Géographie de l'Asie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Asie est colorée en vert.
Vue satellite de l'Asie

L'Asie, située presque exclusivement dans l'hémisphère nord, à l'est de l'Eurasie, est le plus grand des sept continents de la planète, avec 43 810 582 km2, soit 8,6 % de la surface du globe et 29,4 % de la surface des terres[1].

Elle compte plus de 50 pays et, en 2007, sa population atteint presque quatre milliards d'habitants, soit plus de 60 % de la population mondiale[1]. L'Asie possède plusieurs records géographiques mondiaux : l'altitude maximale avec l'Everest et ses 8 848 m, l'altitude minimale avec la mer Morte et ses −417 m, et le point terrestre le plus éloigné de tout océan, à 2 648 kilomètres de la côte la plus proche (coordonnées 46° 17′ N, 86° 40′ E).

Géologie[modifier | modifier le code]

}

L'Asie est un continent composite constitué de trois cratons principaux (craton sibérien), craton indien et craton arabe). À la périphérie de ces vieux cratons, se sont formées des ceintures orogéniques. Cette disposition concentrique traduit les cycles de Wilson[2],[3]. Les trois principales ceintures (ceinture alpine qui se superpose partiellement à la ceinture orogénique d'Asie centrale (en), et ceinture Verkhoïansk) abritent un certain nombre de microcontinents et de cratons mineurs (tels que le Sino-coréen, le Yangtze, le Tarim et le Sibumasu, liés à une zone tectonique transformante entre le Gondwana et la Sibérie)[4]. La ceinture orogénique d'Asie centrale (s’étendant de l’Oural à l’Océan Pacifique), appelée aussi Altaïdes, correspond, après la séparation du Gondwana, au collage tectonique d’Asie Centrale qui « dessine l’ébauche du continent asiatique, lequel sera ensuite agrandi avec la formation des chaînes d’âge triasique (Kunlun-Songpan-Ganze, Indochine), jurassique à crétacé (Tibet) et tertiaire (Himalaya), puis le développement du système complexe de l’Ouest Pacifique[5] ».

L'Oural qui marque la limite entre l'Asie et l'Europe a une histoire géologique différente de la ceinture centrale et alpine. Au cours de la formation de la Pangée, il y a environ 260 millions d’années, les paléocontinents de Sibérie et Kazakhstania entrent en collision avec le supercontinent Laurussia (qui comprenait ce qui correspond aujourd’hui à l’Europe du Nord et l’Amérique du Nord) sur son bord oriental, fermant l'océan Ouralien et provoquant l'orogenèse ouralienne[6]. Cette ceinture se compose de roches métamorphiques et sédimentaires qui ont été déformées principalement au Permien et au Trias, mais comprend aussi des déformations Jurassique dans le Taimyr, d'où le nom de ceinture orogénique Ourals-Taimyr[7]. De même, la ceinture Verkhoïansk résulte d'une collision différente : le terrane Kolyma-Olomon s'accole au craton sibérien à l'est de l'Eurasie autour de 130-125 Ma, formant la suture Verkhoyansk[8].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Géographie politique[modifier | modifier le code]

