Daumazan-sur-Arize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daumazan-sur-Arize
Daumazan-sur-Arize
L'Arize et l'église.
Blason de Daumazan-sur-Arize
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Arize Lèze
Maire
Mandat
Jean Leclerc
2020-2026
Code postal 09350
Code commune 09105
Démographie
Gentilé Dalmazanais
Population
municipale
717 hab. (2018 en augmentation de 0,42 % par rapport à 2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 41″ nord, 1° 18′ 30″ est
Altitude 245 m
Min. 239 m
Max. 361 m
Superficie 13,78 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Arize-Lèze
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Daumazan-sur-Arize
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Daumazan-sur-Arize
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Daumazan-sur-Arize
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Daumazan-sur-Arize
Liens
Site web Site de la mairie

Daumazan-sur-Arize est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Daumazanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le massif du Plantaurel en Volvestre. C'est une commune limitrophe avec le département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Daumazan-sur-Arize est limitrophe de cinq autres communes dont une dans le département de la Haute-Garonne.

Carte de la commune de Daumazan-sur-Arize et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arize et ses affluents le ruisseau de l'Argain et le Ruisseau de Montbrun.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 378 hectares ; son altitude varie de 239 à 361 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la D 628 ancienne route nationale 628,

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Daumazan-sur-Arize est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (45,5 %), terres arables (30,2 %), forêts (12 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %), zones urbanisées (3,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Daumazan, sous sa forme primitive de Dalmazan, est cité à l’époque carolingienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme l’essentiel de l’actuelle Ariège, Daumazan, avant la formation du comté de Foix, appartenait au comte de Carcassonne. Une charte de coutumes est octroyée aux habitants par le comte de Foix en 1249.

Certains vestiges peuvent nous permettre de croire que Daumazan fut au Moyen Âge un bourg important. De cette époque, subsistent encore les capérades (couverts), des maisons à colombages, des devantures d’échoppes. Également révélatrice de l’importance du village, la disposition des maisons fait penser à une bastide, comme on en trouve beaucoup dans le Sud de la France.

L’église romane Saint-Sernin datant du XIIe siècle, partiellement classée aux Monuments historiques dès 1907, reflète également qu’une importante population gravitait autour du village.

Sous le Premier Empire, des foires ont lieu à Daumazan le 10 janvier, le lendemain des fêtes de Pâques, le 2 juin, le 25 août, le 28 septembre et le 25 octobre.

Le village a été remodelé à plusieurs époques et notamment au XIXe siècle par la construction en son centre d’une magnifique halle.

La commune a bénéficié d'une gare du tacot du Volvestre[9] dont la ligne reliait Carbonne au Mas-d'Azil jusqu'à sa fermeture en 1938.

Le Daumazan devient Daumazan-sur-Arize.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Daumazan-sur-Arize

Son blasonnement est : D'or, au chevron abaissé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[10],[11].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de l'Arize et du canton des Portes d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, Daumazan-sur-Arize faisait partie de l'ex-canton du Mas-d'Azil).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Jean-François Vié DVG Agriculteur
juin 1995 2014 Michel Dapot PS  
1983 1995 Lucien Leclerc PS  
1946 1983 Roger Lacombe PS  
1945 1946 Auguste Pailhès    
1944 1945 Roger Lacombe    
1944 1944 Simon Biboulet    
1941 1944 Fernand Coutenceau    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 717 habitants[Note 2], en augmentation de 0,42 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7857859761 2181 3671 3211 2651 4101 427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3201 3151 3031 2691 1991 1541 1431 063988
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
928908906774776762706703663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
646620599605617657697709724
2018 - - - - - - - -
717--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[16] 1975[16] 1982[16] 1990[16] 1999[16] 2006[17] 2009[18] 2013[19]
Rang de la commune dans le département 40 42 41 41 37 40 38 42
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

La commune héberge une centrale solaire photovoltaïque d'une puissance de 10,4 MWc, construit par Arkolia Énergies avec le soutien de la Caisse des dépôts. Le terrain communal de 26,5 ha est débroussaillé par un troupeau de 150 brebis[20].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont répartis dans un regroupement pédagogique intercommunal qui regroupe les communes de Daumazan-sur-Arize, Campagne-sur-Arize et La Bastide-de-Besplas. Ce regroupement est géré par un syndicat intercommunal à vocation éducative (SIVE) qui regroupe huit communes (Campagne-sur-Arize, Castex, Daumazan-sur-Arize, Fornex, La Bastide-de-Besplas, Loubaut, Méras, Montfa). Cinq classes accueillent les enfants de ce regroupement : trois à Daumazan-sur-Arize (deux classes maternelles et le CP), une à Campagne-sur-Arize (CE1 - CE2), une à La Bastide-de-Besplas (CM1 - CM2).

Un nouveau groupe scolaire a été construit en 2006 à côté du foyer logements pour créer un pôle intergénérationnel. Il comporte trois salles de classe, une salle polyvalente, une bibliothèque et un centre de loisirs. Les bureaux du SIVE sont installés dans une salle annexe. Daumazan-sur-Arize fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Le village accueille chaque année le festival Terre de Couleurs, festival métissé de musique du monde et de spectacle vivant, qui a lieu le troisième week-end de juillet.

Sports[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV le FC Daumazan-sur-Arize qui fut champion du championnat de France de rugby à XV de 3e série en 1952,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de l'Arize[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église dédiée à saint Sernin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  9. « Route du tacot du Volvestre », sur www.inventaires-ferroviaires.fr (consulté le 17 février 2019)
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 11 septembre 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. Sylvie Brouillet, « Arkolia Energies inaugure une ferme solaire de plus de 10 MWc en Ariège », sur usinenouvelle.com, (consulté le 19 janvier 2019).
  21. http://www.arize.fr/-labastidedebesplas-.html?rb=513&sr=538