Montesquieu-Volvestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montesquieu (homonymie).

Montesquieu-Volvestre
Montesquieu-Volvestre
Vue générale.
Blason de Montesquieu-Volvestre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Auterive
Intercommunalité Communauté de communes du Volvestre
Maire
Mandat
Patrick Lemasle
2014-2020
Code postal 31310
Code commune 31375
Démographie
Gentilé Montesquiviens, Montesquiviennes
Population
municipale
3 080 hab. (2015 en augmentation de 2,77 % par rapport à 2010)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 31″ nord, 1° 13′ 50″ est
Altitude Min. 208 m
Max. 523 m
Superficie 59,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montesquieu-Volvestre

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montesquieu-Volvestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montesquieu-Volvestre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montesquieu-Volvestre
Liens
Site web Site officiel

Montesquieu-Volvestre (occitan : Montesquiu de Volvèstre) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montesquiviens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancienne bastide située dans l'aire urbaine de Toulouse sur l'ancienne route nationale 627 en Volvestre à 50 km au sud de Toulouse, sur l'Arize limitrophe avec le département de l'Ariège.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montesquieu-Volvestre est limitrophe de quinze autres communes dont cinq dans le département de l'Ariège.

Carte de la commune de Montesquieu-Volvestre et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Montesquieu-Volvestre[1]
Rieux-Volvestre Mailholas Bax
Goutevernisse,
Saint-Christaud
Montesquieu-Volvestre[1] Latour
Montberaud,
Gouzens,
Lahitère,
Sainte-Croix-Volvestre (Ariège)
Montbrun-Bocage Loubaut (Ariège),
La Bastide-de-Besplas (Ariège),
Thouars-sur-Arize (Ariège),
Fornex (Ariège)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arize et ses affluents le Ruisseau de Lazaou, le Camedon et le Ruisseau de l'Argain.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de est de 5 982 hectares ; son altitude varie de 208 à 525 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Véritable carrefour par tradition, à 50 km de Toulouse, de Foix et Saint-Gaudens et à 40 km de Saint-Girons. La station de ski la plus proche est Guzet (à 45 min).

  • Par la route : A64 de Toulouse en direction de Tarbes, sortie Sortie 27 et prendre la D 627 et de Tarbes direction Toulouse, sortie Sortie 25
Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bastide créée en 1238 par le comte de Toulouse Raymond VII, qui décide d'implanter une nouvelle ville dans une boucle de l'Arize.

Les archives ne nous ont pas laissé par écrit la preuve de l'existence d'une entité administrative, civile ou religieuse, qui aurait pu correspondre au Volvestre. Mais la présence, avérée encore en toponymie aujourd'hui, d'une forteresse (Le Castéra), construite à la romaine avec des pieux de bois, bien antérieure aux châteaux forts bâtis en dur, laisse supposer que notre Volvestre pourrait représenter un pagus (pays) carolingien et même, plus haut dans le temps, un fundus gallo-romain. La présence d'un pont gallo-romain, appelé dans les textes anciens « pont de Tersac », connu aujourd'hui sous le nom de « pont du Diable » qui franchissait le Volp sur une route importante qui reliait Montesquieu à Cazères et Palaminy plaide en faveur de cette hypothèse, tout comme la puissance agraire que représentait les seigneurs de Tersac avec des terres qu'ils tenaient en fief, dans le Volvestre de la part des puissants comtes de Toulouse, de Comminges et de Foix.

Le Volvestre constituait donc une sorte de marche, ou de limen qui en faisait un pays partagé, lieu de passage et d'échanges entre les trois comtés et donc étroitement convoité.

Ch. Higounet dans son Histoire du comté de Comminges nous donne la clef de l'énigme de la fondation de la nouvelle bastide de Montesquieu. Analysant un document d'archives (Archives nationales J.326 no 28 et 29) il écrit : « Dans cet acte, Gentile de Gensac déclare que le domaine qu'elle tenait de son père sur Rieux et Montesquieu était tombé en commise pour n'avoir pas reçu de Raymond VII d'investiture dans l'an et un jour (11 mai 1238 ») Page 284 note 295.

