Aller au contenu

Jourdain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jourdain
Illustration
Pont des Filles de Jacob près de Safed.
Carte.
Localisation du Jourdain
Loupe sur carte verte le Jourdain sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 360 km
Bassin 18 000 km2
Bassin collecteur le Jourdain
Débit moyen 16 m3/s
Cours
Source Confluence des rivières Baniyas, Dan et Hasbani
· Altitude 80 m
· Coordonnées 33° 11′ 12″ N, 35° 37′ 09″ E
Embouchure mer Morte
· Altitude −415 m
· Coordonnées 31° 45′ 41″ N, 35° 33′ 30″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche le Yarmouk, la Dan, Nahr ez-Zarqa
Pays traversés Drapeau du Liban Liban
Drapeau de la Syrie Syrie
Drapeau d’Israël Israël et Drapeau de la Palestine Palestine
Drapeau de la Jordanie Jordanie

Sources : GeoNames, OpenStreetMap

Le Jourdain (en arabe : نهر الأردن, Nahr al-Urdun, qui veut dire descendre, en hébreu ירדן Yarden, mais aussi נהר הירדן, Nehar haYarden qui veut dire la « rivière de la peine, du jugement ») est un fleuve du Moyen-Orient qui s'écoule sur 360 km du mont Hermon au Liban jusqu'à la mer Morte. Sa vallée est la plus basse du monde, puisqu'il se jette dans la mer Morte à l'altitude de 421 mètres sous le niveau des océans. La Jordanie et les hauteurs du Golan bordent le fleuve à l'est, tandis que la Cisjordanie et Israël se trouvent à l'ouest.

Le Jourdain a donné son nom à la Jordanie, à la Cisjordanie et aux villes françaises de L'Isle-Jourdain (Gers)[1] et de L'Isle-Jourdain (Vienne).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le Jourdain a un cours supérieur qui va depuis ses sources dans les montagnes libanaises, sur le flanc occidental de l'Hermon, jusqu'au lac de Tibériade, et un cours inférieur, au sud du lac de Tibériade, qui va jusqu'à la mer Morte. L'expression vallée du Jourdain est réservée au cours inférieur, alimenté par les fleuves Yarmouk et Nahr ez-Zarqa.

Sur son cours supérieur (alimenté par la rivière Hasbani, la rivière Baniyas, la rivière Dan et le ruisseau Ayoun), la rivière descend depuis Hâsbayâ au Liban[2]rapidement sur une distance de 75 kilomètres jusqu'au lac Houla autrefois grand et marécageux, qui est légèrement au-dessus niveau de la mer. En quittant le lac maintenant très diminué, il traverse une chute encore plus raide sur les 25 kilomètres jusqu'au lac de Tibériade, dans laquelle il pénètre à son extrémité nord. Le Jourdain dépose une grande partie du limon qu'il transporte dans le lac, qu'il laisse à nouveau près de sa pointe sud au barrage de Degania. À cet endroit, la rivière est située à environ 210 mètres sous le niveau de la mer. La dernière section de 120 kilomètres suit ce que l'on appelle communément la « vallée du Jourdain », qui a moins de pente (la chute totale est encore de 210 mètres) de sorte que la rivière serpente avant d'entrer dans la mer Morte, un lac terminal à environ 422 mètres sous le niveau de la mer sans issue. Deux affluents majeurs entrent par l'est au cours de cette dernière section : la rivière Yarmouk et la rivière Nahr ez-Zarqa.

Sa section au nord du lac de Tibériade se trouve à l'intérieur des frontières d'Israël et forme la limite occidentale des hauteurs du Golan. Au sud du lac, il forme la frontière entre Israël et la Jordanie et celle entre la Cisjordanie et la Jordanie.

