Antonín Panenka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonín Panenka
Antonín Panenka 2013.JPG
Antonín Panenka en 2013.
Biographie
Nationalité Drapeau : République tchèque Tchèque
Naissance (66 ans)
Lieu Prague (Tchécoslovaquie)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 1968 - 1985
Poste Milieu offensif
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1957-1968 Drapeau : Tchécoslovaquie Bohemians Prague
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1968-1981 Drapeau : Tchécoslovaquie Bohemians Prague 678 (318)
1981-1985 Drapeau : Autriche Rapid Vienne 146 0(74)
Parcours amateur
Saisons Club
1985-1987 Drapeau : Autriche VSE St. Pölten
1987–1989 Drapeau : Autriche Slovan Vienna
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1973-1982 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 59 (17)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Antonín Panenka, né le 2 décembre 1948 à Prague, est un footballeur international tchécoslovaque (aujourd'hui tchèque).

Il doit sa notoriété à une façon particulière de tirer certains penaltys, un style auquel il donne son nom, la « Panenka ». Son nom passe tardivement à la postérité. Il revient dans la bouche des commentateurs dans les années 1990, lorsque certains joueurs remettent son geste au goût du jour. L’Allemand Rudi Völler puis l’Italien Francesco Totti s’en font une arme technique à part entière, Zinédine Zidane le réalise en finale de Coupe du monde 2006[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière aux Bohemians[modifier | modifier le code]

Antonín Panenka entre à l'âge de onze ans aux Bohemians Prague. Panenka est un footballeur modèle et discret, au service de son équipe et du Parti communiste dont il est un membre reconnu[2].

Après son geste en finale du Championnat d'Europe des Nations 1976, Antonin Panenka devient le plus réputé des joueurs de l’Est, supplantant ses coéquipiers. Les amateurs de football à l’Ouest se passionnent pour ce footballeur taciturne au physique rugueux avec sa moustache : l’image classique du joueur de l’Est. Mais Panenka, sans trahir le système qui l’a enfanté, regarde aussi de l’autre côté du Rideau de fer attiré par le professionnalisme. Plutôt que de fuir son pays en pleine notoriété, il choisit d’attendre un bon de sortie même tardif. Trois conditions sont requises : avoir dépassé la trentaine, attester d’au moins 50 sélections en équipe nationale[3] et reverser un tiers de son salaire à l’État tchécoslovaque[2],[4].

Avec ce club, il est élu meilleur joueur du championnat tchécoslovaque en 1980. Après 23 ans de carrière aux Bohemians de Prague[5], il quitte le club en mars 1981[2]. À 32 ans, il est alors auréolé de sa cinquantième sélection depuis novembre 1980[6].

Départ pour le Rapid Vienne (1981-1985)[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué l’essentiel de sa carrière aux Bohemians de Prague, Antonín Panenka est autorisé à monnayer son talent dans un club occidental. En mars 1981, il se contente de parcourir les 250 kilomètres qui séparent Prague de Vienne pour signer au Rapid. Il y évolue durant quatre ans, remportant deux titres de champion d’Autriche, trois Coupes, et inscrivant un ultime but en finale de la Coupe des vainqueurs de coupe, perdue contre Everton en 1985[2],[1],[5].

Fin de carrière en Autriche (1985-1989)[modifier | modifier le code]

A l'été 1985, Antonín Panenka quitte le Rapid Vienne pour un autre club autrichien, le VSE St. Pölten de 1985 à 1987[5]. Il y reste deux saisons puis part au Slovan Vienna où il termine sa carrière après deux nouveaux exercices, en 1989[7].

Il est alors courtisé comme ambassadeur du bloc de l’Est dans la capitale autrichienne, encore au cœur de la Guerre froide. Avec gentillesse et sens du devoir, il participe à de nombreuses cérémonies diplomatiques ou rencontres culturelles[2],[3].

En équipe nationale (1973-1982)[modifier | modifier le code]

Panenka représente l’ancienne équipe de Tchécoslovaquie pour la première fois contre l’Écosse, le 29 septembre 1973, pour un match des tours préliminaires à la Coupe du monde 1974 (défaite 2-1). Il marque son premier but international contre la France le 27 avril 1974 lors d'un match amical. Champion d'Europe 1976, il figure aussi dans la sélection nationale troisième à l’Euro 1980[6].

Il connaît sa dernière sélection contre la France lors de la phase de groupe du Mondial 1982 (1-1). Au cours de 59 rencontres jouées avec la sélection nationale[5], Panenka remporte 27 matchs pour 19 matchs nuls et 13 défaites. Il marque aussi 17 buts dont un triplé lors de sa dixième sélection pour le compte des éliminatoires pour l'Euro 1976 contre Chypre (victoire 4-0)[6].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Bulletin officielle d'entrée au Sénat d'Antonín Panenka.

Aujourd'hui, Antonín Panenka est le président des Bohemians Prague[5].

En juillet 2014, Antonín Panenka est pressenti pour être candidat lors des élections sénatoriales tchèques prévue à l'automne. Le président du club des Bohemians Prague serait alors candidat à la succession de Jaromír Štětina et donc probable prochain chef de la formation des « Indépendants pour Prague 10 »[8].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Sur le terrain[modifier | modifier le code]

Fragile à première vue, Panenka est pourtant un leader. Il s'impose sur le terrain grâce à son excellente technique et à son aptitude à diriger la manœuvre. De plus, il est un redoutable tireur de coups francs[3].

Antonín Panenka donne l'image d'un footballeur de devoir moustachu comme beaucoup de sportifs des pays communistes de l'époque[1].

