Applaudissements aux fenêtres pendant la pandémie de Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Applaudissements aux fenêtres pendant la pandémie de Covid-19 en Espagne à Lasarte-Oria, le 29 mars 2020.

Les applaudissements aux fenêtres pendant la pandémie de Covid-19 sont une pratique adoptée par les habitants de nombreux pays par laquelle ils entendent remercier les professionnels de la santé durant le confinement du premier semestre 2020.

Un phénomène international[modifier | modifier le code]

Le phénomène a lieu dans de nombreux pays et prend des proportions importantes au niveau international :

Formes du rituel[modifier | modifier le code]

La pratique des applaudissements aux fenêtres, par sa fixité, sa répétitivité et sa synchronisation, tous les soirs à 20 heures, prend la forme d'un rituel social.

Applaudissements le 23 mars 2020 à Pampelune (Espagne) lors de la quarantaine nationale .

En Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, le , pendant le confinement, les habitants de Madrid sont invités sur les réseaux sociaux à applaudir les professionnels de la santé avec le mot d'ordre « aplauso sanitario » (« applaudissez les soignants »), puis le rituel s'étend ailleurs dans le pays. Les applaudissements ont lieu à 22 h[29].

En France[modifier | modifier le code]

Description du phénomène[modifier | modifier le code]

En France, à la suite de la décision du président Emmanuel Macron d'appliquer une mesure de confinement, les mots-clefs #OnApplaudit et #TousALaFenêtre acquièrent de la visibilité[30]. Le mot d’ordre est relayé par plusieurs députés[31] et s’inspire de la pratique italienne[32]. « À 20 h, on vient applaudir! Rendez-vous sur vos balcons et à vos fenêtres pour applaudir ensemble celles et ceux qui sont mobilisés pour le bien de tous[33]. »

Après des débats sur l’horaire à retenir (19 heures ou 20 heures)[30], c’est finalement à 20 h[34] qu’ont lieu les applaudissements quotidiens[35], qui deviennent très nourris à partir du deuxième jour[36]. Alors que les allocutions télévisées du président de la République ont généralement lieu à 20 h, celle du est décalée de deux minutes pour laisser aux applaudissements le temps de se dérouler[37].
En tant que phénomène synchronisé, ce rituel est perçu à la fois comme la création d'un nouveau lien entre voisins, et la manifestation de l'unité du peuple français[38].

Les applaudissements perdent progressivement en intensité après la levée des mesures de confinement, jusqu'à disparaître en [39]. Selon un sondage, 59 % des Français n'ont jamais applaudi pour les soignants, à l'inverse 21 % ont fait ce geste de façon régulière[40].

Suppressions des lits d'hôpitaux, coût de la saturation du système de santé[modifier | modifier le code]

Les syndicalistes, parmi lesquels le Collectif Inter-Hôpitaux, font entendre leurs revendications : « Ce n'est pas que d'applaudissements dont on a besoin ». Ils dénoncent la diminution des moyens, les fermetures de lits, de services et les pertes de pouvoir d'achat des personnels[41].

Les suppressions des lits (des moyens d'accueil) sont dénoncées depuis de nombreuses années lorsque la pandémie commence, la saturation des services hospitaliers est le facteur déclencheur des décisions de confinement. Les économies de quelques milliards faites grâce à ces restrictions budgétaires, sont comparées aux centaines de milliards d'euros que coûtent les mesures d'accompagnement des confinements :

  • en mars 2021, le déficit de l'État s'est accru de 193 milliards d'euros en un an[42],
  • « Le couvre-feu à 18 h coûte environ 10 milliards par mois à l’État », indique Laurent Saint-Martin, le rapporteur LREM du Budget à l’Assemblée,
  • à son annonce le 31 mars, on estime que le 3e confinement d'un mois coûtera 20 milliards d'euros de déficit supplémentaire[42].

Malgré le bilan financier désastreux et les conséquences majeures des choix politiques de fermetures des lits faits depuis plusieurs mandatures, les mêmes orientations sont maintenues et les fermetures de lits du système hospitalier se poursuivent dans toute la France. Alors que le gouvernement est acculé au 2e confinement à cause de la saturation des hôpitaux, Olivier Véran déclare le « Je sors totalement du dogme de la réduction des lits lorsqu’il y a des transformations de projets hospitaliers. Ça c’est terminé ! »[43]. Pourtant Olivier Milleron, cardiologue à l’hôpital Bichat, lors d’une conférence de presse du collectif inter-hôpitaux le 1er décembre, constate que "les projets de restructuration hospitalière sont toujours à l’ordre du jour, prévoyant la fermeture de centaines de lits et la suppression de nombreux emplois hospitaliers ». Le , la coordination nationale souligne qu'Emmanuel Macron avait promis lors du premier confinement de porter le nombre de lits de réanimation de 5 000 à 12 000. Un an après le Président de la République indique qu’il y en a seulement 7 000 et que l’objectif est d’atteindre 10 000[44].

