Désert d'Arabie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Désert Arabique.
Désert d'Arabie
Image illustrative de l'article Désert d'Arabie
Localisation
Pays Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau de Bahreïn Bahreïn
Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Drapeau du Koweït Koweït
Drapeau du Qatar Qatar
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Drapeau d'Oman Oman
Drapeau du Yémen Yémen
Superficie 2 330 000 km2
Coordonnées 25° Nord 45° Est / 25, 45
Autre
Ressources naturelles Pétrole

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
City locator 10.svg

Le désert d'Arabie est un désert immense qui s'étend du Yémen dans le golfe Persique et d'Oman à la Jordanie et l'Irak. Il occupe la majeure partie de la péninsule arabique, avec une superficie de 2 330 000 kilomètres carrés. En son centre est le Rub'al-Khali, l'un des plus grands corps continus de sable dans le monde.

Gazelles, oryx, chats des sables et lézards fouette-queue sont quelques-unes des espèces désertiques adaptées qui survivent dans cet environnement extrême composé d'un peu tout, des dunes rouges aux sables mouvants mortels.

Le climat est sec, aride avec des précipitations tournant souvent autour de 100 mm mais rarement en-dessous de 50 mm, et les températures oscillent entre les fortes chaleurs estivales et le gel nocturne en saison froide. Ce désert est remarquablement chaud en été, notamment dans les endroits situés en bordure du golfe Persique, golfe maritime extrêmement chaud et salé où les températures de la mer sont de loin les plus élevés au monde et peuvent même atteindre 38 °C.

Il fait partie du biome, ou écosystème des déserts et broussailles xérophytes, et de l'écozone paléarctique.

Cette écorégion a peu de biodiversité, bien que quelques plantes endémiques y poussent. De nombreuses espèces, dont l'hyène rayée, le chacal et le blaireau, se sont éteintes dans cette zone à cause de la chasse, de l'empiétement humain et de la destruction des habitats. D'autres espèces ont été réintroduites avec succès, comme la gazelle des sables, et sont protégées dans un certain nombre de réserves.

Actuellement, le surpâturage par le bétail, la conduite hors route, la destruction de l'habitat humain sont les principales menaces pour cette écorégion désertique.

Géographie et géologie[modifier | modifier le code]

Détail des caractéristiques géologiques:

  • le couloir de terrain sablonneux connu comme le désert d'ad-Dahna relie le grand désert du Nefoud (65 000 km2) dans le nord de l'Arabie saoudite au Rub al-Khali, dans le sud-est,
  • l'escarpement de Tuwaiq, région de 800 km2 (500 mi), arc de falaises calcaires, de plateaux et de canyons,
  • les salines saumâtres, dont les sables mouvants d'Umm al-Samim,
  • les sables de Wahiba (Oman), une mer de sable isolée en bordure de la côte est,
  • le Rub al-Khali, vaste bassin sédimentaire, allongé sur un axe nord-sud-ouest, continue le plateau arabique (1000 mètres), dont les paysages rocheux cèdent la place à une vaste étendue de sable dont l'extrême sud atteint le centre du Yémen. Le sable repose sur des plaines de gravier ou de gypse, et les dunes atteignent des hauteurs maximales de 250 m (820 pi). Les sables sont principalement des silicates, composés de 80 à 90 % de quartz et, pour le reste, de feldspath, dont l'oxyde de fer colore les grains de sable en orange, violet ou rouge.

Écologie & ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Les ressources minérales exploitées sont principalement le pétrole, le gaz naturel, les phosphates, le soufre.

Le Rub'al-Khali a une diversité floristique très limitée : seulement 37 espèces enregistrées, 20 dans les zones de sable et 17 dans les marges extérieures. Parmi ces 37 espèces, seules une ou deux sont endémiques. La végétation, très diffuse, reste assez uniformément répartie, avec quelques interruptions venant de la proximité des dunes stériles.

