeu géopolitique important, au même titre que les ressources hydrocarbures ou l'exploitation des voies maritimes. Le développement agricole, industriel et touristique de ces cinquante dernières années, la forte croissance démographique et la gestion des sources d'eaux potables disponibles constituent les principaux enjeux géopolitiques que doivent résoudre les différents pays de la région. Les ressources disponibles sont faibles et mal réparties, ce qui implique un effort de rationalisation de la gestion de l'eau ou de désalinisation pour les pays les plus riches, et notamment ceux disposant de ressources en hydrocarbures[2]. Le traitement des eaux usées est extrêmement disparate, de même que la gestion des nappes phréatiques, des barrages, des retenues d'eau et que les réseaux de distribution. D'anciens systèmes d'irrigation sont toujours utilisés tels que celui d'aflaj à Oman ou le système hydraulique de Shushtar en Iran et de nouveaux grands projets d'aqueducs et de barrages hydroélectriques sont développés sur les grands fleuves, ce qui pose certains problèmes entre États riverains[3].

  • Le Jourdain est au cœur du conflit israélo-arabe ; après le plan Johnston de partage des eaux du Jourdain et les accords de paix d'Oslo (1993), la Jordanie, Israël et la Cisjordanie n'ont pas réussi à s'entendre sur un partage des ressources.
  • Il en est de même autour du bassin hydrographique du Tigre et de l'Euphrate ; la Turquie a développé en amont des deux fleuves des projets d'aménagements hydrauliques (le GAP) qui réduisent les débits vers la Syrie et l'Irak en aval[3]. Des projets d'aqueducs à destinations des pays de la péninsule arabique ont également été proposés[3].
  • Le Litani (fleuve du sud Liban) occupe une position stratégique pour le Liban, dont il contribue pour une bonne part à la bonne tenue de l'agriculture mais aussi pour la production d'électricité et l'approvisionnement en eau potable. Cependant le plateau du Golan passe sous contrôle d'Israël lors de la guerre des Six Jours et constitue depuis, l'objet de tensions entre le Liban et Israël[2]. Les ressources en eaux demeurent sous contrôle de l'armée et son utilisation est restreinte pour les populations des Territoires occupés[3].

Principaux cours d'eau[modifier | modifier le code]

Principaux passages maritimes[modifier | modifier le code]

Principaux lacs[modifier | modifier le code]

Principales mers bordantes[modifier | modifier le code]

Frontières[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Arabie saoudite/Bahreïn
Arabie saoudite/Émirats arabes unis
Arabie saoudite/Irak
Arabie saoudite/Jordanie
Arabie saoudite/Koweït
Arabie saoudite/Oman
Arabie saoudite/Qatar
Arabie saoudite/Yémen
Zone neutre Irak-Arabie saoudite
Zone neutre Koweït-Arabie saoudite
Drapeau de Bahreïn Bahreïn
Bahreïn/Arabie saoudite
Drapeau de Chypre Chypre
Chypre/Syrie
Ligne verte
Akrotiri et Dhekelia
Drapeau de l'Égypte Égypte
Égypte/Israël
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Émirats arabes unis/Arabie saoudite
Émirats arabes unis/Oman
Drapeau de l'Irak Irak
Irak/Arabie saoudite
Irak/Iran
Irak/Jordanie
Irak/Koweït
Irak/Syrie
Irak/Turquie
Zone neutre Irak-Arabie saoudite
Drapeau de l'Iran Iran
Iran/Irak
Iran/Turquie
Drapeau d’Israël Israël
Frontières d'Israël
Armistice israélo-arabes
Israël/Égypte
Israël/Syrie
Israël/Jordanie
Israël/Liban
Ligne bleue
Ligne verte
Partitions de la Palestine
Traité de paix israélo-jordanien
Traité de paix israélo-égyptien
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Jordanie/Arabie saoudite
Jordanie/Irak
Jordanie/Israël
Jordanie/Syrie
Drapeau du Koweït Koweït
Koweït/Arabie saoudite
Koweït/Irak
Zone neutre Koweït-Arabie saoudite
Drapeau du Liban Liban
Liban/Israël
Liban/Syrie
Drapeau d'Oman Oman
Oman/Arabie saoudite
Oman/Émirats arabes unis
Oman/Yémen
Drapeau du Qatar Qatar
Qatar/Arabie saoudite
Drapeau de la Syrie Syrie
Syrie/Israël
Syrie/Irak
Syrie/Jordanie
Syrie/Liban
Syrie/Chypre
Syrie/Turquie
Drapeau de la Turquie Turquie
Turquie/Irak
Turquie/Iran
Turquie/Syrie
Drapeau du Yémen Yémen
Yémen/Arabie saoudite
Yémen/Oman