Inventeur d'un geste[modifier | modifier le code]

Antonín Panenka invente sa manière de tirer au but sur le stade Ďolíček des Bohemians, avec le gardien Hruška. Après chaque séance d'entraînement, Antonín Panenka a l'habitude de tirer quelques penalties avec le gardien - ils jouent pour une tablette de chocolat ou pour une bière. Étant un très bon gardien, Panenka réfléchi à de nouvelles façons de le battre. Il lui vient alors l'idée de retarder sa frappe et de simplement soulever le ballon. Se disant qu'un gardien qui plonge d'un côté n'a pas le temps de changer de trajectoire. Il commence à l'entraînement, puis à le refaire en match amical, dans les championnats mineurs, et il perfectionne sa technique jusqu'à l'utiliser en match officiel[9]. Le milieu de terrain des Bohemians Prague marque quelques penalties de cette façon dans le championnat tchécoslovaque, mais son geste ne franchi pas les frontières hermétiques de son pays. C'est donc dans un contexte où l'expression est étouffée, dans une ville de Prague réduite au silence, qu'est créé ce geste[1].

Lors de la finale du Championnat d'Europe 1976 entre la Tchécoslovaquie et la RFA, les Tchécoslovaques mènent par deux fois, mais les Allemands égalisent toujours, notamment avec un but à la toute dernière minute. Il faut en passer par la séance de tirs-au-but. Après le quatrième tir de la RFA expédié au-dessus de la barre par Uli Hoeness, Antonín Panenka s'avance en sachant que s'il marque son équipe est championne d'Europe. Il envoie tranquillement un petit lob qui trompe Sepp Maier. Les Tchécoslovaques remportent la séance 5 à 3[9].

Au cours de sa carrière, Panenka tire de nombreux penaltys. Il ne les tire pas tous de cette façon et au fur et à mesure que sa réputation franchit les frontières, il choisit de les tirer de manière plus conventionnelle. Lors du premier tour de la Coupe du monde 1982, il inscrit sur des penaltys « normaux » les deux buts de son équipe contre le Koweït (1-1) et contre la France (1-1).

Sa manière de tirer les penaltys a depuis fait de nombreux émules. Son échec le plus connu est celui du 10 avril 1985, à Vienne, lors du match aller de la demi-finale de Coupe des vainqueurs de Coupes contre le Dinamo de Moscou. Panenka rate un penalty à la 65e minute de jeu. Tiré de manière « conventionnelle » le tir est paré par le gardien russe Alexei Prudnikov[10]. Selon ses dires, le joueur n'a jamais raté une de ses « Panenka » en match officiel[11].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Générale[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente les statistiques d'Antonín Panenka[6],[7],[12].

Statistiques de Antonín Panenka
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Total
Division M B M B C M B M B M B
1967-1968 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1968-1969 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1969-1970 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1970-1971 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1971-1972 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1972-1973 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - - - 0 0
1973-1974 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 7 1 7 1
1974-1975 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 3 3 3 3
1975-1976 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 5 1 5 1
1976-1977 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 7 4 7 4
1977-1978 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 3 0 3 0
1978-1979 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 7 2 7 2
1979-1980 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 15 3 15 3
1980-1981 Drapeau de la Tchécoslovaquie Bohemians 1905 D1 - - - - - - - 4 0 4 0
Sous-total - - - - - - - 51 14 51 14
1981 Drapeau de l'Autriche Rapid Vienne D1 18 4 - - - - - 1 1 19 5
1981-1982 Drapeau de l'Autriche Rapid Vienne D1 33 13 - - C3 2 1 7 2 42 16
1982-1983 Drapeau de l'Autriche Rapid Vienne D1 29 15 - - C1 4 2 - - 33 17
1983-1984 Drapeau de l'Autriche Rapid Vienne D1 26 18 - - C1 6 3 - - 32 21
1984-1985 Drapeau de l'Autriche Rapid Vienne D1 21 13 - - C2 7 5 - - 28 18
Sous-total 127 63 - - - 19 11 8 3 154 77
Total sur la carrière 127 63 0 0 - 19 11 59 17 205 91

En sélection[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Panenka (à gauche) avec Ivo Viktor, gardien de l'équipe championne d'Europe 1976.

Collectif[modifier | modifier le code]

Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau : Autriche Rapid Vienne

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Nommé dans l'équipe type de l'Euro 1976
  • Élu meilleur joueur tchécoslovaque de l'année en 1980
  • Meilleur buteur de la Coupe des Coupes 1985 (5 buts)
  • Reçoit la Médaille du Mérite de la République Tchèque en 2008
  • Reçoit le prix Václav Jíra en 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d « Panenka 1976, le penalty de velours », sur cahiersdufootball.net,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  2. a, b, c, d et e « Antonin Panenka », sur wearefootball.org (consulté le 26 juin 2015)
  3. a, b et c « Antonin Panenka », sur football-the-story.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  4. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Peit Futé - Prague 2012-2013 : La Panenka d'Antonín Panenka, Petit Futé,‎ , 303 p. (ISBN 9782746951365, lire en ligne), p. 62
  5. a, b, c, d et e « Antonín Panenka souffle ses 60 bougies », sur radio.cz,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  6. a, b, c, d et e (en) « Antonin Panenka - International Appearances », sur rsssf.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  7. a et b Fiche d’Antonín Panenka sur footballdatabase.eu
  8. « Presse : l'ancien footballeur Antonín Panenka futur sénateur ? », sur radio.cz,‎ (consulté le 29 juin 2015)
  9. a et b « Joueur clé - Panenka et le tir au but parfait », sur uefa.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  10. Source: hebdomadaire soviétique "Futbol-Hokkeï", no 15 du 14.4.1985.
  11. Source: L'Équipe du 30 juin 2012, page 12
  12. Antonín Panenka sur le site de L'Équipe.