Roisey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roisey
Roisey
La mairie de Roisey en avril 2015.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Le Pilat
Intercommunalité Communauté de communes du Pilat rhodanien
Maire
Mandat
Josette Verney
2014-2020
Code postal 42520
Code commune 42191
Démographie
Gentilé Roisaire
Population
municipale
903 hab. (2015 en augmentation de 2,5 % par rapport à 2010)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 18″ nord, 4° 40′ 22″ est
Altitude Min. 390 m
Max. 1 343 m
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Roisey

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Roisey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roisey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roisey
Liens
Site web roisey.fr

Roisey est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune s'étage d'est en ouest de l'altitude 385 m vers la Tronchia sur le Piémont Rhodanien pour s’élever à 1 362 m au crêt de l'Oeillon en passant par le site des Trois Dents. Le territoire communal s'étend donc dans les reliefs collinaires et montagneux surplombant la rive droite du Rhône, au nord-ouest de la gorge de Malleval. Le nom de Roisey serait hérité de l'ancien français roisté, signifiant « escarpé »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Roisey est une commune du Pilat. Elle fait partie du parc naturel régional du Pilat.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Roisey est, à l'instar de nombreuses communes rurales, formée d'un gros bourg centré sur l'église et de nombreux hameaux plus petits voire, pour certains assez importants puisque presque aussi peuplés que le bourg.

Le hameau du Briat[modifier | modifier le code]

Le hameau de Sagnemorte[modifier | modifier le code]

Le hameau de La Rivory[modifier | modifier le code]

Le hameau de Brossin[modifier | modifier le code]

Liste de tous les hameaux de Roisey[modifier | modifier le code]

Panneaux d'indication de quelques hameaux du village.

A

  • L'Aucize

B

  • Le Bois haut
  • Le Bois bas
  • Berger
  • Le Bassey
  • Le Buisson Barbier
  • Le Briat
  • Balaya
  • Le Bourbouray
  • Brossin

C

  • Chevalet
  • Les Combes
  • Le Crêt
  • Caillat
  • Chavardet
  • Champlat
  • La Combe
  • Les Chandelettes
  • La Croix des rameaux
  • Aux Combettes
  • Couroulle
  • La Chaux de Brossin

F

  • La Fory
  • Font-Chana

G

  • Goutasson
  • Les Grands Champs
  • La Gagogne
  • La Garde
  • La Gare
  • Le Grand Noé

M

  • Martouret
  • Les Martines

O

  • Les Ollagnières

P

  • Pataud
  • Plan du Bief
  • Pinois
  • Les Plâtres
  • La Petite Fory
  • Le Pont-Jacquet

R

  • La Rivory

S

  • Sagnemorte

T

  • La Tronchia

V

  • Le Vivier

Topographie, géologie et reliefs[modifier | modifier le code]

La commune de Roisey peut se diviser grossièrement en deux entités paysagères, climatiques et remarquables distinctes : le piémont rhodanien et le relief des crêts.

Le Piémont Rhodanien[modifier | modifier le code]

Le Piémont rhodanien, comme illustré ici, présente une agriculture diversifiée.

Il s'agit d'un espace identitaire du Parc composé de 3 secteurs distincts mais la transition entre ces secteurs n'est pas franche. Cette diversité constatée lui confère un caractère particulier qui le différencie et qui ne se retrouve nulle part ailleurs dans le Pilat. L’intérêt principal réside dans la déclinaison des différentes structures paysagères (prés-bois, bocage, vignobles, vergers, prairies, pâturages…). Chacun des secteurs à des particularités agricoles, naturelles et culturelles différentes mais les différences culturelles tendent à s'effacer du fait de la plus grande mobilité des personnes de nos jours.

