Saint-Perdoux (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Perdoux.

Saint-Perdoux
Saint-Perdoux (Dordogne)
Vignoble à Saint-Perdoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sud-Bergeracois
Intercommunalité Communauté de communes des Portes sud Périgord
Maire
Mandat
Lucien-André Pomedio
2014-2020
Code postal 24560
Code commune 24483
Démographie
Population
municipale
137 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 24″ nord, 0° 32′ 17″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 197 m
Superficie 7,43 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Perdoux
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Perdoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Perdoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Perdoux

Saint-Perdoux est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue vers l'est, vers la Grande Font.

Commune située dans l'aire urbaine de Bergerac, à côté de la RN 21 et de Bouniagues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Perdoux est limitrophe de six autres communes dont Ribagnac au nord-ouest par un simple quadripoint. Au nord-est, le territoire communal de Saint-Cernin-de-Labarde est proche de moins de 300 mètres.

Communes limitrophes de Saint-Perdoux
Ribagnac Bouniagues
Sadillac Saint-Perdoux Monsaguel
Saint-Capraise-d'Eymet Plaisance

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu date de l'an 1298 et se réfère à son église Sanctus Pardulphus[1], en hommage à saint Pardoux[1], abbé de Guéret au VIIIe siècle. Au XVIIIe siècle, le lieu prend le nom de Saint Perdhou de Causac puis au XIXe siècle, celui de Saint-Perdoux-d'Issigeac[1].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Pardol[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Saint-Perdoux a été rattachée au canton de Ribagnac qui dépendait du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton d'Issigeac dépendant de l'arrondissement de Bergerac[3].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2009, Saint-Perdoux intègre dès sa création la communauté de communes du Pays issigeacois. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes des Portes sud Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie en 2017.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
juillet 1990[4] (réélu en mars 2014) En cours Lucien-André Pomedio SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2017, la commune comptait 137 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319283310288453447434412332
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
328318276308296304225192204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205192198162158162150178156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
138132122121120136138137134
2017 - - - - - - - -
137--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent cinquante-neuf personnes, soit 44,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (huit) a diminué par rapport à 2010 (quatorze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,6 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte dix-sept établissements[9], dont sept au niveau des commerces, transports ou services, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, un dans la construction, un dans l'industrie, et un relatif au secteur administratif[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancienne église Saint-Pardoux[11] fut remplacée par la nouvelle datant des XVe et XVIe siècles[1].

Situé à l'ouest de la commune, le souterrain des Crambes[12] a été localisé en 1898 par un archéologue de Bergerac. Ce souterrain devait servir à protéger les soldats pendant les guerres. Trois manoirs ont été construits sur la commune au Moyen Âge.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 359.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 3 avril 2014.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 30 août 2014.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Dossier complet - Commune de Saint-Perdoux (24483) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 janvier 2019.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 janvier 2019).
  10. Dossier complet - Commune de Saint-Perdoux (24483) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 janvier 2019.
  11. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 177.
  12. « Couloir d’accès aux salles du souterrain des Crambes » sur Visites en Aquitaine, consulté le 3 mai 2016.