Benjamin Sulte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Sulte
Description de cette image, également commentée ci-après

Benjamin Sulte.

Naissance
Trois-Rivières (Drapeau : Québec Québec)
Décès (à 81 ans)
Ottawa (Drapeau de l'Ontario Ontario)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Les Laurentiennes (1870)

Benjamin Sulte (pseudonymes Joseph Amusart et Félix Pilote), né le 17 septembre 1841 à Trois-Rivières (Québec) et décédé le 6 août 1923 en Ontario), est un journaliste, traducteur, essayiste, poète, critique littéraire, militaire et historien québécois et franco-ontarien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Buste à l’effigie de Benjamin Sulte, Trois-Rivières.

Né à Trois-Rivières, il reçoit son instruction chez les Frères des écoles chrétiennes mais doit quitter l'école à l'âge de dix ans en raison du décès de son père quatre ans plus tôt.

Autodidacte, il s'intéresse à la littérature tout en occupant plusieurs métiers.

Lorsqu'éclate l'affaire du Trent, il s'engage dans l'infanterie pour éviter une possible invasion américaine. Sergent-major puis capitaine des milices, il a reçu une formation militaire au collège de Québec.

De 1860 à 1867, il est journaliste au Canada, remplaçant Elzéar Gérin, mais devient ensuite traducteur officiel à la Chambre des communes du Canada.

En 1871, il épouse Augustine Parent, fille d'Étienne Parent, alors sous-secrétaire d'État pour le Canada. Il est le beau-frère du poète et bibliothécaire Antoine Gérin-Lajoie.

Benjamin Sulte est très dévoué à l'étude de l'histoire du Canada, une passion qui le domina pendant toute sa vie professionnelle. Son ouvrage le plus connu est son Histoire des Canadiens-français, publié en 1882.

Réputé libéral, il dressa un portrait peu flatteur des jésuites, de François de Laval et d'Octave Crémazie, ce qui lui valut des reproches. Il critiqua certains aspects du nationalisme canadien-français.

Sulte était néanmoins l'auteur le plus prolifique de son temps avec environ 3 500 articles rédigés. Il laissa quelques vers poétiques dans Les Laurentiennes et Les chants nouveaux, écrits en 1870 et en 1876.

Entré au Ministère de la Défense en 1870, il accède au poste de commis en chef en 1889. Il prend sa retraite en 1902, mais la fin de sa vie est marquée par des difficultés, ayant vécu une dure séparation avec sa femme. Il mourut à Ottawa en 1923.

Thématique et esthétique[modifier | modifier le code]

Les écrits de Benjamin Sulte font partie du mouvement des fonctionnaires québécois de la littérature franco-ontarienne[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Couverture du Tome I de l'Histoire des Canadiens-Français (1882).
Historiettes et fantaisies.
  • Les Laurentiennes (1870)
  • Histoire de la ville des Trois-Rivières et de ses environs (1870)
  • L'expédition militaire de Manitoba, 1870 (1871)
  • Le Canada en Europe (1873)
  • Les Chants nouveaux (1876)
  • Mélanges d'histoire et de littérature (1876)
  • Chronique trifluvienne (1879)
  • Album de l'histoire des Trois-Rivières (1881)
  • La poésie française au Canada (1881)
  • Situation de la langue française au Canada : origines, modifications, accent, histoire, situation présente, avenir (1885)
  • Histoire de Saint-François-du-Lac (1886)
  • Histoire des Canadiens français, volumes 1 à 8 (1882-4) : Vol IVol IIVol IIIVol IVVol VVol VIVol VIIVol VIII
  • Histoire de la milice canadienne française (1897)
  • La langue française au Canada (1898)
  • La Bataille de Châteauguay (1899)
  • Pages d'histoire du Canada (1891)
  • Historiettes et fantaisies (1910)

Revues et journaux[modifier | modifier le code]

Organisations[modifier | modifier le code]

Correspondances[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaétan Gervais (dir.) et Jean-Pierre Pichette, Dictionnaire des écrits de l'Ontario français : 1613-1993, Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, , 1097 p. (ISBN 978-2-7603-0757-5), p. 1004.
  2. René Dionne, Histoire de la littérature franco-ontarienne, des origines à nos jours Les origines françaises (1610-1760). Tome I Les origines franco-ontariennes (1760-1865), 1997. Tome II. La littérature des fonctionnaires (1865-1910), 2000.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]