Certaines plantes sont typiques :

  • Crinitum calligonum sur les pentes des dunes,
  • Cornulaca arabica (sel de brousse),
  • Cyperus conglomeratus.

D'autres espèces sont répandues :

  • Dipterygium glaucum,
  • Limeum ​​arabe,
  • Zygophyllum mandavillei (Mandaville 1986)...

Les êtres humains[modifier | modifier le code]

Le désert d'Arabie est principalement situé en Arabie saoudite, mais s'étend dans les pays voisins, l'Égypte (Sinaï), le sud de l'Irak et le sud de la Jordanie, au nord, comme au sud : Qatar, Émirats arabes unis (EAU). Le seul Rub'al-Khali traverse l'Arabie Saoudite, Oman et le Yémen oriental.

La région est le foyer de populations, de langues et de cultures diverses. L'Islam est la religion prédominante. Lees Arabes constituent le principal groupe ethnique de la région. L'arabe est la langue principale.

Les menaces écologiques[modifier | modifier le code]

  • Le surpâturage des chameaux et des chèvres, avec sédentarisation des Bédouins et augmentation de la taille des troupeaux,
  • la destruction de l'habitat humain,
  • les projets agricoles,
  • la production pétrolière et gazière,
  • les guerres et leurs conséquences.

Les hydrocarbures[modifier | modifier le code]

Historiquement, dans les années 1990, cette écorégion a été victime d'un énorme défi économique et environnemental le sabotage d'installations pétrolières du Koweït provoquant de gigantesques déversements d'hydrocarbures, et la libération de toxines dans l'atmosphère.

En janvier 1991 lors de la Guerre du Golfe, les forces irakiennes ont déversé environ 1,7 million de m³ (11 millions de barils) de pétrole des réservoirs de stockage et des bateaux pétroliers directement dans le golfe Persique. En février, elles ont également détruit 1164 puits de pétrole koweïtiens. Il a fallu neuf mois pour éteindre les feux d'hydrocarbures. Ces déversements de pétrole ont contaminé 1000 km (620 mi) de côtes du golfe Persique.

Le résultat de la pollution a été la mort de milliers d'oiseaux aquatiques et de graves dommages causés à l'écosystème aquatique du golfe Persique, particulièrement les crevettes, les tortues de mer, les dugongs, les baleines, les dauphins et diverses variétés de poissons.

Les puits endommagés ont également libéré 10 millions de m³ (60 millions de barils) de pétrole dans le désert et les lacs artificiels (pour une surface totale de 49 kilomètres carrés), ce qui a contaminé le sol et les eaux souterraines.

Activités militaires[modifier | modifier le code]

Les armes utilisées par les États-Unis pendant la guerre du Golfe présentent également un risque énorme pour la stabilité de l'environnement de la région.

La circulation de colonnes de tanks dans les plaines désertiques peut perturber la stabilité fragile qui existe. En 1991, le mouvement des chars américains dans le désert a endommagé la couche supérieure de protection du sol du désert. En conséquence, une dune a été libérée, a commencé lentement de bouger, et pourrait à terme menacer la ville de Koweït.

L'utilisation de munitions radioactives, à l'uranium appauvri, par l'A-10 "Warthog" présenterait un risque de développement de cancers dans les populations et une source de contamination de l'eau. En 1991, les États-Unis et l'OTAN ont largué près de 300 tonnes d'uranium appauvri sur des cibles irakiennes. Les éclats résultant de l'explosion ont contaminé les sols environnants.

Préservation de l'environnement[modifier | modifier le code]

L'état de conservation du désert est critique / en danger:

  • les espèces menacées : oryx blanc, gazelle des sables, hyène rayée,
  • les espèces déjà éteintes : chacal, blaireau du miel.

Il n'existe pas formellement de zone protégée (de taille suffisante). Certaines zones protégées sont prévues : Arabie saoudite, Abu Dhabi...

Articles connexes[modifier | modifier le code]