On retrouve au Nord, le plateau des Haies entre Loire-sur-Rhône et La Chapelle-Villars avec un paysage agricole et forestier. Au centre, entre La Chapelle-Villars et Pélussin se trouve le plateau de Chuyer dans lequel l'agriculture est très présente et le système bocager encore lisible. Au Sud, entre Pélussin et Saint-Appolinard s'étend le plateau de Maclas, aussi appelé le Pélussinois qui présente des paysages ouverts et où l'imbrication des cultures et le caractère très habité du secteur lui confère un certain dynamisme. Dans la suite de cette section, nous traiterons plus particulièrement du secteur du Pélussinois car c'est celui dans lequel se trouve la commune de Roisey.

Ravins rhodaniens.

Véritable balcon sur la vallée du Rhône, le Piémont pélussinois est la partie du territoire la plus méridionale, celle où l’influence méditerranéenne se fait le plus ressentir. Depuis ce territoire, les vues sur la chaîne des Alpes, sur une grande partie de la basse vallée du Rhône mais aussi sur l’agglomération lyonnaise, sont saisissantes. Ce secteur est le plus touché par une urbanisation très importante, et ces évolutions récentes peuvent s’avérer problématiques (risque de suppression des respirations entre villages, perte de lisibilité des bourgs, fragmentation des espaces agricoles, privatisation des vues, banalisation des paysages ...). Le Parc cherche donc à maintenir des prairies naturelles et un réseau bocager pour faire des coupures d'urbanisation et sauvegarder la qualité des milieux naturels notamment l'écosystème particulier des ravins rhodaniens[2].

Ferme traditionnelle du Pélussinois.

Au XIXe siècle, le paysan du Piémont rhodanien pratiquait la polyculture : arboriculture, élevage, viticulture. La ferme avait une forme variable mais on y retrouvait toujours la cave, l'étable et le hangar à fruits. Au printemps, on travaille la vigne. En automne, la dégustation du premier vin est l'occasion de la fête des Pressailles. Aujourd'hui, le Pélussinois reste une terre de polyculture même si les paysans se sont spécialisés : ils sont arboriculteurs ou éleveurs, ou viticulteurs. Une nouvelle forme d'unité agricole est apparue : la coopérative. Le Pélussinois produit toujours du lait, des fruits et du vin, mais chaque agriculteur s'est spécialisé selon les ressources locales pour vivre de son exploitation. Sur Roisey, l'agriculture est présente surtout à l'Est car le territoire communal est pour une grande part essentiellement forestier, les prairies pour faire du foin reste la plus grande partie de l'activité agricole bien que la culture de la pomme devienne importante lorsque l'on se rapproche de la commune de Bessey.

Les crêts[modifier | modifier le code]

Cette zone centrale est le lieu où s'affirme l'identité montagnarde du massif du Pilat. Il s'agit de la ligne sommitale du Parc dont le plus haut, le crêt de la Perdrix, culmine à 1 432 m. Cette ligne est entrecoupée de nombreux cols (col du Planil, croix de Chaubouret, col de l'Oeillon, col de la Croix de Montvieux, collet de Doizieux…) qui invitent à aller voir ce qui se passe sur l'autre versant.

La végétation sur les crêts est changeante : les espaces sont alternativement fermés sur des ambiances de sous-bois, puis totalement tournés vers le panorama des landes sommitales dégagées (ex. : la prairie de la Jasserie au pied du crêt de la Perdrix sur la commune de la Valla-en-Gier).

Chirat dans le Pilat.

Les chirats sont une caractéristique spécifique à ce secteur. Les chirats (appellation locale rappelant d’autres termes comme cheire, clapier, clapas…, fréquemment employés dans le Massif central pour désigner des rochers ou chaos de rochers) désignent les amas rocheux qui parsèment les pentes sommitales du massif du Pilat. Ils sont essentiellement issus de la dégradation de roches métamorphiques, telles que le gneiss et les leptynites. Réduits souvent à de simples éboulis, les chirats présentent le plus souvent des formes à la dynamique complexe, avec distinction de deux hypothèses, la deuxième étant la plus affirmée, sur l’origine de leur formation :

  • exhumation des blocs rocheux de l’arène granitique
  • éclatement des roches sous l’effet « gel-dégel » à l’époque du péri-glaciaire (il y a environ 100 000 ans), suivi du glissement sur les pentes, de l’ensemble du chirat qui peut être considéré alors comme un « glacier rocheux »
Les Crêts.

