Jérôme Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jérôme Salomon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur général de la Santé
depuis le
Benoît Vallet (d)
Chef de projet
Haute Autorité de santé
-
Professeur des universités-praticien hospitalier
UFR Santé Simone Veil de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
-
Directeur général
Réseau international des instituts Pasteur (d)
-
Président du Comité de lutte contre les infections nosocomiales
Assistance publique – Hôpitaux de Paris
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Parentèle
Simone Perl (grand-mère)
Madeleine Lévy (grand-tante)
Alfred Dreyfus (arrière-arrière-grand-père)
Pierre-Paul Lévy (d) (arrière-grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Instrument
Directeur de thèse
Didier Guillemot (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
RPPS
10001371888Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Œuvres principales
Vérité sur la grippe A H1N1 (d), Maladies infectieuses (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jérôme Salomon, né le à Paris, est un médecin infectiologue et haut fonctionnaire français. Spécialiste de santé publique, il est directeur général de la Santé depuis le . Il se fait connaître du grand public en février-mars 2020, au début de la pandémie de Covid-19[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Jérôme Salomon naît le dans le 16e arrondissement de Paris[2] d'un père administrateur de l'Assemblée nationale et d'une mère enseignante[3]. Il est le petit-fils de la résistante Simone Lévy (1918-2004), elle-même petite-fille du capitaine Alfred Dreyfus (1859-1935)[4], condamné pour espionnage puis réhabilité. Il est également l'arrière-petit-fils de Pierre-Paul Lévy, l'un des découvreurs du vaccin antidiphtérique[5].

Après des études secondaires dans une section musique-études[6] au lycée Lamartine[3], il choisit d'embrasser des études de médecine à l’université Paris-Descartes et obtient un doctorat en médecine, un diplôme d'études spécialisées (DES) de santé publique puis un diplôme d'études spécialisées complémentaires (DESC) de maladies infectieuses et tropicales. Il est par ailleurs l'auteur d'une thèse sur les maladies à prion[3].

Carrière médicale[modifier | modifier le code]

Il travaille sur les maladies émergentes, les épidémies et la résistance aux antibiotiques au sein de l'Inserm, de l'institut Pasteur et de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines[7]. Il est chef de clinique-assistant des hôpitaux à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (AP-HP) de 1999 à 2002, puis praticien hospitalier de 2004 à 2009.

Institut Pasteur et licenciement en 2012[modifier | modifier le code]

Jérôme Salomon est responsable de l'international pour l'Institut Pasteur de 2010 à 2012[8]. En octobre 2012, selon Le Parisien, il est licencié de l'Institut Pasteur « pour cause réelle et sérieuse », sur fond de circulation de lettres anonymes et d'accusations le concernant d'être un corbeau[9].

Carrière de haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

Conseiller ministériel[modifier | modifier le code]

Proche de Bernard Kouchner, il fait partie du petit groupe de médecins et de hauts fonctionnaires surnommés, dans les années 1990, les « Kouchner Boys », puis intègre son cabinet en 2001 et y devient conseiller technique au sein du pôle sécurité sanitaire. En 2010, il est expert santé et recherche auprès de la fondation Terra Nova, puis conseiller chargé de la sécurité sanitaire auprès de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de 2013 à 2015[3].

Ancien président du Syndicat national des médecins spécialistes de santé publique[10], engagé plutôt à gauche[11], il est un proche d'Emmanuel Macron dont il est conseiller au sein du "groupe santé" [12] pendant sa campagne présidentielle, il est notamment pressenti pour devenir ministre de la Santé après son élection[13]. Dans une note confidentielle datée du , il aurait averti le candidat du manque de préparation du pays aux catastrophes, dont les épidémies[14].

Directeur général de la Santé[modifier | modifier le code]

Le , alors professeur des universités-praticien hospitalier en maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (AP-HP) et enseignant à l'UFR de sciences de la santé à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, il est choisi par Agnès Buzyn pour succéder à Benoît Vallet comme directeur général de la Santé[15],[7]. En cette qualité, il exerce la fonction de haut fonctionnaire de défense et de sécurité adjoint, chargé de la défense et de la sécurité sanitaire[16] et représente la France à l'Organisation mondiale de la Santé[17].

Jérôme Salomon est membre du conseil d'administration de Santé publique France depuis 2016[13] et a participé à la commission « santé des femmes, droits sexuels et reproductifs » du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes entre 2018 et 2019[18].

Entre février et avril 2020, il tient une conférence de presse quotidienne sur la pandémie de Covid-19 où sont détaillés le nombre d’hospitalisation et de décès. Par la suite, le ministre de la Santé et le Premier ministre reprendront ce rôle d’information[19]. Le 17 mars, il recommande au grand public de ne pas porter de masque. Il reconnaît plus tard que ce fut une expression maladroite[20].

