Guerre froide au Moyen-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article traite d'un thème de géopolitique contemporaine et ne doit pas être confondu avec les évènements survenus au Moyen-Orient durant la période de la guerre froide (1947-1991).

La guerre froide au Moyen-Orient (ou nouvelle guerre froide[1] en français et Iran–Saudi Arabia proxy conflict[2] en anglais) est un concept géopolitique récent faisant référence aux rivalités entre l'Arabie saoudite et ses alliés[Note 1] d'une part et l'Iran et ses alliés[Note 2] d'autre part dans l'histoire contemporaine du Moyen-Orient[Note 3]. Comme la guerre froide qui oppose les États-Unis, l'URSS et leurs alliés respectifs durant la seconde moitié du XXe siècle, il s'agit d'une confrontation menée de manière principalement indirecte entre les deux camps et qui prend diverses formes : rivalités diplomatiques, militaires, économiques, religieuses ou encore culturelles[3]. Les deux États ont rompu leurs relations diplomatiques en 2016 et, dans leur lutte d'influence, il s'emploient à soutenir des camps rivaux au Moyen-Orient et même au delà.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le concept de guerre froide dans la région du Moyen-Orient remonte à la période de guerre froide opposant le bloc occidental et le bloc soviétique durant laquelle, la plupart des États de la région s'alignent sur l'un ou l'autre bloc. Pendant cette période de l'Histoire qui dure de la fin de la seconde Guerre mondiale à l'effondrement de l'URSS, Washington et Moscou s'affrontent aussi par interposition dans cette partie du monde : la révolution iranienne chasse le régime monarchique du Chah soutenue par les États-Unis au profit d'une République islamique théocratique ; la guerre d'Afghanistan voit les moudjahiddin soutenus entre autres par l'Égypte et l'Arabie saoudite l'emporter contre les soviétiques ; la crise de Suez et les conflits israélo-arabe sont également l'objet d'enjeux dépassant le cadre régional[4].

L'approche moderne et spécifique au Moyen-Orient du concept de guerre froide se traduit par une lecture à plusieurs niveaux de la situation géopolitique ; elle est à la fois la résultante de l'histoire récente de la région et notamment du rôle prépondérant des activités d'extraction des hydrocarbures, de facteurs propres au Moyen-Orient et d'enjeux locaux et régionaux entre les différentes parties. Les deux puissances principales ne s'affrontent pas directement mais occupent l'espace géopolitique autour du golfe Persique : au sud, la péninsule arabique, peuplée à majorité de populations arabes et sunnites est dominée par l'Arabie saoudite et au nord, la Perse, l'Anatolie et le quart nord-est du Croissant fertile peuplés principalement de populations perses et turques comptent deux puissances régionales : la Turquie et l'Iran. Plus à l'est, autour du bassin Levantin, on trouve Israël et l'Égypte qui poursuivent également des objectifs propres[5],[6].

Cette nouvelle phase de l'histoire du Moyen-Orient est aussi sujette aux changements sub et supra-régionaux tels que les mouvements populaires du Printemps arabe puis de l'Hiver islamiste, le renforcement du poids de certains pays dans les structures régionales de coordination comme la Ligue arabe, l'OPEP ou Conseil de coopération du Golfe, ainsi qu'aux ingérences des grandes puissances étrangères en fonction de leurs intérêts propres[7].

Enjeux autour des hydrocarbures[modifier | modifier le code]

Carte des régions pétrolifères au Moyen-Orient.

Les pays du golfe Persique possèdent 60 % des réserves pétrolières exploitables et 40 % des réserves de gaz de la planète ; ils produisent 30 % du pétrole et 12 % du gaz mondial ; ce qui fait de l'exploitation des hydrocarbures, l'activité principale de la plupart des pays du golfe Persique ainsi que leur source de revenus première[8]. Les plus grands pays producteurs sont regroupés dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (dont l'Arabie saoudite, l'Irak et l'Iran) et acheminent ces ressources vers les pays importateurs par voie maritime ou par des oléoducs en liaison avec la Méditerranée et la mer Rouge, ou directement avec l'Europe via la Turquie.