Constitués de blocs nus, non enchâssés dans une matrice de particules plus fines, les chirats constituent des terrains peu favorables à l’installation des végétaux supérieurs. Seules les communautés lichéniques arrivent à coloniser ces milieux. En dehors du Parc et du nord de l’Ardèche, on ne rencontre de telles formations qu’aux États-Unis, dans le massif des Appalaches, où ils sont connus sous le nom de blockfields.

Cette entité paysagère emblématique est menacée. En effet, la baisse des pâturages et de l'agriculture sur la ligne de crêts entraîne une colonisation par la végétation et une obstruction du panorama. Le parc du Pilat s'est donné pour mission de maintenir les cols « ouverts » pour ainsi favoriser le maintien des prairies sommitales, réservoirs de biodiversité. De plus, ce phénomène de colonisation par la végétation touche aussi les petits chirats qui peuvent même disparaître. Le Parc s'est donc engagé à maintenir les petits chirats qui abritent notamment des espèces d'intérêt patrimonial, comme le carabe des Chirats ou la sabline fausse-mousse.

Climat[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

De nombreux ruisseaux sont situés sur la commune, les deux plus importants étant le Beautin et le Sagnemorte.

Le ruisseau de Sagnemorte prend sa source dans le bois du Trêve non loin du hameau de Sagnemorte. Il sort du bois au niveau du hameau de Pinois et poursuit sa course à travers champs, il passe au nord du bourg et passe sous la D34. Il continue jusqu'au hameau de la Gagogne, puis il se jette dans le ruisseau du Beautin.

Le ruisseau du Beautin est le plus long des deux ruisseaux. Il prend sa source dans le bois des Cévennes au niveau d'une ferme du hameau de Goutasson. Il passe au niveau du grand hameau de La Rivory puis entre les hameaux de La Petite Fory et de Beautin, avant de rencontrer le ruisseau de Sagnemorte au niveau du grand hameau du Briat. Il continue ensuite son cours et quitte la commune au niveau du hameau du Pont-Jacquet. Il prend ensuite le nom de ruisseau du Moulina à Bessey puis de ruisseau de l'Épervier à Malleval pour se jeter dans le Batalon.

On trouve également au Nord-Est de la commune, dans une zone exclusivement forestière, la source du ruisseau de Bassin, qui quitte très rapidement le territoire de la commune et va se jeter dans le ruisseau de la Scie pour former le Régrillon, qui passe sous le viaduc de Pélussin.

Qualité de l'air[modifier | modifier le code]

En septembre 2016, sur un panel de 315 villes françaises, Roisey est déclarée la moins polluée avec un taux de particules fines de 4 microgrammes de particules fines par mètre cube en moyenne par an, selon un rapport publié par l'OMS[3] en utilisant un nouveau modèle de qualité de l'air[4].

Évolution de la commune[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Roisey devient un prieuré bénédictin dès le XIe siècle et le prieuré de Saint-Pancrace est sécularisé en 1612.

Avant les bouleversements engendrés par la Révolution française, la commune est rattachée à l'archiprêtré de Condrieu, partie intégrante du diocèse de Vienne[5]. D'après Thiollier, la construction de l'église se serait déroulée vers 1860 sous l'égide de l'architecte lyonnais Tisseur[6], mais Pierre Dumas précise qu'« elle a été construite en 1760 et reconstruite en 1864 »[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Michèle Perez UDF puis MoDem  
avril 2014 en cours Josette Verney[8] Aucun attachement politique  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 903 habitants[Note 1], en augmentation de 2,5 % par rapport à 2010 (Loire : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720676798716808784695772822
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
847810801760760728753708671
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
648640617547554558498481450
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
413433453517626698831850869
2013 2015 - - - - - - -
882903-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

