Jean Veyren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Veyren
Description de cette image, également commentée ci-après

Grilles du chœur de la cathédrale d'Amiens

Alias
Vivarais
Naissance
Villeneuve-de-Berg (Ardèche)
Décès
Corbie (Somme)
Nationalité française
Profession

Jean-Baptiste Veyren, surnommé Vivarais, est un serrurier et ferronnier d'art français du XVIIIe siècle, baptisé le 25 décembre 1707[Note 1] à Villeneuve-de-Berg, en Ardèche, décédé le 9 avril 1788[1] et inhumé le lendemain, à Corbie, dans la Somme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Veyren[Note 2] était le fils de Jacques Veyrenc, maître-serrurier à Villeneuve de Berg, et d'Anne Amblard.

Il arriva à Corbie avec un autre serrurier Claude Badaroux, originaire de Bonnevaux (Gard) entre 1730 et 1732. Cette venue se fit dans le sillage de Pierre de Sabatier et de Louis d'Orléans de La Motte, supérieurs du séminaire de Viviers (Ardèche) puis successivement évêques d'Amiens de 1706 à 1774[2].

Il se maria le 8 janvier 1737[3], à Fouilloy, avec Marie-Jeanne Papillon, fille d'André Papillon, maître perruquier.

Son épouse décéda et fut inhumée, le 24 février 1745, à Corbie. Jean-Baptiste Veyren se remaria le 3 octobre 1747[4], avec Marie-Louise Euvremer-Duval, fille de maître Nicolas, brasseur et marchand de vin.

Un de ses neveux, Jacques Veyrenc, fut chapelain du château d'Heilly, au moins de 1776 à 1780.

Un ferronnier talentueux[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Veyren apprit son métier auprès de son père, maître serrurier. Installé à Corbie en Picardie, il réalisa, en 1734, la grande grille d'entrée du chœur de l'église abbatiale avec Claude Badaroux.

Il est surtout connu pour avoir réalisé les somptueuses grilles en fer forgé formant clôture du chœur de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, en partie d'après les plans de Michel-Ange Slodtz et en partie sur ses propres dessins.

Il réalisa également les grilles du chœur de l'église abbatiale de Valloires, les grilles de la chapelle de l'hospice de Saint-Riquier, les grilles du château disparu d'Heilly, dont l'une fut démontée et remontée au château de Bertangles, et celle du château d'Hénencourt.

Dans l'abbatiale de Valloires, il réalisa, en collaboration avec le sculpteur Simon Pfaff de Pfaffenhoffen, la suspense eucharistique du maître-autel. Cette œuvre de sept mètres de haut, en forme de palmier, est un véritable chef-d’œuvre, finement décoré de fleurs et de feuilles.

Claude Badaroux[modifier | modifier le code]

Un compatriote de Veyren, Claude Badaroux, né en 1707, aussi surnommé Vivaret (équivalent de « Vivarais »), connu comme le parrain d'un Claude Euvremer, habitait également Corbie en même temps que Veyren. Il s'établit ensuite à Amiens où il forgea, en 1743, la grille latérale de la chapelle Saint-Jean-du-Vœu de la cathédrale. Badaroux décéda à Amiens, paroisse Saint-Michel, le 12 août 1745, à l'âge de 38 ans. Sa veuve continua le métier de "serrurière", rue des Trois-Cailloux (rue principale d'Amiens aujourd'hui).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Foucart, La vie et les ouvrages du célèbre serrurier de Corbie Jean Veyren dit Vivarais in Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 4e trimestre 1977, et Un grand artiste du fer, Vivarais, in Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 1980, p. 289-309 - (ISSN 0037-9204)
  • Pierre-Marie Pontroue et Mickaël Colin, Notre-Dame de Valloires collection Les pierres de notre histoire, Martelle Éditions, Amiens, 2002.
  • Odette et André-Charles Gros, Le Compagnon Jean Veyren « Vivarais » artiste-serrurier au XVIIIe siècle en Picardie 2013, Mémoire d'Ardèche et Temps Présent, Société des Enfants et Amis de Villeneuve de Berg- (ISSN 0765-9563)
  • Jean-Marie Wiscart, « Les Grilles de Vivarais à l'encan » in Histoire et traditions du Pays des Coudriers n° 50, mai 2015.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de décès indique « âgé d'environ 84 ans », ce qui a laissé croire qu'il avait été baptisé le 19 mai 1704. Or les Veyrenc sont nombreux à Villeneuve-de-Berg et ce baptême concerne le fils de Jean Veyrenc (et non Jacques) et Marie ?eyre (et non Anne Amblard). Par ailleurs on ne trouve pas d'autre baptême d'un Veyrenc en 1704 ou en 1705 (cf RP BMS de Villeneuve-de-Berg page 33/302 du registre 1703-1714, 2e acte) Il semble donc très probable que Vivarais soit né en décembre 1707 et non pas en 1704. Toutefois on ne peut totalement exclure que ce soit l'un de ses frères qui soit né en 1707 et que lui soit né entre 1705 (date de mariage de ses parents) et le début de 1707. L'article de Jacques Foucard dans le bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie (celui de 1980, qui rectifie certaines informations de l'article de 1977) indique que " le Jean Veyrenc né le 19 mai 1704 à Villeneuve-de-Berg, fils naturel du Jean Veyrenc dont parle Henry Vivarez en 1904, ne serait donc qu'un homonyme"
  2. Son nom de naissance est Veyrenc. En Picardie il est appelé Veyren ; lui signe tantôt Veyren, tantôt Veyrens. Son neveu Jacques, chapelain du château d'Heilly, signe Veyrenc ptre (pour prêtre)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès de Jean Veyren).
  2. Odette et Charles-André Gros, Le compagnon Jean Veyren "Vivarais", artiste-serrurier au XVIIIe siècle en Picardie, Villeneuve de Berg, Mémoire d'Ardèche et Temps présent, Société des Enfants et Amis de Villeneuve de Berg, 2013 (ISSN 0765-9563)
  3. Mariage no 1 de Jean Veyren
  4. Mariage no 2 de Jean Veyren