À titre d'exemple, 80 % des recettes publiques de l'Arabie saoudite, 55 % de son PIB et 90 % de ses exportations sont directement ou indirectement liés à l'exploitation de ses gisements pétroliers[9] et même si le pays a entrepris des efforts pour diversifier son économie (notamment via son fonds souverain), la dépendance demeure importante et occupe donc une place majeure dans la politique nationale et étrangère du pays. Le constat est le même dans des proportions variables pour les autres pays de la région[10].

La majorité des exportations maritimes saoudiennes et des pays de la péninsule arabique vers les marchés asiatiques passent par le détroit d'Ormuz - un étroit passage situé entre les Émirats arabes unis, Oman et l'Iran - et celles vers l'Europe, par le Bab-el-Mandeb et le canal de Suez - contrôlés par l'Égypte. Sur ce plan, les relations internationales jouent un rôle majeur car si en théorie, la liberté de circulation des navires marchands dans les détroits est assurée par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, en pratique, les perturbations dans les pays riverains conduisent presque systématiquement à un accroissement des tensions diplomatiques, voir à des d'affrontement directs liés au besoin de conserver la liberté de passage pour ces navires[11].

L'acheminement des hydrocarbures par les système d'oléoducs et de gazoducs est également un des éléments clés de l'industrie pétrolière ; ils sont principalement situés en Arabie saoudite, entre les zones d'extraction et les terminaux pétroliers et en Turquie, où transite une partie du pétrole du Caucase et d'Asie centrale destiné au marché européen[12]. Et au même titre que les voies de navigation dans la région sont fragiles, les canalisations peuvent être prises pour cible en cas d'agression interne ou externe, c'est donc également un enjeu géostratégique autour duquel se cristallisent les tensions et notamment lorsque ce sont des réseaux transnationaux. Cela a été particulièrement le cas lors des trois « guerres du Golfe » (Iran-Irak, Irak-Koweït, Irak-Coalition internationale) ; les réseaux de distribution et les sites d'exploitation ont systématiquement fait partie des objectifs stratégiques prioritaires[13].

Dualisme entre sunnisme et chiisme[modifier | modifier le code]

Les relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran sont également marquées par une rivalité ethnologique entre les Perses et les Arabes et par l'hostilité religieuse entre chiites et wahhabites, concernant autant des points de théologie que l'accès aux lieux saints de l'islam[14],[15].

La politisation des clivages religieux et des différences culturelles est également l'un des facteurs récurrents des conflits militaires et des luttes de pouvoir au Moyen-Orient. Le fait n'est pas nouveau et est attesté depuis les origines de l'islam mais il est régulièrement mis en avant dans les médias modernes comme élément de fonds expliquant la situation contemporaine de la région ; pour la plupart des géopoliticiens, il doit être nuancé et son rôle doit être pondéré au regard de la multiplicité des facteurs d'explication[16],[17].

Ainsi, en abordant le problème sous une dimension plus politique, les chiites se retrouvent unis par divers enjeux dans ce que le roi Abdallah II de Jordanie a appelé en 2004, le « croissant chiite », expression reprise depuis par divers médias et politiques et qui rassemble l'Iran, le Pakistan, l'Irak, la Syrie et une partie du Liban (avec le Hezbollah comme représentant politique majoritaire dans le pays) en opposition donc avec un « arc sunnite » mené par les Saoud et qui regroupe une large partie des membres de la Ligue arabe et des États tiers, tels qu'Israël ou le Liban, dont la population n'est pas nécessairement majoritairement sunnite[18],[19].

Récemment, les tensions ont été particulièrement exacerbées dans les zones ou les deux groupes religieux cohabitent, sans pour autant que la religion soit le facteur le plus clivant : au Yémen, en Irak, au Qatar ou au Liban, les facteurs politiques ont été prépondérant avec de manière schématique, une opposition entre des groupes pro Riyad et d'autres pro Téhéran[18],[20].