On constate depuis le début du XXIe siècle, une nette augmentation du nombre d'habitants résidant sur la commune de Roisey. Cette augmentation est en partie due à une nouvelle dynamique de migration qui est celle de la venue de personnes dites « néo-rurales ». Il s'agit d'individus, le plus souvent des couples avec enfants, qui viennent s'établir dans les zones rurales en périphérie des grandes métropoles pour bénéficier d'un meilleur cadre de vie. Dans le cas de la commune de Roisey, cet afflux de citadins en quête de paysages plus naturels a notamment insuffler une nouvelle dynamique dans le village. En effet, bien que, comme c'est souvent le cas dans la couronne périurbaine, la commune fasse office de « village dortoir », les personnes actives allant travailler dans les grands centres urbains, les enfants permettent notamment de faire fonctionner l'école communale et de nombreux services de la commune se trouvent dynamisés par cet afflux de personnes actives.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le col de l'Oeillon[modifier | modifier le code]

Le col de l'Oeillon est un des reliefs du Pilat. Situé à 1 233 m d'altitude, il se poursuit à l'Ouest par la formation rocheuse des Trois-Dents. Plus au sud, en contrebas, se dessine le col du Gratteau où se trouve un belvédère offrant un panorama sur la vallée du Rhône et les Alpes en arrière-plan. Le col de l'Oeillon est partagé entre Véranne et Roisey et une route permet d'accéder au crêt de l'Oeillon, un des grands sommets du Pilat qui culmine à 1 370 m d'altitude. À son sommet, une antenne a été installée.

Les carrières du Jarry[modifier | modifier le code]

Vue de l'entrée de la Halle Tony Garnier.

Ouvertes en 1865, les carrières du Jarry produisent des pierres de taille en granit destinées à la construction de routes, de grands bâtiments et d'églises. Leur inauguration a donné lieu au premier feu d'artifice de la région. Elles ont notamment servi à construire les églises de Roisey, de Maclas et Pélussin, le viaduc de Pélussin, le monument Gaston Baty à Pélussin, l'école de Bessey et le château de Château-Grillet[13],[14]. En 1870, la croix de l'Œillon est taillée dans le granit de la carrière et est transportée par des bœufs jusqu'au sommet. Cette croix est érigée en limite des communes de Roisey, Pélussin, Véranne et Doizieux[13].

La commande la plus célèbre reste celle de l'architecte Tony Garnier qui, en 1909, commanda un million de pavés pour bâtir les Abattoirs de Lyon qui deviendront plus tard la « Halle Tony Garnier »[15]. Ces pavés seront transportés par le « Tacot » — aussi appelé la « Galoche » —, surnom donné au train qui empruntait l'unique voie ferrée du canton, aujourd'hui détruite mais dont il reste d'importants vestiges dont le viaduc de Pélussin[14]. En 1925, à l'apogée des carrières, ce ne sont pas moins de 96 ouvriers qui y travaillent, pour la plupart des immigrés italiens. Leur principal outil est le « têtu », une sorte de massette. Ils utilisaient également des burins et des barres à mine qu'il fallait aiguiser régulièrement. Pour déplacer les pavés, on utilisait le plus souvent la traction animale mais également des installations fixes comme le wagonnet sur rail[13].

Elles ont fermé au cours de la seconde moitié du XXe siècle, notamment à cause de la concurrence exercée par les carrières de Saint-Julien-Molin-Molette. Par la suite, elles ont été « rouvertes » par un groupe de passionnés qui ont œuvré à leur nettoyage et à leur remise en valeur. Elles sont accessibles au grand public de manière libre et gratuite, et quelques vestiges de la « grande époque » comme des wagonnets y sont exposés. Elles sont également utilisés par l'association roisaire « Pierre qui Roule » qui y organise la « Fête de la Noisette » tous les étés.

