Cette page est semi-protégée.

Karine Lacombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Karine Lacombe
Karine Lacombe Congrès.png
Karine Lacombe en 2019.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
SavoieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
RPPS
10001466357Voir et modifier les données sur Wikidata

Karine Lacombe, née le en Savoie (France), est une chercheuse et infectiologue française, spécialiste du VIH, des hépatites et de la Covid-19.

Elle est cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris.

Biographie

Enfance et études

Karine Lacombe naît le en Savoie[1],[2]. Elle est issue d'une famille très modeste. Son grand-père maternel, républicain espagnol est venu travailler en Normandie pendant la guerre comme commis agricole et s'y est marié[3]. Sa mère est institutrice et son père, de souche savoyarde, est ouvrier papetier[4]. À l'âge de 4 ans, elle veut être docteur, fascinée par le docteur Fassy, le médecin de famille qui la fait considérer, en grandissant, la médecine comme « le premier de tous les métiers »[5].

Elle fait ses premières années d'études de médecine à l'université Joseph-Fourier de Grenoble[4]. Elle obtient un master de santé publique[4], à l'époque un DEA qu'elle valide en Afrique[6].

En 1994, elle entame son internat à Paris. Elle prend une année de disponibilité pour voyager en Chine et en Inde, où elle travaille dans des centres de santé primaire[6]. Elle entre ensuite à l'université Pierre-et-Marie-Curie[7].

De 2002 à 2012, elle est bénévole pour Médecins du monde au Viêt Nam où elle monte le premier projet d'accès aux antirétroviraux pour les usagers de drogue et les travailleuses du sexe, puis en Afrique[3],[4],[6],[8].

Pendant son stage à l'hôpital Saint-Antoine, Pierre-Marie Girard, chef de service dans cet hôpital, l'encourage à se lancer dans un cursus hospitalo-universitaire comportant l'obtention d'une thèse de sciences en plus de la thèse de médecine[6],[3]. En 2006, elle soutient sa thèse intitulée La co-infection VIH – hépatite B chronique : déterminants de la fibrose hépatique et impact des traitements antiviraux sous la direction d'Alain-Jacques Valleron[9]. La même année, elle devient experte auprès de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS)[10].

Praticienne hospitalière

En septembre 2007, elle est nommée praticienne hospitalière de l’AP-HP à l'hôpital Saint-Antoine et maîtresse de conférences à la faculté de médecine de l’université Pierre-et-Marie-Curie[10].

En 2012, elle devient experte auprès de l’Organisation mondiale de la santé, et en 2016 d’Unitaid[10]. Elle fait partie du panel de scientifiques du programme ONUSIDA de 2013 à 2015[11].

Travaux sur l'hépatite C

De 2015 à 2017, Lacombe mène avec son équipe des travaux de modélisation sur l’impact du déploiement d’outils de dépistage de l'hépatite C « décentralisés » — réalisés à proximité des lieux de vie et non uniquement dans les grandes villes — au Cameroun, en Côte d'Ivoire et au Sénégal[12]. En 2016, elle est invitée à parler sur le sujet de l’hépatite C à la Conférence internationale sur les rétrovirus et les infections (CROI)[13].

En 2016, Karine Lacombe est médecin investigateur coordonnateur de l'étude clinique multicentrique de phase 3 EXPEDITiON-2 évaluant l'association de glécaprévir (en) et de pibrentasvir (en) (antiviraux à action directe) pendant 8 semaines chez des patients atteints de co-infection par le VIH et l'hépatite C, dont le promoteur est AbbVie. Elle en présente les résultats positifs (guérison chez près de 99 % des patients) le à la 9e conférence de l'International AIDS Society on HIV Science (IAS 2017) à Paris[14],[15],[16].

Cheffe de service hospitalier

En , elle est nommée cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Antoine à Paris[7]. C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste dans cette ville[4].

Crise sanitaire de la Covid-19

Première vague de l'épidémie de Covid-19

Début 2020, elle affronte les premiers cas de coronavirus de la pandémie de Covid-19 en France dans son service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Évoquant la première vague, elle prépare son service hospitalier en le vidant, anticipant selon ses termes un « effet tsunami », qui arrive du jour au lendemain[5].