Implications des puissances étrangères[modifier | modifier le code]

Dans ces rivalités, les puissances étrangères jouent également un rôle, au Moyen-Orient mais également à l'extérieur de celui-ci, que ce soit afin d'assurer leurs approvisionnements en matières premières, exporter leurs idéologies ou répondre à des enjeux stratégiques, économiques, politiques ou militaires, etc., les États-Unis, la Russie, la Chine ou les États membres de l'Union européenne (Royaume-Uni et France, anciennes puissances coloniales dans la région, principalement) sont très actifs sur la scène internationale[21]. Dans cette logique, les récentes interventions en Syrie et en Irak contre le groupe État islamique et divers acteurs locaux (gouvernement syrien, groupes kurdes ou paramilitaires) ont montré que chaque acteur avait ses intérêts propres et se positionnait aux côtés des acteurs régionaux en fonction de ceux-ci. Ainsi la Russie s'est positionnée avec l'Iran aux côtés du gouvernement syrien ; les Occidentaux se sont positionnés avec l'Arabie saoudite et la plupart des pays arabes contre les groupes terroristes ; la Turquie s'est associée avec des milices sunnites contre les Kurdes, etc.[22].

Les organisations internationales sont également impliquées ; que ce soient les organisations centrées sur le monde arabe telles que la Ligue arabe, l'Organisation de la coopération islamique ou l'Organisation de la coopération islamique ; les phénomènes d'intégration régionale font que leur poids tend à s'accroître et qu'ils sont de plus en plus sollicités à prendre parti aux conflits dans lesquels leurs membres sont impliqués[23],[24].

Le dualisme international qui prévalait dans la région lors de la guerre froide de la seconde moitié du XXe siècle n'a pour autant pas complétement disparu avec l'avènement du « monde multipolaire » ; États-Unis et Russie[25] ont toujours un rôle majeur, notamment en raison de l'absence de politique commune ou de l'écart pris par les Européens vis-à-vis de sujets aussi sensibles, de la politique neutraliste chinoise qui se contente principalement de répondre à des objectifs économiques, commerciaux et énergétiques[26] (ses principaux fournisseurs de pétrole sont l'Arabie saoudite et l'Iran) ou des intérêts géostratégiques d'avantage tournés vers leur environnement régional des autres pays des BRICS[27].

Ainsi, malgré les évolutions de la politique étrangère américaine au cours des deux dernières décennies, le Moyen-Orient demeure une zone d'influence dans laquelle les États-Unis veulent continuer de compter ; leurs réseaux diplomatiques et économiques sont très développés et les forces militaires américaines ont plusieurs bases dans la région pour leurs trois armes (air, terre, mer) et interviennent régulièrement sur ce théâtre.

Dans le cas de la Russie, les analystes sont plus perplexes ; si elle prend une part de plus en plus active dans la région, son rôle reste limité à quelques points clés de sa politique étrangère (base de Tartous en Syrie, collaborations avec l'Iran, désaccords récurrents avec les Occidentaux au Conseil de sécurité de l'ONUetc.) ; le Moyen-Orient s'apparente là aussi plus à un théâtre d'opérations dans la rivalité avec les États-Unis qu'à une zone spécifique dans laquelle elle chercherait à imposer son influence durablement[28].

Armes nucléaires dans la région[modifier | modifier le code]

Des pays de la région, au moins trois disposent de matériel militaire utilisant la technologie nucléaire ou de capacités de production de tel matériel sur leur sol ; la Turquie qui abrite des armes nucléaires américaines dans le cadre de l'OTAN mais qui souhaite également développer son propre programme nucléaire, Israël qui détient un programme civil et militaire mais qui n'est pas contrôlé par l'AIEA et l'Iran qui a officiellement un programme civil et sur lequel porte des soupçons de développement d'un programme militaire[29].

L'équilibre de la terreur qui prévalait durant la guerre froide est également d'actualité au Moyen-Orient ; l'armée israélienne ne cache pas son objectif de chercher à neutraliser les installations nucléaires iraniennes et a déjà frappé d'autres installations de pays dans la région par le passé[30] et l'Arabie saoudite envisage de développer une filière civile basée sur l'énergie nucléaire à l'horizon des années 2030 tout en se réservant le droit d'utiliser cette filière à des fins militaires[31]. Selon un rapport d'information du Sénat français et des sources journalistiques ; l'Arabie saoudite aurait également la possibilité d'utiliser la capacité militaire pakistanaise à des fins défensives[32],[33].

Rivalités dans les pays tiers[modifier | modifier le code]

Guerres par procurations entre l'Arabie Saoudite et l'Iran.