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Roisey est, au XIIe siècle, composé de la paroisse locale de Notre-Dame et de celle de Saint-Jean à Bessey. Tombé à l'abandon au fil du temps, il passe entre les mains de différents propriétaires sous la période révolutionnaire jusqu'à qu'il soit racheté par la commune pour être restauré[16].

Le refuge du Dentillon[modifier | modifier le code]

Installé sur une éminence rocheuse, la cabane sert d'abri pour les passants. Ce refuge, « qui offre un point de vue exceptionnel sur les Alpes », a fait l'objet d'une restauration par la commune de Roisey en 1984[17].

La gare de Roisey[modifier | modifier le code]

La gare est construite lors du prolongement de la ligne reliant Saint-Héand à Pélussin. Le projet est lancé en 1913 et débute en 1915 par la construction du viaduc de Pélussin, le but étant de poursuivre la ligne jusqu'à Maclas.

Cette ligne, gérée par la société des Chemins de fer départementaux de la Loire (CFDL), est arrêtée en 1932 principalement en raison du faible trafic et de la concurrence qu'ont commencé à exercer de nouveaux moyens de transport comme l'automobile.

L'Arboretum[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pancrace[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pancrace.

Il s'agit d'une église de style néo-gothique qui se situe en plein cœur du bourg de Roisey. Elle possède un clocher en bâtière d'une hauteur de 26 m sur la façade duquel trône une horloge installée par la mairie de Roisey durant la première moitié du XXe siècle. Elle fut construite en 1760 puis reconstruite en 1864[18]. De nombreux vocables furent utilisés pour la dénommer tels que Sainte-Marie, puis Saint-Pierre et enfin Saint Pancrace en référence à un martyr décapité au IVe siècle de notre ère.

I42191 jmr Aout 2013 5 03.jpg

Elle abrite également la pierre tombale de François Peyron , curé de Condrieu et prieur de Roisey, décédé en 1769. La commune a accueilli un prieuré bénédictin dès le XIe siècle et ce dernier fut sécularisé en 1612. L'église Saint-Pancrace fait désormais partie de la paroisse « Sainte-Marie entre Rhône et Pilat »[19].

L'église n'est utilisée que quelques jours par mois du fait de la diminution du nombre de prêtres et des rotations du curé dans toutes les églises de la paroisse. L'intérieur de l'église fut entièrement restauré en 2012 et on peut aujourd'hui admirer les plafonds richement ornés et les vitraux très recherchés qui sont visibles de l'extérieur de l'église.

Fonts baptismaux.
Chaire à prêcher.
Vitraux.


Liste des curés successifs
Noms/Prénoms Période Observations
André Tavernier Curé en 1794
Cuilleron 1805-
Louis Rambaud 1885-1889
Mathieu Verchery 1889-1906
Auguste Chopelin 1906-1921 Puis curé de l'Horme
Germain Peyron 1921- Ex-curé de Saint-Cyr-les-Vignes

La chapelle de la Croix des Rameaux ou la chapelle Rambaud[modifier | modifier le code]

Elle fut construite en 1887 par le curé Rambaud qui voulait en faire un lieu de pèlerinage. Elle comporte une façade classique de 16 m de longueur pour 6 m de largeur surmontée d'une statue moderne de la Vierge. De plus, elle est dotée d'une abside arrondie.

La chapelle Saint-Antoine[modifier | modifier le code]

Les Trois-Dents[modifier | modifier le code]

Le Pic des Trois-Dents.

Culminant à 1 213 mètres, et formant une crête de quatre à cinq pics (dont trois principaux d'où leur appellation) les Trois Dents forment un ensemble magnifique au sud-est du crêt de l'Œillon. Elles forment un promontoire qui s'avance vers l'Est en direction de la vallée du Rhône. Des chemins de randonnées balisés et entretenus par le Parc Naturel Régional du Pilat permettent de s'y rendre depuis le Crêt de la Perdrix.