Affluents[modifier | modifier le code]

Les cours d'eau qui se rejoignent pour créer le Jourdain dans son bassin supérieur sont, d'ouest en est :

  • Ayoun (hébreu : עיון), nom arabe : pour le cours le plus élevé et براغيث Bareighith ou Beregeith, pour le reste de son cours دردره Dardara, un ruisseau qui coule de la région de Marjayoun au sud du Liban.
  • Hasbani (arabe : الحاصباني Hasbani ; hébreu : soit שניר Snir ou Hatzbani), un ruisseau qui coule du pied nord-ouest du mont Hermon au Liban[3],[4], avec un débit de 118 millions de m3 par an[5].
  • Dan (en arabe : اللدان Leddan ou Liddan ; en hébreu : דן Dan), le plus grand parmi les affluents du cours supérieur du Jourdain avec environ 240-252 millions de mètres cubes par an, environ deux fois plus que le Hasbani ou le Banias[4],[5], un ruisseau dont la source est également à la base du mont Hermon[6],[4].
  • Baniyas (arabe : بانياس Banias , hébreu : soit Banias soit חרמון Hermon)[6],[4], une rivière provenant d'une source au pied du mont Hermon , avec un débit de 106 millions de m3 par an[5], et
    • Wadi el-'Asl ou Assal (arabe) / Nahal Assal (hébreu) comme son principal affluent[4],[7].

Au sud du lac de Tibériade, le Jourdain reçoit les eaux d'autres affluents, dont les principaux, tous deux venant de l'est (de la Jordanie), sont :

  • Yarmouk , le plus grand affluent du cours inférieur du Jourdain, qui forme la frontière entre la Syrie et la Jordanie puis la Jordanie et Israël[8],[9]
  • Nahr ez-Zarqa[9] le deuxième plus grand affluent du bas Jourdain.

Les plus petits affluents ou « oueds latéraux » / « cours d'eau latéraux » dans ce segment sont, du nord au sud [8]

  • de l'est (6–10 au total)[8]
    • Wadi al-'Arab[9]
    • Oued Ziqlab[9]
    • Wadi al-Yabis[9]
    • Wadi Kafranja[9] ou Kufrinjah passant près de Ajloun
    • Wadi Rajib, le dernier avant Wadi Zarqa[9]
    • Oued Nimrin[9]
  • de l'ouest
    • Nahal Yavné'el[9]
    • Nahal Tavor (rivière Tabor)[9]
    • Nahal Yissakhar[9]
    • Nahal Harod[9]
    • Nahal Bezeq, à la frontière entre Israël et la Cisjordanie, entre le mont Gilboa et les montagnes de Samarie[9]
    • Wadi el Maleh depuis les montagnes de Samarie[9]
    • Wadi al-Far'a venant de la région de Naplouse[9]
    • Wadi Auja[9] (arabe) ou Nahal Yitav (hébreu)
    • Wadi Qelt descendant des montagnes de Judée et passant par Jéricho[9]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses ont été avancées concernant l'origine de la plupart des noms de la rivière dans les langues modernes (par exemple, Jourdain, Yarden, Urdunn), l'une est que le nom vient du sémitique 'Yard | on' 'couler en descendant' <√ירד reflétant la déclivité de la rivière ; la racine apparaît peut-être également dans d'autres noms de rivières de la région tels que Yarkon et Yarmouk, ou peut être liée au mot d'emprunt égyptien «yǝʾor» («grand fleuve», le Nil)[10]. Selon cette hypothèse, "Den" pourrait être lié au mot akkadien dannum qui signifie "puissant"[11]. Des mots apparentés à cette racine se trouvent en araméen , hébreu, et d'autres langues sémitiques[12]. La première utilisation enregistrée du nom apparaît comme Yārdon dans le papyrus Anastasi I, un ancien papyrus égyptien qui date probablement de l'époque de Ramsès II[13]. Les premières chroniques arabes faisaient référence à la rivière sous le nom d' Al-Urdunn[14].

