Hôpital militaire de Mulhouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hôpital militaire de Mulhouse
Présentation
Coordonnées 47° 43′ 29″ nord, 7° 20′ 37″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Mulhouse
Fondation 24 mars 2020
Organisation
Type Hôpital de campagne
Élément militaire de réanimation
Affiliation Service de santé des armées
Ministère des Armées
Services
Nombre de lits 30
Direction Médecin général inspecteur
Jacques Escarment
Collaborateurs 100
Spécialité(s) Maladie à coronavirus 2019
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Géolocalisation sur la carte : Mulhouse/Haut-Rhin/France

L'hôpital militaire de Mulhouse est un hôpital de campagne de type « élément militaire de réanimation » (EMR) construit en par le Service de santé des armées et le régiment médical de l'Armée de terre française. Son déploiement est annoncé par le président Emmanuel Macron dans le cadre de la pandémie de maladie à coronavirus en France, afin de désengorger l'hôpital de Mulhouse.

Conception[modifier | modifier le code]

Lors de son allocution du , le président Emmanuel Macron annonce le déploiement d'un hôpital militaire de campagne à Mulhouse, afin de soulager et désengorger l'hôpital de la ville en manque de lits en service de réanimation à cause de l'afflux de malades[1],[2]. L’hôpital est érigé en huit jours[3] par le régiment médical[4] sur le parking de l'hôpital Émile-Muller de Mulhouse.

Il est composé de trente lits de réanimation, ceux-ci sont réservés aux malades en état grave et sous assistance respiratoire en phase d’amélioration. Quatre-vingt-trois soignants du Service de santé des armées (médecins, anesthésistes, réanimateurs, infirmiers, anesthésistes-réanimateurs, épidémiologistes et aides-soignants), venus des hôpitaux d'instruction des armées, y sont mobilisés[5]. Son commandement est confié au médecin général inspecteur Jacques Escarment, anesthésiste-réanimateur, spécialement rappelé de la deuxième section des officiers généraux[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Son déploiement par le Régiment médical nécessite un convoi de 16 camions à partir du 21 mars 2020[6].

L’établissement reçoit son premier patient atteint du Covid-19 le [1],[7].

Le président Emmanuel Macron se rend sur place le et y annonce une série du nouvelles mesures afin de lutter contre la pandémie de maladie à coronavirus en France, dont la multiplication de tests et le déclenchement de l'opération Résilience[8],[9].

La directrice centrale du Service de santé des armées, Maryline Gygax Généro, se rend sur place le [10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Un premier malade y a été admis : pourquoi l'hôpital militaire de Mulhouse est hors norme », sur LCI (consulté le 26 mars 2020)
  2. « Coronavirus : voici à quoi ressemble l’hôpital militaire installé à Mulhouse », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2020).
  3. Jean-Dominique Merchet, « Covid-19 : le premier patient pris en charge à l’EMR de Mulhouse ce mardi », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2020).
  4. « Coronavirus Covid 19 : l'Armée et le régiment médical de la Valbonne (Ain) vont venir en aide à l'hôpital de Mulhouse », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 26 mars 2020).
  5. a et b Nicolas Barotte, « Un premier patient admis à l'hôpital militaire de Mulhouse », Le Figaro, no 23516,‎ , p. 19.
  6. Philippe Chapleau, « Mulhouse: la mise en place de l'élément militaire de réanimation commence », sur Ouest-France, (consulté le 22 mars 2020).
  7. « Coronavirus : l'hôpital militaire de Mulhouse est opérationnel », sur RTL.fr (consulté le 26 mars 2020).
  8. « Macron, masqué, visite l'hôpital militaire de Mulhouse et annonce davantage de tests », sur Le Point, (consulté le 26 mars 2020).
  9. « REPLAY. Coronavirus : Emmanuel Macron annonce une prime exceptionnelle et des heures supplémentaires majorées pour "l'ensemble des personnels soignants et des fonctionnaires mobilisés" », sur Franceinfo, (consulté le 26 mars 2020).
  10. Tweet du Service de santé des armées du 29 mars 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]