Montonvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montonvillers
Montonvillers
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Laurent Crampon
2020-2026
Code postal 80260
Code commune 80565
Démographie
Population
municipale
82 hab. (2019 en diminution de 11,83 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 39″ nord, 2° 17′ 47″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 130 m
Superficie 1,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Amiens-2
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Montonvillers
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Montonvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montonvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montonvillers
Liens
Site web http://www.mairie-montonvillers.fr

Montonvillers est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à une bonne dizaine de kilomètres au nord d'Amiens, à moins de deux kilomètres à l'ouest de Villers-Bocage.

Le territoire est bordé par les communes :

- au nord, Flesselles et Naours,

- au nord-est, Talmas,

- à l'est, Villers-Bocage, ancien chef-lieu de canton,

- au sud-est, Coisy,

- au sud, Bertangles et Vaux-en-Amiénois,

- au sud-ouest, Saint-Vaast-en-Chaussée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 56 (Havernas - Flesselles - Amiens) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montonvillers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (91,7 %), forêts (8,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Multumvilla en 1156, Moltunviler en 1192, Moutonviler en 1196, Montonvillers en 1192 signifient probablement métairie où on élevait des moutons[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à proximité de la voie romaine qui reliait Amiens à Thérouanne[9].

Dès 1192, il y avait un personnat au village.

La famille de Monsures posséda la terre du village jusqu'à la Révolution. Les Lennel en devinrent propriétaires par acquisition[9].

La coupe du velours a été prospère mais est en voie de disparition à la fin du XIXe siècle[9].

En 1899, un seul moulin à vent, vestige d'une industrie locale, est appelé à disparaître[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Territoire Nord Picardie après avoir fait partie de la communauté de communes Bocage Hallue.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2008 Jacques Petitprez    
mars 2008[10] En cours
(au 8 octobre 2020)
Laurent Crampon   Vice-président de la CC du Territoire Nord Picardie (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[11],[12]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Classement au concours des villes et villages fleuris : une fleur récompense les efforts locaux en faveur de l'environnement[13].

La commune obtient sa deuxième fleur au concours des villes et villages fleuris lors du dévoilement du palmarès le [14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2019, la commune comptait 82 habitants[Note 3], en diminution de 11,83 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
132115114185203206216206198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
166162164148137128113115105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
897776463638434248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
404662837271969584
2019 - - - - - - - -
82--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités[modifier | modifier le code]

Les , 1er, et pour la quatorzième année consécutive se tient le festival de jazz local[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Antoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine est un édifice du XVIe siècle, encore doté à l'intérieur de sa charpente d'origine. Sa façade occidentale a toutefois été refaite en brique au XIXe siècle. Elle présente la particularité d'abriter un puits recouvert par une tour carrée à gauche de la façade occidentale. La sacristie qui entoure le chevet (XVIIIe siècle) est un témoignage des aménagements de l'Ancien Régime : elle contraste avec les habituelles sacristies du XIXe siècle, dont le matériau (brique ou torchis) n'est pas toujours en harmonie avec le reste de l'église[20].

Château[modifier | modifier le code]

Le château, élevé en brique et pierre, se situe près de l'église. Il a vraisemblablement été construit pour Théodore Lennel vers 1830 par l'architecte François Duvillers. Actuellement inhabité, il est en mauvais état et se dégrade. Il est orné d'un fronton sculpté dû aux frères Duthoit[21].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b c d et e Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Delaruelle, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens, Lire la notice en ligne.
  10. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  11. Mandature 2014-2020 : « Laurent Crampon se représente : La cérémonie des vœux a été l'occasion de faire le point sur les chantiers. Et même s'il ne l'a pas dit explicitement, le maire brigue un nouveau mandat. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Délibération du conseil municipal du 23 mai 2020 » [PDF], Comptes Rendus 2020, sur http://www.mairie-montonvillers.fr (consulté le ).
  13. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le ).
  14. Thomas Diévart, « Découvrez le palmarès 2018 des villes et villages fleuris en Picardie », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Courrier picard, édition Picardie maritime, 27 juin 2017, p. 35.
  20. Itinéraires du Patrimoine, livret no 181. Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie, Amiens.
  21. Le château sur le site de l'inventaire des Hauts-de-France.