Début , au début de la première vague de Covid-19, Karine Lacombe est sollicitée pour la première fois pour intervenir sur un plateau télévisé avec Roselyne Bachelot sur LCI pour parler de la Covid-19, en remplacement de son ancien chef de service, Pierre-Marie Girard, qui ne se sentait pas légitime, n'ayant plus d'activité clinique depuis plusieurs mois. Elle est réinvitée la semaine suivante par LCI avec David Pujadas[5],[6]. Elle sera par la suite invitée à de nombreuses reprises par différentes chaînes de télévision pour son expertise concernant la pandémie de Covid-19 en France[17],[18]. La chaîne TF1 lui propose un poste de consultante, qu’elle décline car elle souhaite garder son indépendance[19],[20].

En , elle est le médecin investigateur principal de l'essai randomisé contrôlé Coviplasm pour lutter contre le Covid-19 par transfusion de plasma sanguin de malades guéris[21],[22],[23]. L’essai thérapeutique est lancé en France métropolitaine le par l’Établissement français du sang (EFS), l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Inserm. Le , Lacombe annonce le projet d’étendre l’essai en Guyane et à Mayotte lors d’une audition à l’Assemblée nationale[24]. Suite à un violent rejet de la part d’élus guyanais et d’une partie de la population, elle annule son déplacement sur place, initialement prévu pour le [25]. Selon le chef du service des maladies infectieuses du centre hospitalier de Cayenne, « Si ce protocole fait débat en Guyane, il faut savoir que c’est parmi les premières idées évoquées pour combattre le Covid-19. [...] la pertinence est là, sur le plan scientifique. Ça ne sera pas la première fois qu’on va utiliser ce type de produit non plus. C’est donc peut-être un problème de communication »[26].

Dans le cadre de l'essai Discovery, elle déclare, le , que la molécule de remdesivir semble donner des résultats encourageants, tout en nuançant ses propos : « Je sais qu’il y a beaucoup d’attentes autour de cet essai, mais il ne faut pas aller trop vite pour vraiment avoir des résultats confortés »[27].

Controverse autour de l'hydroxychloroquine

Le , Karine Lacombe intervient dans le Journal de 13 heures de France 2, où elle est interrogée sur les travaux de l’équipe de Didier Raoult autour de l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme médicament contre la Covid-19[28],[29]. Elle critique les méthodes de ses confrères : « Sur la base d'un essai qui est absolument contestable sur le plan scientifique et qui ne montre absolument rien quand on regarde exactement les chiffres et la façon dont il a été mené, on expose les gens à un faux espoir de guérison. Utiliser un médicament comme ça, hors AMM, c’est-à-dire hors autorisation de mise sur le marché, en exposant les personnes qui le prennent à des complications, sans avoir vérifié les conditions de base de la chloroquine, je pense que c’est en dehors de toute démarche éthique »[29]. Elle se dit « peinée que des scientifiques de renom comme [ses] collègues de Marseille se soient engagés dans une action de ce type-là »[30].

Le même jour, suite à cette intervention télévisée le député de la 6e circonscription des Français de l’étranger Joachim Son-Forget, lui-même médecin, interpelle Karine Lacombe sur Twitter en évoquant des conflits d’intérêts, sous prétexte qu'elle a touché de l’argent d’AbbVie, qui produit le Kaletra, et de Gilead, qui produit le Remdésivir, selon lui « les deux alternatives à l’hydroxychloroquine »[29]. Lacombe répond qu’elle est uniquement rémunérée pour son « expertise », qu’elle n’a pas perdu son indépendance vis-à-vis des entreprises, et qu’elle ne cache pas ses liens[29]. Elle précise que ses interventions ne concernaient que ses domaines de spécialité, l’hépatite C et le VIH et qu’elle n’a aucun lien avec l’essai clinique européen Discovery ayant pour but de tester des antiviraux contre le coronavirus SARS-CoV-2[31].