En mandéen , le terme étymologiquement lié Yardena (mandéen classique : ࡉࡀࡓࡃࡍࡀ) peut se référer non seulement au Jourdain, mais aussi à tout autre plan d'eau qui coule qui peut être utilisé pour les rituels baptismaux mandéens (masbuta)[15].

Après les croisades, le nom arabe Nahr Al Sharieat (arabe : نهر الشريعة), littéralement "l'abreuvoir", a commencé à être utilisé[14] et a été enregistré par des géographes médiévaux tels qu'Abu'l-Fida et Al-Dimashqi[14]. Bien que les sources historiques ne semblent pas faire cette distinction, il est évoqué dans certaines sources modernes comme le nom de la partie de la rivière avant qu'elle ne se jette dans le Lac de Tibériade ou mer de Galilée[16].

Aménagements[modifier | modifier le code]

Depuis 1964, Israël pompe l'eau du Jourdain et l'achemine au moyen d'un canal appelé Aqueduc national jusqu'au désert du Néguev dans le sud du pays. L'utilisation toujours plus intensive de l'eau du Jourdain à des fins d'irrigation par Israël est à l'origine d'une diminution importante de son débit[17]. Entre 1953 et 2002, le débit du Jourdain à l'endroit où il se jette dans la mer Morte a été divisé par huit, passant de 1 250 m3 à un débit situé entre 160 et 200 m3[17]. Cette diminution est une des causes principales de la réduction de la superficie de la mer Morte, laquelle a perdu près du tiers de sa surface au cours des cinquante dernières années.

La poursuite de cette diminution pose un risque majeur, tant écologique que géostratégique, dans une région à l'histoire déjà agitée[18].

Pollution[modifier | modifier le code]

Une petite section de la partie la plus septentrionale du Jourdain, les premiers 3 kilomètres sous la mer de Galilée, a été préservée pour le baptême et le tourisme local. Le tronçon le plus pollué est le tronçon de 100 kilomètres en aval, un cours d'eau sinueux depuis le point de confluence avec la rivière Yarmouk jusqu'à la mer Morte. Selon les écologistes, la pratique consistant à laisser couler les eaux usées dans la rivière a presque détruit l'écosystème du Jourdain. Le sauvetage du Jourdain pourrait prendre des décennies[19]. En 2007, FoEME a désigné le Jourdain comme l'un des 100 sites écologiques les plus menacés au monde, en partie en raison du manque de coopération entre Israël et les États arabes voisins[20].

Religion[modifier | modifier le code]

Le Jourdain est mentionné plusieurs fois dans la Bible. C'était un lieu important pour les prophètes de l'Ancien Testament (le Tanakh). C'est l'une des limites de la Terre promise aux Hébreux menés par Moïse[21].

Selon les évangiles synoptiques, Jésus-Christ a été baptisé par Jean le Baptiste dans les eaux du Jourdain. Le fleuve est ainsi devenu un lieu de pèlerinage pour les chrétiens.

Le fleuve reflète une telle importance au sein du mandéisme, que le terme « Jourdain » est le nom que cette religion donne à tous les cours d'eau qui servent à leurs rites baptismaux.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, des archéologues jordaniens ont pu repérer l'endroit probable où les chrétiens localisaient le baptême du Christ. Ils ont mis au jour les vestiges de trois églises. L'une d'entre elles comportait un escalier qui descendait dans l'eau[22].