Sous-régions de l'ONU pour l'Asie :
Carte des pays d'Asie.
Pays et territoires Capitale Superficie (km2) Population
(est. juillet 2006)
Densité (hab./km2)
Afghanistan Kaboul 647 500 31 056 997 48
Arabie saoudite Riyad 2 152 000 27 019 731 12
Arménie Erevan 29 800 2 976 372 100
Azerbaïdjan Bakou 86 600 7 961 619 92
Bahreïn Manama 665 686 585 1 032
Bangladesh Dhâkâ 144 000 147 365 352 1 023
Bhoutan Thimphou 47 000 2 279 723 48
Brunei Bandar Seri Begawan 5 770 379 444 66
Cambodge Phnom Penh 181 035 13 881 427 76
Chine (République populaire de) Pékin 9 596 960 1 313 973 713 137
Chypre (République de) Nicosie 9 250 784 301 85
Corée du Nord Pyongyang 120 540 23 113 019 191
Corée du Sud Séoul 99 274 48 846 823 492
Émirats arabes unis Abou Dabi 82 880 3 870 936 46
Géorgie Tbilissi 69 700 4 661 473 67
Inde New Delhi 3 287 590 1 095 351 995 333
Indonésie Jakarta 1 919 440 245 452 739 127
Iran Téhéran 1 648 000 68 688 433 41
Irak Bagdad 437 072 26 783 383 61
Israël Jérusalem/Tel-Aviv 20 770 6 352 117 305
Japon Tokyo 377 835 127 463 611 337
Jordanie Amman 92 300 5 906 760 64
Kazakhstan Astana 2 717 300 15 233 244 5
Kirghizistan Bichkek 198 500 5 213 898 135
Koweït Koweït 17 820 2 418 393
Laos Vientiane 236 800 6 368 481 27
Liban Beyrouth 10 452 3 874 050 370
Malaisie Kuala Lumpur 329 750 24 385 858 74
Maldives Malé 298 359 008 1 204
Mongolie Oulan-Bator 1 565 000 2 832 224 1,8
Myanmar (anciennement Birmanie) Naypyidaw 678 500 47 382 633 69
Népal Katmandou 147 781 28 287 147 191
Oman Mascate 309 500 3 102 229 10
Ouzbékistan Tachkent 447 400 27 307 134 61
Pakistan Islâmâbâd 803 940 165 803 560 206
Philippines Manille 300 000 89 468 677 298
Qatar Doha 11 437 885 359 77
Russie Moscou 17 075 200 142 893 540 8
Singapour Singapour 699 4 492 150 6 426
Sri Lanka Sri Jayawardenapura 65 610 20 222 240 308
Syrie Damas 185 180 18 881 361 101
Tadjikistan Douchanbé 143 100 7 320 815 51
Taïwan (République de Chine) Taipei 35 980 1 303 608 700 640
Thaïlande Bangkok 514 000 64 631 595 125
Timor oriental Dili 15 007 1 062 777 70
Turquie Ankara 780 580 70 413 958 90
Turkménistan Achgabat 488 100 5 042 920 10
Viêt Nam Hanoï 329 560 84 402 966 256
Yémen Sanaa 527 970 21 456 188 40

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Asia - MSN Encarta
  2. Christophe Voisin, La Terre, Le Cavalier Bleu, , p. 54-55.
  3. (en) Timothy M. Kusky, Xiaoyong Li, Zhensheng Wang, Jianmin Fu, Luo Ze, Peimin Zhu, « Are Wilson Cycles preserved in Archean cratons? A comparison of the North China and Slave cratons », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 51, no 3,‎ , p. 297-311doi=10.1139/cjes-2013-0163.
  4. (en) Ren J S, Niu B G, Wang J, He Z J, Jin X C, Xie L Z, Zhao L, Liu R Y, Jiang X J, Li S, Yang F L, « 1:5 Million International Geological Map of Asia », Acta Geoscientica Sinica, vol. 34, no 1,‎ , p. 24–30 (lire en ligne).
  5. [PDF] Flavien Choulet, Mécanismes et évolution des chaînes d’accrétion : exemple des chaînes paléozoïques d’Asie Centrale (Ouest Junggar, N-O de la Chine), Sciences de la Terre, Université d’Orléans, 2011, p. 63
  6. (en) Victor Nikolaevich Puchkov ). "n". , London, Special Publications, « The evolution of the Uralian orogen », Geological Society London, vol. 327, no 1,‎ , p. 161–195 (lire en ligne).
  7. (en) Walderhaug H. J., Eide E. A., Scott R. A., Inger S. & Golionko, E. G., « Palaeomagnetism and 40Ar/39Ar geochronology from the South Taimyr igneous complex, Arctic Russia: a Middle-Late Triassic magmatic pulse after Siberian flood-basalt volcanism », Geophysical Journal International, vol. 163, no 2,‎ , p. 501-517 (DOI 10.1111/j.1365-246X.2005.02741.x).
  8. (en) Drachev, S. S., « Tectonic setting, structure and petroleum geology of the Siberian Arctic offshore sedimentary basins », Geological Society, vol. 35, no 1,‎ , p. 369-394.