Réaction du personnel soignant[modifier | modifier le code]

Les professionnels de la santé comprennent en général et apprécient l'intention de cette manifestation populaire. Ils expriment l'espoir qu'elle ne soit pas seulement une peur du risque sanitaire causé par la pandémie de Covid-19[38]. Infirmiers, médecins, ambulanciers sont eux aussi très touchés par cette mobilisation[31],[36].

Mais les applaudissements et surtout les promesses ont été oubliés dès la sortie du premier confinement : au deuxième comme au troisième confinement, les dotations matérielles sont toujours défaillantes, le personnel insuffisant, les suppressions de lits se poursuivent[45].

En Inde[modifier | modifier le code]

Durant son discours du , Narendra Modi, Premier ministre de l'Inde, a encouragé les applaudissements durant le confinement[46].

En Italie[modifier | modifier le code]

En Italie, premier pays européen confiné à cause de la pandémie, les applaudissements, longs de plusieurs minutes, ont lieu à 18 h[47]. Certains habitants entonnent aussi des chants italiens comme le Canto della Verbena[48] ou l'hymne national à leur balcon[47].

Le New York Times relate aux États-Unis l'événement italien le : « Les Italiens trouvent un moment de joie dans ces temps d'anxiété » (Italians Find ‘a Moment of Joy in This Moment of Anxiety’)[49].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Thank You collage de Nathan Wyburn, 2020 (cliquer pour voir les visages individuellement).

Au Royaume-Uni, l'hommage « Clap for Carers » a la forme d'une campagne en ligne qui se déroule pendant dix soirées de fin mars à fin mai 2020. Des voisins se tiennent sur le pas de leur porte tous les jeudis à 20 heures, en tapant sur des casseroles, parfois accompagnés de sirènes de police et de gyrophares, comportements considérés parfois comme relevant d'un « nationalisme bienveillant ».Boris Johnson déclare que le NHS est « alimenté par l'amour », une sorte de « ligne de front héroïque » face à une pandémie mondiale. Le personnel de soin est ainsi présenté comme un ensemble de héros, ce qui peut détourner de la responsabilité de contenir le virus, alors que le public conteste les mesures sanitaires employées[50].

Au Royaume-Uni, Annemarie Plas, une immigrée néerlandaise vivant à Londres, initie la campagne d'applaudissements aux fenêtres pendant la pandémie. Ils ont lieu tous les jeudis soir à 20 h entre le et le . L'initiative est connue sous le nom de Clap for our Carers (en) [51]. De nombreuses célébrités, influenceurs, personnalités politiques et publiques y participent. On peut notamment citer le Premier ministre Boris Johnson, le chancelier de l'Échiquier Rishi Sunak, Jeremy Corbyn, Sir Paul McCartney, Kylie Minogue, David Beckham, Daniel Craig, Phoebe Waller-Bridge, Naomie Harris et Sir Elton John. Les princes George et Louis et la princesse Charlotte encouragent également l'événement depuis leur résidence d'Anmer Hall. Cette campagne d'applaudissements aux fenêtres est diffusée par Sky, ITV, Channel 4 et la BBC .

Nathan Wyburn crée alors un collage numérique (Thank You) composé de plus de 200 images de membres du National Health Service (NHS), pour rendre hommage à leur travail.

En , Annemarie Plas propose de reconduire le Clap for Heroes lors du troisième confinement que connaît le pays.

Analyses sociologiques du rituel[modifier | modifier le code]

La manifestation de solidarité envers les soignants via des applaudissements synchronisés à heure fixe est une forme de rite contemporain non religieux, tendant à renforcer la cohésion de la population, confrontée à une situation difficile[38]. Elle a lieu à la frontière entre un espace privé (l'appartement ou la maison) et un espace public (le balcon ou l'entrée) et de ce fait emprunte, par sa visibilité, des caractéristiques de la société du spectacle : vidéos du phénomène, mises en scène. Elle met en exergue la notion de collectif, considérée comme essentielle pour affronter l'épidémie (grâce au service public), et donne une particulière intensité à des liens entre personnes qui en réalité ne se connaissent pas, équilibrant ainsi momentanément le collectif et l'individuel. Enfin, dans sa dimension répétitive, elle rassure les individus dans une période particulièrement anxiogène pour eux[38] : en effet, la ritualisation s'accommode du changement social, car les sociétés qui se transforment renouvellent les manières de marquer des moments forts. Le rituel suggère la nécessité d'apparaître comme faisant partie d'une communauté et, par conséquent, de confirmer sa propre existence et être reconnu en tant qu'individu. Ces interactions sociales donnent du sens dans ce contexte[38].

