Palais royal de Varsovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Palais royal de Varsovie
Zamek Królewski
Warszawa-Zamek Królewski.jpg
Présentation
Type
Résidence royale
Destination actuelle
Musée et cérémonies
Style
Architectures maniériste et baroque
Architecte
Giovanni Battista Trevano
Construction
Jusqu'en Voir et modifier les données sur Wikidata
Restauration
1971 à 1984
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Pologne
voir sur la carte de Pologne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Varsovie
voir sur la carte de Varsovie
Red pog.svg

Le palais royal de Varsovie (en polonais : Zamek Królewski w Warszawie) était la résidence officielle des rois de Pologne à Varsovie. Détruit en 1944, il a été reconstruit pendant les années 1970.

Il se trouve dans la vieille ville (Stare Miasto), dans l'arrondissement de Śródmieście (au no 4, place du Château).

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction commence au XIVe siècle par la Grande Tour (aujourd'hui appelée Tour de la Cour de Justice) et se poursuit jusqu'au XVIIe siècle. Il est détruit durant les guerres contre la Suède, puis reconstruit au XVIIIe siècle par les rois de la dynastie saxonne.

En 1777, l'autel en bronze doré présenté au roi Stanislas Auguste Poniatowski par le pape Clément XIV, a été installé dans la nouvelle chapelle du château royal, dite Chapelle saxonne (la salle de concert d'aujourd'hui)[1].

Il héberge les appartements royaux et des bureaux de l'administration jusqu'au troisième partage de la Pologne (1795), qui met fin à l'État polonais traditionnel.

Il est ensuite la propriété du détenteur de l'autorité à Varsovie, successivement : le royaume de Prusse de 1795 à 1807, le duché de Varsovie de 1807 à 1815, le royaume de Pologne sous tutelle russe à partir de 1815.

C'est là que, le 27 novembre 1815, le tsar Alexandre, roi de Pologne, promulgue la Constitution de 1815, qui établit un régime représentatif dans le royaume[2]. C'est aussi là que, durant le soulèvement polonais de 1830-1831, la Diète polonaise prononce (janvier 1831) la déchéance de son successeur Nicolas 1er. Après la prise de Varsovie par l'armée russe (septembre 1831), les autorités font subir au château un remaniement conséquent (destruction des salles de réunion de la Diète).

Entre 1918 et la Seconde Guerre mondiale, le château est le siège de la présidence de la République de Pologne, établie après la Première Guerre mondiale.

Il est endommagé par les bombardements allemands en 1939, durant le siège de Varsovie ; il subit de graves dégâts lors de l'insurrection de Varsovie en 1944. Les ingénieurs allemands achèvent de le démolir en septembre 1944.

Il est reconstruit dans les années 1970 et est ouvert au public à partir de 1984. De nos jours, il est utilisé pour des cérémonies officielles, comme antenne du musée national de Varsovie, exposant à leur emplacement originel des œuvres d'art qui s'y trouvaient en 1939 et qui ont pu être sauvegardées pendant la Seconde Guerre mondiale et comme lieu d'expositions.

Expositions[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcin Latka, « Autel du roi Stanislas Auguste de la Chapelle saxonne au Château Royal de Varsovie » (consulté le 16 septembre 2018)
  2. Cf. le texte de la Constitution de 1815. Dans la liste des signataires en bas de la page, lire « Novosiltsoff », au lieu de « Xovosiltsoff »