De nombreuses légendes populaires courent à propos de cette formation rocheuse particulière: l'une d'elles indique qu'il s'agirait des vestiges de la mâchoire d'un géant qui serait décédé dans ces montagnes. Une autre indique qu'alors que Ponce Pilate arpentait les montagnes auxquelles il aurait donné son nom, il se retrouva face à une montagne qu'on nommera plus tard le Pic des Trois Dents. C'était à l'époque une montagne massive, et un tremblement de terre partagea la montagne en trois et trois pics surgirent pour rappeler à Ponce Pilate l'image des trois calvaires du Christ[20].

L'extrémité Est de cette formation rocheuse offre un point de vue sur la vallée du Rhône et sur la chaîne des Alpes. Par beau temps, il est également possible d'identifier le Mont Blanc et la trouée de Grenoble.

Vie de la commune[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

La commune obtient une fleur au concours des villes et villages fleuris en 2015[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête du livre le 1er week-end de juin (organisée par l'association Livre Ensemble), entrée libre.
  • Vogue du village le 1er week-end de mai (organisée par le comité des fêtes et les jeunes de Roisey).

Associations[modifier | modifier le code]

  • Association Livre Ensemble ;
  • Association du Club Roisey Informatique.
  • Association « Pierre qui roule »
  • Club de la Gaieté (club du 3e âge)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dumas 2004, p. 89.
  2. « Le Site écologique prioritaire des ravins rhodaniens », sur Parc naturel régional du Pilat (consulté le 18 avril 2015).
  3. « Voici la ville la plus polluée de France et celle où l'air est le plus agréable », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. « L’OMS publie les estimations nationales de l’exposition à la pollution de l’air et les effets sur la santé », sur Organisation mondiale de la Santé (consulté le 11 octobre 2016)
  5. Perreton 2000, p. 29.
  6. Thiollier 2013, p. 96.
  7. Dumas 2004, p. 90.
  8. Roisey sur le site de l'association des maires de France, consulté le 28 juin 2015.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a b et c Hugo Morel et Léo Berruyer, « Les carrières du Jarry à Roisey », sur La Pie du Pilat (consulté le 22 juillet 2015).
  14. a et b Favre, Staub et Guichard 2013, p. 21.
  15. Dumas 2004, p. 94.
  16. Dumas 2004, p. 91.
  17. Dumas 2004, p. 93.
  18. « Eglise Saint-Pancrace », sur Pilat Patrimoines (consulté le 2 avril 2016).
  19. « Eglise Saint-Pancrace », sur Eglise Info (consulté le 2 avril 2016).
  20. « Les légendes du Mont Pilat », sur Le Dix Vin Blog (consulté le 12 mars 2016).
  21. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur cnvvf.fr (consulté le 29 décembre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Thierry Cumin (ill. Marcel Berthon), « Galoche ou Tacot », du Jarez aux balcons du Pilat : histoire d'un petit train de campagne, Visages de notre Pilat, , 228 p. (ISSN 0246-8174). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Félix Thiollier (avec la participation de la Diana, société historique du Forez), Le Forez pittoresque & monumental : histoire & description du département de la Loire & de ses confins, Maxtor, (1re éd. 1889), 451 p. (ISBN 979-10-208-0068-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Dumas, « Roisey », dans Michel Lhortolat, Pierre Dumas, Suzanne Corompt et Jean Perreton (préf. Marcel Boyer), Le patrimoine du canton de Pélussin, Visages de notre Pilat, , 130 p. (ISSN 0246-8174). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Perreton, « Quelques particularités historiques sur les communes du canton de Pélussin », Dan l'tan, Visages de notre Pilat, no 21,‎ (ISSN 0246-8174).
  • Lucas Favre, Thomas Staub et Antonin Guichard, « Histoire de pierres… », La Pie du Pilat, no 2,‎ , p. 21 (ISSN 2267-1323, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :