Attaque Richter-Veressov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Attaque Richter-Veresov)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richter.
Cet article utilise la notation algébrique pour décrire des coups du jeu d'échecs.
image illustrant les échecs
Cet article est une ébauche concernant les échecs.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case blanche d5
Fou blanc sur case noire g5
Pion blanc sur case noire d4
Cavalier blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
L'attaque Richter-Veressov après 3. Fg5

L'attaque Richter-Veressov (Veresov en anglais) est l'ouverture du jeu d'échecs qu'on obtient après les coups 1.d4 d5 2.Cc3 Cf6 3. Fg5 (voir le diagramme). Elle est appelée attaque Veressov[1] ou début Levitski-Veressov[2] en Russie du nom de Gavriïl Veressov et attaque Richter en Allemagne du nom du joueur allemand Kurt Richter[3].

Partie d'exemple[modifier | modifier le code]

Lev Alburt - Mikhaïl Tal, Championnat d'échecs d'URSS, 1972

1. d4 Cf6 2. Cc3 d5 3. Fg5 Cbd7 4. f3 c6 5. e4 dxe4 6. fxe4 e5! 7. dxe5 Da5 8. exf6 Dxg5 9. fxg7 Fxg7 10. Dd2 Dxd2+ 11. Rxd2 Cc5 12. Fd3 Fe6 13. Cf3 0-0-0 14. Re2 b5 15. a3 a5 16. h3 The8 17. Thd1 f5! 18. e5 Cd7 19. Te1 Fxe5 20. Rf2 Ff6 21. Te3 Cc5 22. Tae1 Rd7
« Les pièces des Noirs sont beaucoup plus actives et la paire de Fous est un atout réel. Les Blancs se font maintenant hara-kiri, tentés par un sacrifice qui est refusé trop aisément »[4] :
23. Cxb5? f4! 24. Te5 Cxd3+ 25. cxd3 cxb5 26. Txb5 Tb8 27. Ce5+ Rd6 28. Txa5 Fh4+ 0-1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981, p. 501
  2. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967, p. 224.
  3. (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981, p. 408
  4. Eric Schiller (en), Black to Play Classical Defenses and Win, Chess Digest, 1993, ISBN 0-87568-219-7, page 111.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nigel Davies (chess player) (en), The Veresov, Everyman Chess, 2003