Christian Vélot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Vélot
Description de cette image, également commentée ci-après
Christian Vélot, lors du meeting d'Europe-Écologie à Orsay le 13 mai 2009.
Naissance
Parennes (Sarthe)
Nationalité Drapeau : France Française
Diplôme
Profession

Christian Vélot, né le à Parennes dans la Sarthe, est un militant contre les OGM[1], biologiste et homme politique français, maître de conférences en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud. Il est également membre du conseil scientifique du CRIIGEN, administrateur aux côtés de Jacques Testart de l'association Sciences citoyennes[2] et de la Maison des lanceurs d'alerte, et, de 2012 à 2015, conseiller régional d'Île-de-France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de paysans sarthois, Christian Vélot est le neuvième enfant d’une fratrie de dix[1].

Docteur en biologie, il est particulièrement impliqué dans le débat sur les organismes génétiquement modifiés et anime des conférences de vulgarisation. Il explique ne pas être un opposant de principe aux OGM dans la mesure où il accepte et utilise ceux confinés en laboratoires dans le cadre de la recherche fondamentale et médicale. Il refuse en revanche ceux mis au point dans une perspective d'utilisation en milieu ouvert, estimant que « Ce sont des technologies totalement aléatoires. Nous ne maîtrisons rien »[1]. Une de ses conférences didactiques a notamment servi de document de travail à l'intergroupe OGM du Grenelle de l'environnement.

Il dirige une équipe de recherche sur la variabilité environnementale et l'adaptation des champignons au centre scientifique d'Orsay jusqu'en [3].

En 2010, après plusieurs avertissements de sa direction qui lui reproche d'impliquer son institution dans ses prises de position publiques sur les OGM, tandis que le CNRS lui reproche une trop faible productivité scientifique[1], son équipe est exclue de l'Institut de génétique et microbiologie d'Orsay[4]. À la suite d'une pétition qui recueille 50 000 signatures, elle est finalement rattachée administrativement à l'Institut de biologie de l'université de Caen-Normandie, co-dirigé par Gilles-Éric Séralini, un autre membre du CRIIGEN[5].

Il a été appelé comme témoin de la défense lors de plusieurs procès de faucheurs volontaires dont José Bové[6]. Dans un article sur les transnationales, il réfute notamment la nécessité des OGM[7], et dénonce la carence et l'opacité de l'évaluation dont ils font l'objet.

Il est candidat sur les listes Europe Écologie Les Verts dans les Yvelines lors des élections régionales de 2010, puis sur les listes d'Union de la gauche au second tour. Il n'est pas élu mais lorsque Françoise Descamps-Crosnier est élue députée et démissionne de son mandat de conseillère régionale, Christian Vélot lui succède[8].

Positions sur les vaccins contre la Covid-19[modifier | modifier le code]

En 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, Christian Vélot attire l'attention du grand public sur les éventuels dangers de certains vaccins et regrette que le règlement européen 2020/1043 exempte d'une partie de la réglementation sur les OGM les vaccins contre la Covid-19 mis au point par génie génétique[9], une décision qui irait selon lui « à l'encontre du principe de précaution »[10], tout en mêlant dans ses propos des thèses sur la toxicité des adjuvants ou sur le risque de modification du génome humain ; il s'oppose alors à l'idée d'une vaccination de masse par des vaccins à ARN. Ses prises de position sont par la suite contestées par le professeur Alain Fischer, du Collège de France, qui « [démonte] les nombreuses insinuations et contrevérités grossières » contenues dans le document publié par Christian Vélot[11].

En décembre 2020, apparait le site internet « ViteMadose.fr », un site imitant l'adresse de l'outil mis en ligne par Guillaume Rozier, sur lequel figure une vidéo de Christian Vélot où il renouvelle ses propos sur les vaccins contre la Covid-19[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Pierre Le Hir, « Christian Vélot, profession : lanceur d'alerte », Le Monde, (consulté le ).
  2. « Association Sciences citoyennes », sur sciencescitoyennes.org (consulté le ).
  3. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur, « Rapport d’évaluation : unité de recherche Variabilité environnementale et adaptation des champignons (VEAC) de l'université Paris 11 » [PDF], sur hal-hceres.archives-ouvertes.fr, (consulté le ).
  4. Éliane Patriarca, « OGM : un chercheur sanctionné pour son esprit critique », Libération, .
  5. Élise Kuntzelmann, « Parcours d'un généticien lanceur d'alerte », sur savoirs.essone.fr, .
  6. Josselin Giret, « Sursis requis contre les faucheurs d’OGM à Marmande », Sud Ouest, .
  7. Christian Vélot, « « Plantes-médicaments » ? », Le Monde diplomatique,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  8. « Christian Vélot – Région Île-de-France », sur EELV Yvelines, .
  9. Zoé Jacquinot, « Alléger la commercialisation de vaccins OGM : un règlement européen contesté », sur Inf'OGM, .
  10. Christian Vélot, « Note d'expertise grand public sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM » [PDF], sur CRIIGEN, .
  11. Stéphanie Benz et Thomas Mahler, « Vaccins modifiant notre génome : itinéraire d'une fake news », L'Express, (consulté le ).
  12. Fabien Leboucq et Vincent Coquaz, « Vaccination : que sait-on du « faux » site ViteMaDose.fr ? », Libération (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]