Dates clés[modifier | modifier le code]

Carte de Madaba, du VIe siècle, représentant le Jourdain avec l'indication de Bethabara et l'embouchure dans la mer Morte.
Le Baptême du Christ, par Cima da Conegliano.
  • -1355-1200 avant notre ère : « Josué dressa aussi douze pierres au milieu du Jourdain, à la place où s'étaient arrêtés les pieds des sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance. » Josué 4:9[source insuffisante]
  • 1947 : depuis le plan de partage de la Palestine de l'ONU, la rivière est un enjeu politique. Après la guerre de 1947 - 1949, l'État hébreu en occupe les sources.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Rivière, « Remotivation de l’article médiéval EN Spécificité de la Région Occitanie », SHS Web of Conferences,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. André-Marie Gérard : Dictionnaire de la Bible ; Robert Lafont (Bouquins) ; 1989
  3. Essays in Political Geography, Routledge, (ISBN 9781317605287, lire en ligne [archive du ]), p. 260
  4. a b c d et e Mark Zeitoun, Karim Eid-Sabbagh, Muna Dajani, Michael Talhami, « Hydro-political Baseline of the Upper Jordan River », Beirut, Association of the Friends of Ibrahim Abd el Al (AFIAL) with the UEA Water Security Research Centre, (consulté le ), p. 19–23, chapter Sources of the Jordan (2.1)
  5. a b et c Alon Rimmer et Salingar, « Modelling precipitation-streamflow processes in karst basin: The case of the Jordan River sources, Israel », Elsevier, vol. 331, nos 3–4,‎ , p. 527–528 (DOI 10.1016/j.jhydrol.2006.06.003, Bibcode 2006JHyd..331..524R, lire en ligne, consulté le ) :

    « Rainfall and snowmelt of Mt. Hermon recharge the main tributaries of the UCJR: (1) Dan (252 x 106 m3 annually); (2) Snir also known as Hatzbani (118 x 106 m3); and (3) Hermon also known as Banias (106 x 106 m3) (Table 2 and Fig. 2). »

  6. a et b Jordan River, Carta Jerusalem, accessed 82020
  7. Zeitoun, Mark et al. (2012), p.36
  8. a b et c The Food and Agriculture Organization (FAO)] of the United Nations, Jordan Basin, based on 2009 "Water Report 34", accessed 18 April 2020
  9. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Gafny, S. et al. (2010), Map of the Lower Jordan River, retrieved 14 April 2020
  10. (en) Pauli Ensio Juhani Rahkonen, « "Canaanites" or "Amorites"? A Study on Semitic toponyms of the second millenium BC in the Land of Canaan », Studia Orientalia Electronica, vol. 4,‎ , p. 108–130 (ISSN 2323-5209, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  11. Gelb, I. J. (1973). Glossary of Old Akkadian. University of Chicago Press.
  12. Watson E. Mills et Roger Aubrey Bullard, Mercer Dictionary of the Bible, Mercer University Press, , 466–467, 928 (ISBN 9780865543737, lire en ligne [archive du ])
  13. Shmuel Aḥituv, Canaanite toponyms in ancient Egyptian documents, Magnes Press, (ISBN 9789652235657, lire en ligne [archive du ]), p. 123
  14. a b et c Guy Le Strange, Palestine Under the Moslems: A Description of Syria and the Holy Land from A. D. 650 To 1500, Alexander P. Watt for the Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne [archive du ]), 52
  15. Jorunn Jacobsen Buckley, The Mandaeans: ancient texts and modern people, New York, Oxford University Press, (ISBN 0-19-515385-5, OCLC 65198443)
  16. The Development of the Jordan River, Arab Information Center, (lire en ligne), p. 2 :

    « The River is composed of two important sections, the al-Sharea and the Jordan. The al-Sharea River, which is the name of the Jordan before it enters Lake Tiberias, descends from a height of 230 feet above sea level to Tiberias »

  17. a et b Katarina Csefalvayova, « Eau, conflit, coopération », sur CERISCOPE, (consulté le )
  18. « L'apocalypse du fleuve Jourdain » (consulté le )
  19. Ramil Plushnick-Masti, « Raw Sewage Taints Sacred Jordan River », The Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  20. "Endangered Jordan", Dateline World Jewry, World Jewish Congress, September, 2007
  21. Nombres 34,1-12
  22. (fr) Joan Marie, « Jésus : le vrai lieu du baptême ? », sur lexpress.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]