Afghanistan[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la guerre civile du Yémen, le gouvernement afghan a choisi de soutenir la coalition menée par l'Arabie saoudite ; cette décision s'opposant de fait à la politique étrangère de son voisin iranien a été analysée comme relevant d'une logique de politique intérieure dans laquelle l'Arabie Saoudite et le Pakistan disposent d'une influence sur les talibans qui est nécessaire au gouvernement d'Ashraf Ghani pour améliorer la situation sécuritaire du pays[34].

Bahreïn[modifier | modifier le code]

Avec la vague des printemps arabes de 2011, une insurrection populaire débute à Bahreïn, pays à majorité chiite. L'Arabie saoudite envoie des forces militaires pour mettre fin à la révolte qui menace de renverser le régime sunnite en place et éviter que le pays ne bascule dans la sphère iranienne[35]. Comme son voisin, le Bahreïn est également une monarchie héréditaire dont les membres de la famille royale sont majoritairement sunnites et tente d'orienter progressivement son économie vers un modèle libéral de diversification basée sur le tourisme, la finance et les services à très forte valeur ajoutée pour préparer l'après-pétrole. Ces éléments de convergence renforcent les liens de dépendance des deux États ; c'est entre autres ce qui explique que la répression contre les opposants ait été aussi forte. Les individus mais également les groupes ont été poursuivis pour des faits qualifiés de « terroristes » et en février 2017, le Wefaq, la principale force d'opposition chiite, a été définitivement dissout[36].

Irak[modifier | modifier le code]

L'Irak occupe une position géographique centrale entre Riyad et Téhéran ; le pays est aussi au carrefour des populations arabes, perses et kurdes et a mis fin en 2017 à la domination de l'État islamique (EI) mais le pays reste extrêmement instable et soumis à des influences internes et externes. Après la chute du régime de Saddam Hussein, l'Iran a pris un rôle prépondérant en soutenant le nouveau gouvernement à dominante chiite et ce n'est qu'après la seconde guerre civile irakienne que l'engagement des saoudiens avec le pays ne s'est accru. Un Conseil de coordination conjoint axé sur la lutte antiterroriste et la reconstruction du pays a été mis en place, des accords économiques ont été signés et des investissements saoudiens sont prévu pour faciliter la reconstruction de ports et d'autoroutes[37].

Les aspirations d'indépendance des Kurdes dans la partie nord du pays est également un enjeu international ; si ceux-ci disposent d'une autonomie régionale en Irak et en Iran, ce n'es pas le cas en Turquie, qui cherche à restaurer une pleine souveraineté sur ses régions à majorité kurde d'Anatolie orientale et d'Anatolie du Sud-Est. Cette question ressort aussi en Irak suite à la défaite de l'EI dans laquelle les Kurdes se sont fortement impliqués ; avec leur « nouveau poids militaire et politique », cela pourrait compromettre à l'intégrité territoriale du pays, ce qui n'est souhaité par aucune des puissances régionales riveraines[38].

Liban[modifier | modifier le code]

Le Liban est un État multiconfessionnel, composé de nombreuses communautés et dont le système politique fonctionne sur une règle mise en place à l'indépendance et qui veut que le président soit chrétien maronite, le Premier ministre sunnite et le chef du Parlement chiite. Ces spécificités sont à l'origine de nombreuses luttes d'influence à l'intérieur du pays dans laquelle l'ingérence des États voisins est importante ; son histoire récente est ainsi marquée par plusieurs périodes d'occupation étrangère (israélienne puis syrienne) et l'afflux de nombreux réfugiés (Palestiniens et Syriens principalement) ; en moins de cinq décennies, plusieurs affrontements internes et externes mettent à mal l'unité du pays (Israël/Syrie, Israël/OLP, Israël/Hezbollah, Liban/Syrie, etc.) et sa structure démographique se modifie profondément[39],[40].

Plus récemment, Iraniens et Saoudiens cherchent à attirer le pays dans leurs sphères d'influences respectives en utilisant les différences ethniques et religieuses qui se sont accentuées avec ces évolutions démographiques ; pour faire pression sur le gouvernement libanais afin qu'il contienne l'influence du Hezbollah (d'orientation chiite et proche politiquement du gouvernement iranien) et que naisse un soulèvement anti-Hezbollah, voire la formation de milices anti-Hezbollah par les réfugiés palestiniens[41], l'Arabie Saoudite a contraint le président du Conseil des ministres Saad Hariri à démissionner en 2017. Après une médiation internationale, Hariri revient au Liban pour finalement annuler sa démission[41].