Il s'ensuit injures, intimidation et menaces physiques qui amènent Karine Lacombe quelques semaines plus tard à désactiver temporairement ses comptes sur les réseaux sociaux tels que Twitter[8],[32],[33],[34].

Le , interrogée par la commission parlementaire Covid-19 sur ses liens avec l'industrie pharmaceutique et les éventuels conflits d'intérêts, elle rappelle que les liens d'intérêt sont strictement encadrés par la loi qui limite les avantages que peuvent recevoir les professionnels de santé aux « défraiements » d'activités de recherche ou de conseil, et aux frais de repas, de transport ou d'hébergement « pour des manifestations à caractère exclusivement professionnel et scientifique ». Concernant ses déclarations sur le fait que l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 n'était pas prouvée, elle fait valoir : « je ne me suis pas opposée à quelque scientifique que ce soit, […] je ne me suis pas non plus opposée à une molécule. J'ai simplement essayé d'apporter un regard critique […] sur la façon dont un essai pouvait être fait. Il est très important, quand on porte une conclusion qui peut avoir un impact majeur en termes de santé publique, d'avoir des données qui sont solides »[35].

Deuxième vague de l'épidémie de Covid-19

En , Karine Lacombe cosigne un article dans le journal scientifique Blood montrant l’intérêt de la transfusion de plasma chez des patients immunodéprimés — par exemple traités pour des cancers — ou présentant des formes longues de Covid-19[36],[37].

Le , elle publie avec l’illustratrice Fiamma Luzzati une bande dessinée intitulée La Médecin, une infectiologue au temps du Corona où elle décrit des événements marquants de son quotidien à l'hôpital Saint-Antoine pendant la première vague de la pandémie de Covid-19 au printemps 2020[38],[39]. Le récit est basé sur des notes prises chaque jour depuis qu'elle est devenue cheffe de service dix-huit mois plus tôt. Elle explique le choix du récit graphique comme un moyen d'emmener le lecteur au cœur de l'action[5].

Lutte contre la désinformation, le cyberharcèlement et le sexisme

Le 23 décembre 2020, Libération publie plusieurs articles consacrés à Karine Lacombe, la qualifiant de « voix scientifique anti-fake news ». Le journal décrit sa mission comme « partager des informations sérieuses et précises sur le Sars-CoV-2 - ce que l’on sait et ce qu’on ne sait pas » et relève qu'elle est victime de « cyberharcèlement nauséabond » et de sexisme comme prix à payer pour son regard critique et son engagement[40],[41],[42].

Le même jour paraît dans la revue scientifique The Lancet une tribune qu'elle co-signe avec deux autres femmes scientifiques suisses également cheffes de service qui dénonce le cyberharcèlement et le sexisme qu'elles subissent sans relâche depuis le début de la crise sanitaire, et leur lutte contre la banalisation de ces actes[43],[44],[45].

Elle est promue chevalière de la Légion d'honneur le [46].

Accusation de diffamation

En , une information judiciaire pour diffamation est ouverte contre Karine Lacombe à la suite d’une plainte de Didier Raoult, Lacombe ayant affirmé en qu'il y aurait « des actions en justice pour mensonge devant la commission parlementaire en cours » à l'encontre de ce dernier, ce qui serait faux selon son avocat[47],[48].

Collaborations de recherche avec l'industrie pharmaceutique

De 2011 à 2016, Karine Lacombe, qui s'investit dans la recherche clinique visant à développer de nouveaux médicaments d'infectiologie, mène des essais cliniques en tant que médecin investigateur coordonnateur, participe et intervient dans des réunions d'experts et des conférences professionnelles en collaboration avec des entreprises pharmaceutiques : Bristol-Myers Squibb (prestations d'expertise rémunérées pour un total de 10 000 euros sur cinq ans), Gilead (15 000 euros), AbbVie (3 000 euros), Janssen (3 000 euros) et Merck & Co (7 000 euros)[10]. Ces interventions portent sur le VIH et les hépatites B et C[10].

