La Bastide-de-Besplas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Bastide-de-Besplas
La Bastide-de-Besplas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Arize Lèze
Maire
Mandat
Dominique Antolini
2020-2026
Code postal 09350
Code commune 09038
Démographie
Gentilé Besplasois
Population
municipale
382 hab. (2018 en diminution de 0,52 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 03″ nord, 1° 16′ 32″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 391 m
Superficie 10,22 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Arize-Lèze
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
La Bastide-de-Besplas
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
La Bastide-de-Besplas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bastide-de-Besplas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bastide-de-Besplas
Liens
Site web Site de la mairie

La Bastide-de-Besplas est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Besplasois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancienne bastide de l'aire urbaine de Toulouse située dans le massif du Plantaurel en Volvestre. C'est une commune limitrophe avec le département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La Bastide-de-Besplas est limitrophe de sept autres communes dont deux dans le département de la Haute-Garonne.

Carte de la commune de La Bastide-de-Besplas et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arize et son affluent le ruisseau de l'Argain.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la D 628 ancienne route nationale 628.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Bastide-de-Besplas est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,6 %), prairies (30,6 %), zones agricoles hétérogènes (11,5 %), forêts (11,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de "Besplas" est incertaine. Elle est généralement reliée a "belles plaines".

Histoire[modifier | modifier le code]

La bastide a été créée en 1249.

La commune a bénéficié d'une gare du tacot du Volvestre[8] dont la ligne reliait Carbonne au Mas-d'Azil jusqu'à sa fermeture en 1938.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[9],[10].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de l'Arize et du canton des Portes d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, La Bastide-de-Besplas faisait partie de l'ex-canton du Mas-d'Azil).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-Pierre Bernabé    
mars 2014 2017 Nicolas Garcia SE Agriculteur
avril 2017[11] En cours Dominique Antolini    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 382 habitants[Note 3], en diminution de 0,52 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
205558665674675725706732720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
726720724724741652653625601
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575556568523527513506466461
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
468453403307302294357379378
2018 - - - - - - - -
382--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[16] 1975[16] 1982[16] 1990[16] 1999[16] 2006[17] 2009[18] 2013[19]
Rang de la commune dans le département 57 61 98 92 91 82 80 82
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Une épicerie multi-services ouverte tous les jours est tenue par Erick et Aurélia depuis 2011[20], ils s'efforcent de maintenir ce commerce en place pour les habitants de La Bastide-de-Besplas et des alentours.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Bastide-de-Besplas fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal pour les classes de la maternelle au primaire avec les communes de Daumazan-sur-Arize et Campagne-sur-Arize[21].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

  • Association culture Animation Loisirs
  • Les amis de la chapelle Notre Dame du Pont

Sports[modifier | modifier le code]

Club de tennis, pétanque, randonnée pédestre, chasse,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de l'Arize[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Latour, repris de justice auteur de 4 assassinats en 1864, sera décapité à Foix[24].
  • Casy Rivière (1902-1985), abbé érudit[25].
  • Henri Cuq (1942-2010), homme politique français, député de l'Ariège de 1986 à 1988.
  • Louis Astre, syndicaliste français né dans la commune où ses parents étaient instituteurs, y a passé ses premières années.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  8. « Route du tacot du Volvestre », sur www.inventaires-ferroviaires.fr (consulté le 17 février 2019)
  9. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  10. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 12 octobre 2020).
  11. « La commune élit un nouveau maire », sur ladepeche.fr, (consulté le 22 avril 2017).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. « La Bastide-de-Besplas. Enfin une épicerie ! », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  21. http://www.arize.fr/-labastidedebesplas-.html?rb=531&sr=950
  22. http://www.arize.fr/-labastidedebesplas-.html?rb=513&sr=538
  23. « Église », notice no PA00093772, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 26 septembre 2016.
  24. « Le Crime de Baillard », sur www.arize-leze.fr, inconnue (consulté le 26 avril 2020)
  25. « https://www.lemonde.fr/archives/article/1987/08/21/l-abbe-casy-riviere_4042298_1819218.html », Le Monde,‎ (lire en ligne)