Nigeria[modifier | modifier le code]

Le nord du Nigeria est également une zone de tension entre populations à majorité sunnite et chiite dont certains groupes politiques et religieux sont soutenus par l'Iran et l'Arabie saoudite conduisant à des affrontements meurtriers entre ceux-ci[42].

Pakistan[modifier | modifier le code]

La mosquée Faisal, financée par des fonds saoudiens au Pakistan.

Dans le cas du Pakistan, le pays privilégie une position neutre selon le politologue Hasan Askari Rizvi (en) en raison notamment des « difficultés concernant la sécurité intérieure, les tensions régionales avec l'Afghanistan et les relations compliquées avec l'Inde » ; il précise que « l'opinion publique soutient l'idée qu'il est dans l'intérêt du Pakistan de continuer à jouer la carte de la diplomatie, même si la neutralité sera difficile à tenir. »[43].

La question du nucléaire militaire est également envisagée en raison de l'écart entre les capacités de l'Arabie saoudite et de l'Iran ; ce dernier ayant un programme civil avancé et potentiellement, un programme militaire ; les saoudiens pourraient simplement acquérir les capacités militaires auprès de leur partenaire militaire pakistanais[29].

Qatar[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise du Golfe.

La rivalité entre l'Arabie saoudite et le Qatar remonte à l'émancipation de ce dernier dans les années 1990 ; elle s'est accentuée avec le Printemps arabe, au cours duquel le Qatar a appuyé les mouvements liés aux Frères musulmans dans différents pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. De leur côté, les autres membres du Conseil de coopération du Golfe ont préféré soutenir les régimes en place et ont ainsi accusé le Qatar de financer des groupes qu'ils considèrent comme terroristes et notamment des forces paramilitaires tels que le Hamas (bande de Gaza) et le Hezbollah (Liban) ou des groupes politiques dont les intérêts divergent de ceux des saoudiens[44].

Ainsi, en juin 2017, plusieurs pays annoncent la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, dont l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte et des mesures de blocus terrestres et de l'espace aérien autour du Qatar sont mises en place. L'émirat est toutefois soutenu par la Turquie et le qui approuve un déploiement militaire en vertu d'un accord de défense entre les deux pays[45].

Syrie[modifier | modifier le code]

Les ministres de la défense de la Russie, de l'Iran et de la Syrie à Téhéran le 10 juin 2016.

La guerre civile syrienne place indirectement les deux pays en situation de conflit. L'Iran est un allié de longue date du régime Bachar el-Assad et lui fournit un soutien diplomatique et militaire[46]. De son côté l'Arabie saoudite soutient certaines factions rebelles et fait partie de la coalition internationale formée pour défaire l'État islamique dans la région[47]. La Turquie intervient également de son côté, en soutenant d'autres groupes paramilitaires mais selon ses propres intérêts et avant tout pour protéger sa frontière avec la Syrie des groupes à dominante kurde qui ont une influence également sur son territoire. Au sud, le conflit syrien est aussi le théâtre d'affrontements directs entre le Hezbollah libanais, les Gardiens de la révolution iraniens et l'armée israélienne qui occupe le plateau du Golan depuis 1967 ; en 2017 et 2018, les deux groupes s'affrontent principalement par la voie des airs avec des tirs de missiles et de roquettes et des frappes de drones et de avions de chasse[48].

Yémen[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile yéménite.