Ouvrages

  • Kamel Malek, Jean-Christophe Mino et Karine Lacombe, Santé publique : médecine légale, médecine du travail, , 199 p. (ISBN 978-2909455600)
  • Karine Lacombe et Fiamma Luzzati, La médecin : une infectiologue au temps du Corona, Stock, , 192 p. (ISBN 978-2234091061)

Distinction

Références

  1. « Karine Lacombe - La biographie de Karine Lacombe avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 18 avril 2020).
  2. Christophe Lucet, « Qui sont les figures de la crise ? Karine Lacombe, première de cordée », sur SudOuest.fr, (consulté le 19 avril 2020).
  3. a b et c « Karine Lacombe, infectiologue : « Mon métier me porte, me nourrit, m’enthousiasme, m’envahit » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  4. a b c d et e Cécile Josselin, « Karine Lacombe, du VIH au COVID-19 », sur transversalmag.fr, (consulté le 25 septembre 2020).
  5. a b c et d « Karine Lacombe : « On ne peut pas laisser une partie d’entre nous au bord de la route » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 19 décembre 2020)
  6. a b c d et e « Karine Lacombe : une infectiologue sous les projecteurs », sur What's Up Doc, (consulté le 19 décembre 2020)
  7. a et b (en) « Karine Lacombe, M.D, PhD », sur www.virology-education.com (consulté le 20 avril 2020).
  8. a et b « Sexisme, Légion d’honneur, Raoult… 10 choses à savoir sur l’infectiologue Karine Lacombe », sur L'Obs, (consulté le 8 janvier 2021)
  9. « La co-infection VIH - hépatite B chronique : déterminants de la fibrose hépatique et impact des traitements antiviraux », sur theses.fr (consulté le 20 avril 2020).
  10. a b c d et e Déclaration publique d'intérêts, (lire en ligne [PDF]).
  11. (en) « Unaids scientific experts panel 2013-2015 », sur https://www.unaids.org/, (consulté le 20 avril 2020)
  12. Florence Rosier, « Le diagnostic de proximité, c’est l’espoir d’une meilleure prise en charge de l’hépatite C », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 18 avril 2020).
  13. Gilles Pialoux, « CROI 2016 », sur vih.org, (consulté le 19 avril 2020).
  14. (en) « Glecaprevir/pibrentasvir is effective for people with HIV/HCV co-infection », sur aidsmap.com (consulté le 25 décembre 2020)
  15. (en) « Hepatitis C treatment is effective and feasible in Africa », sur aidsmap.com (consulté le 25 décembre 2020)
  16. (en) « New treatment of Hepatitis C effective in Africa – Experts », sur Vanguard News, (consulté le 25 décembre 2020)
  17. Jérôme Dupuis, « Comment les chaînes de télévision s'arrachent les médecins stars du Covid », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 25 septembre 2020).
  18. Nathalie Bourrus, « Une femme en été. L'infectiologue Karine Lacombe », sur Franceinfo, (consulté le 25 septembre 2020).
  19. Thomas Quinquis, « Karine Lacombe : experte critiquée », sur www.frequenceesj.com, (consulté le 25 septembre 2020).
  20. « Karine Lacombe, la médecin propulsée sur le devant de la scène par le Covid-19 », sur cheekmagazine.fr (consulté le 15 octobre 2020).
  21. « Coviplasm : tester l’efficacité de la transfusion de plasma de patients convalescents du Covid-19 dans le traitement de la maladie », sur INSERM, (consulté le 11 avril 2020)
  22. Oihana Gabriel, « Coronavirus : Le plasma thérapeutique, une piste prometteuse pour les patients atteints du Covid-19 », sur 20minutes.fr, (consulté le 11 avril 2020)
  23. Par Hervé Morin, « Coronavirus : un essai clinique sur le plasma sanguin débute en France », sur lemonde.fr, (consulté le 11 avril 2020)
  24. « Guyane: des élus refusent un essai thérapeutique contre le coronavirus », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 6 juillet 2020).
  25. « L'infectiologue Karine Lacombe renonce à se rendre en Guyane pour son essai controversé sur le coronavirus », sur Le HuffPost, (consulté le 6 juillet 2020).