Cependant, la qualification de ce phénomène comme un « rituel de gratitude » a été contestée, étant considérée par certains comme un ensemble de tropes, tel celui du professionnel soignant vu comme un héros se sacrifiant pour masquer les failles des systèmes de soins nationaux[52].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nanta Novello Paglianti, « Rituals During Lockdown : The “Clap for our Carers” Phenomenon in France », Culture e Studi del Sociale, vol. 5, no 1,‎ , p. 315–322 (DOI 10.14273/unisa-2959).
  • Iegor Gran, Ces casseroles qui applaudissent aux fenêtres, Paris, POL, , 132 p. (ISBN 978-2-8180-5168-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) « Andorra torna a sortir als balcons per ovacionar als sanitaris », Altaveu,‎ 15 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 30 de marzo de 2020)
  2. (de) « Applaus für die Helfer », Tagesschau (ARD),‎ 19 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 31 de marzo de 2020)
  3. (es) « Coronavirus: toda la Argentina aplaudió a los profesionales de la Salud - TN.com.ar », sur Todo Noticias, 20 de marzo de 2020 (consulté en 28 de marzo de 2020)
  4. (de) « Applaus aus Fenstern für Helfer », ORF,‎ 17 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 29 de marzo de 2020)
  5. (en) « Applause for front-line medical staff this evening at 20.00 », The Brussels Times,‎ 18 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 30 de marzo de 2020)
  6. (en) « Coronavirus: Nightly applause for health-care workers comes to Vancouver », sur Global News (consulté en 28 de marzo de 2020)
  7. « Chilenos se unen a los aplausos en el mundo para los profesionales de la salud », 24 Horas (chaîne de télévision chilienne),‎ 19 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 27 de marzo de 2020)
  8. Wuhan jiāyóu': chants of solidarity spread across city at epicentre of coronavirus – video
  9. (es) « Colombia y su aplauso para el personal de la salud », sur AS Colombia, 20 de marzo de 2020 (consulté en 27 de marzo de 2020)
  10. (en) « Neighbourhoods across Croatia echo with applause for health workers on the front lines », Timeout.com,‎ 17 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 29 de marzo de 2020)
  11. http://www.cnctv.icrt.cu/2020/05/04/aplausos-por-trabajadores-de-la-salud/
  12. (es) « Un aplauso de agradecimiento retumbó en Quito », sur Extra Diario, 20 de marzo de 2020 (consulté en 28 de marzo de 2020)
  13. « COVID-19: Watch Dubai residents cheer healthcare workers from balconies », Gulf News,‎ 26 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 30 de marzo de 2020)
  14. (es) « Los sanitarios devuelven el aplauso a los ciudadanos », sur El País, 16 de marzo de 2020 (consulté en 27 de marzo de 2020)
  15. (en) « Tribute to essential health care workers set for 8 p.m. across the US », Fox News,‎ 21 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 27 de marzo de 2020)
  16. « Los franceses abrieron sus ventanas para aplaudir al personal sanitario », sur RFI, 18 de marzo de 2020 (consulté en 28 de marzo de 2020)
  17. L'Inde dépose des lumières à ses fenêtres contre les "ténèbres du coronavirus" ; site:Radio-télévision belge de la Communauté française ; date:5 avril 2020 ; consulté le:6 février 2021.
  18. [https://www.algemeiner.com/2020/03/19/israelis-across-country-applaud-from-their-balconies-in-appreciation-of-medical-workers-battling-coronavirus/ Israelis Across Country Applaud From Their Balconies in Appreciation of Medical Workers Battling Coronavirus ]
  19. https://www.aa.com.tr/es/mundo/italianos-rinden-homenaje-con-aplausos-desde-sus-balcones-a-los-trabajadores-de-la-salud/1766426
  20. https://www.efe.com/efe/america/mexico/vecinos-de-hospital-mexicano-aplauden-a-sanitarios-que-combaten-el-covid-19/50000545-4233129
  21. (en) « Coronavirus: Group calling for Kiwis to 'clap for our champions' sees massive interest », Newshub,‎ 28 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  22. « Applause for doctors, nurses, healthcare workers », NL Times,‎ 17 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 27 de marzo de 2020)
  23. « Panameños aplauden y reflejan la unión de un país contra el Coronavirus », Radio Panamá,‎ 15 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 4 de abril de 2020)
  24. (es) « Aplauden a personal de blanco que combate el coronavirus », sur ultimahora.com (consulté en 2 de abril de 2020)