L'Arabie saoudite s'implique militairement dans la guerre civile du Yémen pour contrer l'influence de l'Iran qui soutient les Houthis opposé au gouvernement élu du pays[49]. Les saoudiens et leurs alliés regroupés au sein d'une coalition internationale panarabe soutiennent à l'inverse le régime en place du président sunnite Hadi. L'intervention est menée avec des moyens aériens, maritimes et terrestres et est accompagnée d'un blocus aérien, terrestre et naval dans lequel Riyad participe activement et directement ; selon l'ONU, après trois ans de conflit, « sept millions de Yéménites sont au bord de la famine et près d’un million de cas de choléra ont été répertoriés »[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les principaux alliés traditionnels de l'Arabie saoudite sont la Jordanie, l'Égypte, le Koweït et les Émirats arabes unis.
  2. Les principaux pays sur lesquels l'Iran appuie sa politique étrangère régionale sont l'Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen ; ces États tampons sont au cœur des tensions entre saoudiens et iraniens.
  3. D'autres pays adoptent généralement une posture bien plus indépendante vis à vis des deux puissances régionales, il s'agit d'Israël, de la Turquie et d'Oman.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arabie saoudite-Iran : la nouvelle guerre froide », Slate,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Creede Newton, « Saudi-Iran proxy wars : In pursuit of regional hegemony », sur Al Jazeera, (consulté le 3 janvier 2018).
  3. Therme Clément, « La nouvelle « guerre froide » entre l'Iran et l'Arabie saoudite au Moyen-Orient », Confluences Méditerranée, no 8,‎ , p. 113-125 (DOI 10.3917/come.088.0113, lire en ligne).
  4. Nadine Picaudou et Aude Signoles, « Guerre froide et conflit israélo-arabe », Encyclopædia Universalis (consulté le 20 novembre 2017).
  5. Béchir Ben Yahmed, « La nouvelle guerre du Moyen-Orient », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  6. Adrien Jaulmes, « Beyrouth, capitale d'une nouvelle guerre froide », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  7. Mikaïl Barah, « Les grandes puissances et le Moyen-Orient : vers une rémanence du facteur américain ? », Revue internationale et stratégique, no 80,‎ , p. 165-173 (DOI 10.3917/ris.080.0165, lire en ligne).
  8. Christophe Bélorgeot, « Géographie du pétrole », Encyclopædia Universalis (consulté le 20 novembre 2017).
  9. Économie de l'Arabie saoudite, étude réalisée par Globaltrade.net.
  10. Encel Frédéric, « Le pétrole du Moyen-Orient est-il géo- politiquement si précieux ? Réflexions autour d'une contestable centralité économique, stratégique et énergétique », Management & Avenir, no 42,‎ , p. 281-292 (DOI 10.3917/mav.042.0281., lire en ligne).
  11. Valentin Germain, « Détroit d’Ormuz, un passage stratégique », Les clés du Moyen-Orient,‎ (lire en ligne).
  12. Matthieu Saab, « L'acheminement des hydrocarbures du Moyen-Orient : les pipelines de la région », Les clés du Moyen-Orient,‎ (lire en ligne).
  13. « Enjeux du pétrole irakien 1990-2011 », sur Les clés du Moyen-Orient (consulté le 1er octobre 2018).
  14. François Nicoullaud, « Les ambitions tranquilles de l'Iran », Orient XXI,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Henry Johnson, « The Saudi-Iran Proxy War », Foreign Policy,‎ (lire en ligne).
  16. Pierre Emmery, « Le conflit sunnite-chiite au Moyen-Orient, une rivalité millénaire ? », Les clés du Moyen-Orient,‎ (lire en ligne).
  17. Louis Imbert, « Qu’est-ce qui oppose les sunnites et les chiites ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  18. a et b Maxime Vaudano, « Quelles sont les différences entre sunnites et chiites ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  19. Gérard-François Dumont, « L'Iran et le croissant chiite : mythes, réalités et prospective », Diploweb,‎ (lire en ligne).
  20. Matthieu Stricot, « Des conflits géopolitiques sous couvert de religion », Le Monde des Religions,‎ (lire en ligne).
  21. Thierry Brugvin, « La guerre du moyen orient est une guerre contre le terrorisme masquant une guerre de religion cachant une guerre économique », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  22. Edouard de Mareschal, « Qui se bat contre qui en Syrie ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  23. Jean-François Drevet, « Le Moyen-Orient en manque d’intégration régionale : perspectives de mobilisations transnationales à partir de l’eau et du pétrole », EchoGéo, Pôle de recherche pour l'organisation et la diffusion de l'information géographique (CNRS UMR 8586), no 25,‎ (ISSN 1963-1197, lire en ligne).