C'est à cette date que Raymond VII décide d'implanter une cité nouvelle dans une boucle de l'Arize, sur des terres récupérées sur les Tersac par suite de la « tombée en commise ». Dès cette époque Montesquieu s'inscrit dans le Volvestre comme métropole, ville la plus importante par sa démographie et par le développement économique. Elle est encore dans un recensement de 1880 la septième ville en peuplement du département de la Haute-Garonne.

Les sept moulins fariniers ou à batan (foulon), témoignent d'une activité liée d'une part aux productions agricoles et d'autre part à la fabrication et à la commercialisation du drap. Aujourd'hui, la vocation agricole n'a pas disparu mais l'industrie drapière n'est plus qu'un lointain souvenir. La dernière « usine » occupant une vingtaine d'ouvriers ayant disparu dans les années 1880. Mais une nouvelle vocation s'est fait jour, celle du tourisme. Située au centre de tout, elle nourrit ses ambitions de cette capacité à offrir au touriste tout ce qu'il peut souhaiter : des vieilles pierres (archéologie) aux paysages verts, de la préhistoire à l'histoire sans compter la qualité de vie, le sens de l'accueil (gîtes et chambres d'hôtes) et bien sûr la gastronomie.

À partir du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Montesquieu-Volvestre faisait partie du diocèse de Rieux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montesquieu-Volvestre

Les armes de Montesquieu-Volvestre se blasonnent ainsi : D'azur à la pique d'or en pal fichée dans une motte de sinople, aux trois serpents d'argent en fasce brochant sur le fût de la pique..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'Arize et la mairie en arrière-plan.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne et du canton d'Auterive (avant le redécoupage départemental de 2014, Montesquieu-Volvestre était le chef-lieu de l'ex-canton de Montesquieu-Volvestre).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1972 1990 André Massat PS Conseiller général
1990 2002 Patrick Lemasle PS Député
2002 2014 Henri Dejean PS -
2014 en cours Patrick Lemasle PS Député
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 3 080 habitants[Note 1], en augmentation de 2,77 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6702 8983 2883 2793 7173 6723 7453 8813 918
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 9804 1194 0503 9933 8803 6053 4123 3403 133
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 1113 0653 0232 3142 3552 1842 1711 9811 986
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 9151 9241 9502 0882 1172 3142 6603 1123 080
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 30 48 53 67 68 70 68 67
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montesquieu-Volvestre fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Montesquieu-Volvestre de la crèche à l'école maternelle et l'école élémentaire, jusqu'au collège Stella-Blandy, agrémenté d'une médiathèque.

Service public[modifier | modifier le code]

Montesquieu-Volvestre possède un service départemental d'incendie et de secours, une gendarmerie, une poste, un centre de la DDE, une déchèterie, une police municipale.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède une maison de retraite, un centre intercommunal d'action sociale (CIAS), des infirmiers, des sages-femmes, des médecins généralistes, des professionnels de la rééducation, de l'appareillage, des pédicures-podologues, psychothérapeute, des dentistes[13]... ainsi qu'une pharmacie

Culture et événements[modifier | modifier le code]

Salle polyvalente, marché fermier, club de cinéma, école de musique.

Chapiteau du Festival L'île au théâtre

Festival L'île au théâtre, tous les ans, le 1er week-end de juin[14].

Sports[modifier | modifier le code]

Piscine municipale d'été, un club de rugby à XV, de volley-ball et de basket-ball ainsi que des courts de tennis, un terrain de basket-ball, un terrain de beach-volley au sein de la piscine municipale, des boulodrommes extérieurs et intérieurs, un dojo, une salle de danse

Rugby

Lors de la saison 2012-2013, l'AS Montesquieu-Volvestre rugby, évolue an sein de la division de Fédérale 3 qui est une division nationale.

En 2010, l'AS Montesquieu-Volvestre rugby en entente avec ses voisins de Daumazan et Lezat, a été champion de France Junior Phliponneau de rugby à XV en battant l'US Portet-Roquette 27 à 15 sur le terrain de Rieumes -le 23 Mai 2010.

En 2011, l'AS Montesquieu-Volvestre rugby a été champion de France Honneur de rugby à XV en battant l'US Capbreton 18 à 11.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Victor XIIIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031375.html.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. http://www.mairie-montesquieu-volvestre.fr/numeros_utiles.asp#I0000160f
  14. lileautheatre.fr