  26. « Coviplasm : « Ce n’est pas la première fois qu’on utilise ce type de traitement » - Toute l'actualité de la Santé en Guyane », sur France-Guyane (consulté le 7 août 2020)
  27. « Des résultats encourageants sur un traitement de l'essai Discovery: « C’est probablement une des molécules qu’il va falloir utiliser » », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le 22 janvier 2021).
  28. « Coronavirus : le traitement à la chloroquine jugé incertain », sur Franceinfo, (consulté le 29 juin 2020).
  29. a b c et d Fabien Leboucq, « Karine Lacombe, qui critique des méthodes de Didier Raoult, est-elle en «conflit d'intérêt» avec les laboratoires concurrents ? », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 18 avril 2020).
  30. « JT de 13h du lundi 23 mars 2020 », sur Franceinfo, (consulté le 19 avril 2020).
  31. « Coronavirus : quelles sont les relations entre Karine Lacombe, accusée d'être "hostile" au professeur Raoult, et les laboratoires ? », sur Franceinfo, (consulté le 19 avril 2020).
  32. « Coronavirus: le Dr Karine Lacombe raconte les menaces dont elle a été victime », sur BFMTV, (consulté le 22 avril 2020).
  33. Rémi Jacob, « Victime de menaces, le docteur Karine Lacombe publie la violente lettre d'insultes qu'elle a reçue », sur www.programme-tv.net, Télé-Loisirs, (consulté le 13 août 2020).
  34. William Audureau, « Coronavirus : comment la rhétorique complotiste détourne la science en période d’épidémie », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 24 septembre 2020).
  35. « Karine Lacombe déplore les "méthodes contestables" employées par Didier Raoult », sur LExpress.fr, (consulté le 28 juin 2020).
  36. (en) Thomas Hueso, Cécile Pouderoux, Hélène Péré, Anne-Lise Beaumont et al., « Convalescent plasma therapy for B-cell depleted patients with protracted COVID-19 disease », Blood,‎ (DOI 10.1182/blood.2020008423, lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020)
  37. Hervé Morin, Sandrine Cabut, Pascale Santi et Nathaniel Herzberg, « Covid- 19 : sur la piste des futurs traitements », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 30 octobre 2020).
  38. Agnès Duperrin, « BD et santé: 5 ouvrages de la rentrée 2020 à déguster  », sur NotreTemps.com, (consulté le 30 octobre 2020).
  39. « Covid-19 : le livre poignant des dessous de la crise sanitaire - Elle », sur elle.fr, (consulté le 6 novembre 2020)
  40. « Karine Lacombe, voix scientifique anti-«fake news» », sur Libération.fr, (consulté le 23 décembre 2020)
  41. Alexandra Schwartzbrod, « Stop », sur Libération.fr, (consulté le 23 décembre 2020)
  42. Anaïs Moran, « Trois médecins-cheffes face au harcèlement : «Nous ne voulons plus que notre légitimité soit malmenée» », sur Libération.fr, (consulté le 23 décembre 2020)
  43. (en) Caroline Samer, Karine Lacombe et Alexandra Calmy, « Cyber harassment of female scientists will not be the new norm », The Lancet Infectious Diseases, vol. 0, no 0,‎ (ISSN 1473-3099 et 1474-4457, DOI 10.1016/S1473-3099(20)30944-0, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2020)
  44. « Covid-19: Karine Lacombe et deux médecins-cheffes suisses alertent sur le cyberharcèlement », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 24 décembre 2020).
  45. « Médecins-cheffes, elles dénoncent le cyberharcèlement contre les femmes scientifiques », sur Le HuffPost, (consulté le 25 décembre 2020)
  46. a et b « Décret du 31 décembre 2020 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 1er janvier 2021).
  47. Mathilde Ceilles, « Coronavirus à Marseille : Karine Lacombe visée par une information judiciaire pour diffamation envers Didier Raoult », sur 20minutes.fr,
  48. « Appels malveillants au Pr Raoult: 300 euros d'amende pour le médecin nantais », sur Le Figaro, lefigaro (ISSN 0182-5852, consulté le 24 janvier 2021).

Liens externes