Frontière entre Israël et le Liban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frontière entre Israël et le Liban
La ligne bleue, établie par les Nations unies après le retrait israélien du Sud du Liban.
La ligne bleue, établie par les Nations unies après le retrait israélien du Sud du Liban.
Caractéristiques
Délimite Drapeau d’Israël Israël
Drapeau du Liban Liban
Longueur totale 79 km
Historique
Création 1923 (Conférence San Remo)
Tracé actuel (ligne bleue)
Carte des Nations unies du Liban du Sud (août 2006).

La frontière entre Israël et le Liban a été tracée par accord entre les puissances mandataires française (au Liban) et britannique (Palestine mandataire) en 1923 à la suite de la création du Grand Liban en 1920, sur la base des accords Sykes-Picot qui avaient distribué les aires d'influence de ces deux puissances sur les territoires de l'ex-empire ottoman.

Ce tracé a été confirmé au moment du partage de la Palestine en 1947 par les Nations unies.

Israël a cependant conquis et ensuite annexé, en juin 1948, lors de la première guerre israélo-arabe de 1948/1949, la Galilée, limitrophe du Liban et qui devait, selon la proposition de partage de la Palestine née à la suite de la résolution 181 de l'Assemblée Générale des Nations unies votée le 29 novembre 1947 être une des parties du futur État arabe devant être créé sur l'ancienne zone de la Palestine gérée par les Britanniques depuis 1918, au vu de l'entente conclue pendant la Première Guerre Mondiale, entre la France, devant gérer l'ancien territoire du Liban ottoman et le Royaume Uni, devant gérer la Palestine, après la défaite de l'Empire ottoman.

Un accord d'armistice fut signé le 23 mars 1949 entre le Liban et Israël. La ligne d'armistice est fixée à la limite de la frontière Sud du Liban de 1923, faisant suite aux accords Paulet (représentant français) - Newcomb (chef de la délégation britannique), le Liban ayant été confié à la France par mandat par la Société des Nations, après la Première Guerre mondiale et la Palestine, ayant été accordée par la même Société des Nations au Royaume-Uni . A l'occasion de la fixation de cette ligne d'armistice, la jeune armée israélienne, crée par ordonnance du nouveau gouvernement provisoire de l'Etat Juif en mai 1948 par David Ben Gourion, évacue 13 villages du territoire libanais, occupés au cours du conflit.

Au lendemain du retrait israélien dans le Sud du Liban (demeuré occupé par Israël de 1978 à 2000, le territoire occupé étant alors une bande d'une largeur d'environ 20 km /10 Km en profondeur, vers le Litani), l'ONU a procédé au tracé d'une « ligne bleue » qui représentait la limite Nord de la zone occupée par les Israéliens et où se trouvaient actives les unités de l' " Armée du Liban Sud ", structure armée formée d'anciens militaires de l'armée libanaise, ayant quitté leur fonction et devenus des auxiliaires de Tsahal.

Israël a par ailleurs annexé le Golan par la loi du 30 septembre 1981 votée par la Knesset après sa conquête en deux jours, lors de la guerre des Six Jours en 1967, de ce territoire syrien, depuis 1945. Les fermes de Chebaa, situées sur le Golan, sont réclamées par le Liban depuis l'an 2000 en accord avec la Syrie.

Le Liban n' a jamais reconnu l'existence de l'État d'Israël, depuis l'apparition de cet Etat le 14 mai 1948 par le président du Yichouv (conseil représentatif des juifs établis en Palestine) , David Ben Gourion. Le gouvernement libanais n' a jamais signé d'accord de frontière avec un Etat qu'il ne connaît pas. La ligne bleue est une ligne tracée en 2000 par l'ONU afin d'acter le retrait des forces israéliennes du Sud du pays.

La limite territoriale Sud de la République libanaise est " de jure " depuis l'apparition de cette République à son indépendance proclamée en novembre 1943 la limite de l'ancien Liban, marquée par les bornes frontières de 1923, fixées par les militaires du Génie français et leurs homologues britanniques, en 1923.

Frontière maritime[modifier | modifier le code]

D'importants gisements naturels de gaz situés dans l'est de la Méditerranée suscitent un différend frontalier entre Israël et le Liban. Il porte sur la délimitation de leur zone économique exclusive (ZEE), c'est-à-dire l'espace maritime dont ils peuvent exploiter les ressources naturelles. En effet, la présence potentielle d'importants gisements d'hydrocarbures dans le bassin levantin de la Méditerranée a été découverte en 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]