Alain Fischer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fischer.
Alain Fischer
Naissance (67 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Pédiatrie, immunologie
Institutions Inserm, Université Paris Descartes, hôpital Necker
Renommé pour Travaux sur les déficits immunitaires et la thérapie génique
Distinctions Académie des sciences (2002)
Grand Prix Inserm (2008)

Alain Fischer, né le à Paris, est un médecin, professeur d'immunologie pédiatrique et chercheur en biologie français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Fischer obtient son diplôme de médecine en 1979, et travaille avec Claude Griscelli à l'Hôpital Necker-Enfants malades. Il devient professeur d'immunologie (PU-PH) à l'Université Paris Descartes et puis directeur de l'unité INSERM, « Développement normal et pathologique du système immunitaire », en 1991. Il est chef de l'unité « Immunologie et hématologie pédiatriques » (UIH) de l'hôpital Necker de 1996 à 2012[1].

Il est élu en novembre 2002 membre titulaire de l'Académie des sciences et a été membre du Comité consultatif national d'éthique de 2003 à 2009. En 2007, il est un des membres fondateurs de l'Institut des maladies génétiques Imagine[2]. En 2008, il reçoit le Grand Prix Inserm pour l'ensemble de ses travaux[3]. Le 5 mai 2011, Alain Fischer a été élu membre titulaire de l'Académie nationale de médecine[4].

En juillet 2011, il intègre l'équipe de campagne de Martine Aubry pour l'élection présidentielle de 2012 chargé avec Jean Mallot et Brigitte Dormont de la thématique « Santé et Sécurité sociale[5] ».

Alain Fischer est titulaire de la chaire de médecine expérimentale au Collège de France depuis le 15 mai 2014, date de sa leçon inaugurale[1].

Apport scientifique[modifier | modifier le code]

Les travaux d'Alain Fischer portent depuis des années sur les déficits immunitaires acquis dès la naissance (comme des bébés-bulle) et les approches curatives par thérapies géniques. Avec Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein-Bey, il obtient en 1999, les premiers succès cliniques au monde de thérapies géniques pour une dizaine d'enfants-bulles[6], dont deux malheureusement développeront après quelques mois des leucémies, l'un étant décédé. L'essai est arrêté en urgence en 2002. Des recherches montreront que ces leucémies sont dues à l'insertion aléatoire dans un proto-oncogène du gène médicament[7],[3]. L'essai est redémarré en 2004, selon un protocole modifié utilisant de meilleurs vecteurs rétroviraux, puis sera à nouveau interrompu en 2005 à la suite de nouvelles complications. Cependant, sur les 16 enfants traités à ce jour, 15 sont guéris de façon satisfaisante de leur déficit immunitaire aigu.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain
 Fischer, 
médecin
 et 
professeur
 en
 immunologie 
pédiatrique,
 est nommé 
titulaire
 de
 la
 chaire Médecine 
expérimentale
. Leçon
 inaugurale,
 le
 jeudi
 15 mai 
2014
 à 
18h00
, communiqué du Collège de France
  2. « Institut Imagine des maladies génétiques: le vaisseau de verre de Nouvel », sur L'Express,
  3. a et b Alain Fischer récompensé par le Grand Prix Inserm sur le site du Nouvel Observateur le 2 décembre 2008.
  4. Le Pr Fischer élu à l’Académie de médecine sur le site de l'AP-HP.
  5. L'équipe de campagne de Martine Aubry sur le site officiel martineaubry.fr
  6. Gene Therapy of Human Severe Combined Immunodeficiency (SCID)-X1 Disease, Marina Cavazzana-Calvo, Salima Hacein-Bey, Geneviève de Saint Basile, Fabian Gross, Eric Yvon, Patrick Nusbaum, Françoise Selz, Christophe Hue, Stéphanie Certain, Jean-Laurent Casanova, Philippe Bousso, Françoise Le Deist, and Alain Fischer. Science 28 avril 2000 : Vol. 288. no 5466, p. 669-672.
  7. LMO2-associated clonal T cell proliferation in two patients after gene therapy for SCID-X1 S. Hacein-Bey-Abina et al. A. Fischer, M. Cavazzana-Calvo. Science 17 octobre 2003 : Vol. 302. no 5644, p. 415-419.
  8. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination
  9. (en) « Laureates of the Japan Prize », sur http://www.japanprize.jp, (consulté le 30 janvier 2015).