Le , il fait l’objet d’une perquisition judiciaire dans le cadre de l’enquête sur la gestion de la crise sanitaire[21], et particulièrement sa responsabilité dans la pénurie de masques.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jérôme Salomon est divorcé et père de trois enfants[6]. Amateur de musique classique, il joue du piano[6].

Décoration[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Salomon et Olivier Lambotte, Maladies infectieuses, Paris, Éditions Estem, , 69 p. (ISBN 2-84371-040-5).
  • Jérôme Salomon, Modification de l'usage antibiotique en population humaine et résistances bactériennes : thèse de doctorat en épidémiologie clinique, sous la direction de Didier Guillemot, Paris, Université Pierre-et-Marie-Curie, .
  • Dr Jérôme Salomon et Pr Bruno Lina, La vérité sur la grippe A H1N1 : la prévention, le traitement, le vaccin, la gestion de l'épidémie, Paris, Éditions Frison-Roche, , 144 p. (ISBN 978-2-87671-531-8).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coronavirus : Jérôme Salomon, ce médecin dans l'ombre devenu le visage de la lutte contre le Covid-19 », sur www.francetvinfo.fr,
  2. Solveig Godeluck, « Jérôme Salomon, l'homme qui fait rempart au coronavirus », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  3. a b c et d Elodie Lepage, « 10 choses à savoir sur Jérôme Salomon, le visage de la lutte contre le Covid-19 en France », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  4. Olivier Berger, « Coronavirus : se fier au jugement de Jérôme Salomon », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  5. Éloi Roche-Bruyn, « Jérôme Salomon, l'homme qui voulait terrasser le coronavirus », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c Frédéric Pommier, « Jérôme Salomon, le ‘Monsieur coronavirus’ du gouvernement » (émission de radio), France Inter,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Ministère des Solidarités et de la Santé, « Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, nomme le Pr Jérôme Salomon Directeur général de la Santé à compter du 8 janvier 2018 » [PDF], sur solidarites-sante.gouv.fr, (consulté le 16 mars 2020)
  8. « Jérôme Salomon : enfant de la santé publique », Les Echos,‎ (lire en ligne) (Consulté le 12/03/2021)
  9. Par Jean-Michel Décugis Le 14 janvier 2021 à 15h52 et Modifié Le 15 Janvier 2021 À 17h34, « L’étrange licenciement de Jérôme Salomon de l’institut Pasteur en 2012 », sur leparisien.fr, (consulté le 15 janvier 2021)
  10. Thomas Moysan, « Nomination : Le Pr Jérôme Salomon prend la tête de la DGS », What's up doc ?,‎ (lire en ligne)
  11. Éric Favereau, « Jérôme Salomon nommé directeur général de la santé », Libération,‎ (lire en ligne)
  12. Avec Olivier Véran, Claude Evin, Angèle Malâtre, Philippe Denormandie, François Crémieux, Vincent Hirsch, Julie Morel, Benjamin Voisin, Pierre-Yves Geoffard [1]
  13. a et b « Le Dr Jérôme Salomon nommé DGS », sur fivape.org
  14. Vincent Coquaz, « Jérôme Salomon avait-il alerté Macron sur l’impréparation de la France face aux catastrophes dès 2017 ? », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 20 mars 2020)
  15. Décret du 3 janvier 2018 portant nomination du directeur général de la santé.
  16. Ministère des Solidarités et de la Santé, « Organisation de la direction générale de la santé (DGS) », sur solidarites-sante.gouv.fr, (consulté le 2 mars 2020)
  17. Salomé Vincendon, « Qui est Jérôme Salomon, le monsieur coronavirus du gouvernement ? », BFM TV,‎ (lire en ligne)
  18. Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, « Les ancien.ne.s membres de 2015 à 2019 - M. Jérôme SALOMON », sur haut-conseil-egalite.gouv.fr (consulté le 16 mars 2020)
  19. Felicia Sideris, « Covid-19 : mais où est passé Jérôme Salomon ? »,
  20. François Vignal, « Port du masque : Jérôme Salomon reconnaît « une expression très maladroite » en mars », sur www.publicsenat.fr,
  21. AFP, « Gestion de la crise du Covid-19 : perquisitions chez Olivier Véran, Jérôme Salomon, Edouard Philippe et Agnès Buzyn »,
  22. Service de santé des armées, « HIA Percy : une cérémonie placée sous le signe de l'honneur et de l'engagement », Actu santé, revue du Service de santé des armées,‎ , p. 10 (ISSN 1165-2268, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]