Bouniagues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouniagues
Le village et l'église de Bouniagues.
Le village et l'église de Bouniagues.
Blason de Bouniagues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sud-Bergeracois
Intercommunalité Communauté d'agglomération bergeracoise
Maire
Mandat
Georges Bassi
2014-2020
Code postal 24560
Code commune 24054
Démographie
Gentilé Bouniaguais
Population
municipale
575 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 36″ nord, 0° 31′ 34″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 181 m
Superficie 8,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Bouniagues

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Bouniagues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouniagues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouniagues
Liens
Site web bouniagues.com

Bouniagues est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Située en Bergeracois, dans le sud du département de la Dordogne, la commune de Bouniagues s'étend sur 8,62 km2. Bordée à l'est par un ruisseau sans nom, affluent de la Conne, elle fait partie de l'aire urbaine de Bergerac[1].

L'altitude minimale, 74 mètres, se trouve à l'extrême est, là où l'affluent de la Conne quitte la commune et sert de limite entre celles de Conne-de-Labarde et Saint-Cernin-de-Labarde. L'altitude maximale avec 181 mètres est localisée au sud, à l'est du lieu-dit le Mas. Au niveau géologique, le sol se compose principalement de molasses et de calcaires oligocènes et éocènes[2].

Le bourg de Bouniagues, à l'intersection de la route nationale 21 et de la route départementale 13, se situe, en distances orthodromiques, onze kilomètres au sud-sud-est de Bergerac et quinze kilomètres au nord-est d'Eymet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bouniagues est limitrophe de sept autres communes, dont Sadillac au sud-ouest par une simple quadripoint, et Monsaguel au sud-est sur environ 300 mètres.

Communes limitrophes de Bouniagues
Colombier Conne-de-Labarde
Ribagnac Bouniagues Saint-Cernin-de-Labarde
Sadillac Saint-Perdoux Monsaguel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Bouniague[3].

En occitan, la commune porte le nom de Bonhagas[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et electoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Bouniagues a été rattachée au canton de Ribagnac qui dépendait du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton d'Issigeac dépendant de l'arrondissement de Bergerac[5].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[6]. La commune est alors rattachée au canton du Sud-Bergeracois.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Bouniagues intègre dès sa création la communauté de communes de Bergerac Pourpre. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2012 et remplacée au 1er janvier 2013 par la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[7],[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001[9] (réélu en mars 2014) en cours Georges Bassi DVD Cadre commercial

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Bouniagues relève[10] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Bouniagues se nomment les Bouniaguais[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Bouniagues depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Bouniagues[12]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Bouniagues comptait 575 habitants.


           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456 371 419 508 522 505 525 538 517
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501 512 540 503 544 536 500 405 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
376 420 408 347 325 318 318 327 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
380 349 378 447 466 476 489 552 575
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[14], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 268 personnes, soit 48,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente) a plus que doublé par rapport à 2007 (treize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 75 établissements[15], dont 41 au niveau des commerces, transports ou services, douze dans la construction, onze relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et trois dans l'industrie[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I concerne la friche calcaire de la Becquerie, au sud de la commune, en limite de Saint-Perdoux pour sa flore, et notamment une espèce rare, le Fumana fausse bruyère (Fumana ericoides)[20],[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouniagues Blason Parti au 1) d’azur aux dix losanges d’argent ordonnées 2.3.3.2 au 2) d’hermine à la champagne d’azur chargée de quatre losanges d’argent rangées en fasce[22]
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aire urbaine de Bergerac (109), Insee, consulté le 28 mai 2017.
  2. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  3. Carte 71 Bergerac, site cartocassini.org, consulté le 27 mai 2017.
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 11 février 2014.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  7. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 27 mai 2017.
  8. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 27 mai 2017.
  9. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 14 août 2014.
  10. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 27 mai 2017).
  11. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  12. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 17 mars 2017).
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 17 octobre 2015.
  15. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 17 octobre 2015).
  16. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 17 octobre 2015.
  17. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 174.
  18. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 47.
  19. « Presbytère », notice no PA00082390, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 27 mai 2017.
  20. [PDF] Friche calcaire de la Becquerie, INPN, consulté le 27 mai 2017.
  21. Carte de localisation de la friche calcaire de la Becquerie sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 27 mai 2017. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, dans la « Légende » (en bas à gauche), ouvrir la couche « Référentiels » et barrer la couche « Photographie IGN ».
  22. OLDJP la banque du blason 2, consultée le 22 novembre 2012.