  25. (es) « Emergencia nacional | Con aplausos masivos peruanos reconocen la labor de los que trabajan durante cuarentena [VIDEOS] », sur RPP (consulté en 27 de marzo de 2020)
  26. (en) « Swiss applaud medical staff from balconies and windows », Swissinfo,‎ (lire en ligne, consulté en 30 de marzo de 2020)
  27. (en) « Bangkok residents cheer and clap to show support for COVID-19 medical workers », News Flare,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  28. « Aplausos desde balcones: el gesto español en agradecimiento a médicos que llegó a Uruguay », El País,‎ 18 de marzo de 2020 (lire en ligne, consulté en 27 de marzo de 2020)
  29. « Coronavirus : Les Espagnols, confinés, sont sortis aux fenêtres pour applaudir les personnels soignants », sur TV5MONDE, (consulté le 8 avril 2021)
  30. a et b « Des appels pour applaudir les soignants, en première ligne face au coronavirus », sur L'Obs (consulté le 8 avril 2021)
  31. a et b « Ces soignants émus par les applaudissements des Français depuis leur fenêtre », sur Le HuffPost, (consulté le 8 avril 2021)
  32. « Applaudissements aux soignants et légende chinoise », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 8 avril 2021)
  33. https://www.nice.fr/fr/actualites/a-20h-on-vient-applaudir/mairie?type=articles
  34. « Applaudissements aux fenêtres : les Parisiens reconnaissants », sur www.paris.fr (consulté le 8 avril 2021)
  35. (en) Reuters Staff, « Locked-down Paris takes to balconies to applaud health workers », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2021)
  36. a et b « Confinement, jour 2 : des applaudissements nourris pour les soignants qui font face au coronavirus » (consulté le 8 avril 2021)
  37. « Coronavirus : pourquoi Emmanuel Macron va s'exprimer à 20h02 précises », sur RTL.fr (consulté le 8 avril 2021)
  38. a b c d et e Novello Paglianti 2020.
  39. Frédéric Gouaillard, « Déconfinement : est-ce la fin des applaudissements de 20 heures ? », sur leparisien.fr, (consulté le 8 avril 2021)
  40. « Coronavirus : 59% des Français n'ont jamais applaudi les personnels soignants », sur rtl.fr
  41. Gwladys Laffitte et Benjamin Pelsy (avec G.D.), « "Ce n'est pas que d'applaudissements dont on a besoin" : quand les soignants se transforment en colleurs d'affiches pour réclamer plus de moyens », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le 19 juin 2020)
  42. a et b Jacques Sayagh, « Pourrait-on financer un troisième confinement ? », sur ouest-france.fr, (consulté le 7 avril 2021)
  43. Rachel Knaebel, « Malgré les déclarations d’Olivier Véran, suppressions de lits et fermetures d’hôpitaux se poursuivent », sur bastamag.net, (consulté le 7 avril 2021)
  44. PhilQuand, « Coordination Nationale des comités de défense des Hôpitaux et Maternités de proximité », sur coordination-defense-sante.org, (consulté le 7 avril 2021)
  45. « De l’apparition d’une « maladie mystérieuse » à une lente sortie de crise : retour sur un an de Covid-19 en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2021)
  46. (en-US) Scroll Staff, « ‘If you’re quarantined and you know it, clap your hands’: Modi suggestion amuses Twitter users », sur Scroll.in (consulté le 8 avril 2021)
  47. a et b « Coronavirus : en Italie, des applaudissements aux balcons pour le personnel soignant », sur Europe 1 (consulté le 8 avril 2021)
  48. Ghislain Deslandes et Mar Pérezts, « Ce que les manifestations publiques révèlent de notre rapport au monde en confinement », sur The Conversation (consulté le 8 avril 2021)
  49. (en-US) Jason Horowitz, « The New York Times, Italians Find ‘a Moment of Joy in This Moment of Anxiety’ », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Helen Wood et Beverley Skeggs, « Clap for carers? From care gratitude to care justice », European Journal of Cultural Studies, vol. 23, no 4,‎ , p. 641–647 (ISSN 1367-5494, DOI 10.1177/1367549420928362, lire en ligne, consulté le 9 février 2021)
  51. (en-GB) « Clap For Heroes every Thursday at 8pm #clapforheroes », sur Clap For Our Carers (consulté le 8 avril 2021)
  52. Margaret McAllister, Donna Lee Brien et Sue Dean, « The problem with the superhero narrative during COVID-19 », Contemporary Nurse, vol. 56, no 3,‎ , p. 199–203 (ISSN 1037-6178, PMID 32969777, DOI 10.1080/10376178.2020.1827964, lire en ligne, consulté le 9 février 2021)