Bilad el-Cham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Syrie (région), Palestine, Levant (Proche-Orient) ou Croissant fertile.

Le terme traditionnel arabe Bilad el-Cham (en arabe : بلاد الشام, prononcé Biladu sh-Sham) est un nom donné au Machrek (moins l'Irak). On parle aussi de « Grande Syrie », région qui contient l'équivalent des États actuels de Syrie, Jordanie, Liban, Israël, les territoires palestiniens et une partie sud de la Turquie (parfois à l'exclusion de la région de Djézireh qui comprend le nord-est de la Syrie actuelle).

Étymologiquement, le terme signifie « terre de la main gauche », en référence au fait que pour quelqu'un situé dans le Hijaz et faisant face à l'est (l'ancienne « orientation » des cartes), le nord est sur la gauche (de même le nom Yémen signifie « terre de la main droite »).

La région est parfois définie comme la zone autrefois dominée par Damas, qui fut longtemps une capitale régionale — en fait le mot el-Cham الشام correspond au nom de la ville de Damas en arabe dialectal local.

Le Bilad el-Cham n'est pas un synonyme de « Grande Syrie » ou de « Levant », notamment car la Grande Syrie peut est considérée comme une plus petite région, alors qu'au contraire le Levant peut être prévu comme une région plus étendue. De nos jours, le terme est plutôt utilisé dans un contexte historique. Durant la plus grande part de l'histoire du Moyen-Orient, le Bilad el-Cham a été un ensemble homogène culturellement et économiquement[réf. nécessaire]. À la suite de la Première Guerre mondiale, le territoire qui faisait partie de l'Empire ottoman, est divisé par les Français et les Britanniques et par la suite de nouveaux États sont créés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]