  24. Ninou Garabaghi, « Les organisations internationales et régionales et les révoltes arabes », Académie de Géopolitique de Paris,‎ (lire en ligne).
  25. Cyrille Bret, Florent Parmentier, « Géopolitique du Moyen-Orient : vers une alliance Russie - Arabie saoudite ? », sur Diploweb (consulté le 27 novembre 2017).
  26. « La Chine, nouvel acteur bientôt incontournable au Moyen-Orient », sur France 24 (consulté le 1er octobre 2018).
  27. Sylvia Delannoy, « Géopolitique des pays émergents : des puissances à la conquête du monde ? », sur Notes Géopolitiques (consulté le 27 novembre 2017).
  28. Valentine Deville-Fradin, « La Russie a-t-elle une grande stratégie au Moyen-Orient ? », Politique étrangère, Institut français des relations internationales (IFRI), vol. Été, no 2,‎ , p. 23-35 (ISSN 0032-342X, résumé, lire en ligne).
  29. a et b « Le Moyen-Orient à l'heure nucléaire », sur rapport d'information du Sénat français (consulté le 12 décembre 2017).
  30. « Israël admet pour la première fois avoir attaqué un réacteur nucléaire syrien en 2007 », sur Le Point (consulté le 1er octobre 2018).
  31. « L'Arabie saoudite menace de devenir un état nucléaire : Si l’Iran se permettait d’enrichir l’uranium, nous devrions le faire aussi », sur Les Crises (consulté le 1er octobre 2018).
  32. « Le Moyen-Orient à l'heure nucléaire » (consulté le 1er octobre 2018).
  33. (en) Mark Urban, « Saudi nuclear weapons 'on order' from Pakistan », sur British Broadcasting Corporation, (consulté le 1er octobre 2018)
  34. « Guerre civile au Yémen : pourquoi l'Afghanistan soutient l'Arabie Saoudite », sur Le Huffington Post (consulté le 10 décembre 2017).
  35. Akram Belkaïd, « Bahreïn au cœur de la tourmente, nouveau front dans dans la guerre froide entre Riyad et Téhéran », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  36. Salomé Parent, « Bahreïn, base arrière de l'Arabie saoudite ? », sur La Croix (consulté le 3 décembre 2017).
  37. Hélène Sallon, « Un rapprochement positif entre l'Arabie saoudite et l'Irak », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  38. Gilles Munier, « Iran vs Arabie : prochain affrontement direct dans la région », France-Irak Actualité,‎ (lire en ligne).
  39. El Boujemi Marwa, « La guerre civile libanaise : conflit civil ou guerre par procuration ? 1970-1982 », Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin, vol. 1, no 43,‎ , p. 147-158 (lire en ligne).
  40. « Liban: le Hezbollah, acteur régional et carte maîtresse de l'Iran », sur La Dépêche, (consulté le 1er octobre 2018).
  41. a et b « Démission de Saad Hariri : deux mois après, on en apprend plus sur cet épisode rocambolesque », sur Le JDD (consulté le 1er octobre 2018).
  42. (en) Afp, « Saudi, Iran stoke Sunni-Shia tensions in Nigeria », sur Daily Mail, (consulté le 6 janvier 2018).
  43. « Diplomatie. Tensions Iran - Arabie Saoudite : le Pakistan reste hésitant », sur Courrier international, (consulté le 12 décembre 2017).
  44. Benjamin Barthe, « Crise entre Qatar et Arabie saoudite : Riyad ne veut pas laisser ses vassaux s’émanciper », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  45. « Mis à l'écart, le Qatar compte sur ses soutiens pour sortir de la crise », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  46. Siavosh Ghazi, « Iran : Poutine et Khamenei réaffirment leur soutien à Bachar el-Assad », RFI,‎ (lire en ligne).
  47. (en) Phil Greaves, « Syria : The Army of Islam, Saudi Arabia’s Greatest Export », Global Research,‎ (lire en ligne).
  48. « Pourquoi la Syrie est le théâtre d'affrontements entre Israël et l'Iran », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  49. (en) « Iran's Game in Yemen », sur Businessinsider (consulté le 4 janvier 2016).
  50. « L’ONU réclame à Riyad la fin du blocus au Yémen », sur Le Monde (consulté le 1er octobre 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agnès Levallois et Clément Therme, Iran/Arabie saoudite : une guerre froide, L'Harmattan, , 210 p. (ISBN 9782140013904)
  • Mohammad-Reza Djalili, Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations, Graduate Institute Publications, , 406 p. (ISBN 9782940549313)
  • Olivier Hanne, Les seuils du Moyen-Orient, Éditions du Rocher, , 540 p. (ISBN 9782268091242)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]