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pays Superficie
(km2)
Population
(hbts.)
Densité
(hbts./km2)
PIB
(Mio. $) (2008)
[Note 1]
PIB par habitant
($) (2008)
,[Note 1]
Devise Capitale politique Régime politique Langue officielle
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 1 960 582 23 513 330 12 593 385 23 834 Rial saoudien Riyad Monarchie absolue arabe
Drapeau de Bahreïn Bahreïn 665 656 397 987 26 970 34 605 Dinar bahreïni Manama Monarchie constitutionnelle arabe
Drapeau de Chypre Chypre 9 250 792 604 90 22 703 29 830 Euro Nicosie Régime présidentiel chypriote, grec, turc
Drapeau de l'Égypte Égypte 1 001 449 77 498 000 74 442 640 5 898 Livre égyptienne Le Caire Régime semi-présidentiel arabe
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis 82 880 5 432 746 30 184 984 38 830 Dirham des Émirats arabes unis Abu Dhabi État fédéral Monarchie constitutionnelle arabe
Drapeau de l'Irak Irak 437 072 31 001 816 70 65 838 6 500 Dinar irakien Baghdad Démocratie parlementaire arabe, kurde[4]
Drapeau de l'Iran Iran 1648 195 71 208 000 42 819 799 11 250 Rial iranien Téhéran République islamique persan
Drapeau d’Israël Israël 20 770 7 465 000 290 200 630 28 206 Shekel Jérusalem[Note 2] Démocratie parlementaire hébreu, arabe
Drapeau de la Jordanie Jordanie 92 300 5 307 470 58 32 112 5 314 Dinar jordanien Amman Monarchie constitutionnelle arabe
Drapeau du Koweït Koweït 17 820 3 100 000 119 137 190 39 849 Dinar koweïtien Koweït Monarchie constitutionnelle arabe
Drapeau du Liban Liban 10 452 3 677 780 354 49 514 13 031 Livre libanaise Beyrouth Démocratie parlementaire arabe
Drapeau d'Oman Oman 212 460 3 200 000 13 66 889 24 153 Rial omanais Mascate Monarchie absolue arabe
Drapeau du Qatar Qatar 11 437 793 341 69 94 249 85 867 Rial qatari Doha Monarchie constitutionnelle arabe
Drapeau de la Syrie Syrie 185 180 17 155 814 93 94 408 4 748 Livre syrienne Damas Régime présidentiel arabe
Drapeau de la Turquie Turquie 779 452 72 561 312 91 930 900 12 900 Livre turque Ankara Démocratie parlementaire turc
Drapeau du Yémen Yémen 527 970 18 701 257 35 55 433 2 412 Rial yéménite Sanaa Régime semi-présidentiel arabe

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sources :
  2. Voir l'article sur la capitale d’Israël.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Formation des massifs d'Asie de l'Ouest.
  2. a et b « La Bataille de l’eau au Proche-Orient : un état des lieux de Christian Chesnot », sur Irénées (consulté le 23 juin 2015).
  3. a b c et d « Eau au Moyen-Orient: enjeux et stratégies », sur Institut MEDEA (consulté le 23 juin 2015).
  4. (en) [PDF]« Constitution irakienne », United Nations Assistance Mission for Iraq (consulté le 25 juin 2009), p. 3

Articles connexes[modifier | modifier le code]